Tefal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tefal
logo de Tefal

Création 1956 à Sarcelles
Dates clés 1968 (Rejoint le groupe SEB)
Slogan Comment s'en passer ?
Siège social Rumilly
Drapeau de France France
Direction Christian Ringuet (président)[1]
Actionnaires Groupe SEBVoir et modifier les données sur Wikidata
Produits « art culinaire »
pesage
Société mère Groupe SEB
Effectif 1986 (en France, 2015)[2]
2 008 (nov. 2009, -5 %)
Site web http://www.tefal.com

Chiffre d’affaires 392,26 millions d’euros (2015)[2]
Résultat net 21,77 M€[2]
Un pèse-personne de la marque

Tefal S.A. est une entreprise française spécialisée dans les articles culinaires anti-adhésifs, appartenant au groupe SEB depuis 1968, dépositaire de 150 brevets à travers le monde.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'entreprise Tefal S.A. est créée en 1956 à Sarcelles, dans le Val-d'Oise, par deux ingénieurs, Marc Grégoire, ingénieur à l'ONERA (Office National d'Études et de Recherches Aéronautiques)[3] et Louis Hartmann, spécialiste du polymère anti-adhérent ou téflon. Marc Grégoire travaille à perfectionner ses cannes à pêche, inventant la canne à pêche télescopique en fibre de verre. Le matériau composite adhérent au démoulage, il a l'idée d'utiliser du téflon disponible à l'ONERA pour que la canne se démoule mieux. Lorsque sa femme Colette lui demande de lui fabriquer une casserole anti-adhésive, Marc Grégoire descend au magasin le plus proche où il ne trouve qu'une poêle[4]. Influencé par sa lecture d'un article scientifique, il met au point un procédé permettant d’ancrer le téflon sur le disque aluminium de cette poêle : le traitement de l'aluminium à l’acide chlorhydrique provoque de petits trous dans lesquels se fixe le téflon[3]. Le brevet de la première « poêle qui n'attache pas » est déposé en 1954. Le nom Tefal provient de la contraction des mots "teflon" et "aluminium"[5]. La première poêle est déposée au musée Dupont-de-Nemours à Wilmington (États-Unis)[3].

Les débuts sont difficiles, aucune entreprise spécialisée dans les casseroles n'est intéressée par le procédé. En 1956, la SARL embauche son premier salarié, Helmut Mottl.

Cinq ans après, l'un des fournisseurs de disques d'aluminium, les Forges de Cran, devenues Pechiney Rhenalu, à Annecy (Haute-Savoie), propose à la jeune SARL Tefal une usine[6] de 3 000 m2 à proximité de son site. En 1961, Tefal s'installe à Rumilly.

En 1968, Tefal est rachetée par le groupe SEB[1]. Le revêtement anti-adhésif est à cette époque fourni par la Société des Résines Fluorées, filiale de Péchiney Ugine Kuhlman (qui deviendra Atochem) à Pierre Bénite dans le Rhône, lequel produit solide est le tétrafluoroéthylène venant du C2F4(n fois), en dispersion aqueuse devant être séchée sur les disques pour casseroles. Ce produit est appelé Soreflon, et est fabriqué par polymérisation du gaz initial. Il est aussi beaucoup employé en autres applications comme le ruban Téflon, ou des applications de protection du rayonnement nucléaire sortie d'apesanteur, dans les voyages spatiaux. C'est un produit neutre pouvant par contre devenir extrêmement nocif s'il se décompose au feu.

La société se développe sur une innovation intensive[7] : en 1974, un croque-gaufre et allume-gaz[7], en 1980, Tefal lance son nouveau revêtement anti-adhésif T-Plus à l’international[7], deux ans plus tard, elle lance sa première bouilloire électrique destinée au marché anglais, en 1985, le premier pèse-personne électronique[7], en 1990, la pierrade électrique. La société investit, en 1995, l'activité puériculture[7] avec une gamme Tefal Baby Home. Paul Rivier est PDG de l'entreprise de 1979-1999[7]. En 2002, le moule Proflex en silicone avec démoulage facile est mis sur le marché[7]. En 2005 Christian Ringuet devient PDG de l'entreprise [1]

Affaire de corruption[modifier | modifier le code]

En 2013[8] éclate à Annecy une affaire de trafic d'influence [9].

La direction de Tefal veut modifier le contrat de travail de certains employés ce qu'un syndicat de travailleurs refuse [9].

Le bras de fer dure plusieurs semaines jusqu’à l'intervention de l'inspection du travail [9]. L'inspectrice du travail chargée de ce dossier découvre une irrégularité dans l’accord sur les 35 heures signé treize ans plus tôt et demande sa renégociation mais la direction refuse[9].

