Sainte-Colombe-des-Bois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Colombe.

Sainte-Colombe-des-Bois
Sainte-Colombe-des-Bois
L'église de Sainte-Colombe-des-Bois
et son presbytère.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Nièvre
Arrondissement Cosne-Cours-sur-Loire
Canton Pouilly-sur-Loire
Intercommunalité Communauté de communes Loire, Vignobles et Nohain
Maire
Mandat
Frédéric Aucouturier
2014-2020
Code postal 58220
Code commune 58236
Démographie
Population
municipale
126 hab. (2016 en augmentation de 1,61 % par rapport à 2011)
Densité 4,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 22″ nord, 3° 08′ 32″ est
Altitude Min. 187 m
Max. 352 m
Superficie 29,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-des-Bois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Colombe-des-Bois

Sainte-Colombe-des-Bois est une commune française située dans le département de la Nièvre, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Colombe-des-Bois est un petit village de 115 habitants (recensement de 2014).

Outre le bourg, la commune regroupe quelques hameaux et habitations isolés : Berlière (la), Champdoux, Couthion, Détorbe (la), Espérance (l’), Ferrières, Folie (la), Fontaraby, Galonnerie (la), Geais (les), Gondonnerie (la), Jamards (les), Montoise (la), Suchet (le), Villarnault.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Suilly-la-Tour Donzy Rose des vents
N Cessy-les-Bois
O    Sainte-Colombe-des-Bois    E
S
Vielmanay Châteauneuf-Val-de-Bargis

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune rappelle celui de Colombe de Sens, jeune fille qui subit le martyre au IIIe siècle à Sens dans l'Yonne[1].

On relève les formes suivantes du nom de la commune : Sancta-Colomba-in-Nemoribus en 1535[2], Colombe des Bois pendant la Révolution française, de 1789 à 1800, Sainte-Colombe pendant la seconde moitié du XXe siècle. Le village reprit son nom d'origine en 2001.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première mention du nom de la commune remonte à 1535[3].

Seigneurs[modifier | modifier le code]

  • Messire Joachim de Chabannes, chevalier, seigneur de Sainte-Colombe-des-Bois, mort en 1685[4].

Armorial[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2012 en cours Michel Prêtre SE Agriculteur
mars 2001 janvier 2012 Maurice Poursin SE Agriculteur
1995 mars 2001 Eric Bertrand SE Agriculteur
1980 1995 Marc Bertrand SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2016, la commune comptait 126 habitants[Note 1], en augmentation de 1,61 % par rapport à 2011 (Nièvre : -4,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
410298303392394405418449427
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
463497527555608587545552483
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
454459429371337284291250241
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
201182155156147122132133118
2016 - - - - - - - -
126--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église classée à l'ISMH construite aux XIIIe et XVIe siècles avec une cloche datant de 1710 et cinq statues de pierre polychromes.
    Sur le mur reliant l'église au presbytère, une pierre de provenance inconnue porte l'inscription : « N ICY CE DONNE LE GRIS 1691 » (avec les N inversés). La même inscription pouvait se lire autrefois près de la cathédrale de Bourges ainsi qu'à Dun-sur-Auron (Cher) et est toujours restée mystérieuse. Selon certains auteurs, le mot "gris" désignerait le sel, selon d'autres le pain gris qu'on distribuait aux pauvres. Le presbytère, quant à lui, a été transformé en gîte rural.
Le vieux tilleul datant du XVIe siècle.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Albert Dauzat et Charles Rostaing, Librairie Guénégaud, 1989.
  2. Dictionnaire topographique du département de la Nièvre, Georges de Soultrait, 1865.
  3. Pouillé d'Auxerre.
  4. Répertoire archéologique du département de la Nièvre, Georges de Soultrait, 1875.
  5. Armorial de l'ancien duché de Nivernais, Georges de Soultrait, 1852
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Ma Nièvre secrète, numéro hors-série du Journal du Centre, novembre 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]