Déchet biodégradable

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les déchets biodégradables ou biodéchets appartiennent à une catégorie de déchets d’origine végétale ou animale en général, qui se décomposent grâce à d’autres organismes vivants (décomposeurs). Venant de jardin, d'espaces verts ou de cuisine, ils représentent généralement environ un tiers des déchets municipaux, et s'y ajoutent les eaux usées et les déchets agricoles et de l'industrie agroalimentaire et papetière. Tous ont des effets importants sur l’environnement, et présentent un risque pour la santé s'ils ne sont pas correctement traités. Ils peuvent être une source d'énergie, sous forme de biogaz qui peut maintenant être injecté dans le réseau de gaz[1] dans certains pays, ou via le chauffage bois.

Typologies[modifier | modifier le code]

On les trouve généralement dans les résidus urbains solides (parfois appelées ordures ménagères biodégradables) comme :

  • les déchets végétaux, en grande partie agricole, agroalimentaire ou produits par l'entretien des jardins par les particuliers ou les entreprises de paysage ; selon l’étude ADEME, en 2010, la production des biodéchets du secteur de l'entretien des espaces verts était de 20 tonnes par an et par salarié[2]. Voir chap 1.4.1.5 "L’entretien des espaces verts").
  • les déchets de cuisine
  • les déchets de papier
  • les plastiques et autres contenants ou emballages biodégradables.

Les autres déchets biodégradables comprennent :

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les déchets biodégradables ne sont qu’en partie reconnus comme une ressource naturelle. Grâce à une bonne gestion des déchets qui utilise souvent les deux processus clés de fermentation anaérobie et de compostage, ils peuvent être transformés en matériaux valorisables (avec les précautions nécessaires en cas de déchets contaminés par des pathogènes et/ou des molécules toxiques, tels que métaux lourds, biocides et autres produits écotoxiques non ou peu dégradables) et produire de l'énergie.

La fermentation anaérobie transforme les déchets biodégradables en plusieurs produits dont le biogaz (source d'énergie renouvelable) qui peut être utilisé pour de la chaleur pour le chauffage individuel et l’amendement du sol (digestion). Le compostage transforme les déchets biodégradables en compost.

En Europe[modifier | modifier le code]

Une Directive[3], impose une réduction du gaspillage et des pollutions en triant à la source, avec valorisation organique les biodéchets des « gros producteurs »

En France[modifier | modifier le code]

En France, le gisement1 des biodéchets, hors huiles alimentaires usagées, est estimé à 22,1 millions de tonnes, qui se décomposent de la façon suivante :

  • Biodéchets des ménages : 15,2 Mt (69%) ;
  • Biodéchets des activités économiques hors « gros producteurs » : 2,2 MT (10%) ;
  • Biodéchets des gros producteurs : 4,7 MT (21%).

Depuis 2011, tout producteur français de biodéchets (restauration et distribution alimentaire principalement), au delà de seuils définis par arrêté [4] a obligation[5] de les trier et les valoriser (y compris les huiles alimentaires). La mise en place du dispositif est progressive, avec des seuils d'application qui sont progressivement diminué.

Le ministère de l'Agriculture et l'Ademe soutiennent la filière et un guide publié par l'Ademe (2013) conseille ces producteurs [6]

Réchauffement climatique[modifier | modifier le code]

Les déchets biodégradables, lorsqu’ils sont déversés dans les décharges, se décomposent dans des conditions anaérobies non contrôlées. S’ils ne sont pas exploités, du gaz d’enfouissement se dégage et s’échappe dans l’atmosphère. Le gaz d’enfouissement contient du méthane, un gaz à effet de serre plus dangereux que le dioxyde de carbone.

La directive européenne concernant la mise en décharge des déchets a imposé des impératifs majeurs aux États membres concernant la gestion des déchets biodégradables dans le but de stopper le réchauffement climatique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'injection du biométhane dans le réseau de distribution du gaz naturel pourra se faire en France, sans des conditions fixées parun décret et 3 arrêtés fixant la nature des intrants dans la production de biométhane pour l'injection dans le réseau de gaz et autorisant l'utilisation des biodéchets ou déchets ménagers, des déchets organiques agricoles et notamment les effluents d'élevage et les déchets végétaux, des déchets de la restauration hors foyer et des déchets organiques de l'industrie agroalimentaire et des autres agro-industries.
  2. Ademe (2013), Réduire, trier et valoriser les biodéchets des gros producteurs ; Guide pratique réalisée pour le compte de l’ADEME par IDE Environnement Contrat n°1206C0033 ; Novembre 2013
  3. Directive européenne du 19 novembre 2008 relative aux déchets (Directive2008/98/CE)
  4. Arrêté du 12 juillet 2011, qui traduit dans le droit français la directive Directive2008/98/CE
  5. Loi 2010-788 du 12/07/10 (article 204)
  6. Guide pratique Biodéchets ; Étude réalisée pour le compte de l’ADEME par IDE Environnement ; Contrat n°1206C0033Novembre 2013 PDF, 132p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]