Jean Mulatier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jean Mulatier
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Jean Mulatier, né le à Paris, est un caricaturiste, dessinateur de bande dessinée et photographe français.

Biographie[modifier | modifier le code]

A l'âge de cinq ans, il se caricature lui-même, en se dessinant avec une énorme tête sur un petit corps. Après des études secondaires au lycée Paul-Valéry où il fait la connaissance de Patrice Ricord, Jean Mulatier se forme, en 1966, aux arts graphique à l'ESAG Penninghen. L'année suivante, en 1967, il réussit le concours d'entrée à l'École nationale supérieure des arts décoratifs de Paris, classé 7ème sur 1.300 candidats, où en quatrième année il se spécialise en gravure. En 1969, il entre au journal Pilote et réalise des bandes dessinées[1]. Puis, avec Patrice Ricord, il crée la série des Grandes Gueules, des caricatures hyper-réalistes en couleurs, publiées par René Goscinny, en quatrième de couverture du magazine "Pilote". De 1967 à 1972, il assure simultanément la poursuite de ses études, et sa collaboration à Pilote. Auparavant, il a apporté sa collaboration à Télé 7 jours, avec Le Croqué de la semaine, en noir et blanc. Devant le succès des Grandes Gueules, Mulatier et Ricord intègrent dans leur équipe un nouveau collaborateur : Jean-Claude Morchoisne. Dans son atelier situé au cinquième étage d'un immeuble du 20e arrondissement de Paris, chaque caricature faite à l'encre de Chine et au pinceau lui demande un travail d'une vingtaine d'heures[2].

Les Grandes Gueules envahissent la presse nationale et internationale. Les siennes se trouvent publiées dans Paris Match, L'Express, Le Nouvel Observateur, Le Figaro (quotidien et magazine), Libération, Fluide glacial[3], Lui, Elle, Der Spiegel, Stern, Time Magazine, Esquire, The Daily Telegraph, Jornal do Brasil, European Illustration, Graphis, Japan Illustration... etc.

En 1974, le trio quitte Pilote, pour créer Mormoil, revue de bandes dessinées pour adultes[4]. A la fois rédacteur-dessinateur-caricaturiste[5] et directeur artistique du mensuel, Mulatier va inviter André Franquin à réaliser des bandes dessinées à contre-emploi, bien avant les Idées noires. Loup, Boucq, Loisel et Binet, entre autres, vont y publier leurs dessins.

En 1979, parait la première compilation de leurs œuvres : Les Grandes Gueules, aux Éditions du Pont neuf.

En 1980, le trio se réunit dans un même atelier, qui va être le siège de leur maison d'auto-édition : Les Éditions de l'Atelier. Ils publient une douzaine de recueils dont Ces animaux qui nous gouvernent et Grandes Gueules par deux accompagné de textes de Pierre Desproges.

En 1986, Jean Mulatier quitte l'Atelier, pour se consacrer à la photographie.

Dans les années 1990, il revient au portrait en rejoignant un temps Ricord dans sa page éditoriale de l'Express, et continue d'œuvrer dans la photographie de nature au Figaro magazine et à Vivre au jardin, par l'intermédiaire de l'Agence Gamma.

En 1993, il publie, en solo, Gueules de ciné, aux Éditions La Sirène, et en 1995 il retrouve Patrice Ricord pour l'album Gueules d'État chez Glénat.

Ses portraits charges ont souvent été considérés comme féroces dans leurs exagérations. Ainsi sa caricature de Léonid Brejnev publiée en avril 1978 dans le Stern fut à l'origine d'un incident entre le premier secrétaire soviétique et le porte parole de la presse allemande, Brejnev n'appréciant pas la manière dont il avait été représenté en couverture du magazine[6]. En 2003, le journal Pilote ressuscite le temps d'un été avec la sortie d'un numéro spécial été 2003 et il y participe[7], il collabore ensuite à un autre numéro exceptionnel : le Pilote « Spécial Noël » en 2004[8].

Vivant à Paris, il enseigne toutefois, depuis 2005 à Lyon et de manière régulière, la technique de la caricature, du dessin de presse et de la BD, à l'école Émile-Cohl.

Une grande exposition itinérante rétrospective, intitulée Mulatier expose son Faces-Book, 40 ans de caricatures, a présenté plus de 200 de ses meilleurs dessins et photos, lors du dernier festival Quai des bulles de Saint-Malo, en [9],[10].

Œuvre[modifier | modifier le code]

Albums dont il est coauteur :

  • Les Grandes Gueules, éditions du Pont-Neuf (Paris), 1979
  • Grandes Gueules de France, éditions Atelier 786 (Paris), 1980.
  • Grandes Gueules par deux, éditions de l'Atelier (Paris), 1981
  • Grandes Gueules Superstars, éditions de l'Atelier (Paris), 1982.
  • Le livre d'Or des Grandes Gueules, éditions Dervish publications 1000 (Paris), 1983
  • Grandes Gueules à poils, éditions Dervish publications 1000 (Paris), 1983
  • Ces Animaux qui nous gouvernent, éditions Dervish publications 1000 (Paris), 1984.
  • Télé ton univers impitoyable, éditions Dervish publications 1000 (Paris), 1985
  • Gueules de ciné, éditions La Sirène (Paris), 1993, est son seul recueil en solo.
  • Gueules d'état, édition Glénat (Paris) 1995
  • Idées noires - Il était une fois idées noires[11] (collectif), Fluide glacial, 2017

En photographie :

  • Autumn[4], éditions Rizzoli International (New-York) 2003.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean Mulatier dans Pilote », sur BD oubliées (consulté le ).
  2. Almanach de la télévision 1972 de Télé 7 jours, p.69-70 : "15 vedettes et un lion...vus par Mulatier" où sa caricature de Léon Zitrone est en couverture
  3. « Jean Mulatier dans Fluide glacial », sur BD oubliées (consulté le ).
  4. a et b Nicolas Anspach, « Jean Mulatier 2/2 : « Tout est déjà peint autour de nous » », sur Actua BD,
  5. « Jean Mulatier dans Mormoil », sur BD oubliées (consulté le ).
  6. Grandes Gueules Superstar p. 76 (1982)
  7. Pierre Ysmal, « Histoire Pilote : tous dans l'avion », sur L'Humanité,
  8. Patrick Albray, « Pilote « Spécial Noël » », sur Actua BD,
  9. « Quai des Bulles : les caricatures de Jean Mulatier exposées à Saint-Malo », sur Ouest-France,
  10. Nicolas Anspach, « Jean Mulatier 1/2 : « Rien n’est mieux dessiné que le modèle lui-même » », sur Actua BD,
  11. A. Perroud, « Idées noires - Il était une fois idées noires », sur BD Gest,

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thierry Defert, Jean Mulatier et Patrice Ricord, « Ricord-Mulatier », Phénix, no 19,‎ , p. 53-62.
  • « Les Grandes Gueules », Zoom, no 63,
  • « Grandes Gueules de la caricature », Graphic studio,
  • L'Art et l'histoire de la Caricature, Citadelles et Mazenod, 2006
  • Alain Korkos, Jean Mulatier, ou la caricature telle une architecture, Arrêt sur images, 1 novembre 2014
  • René Lesné, « Jean Mulatier et Patrice Ricord », dans 250 Illustres : 1767-2017 - Dictionnaire de l'école royale gratuite de dessin, Dijon, Ar/Dé - École nationale supérieure des arts décoratifs, (ISBN 9782905710987), p. 186-187

Liens externes[modifier | modifier le code]