Philip Paillard de l'union des industries et de la métallurgie et le directeur des ressources humaines Dan Abergel décident de mettre l'inspectrice du travail sous pression pour la faire muter [9].

La direction de Tefal prend également contact avec les renseignements généraux[9].

Rapidement l'inspectrice reçoit des pressions et menaces de sa hiérarchie [9]. La presse révèle que l'entreprise s'est engagée à recruter en stage un proche de Philippe Dumont, directeur départemental du travail, en échange des pressions effectuées sur l'inspectrice du travail pour le compte de l'entreprise[9] .

Tefal décide de porter plainte contre l'inspectrice du travail pour violation du secret professionnel et recel. Le procureur d'Annecy, Eric Maillaud, un ami intime [10] de Philippe Dumont décide de donner suite à la plainte, non contre l'entreprise ou le directeur de l'inspection, mais contre l'inspectrice du travail et le lanceur d'alerte pour « faire le ménage » dans l'inspection du travail [11]. Le 5 juin 2015, des centaines de personnes manifestent devant le tribunal pour soutenir l'inspectrice du travail[12].

Le procès est renvoyé est au 16 octobre. Les organisations syndicales du ministère du travail[13], les syndicats interprofessionnels locaux[14] et les sections CGT et FO de Tefal [15] appellent au même moment à un rassemblement devant le tribunal.

Laura Pfeiffer, inspectrice du travail, reçoit en janvier 2016 un « Prix éthique » de l'association Anticor pour son travail dans cette affaire[16]. Néanmoins, en novembre 2016, elle est condamnée en appel pour pour violation du secret professionnel et recel de documents confidentiels[17]. La journaliste Inès Léraud propose en mai 2017 un reportage sur l'affaire dans l'émission Les Pieds sur terre[18].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Les 15 patrons les plus puissants à Annecy », L'Expansion,‎ (lire en ligne), n°752.
  2. a, b et c La Rédaction, « TOP 50 : quelles sont les plus grosses entreprises en Haute-Savoie et en Savoie ? », Eco Savoie Mont Blanc,‎ (lire en ligne).
  3. a, b et c Vincent Noce, « Comment M. Téfal a tissé sa poêle. Bilan à la mort de l'inventeur : le Téflon est partout, mais se décolle toujours... », Libération,‎ (lire en ligne).
  4. Norbert Alter, Les logiques de l'innovation, La Découverte, , p. 267
  5. Christian Marais, L'âge du plastique : Découvertes et utilisations, L'Harmattan, , 234 p. (ISBN 978-2-7475-8037-3), p. 156-157.
  6. Paul Guichonnet, Nouvelle encyclopédie de la Haute-Savoie : Hier et aujourd'hui, La Fontaine de Siloé, , 399 p. (ISBN 978-2-8420-6374-0), p. 252.
  7. a, b, c, d, e, f et g Olivier Meier, Management du changement : Changement culturel et organisationnel, Dunod, , 192 p. (ISBN 978-2-1005-8148-1), p. 159-160
  8. « Le Responsable de l’Unité Territoriale de Haute-Savoie passe l’inspectrice du travail à la casserole TEFAL ! », sur CNT-TAS (consulté le 8 octobre 2015)
  9. a, b, c, d, e, f, g et h « A l’inspection du travail, la casserole Tefal », sur liberation.fr,
  10. Référence nécessaire
  11. « Affaire Tefal : le procureur veut «faire le ménage» dans l’inspection du travail », sur Liberation.fr
  12. « En Haute-Savoie, manifestation à Annecy pour soutenir l'ancienne inspectrice du travail de Tefal », sur France 3,
  13. « Téfal : appel à la mobilisation du 16 octobre 2015 », sur CNT-TAS (consulté le 8 octobre 2015)
  14. « Téfal : tract des unions départementales de Haute-Savoie », sur CNT-TAS (consulté le 8 octobre 2015)
  15. « Appel CGT et FO de Téfal 16 octobre 2015 », sur CNT-TAS (consulté le 8 octobre 2015)
  16. « Condamnée après s'être accrochée avec Tefal », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  17. Bertrand Bissuel, « Affaire Tefal : la condamnation de l’inspectrice du travail confirmée en appel », sur Le Monde.fr, (ISSN 1950-6244, consulté le 1er novembre 2017).
  18. Inès Léraud, « Des citoyens qui changent le monde (7) : L'inspectrice du travail de Téfal », France Culture,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]