Installation de stockage de déchets dangereux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Décharge (déchet).
Panneau à l'entrée d'une décharge de déchets dangereux (États-Unis, 1972).

En France, une installation de stockage de déchets dangereux (ISDD) (ex- « décharge de classe 1 »[1]) est une installation classée pour la protection de l'environnement (ICPE) qui réceptionne des déchets dangereux en vue de les éliminer par enfouissement sur site.

Définition[modifier | modifier le code]

Article connexe : Déchet dangereux.

L'arrêté ministériel du précise que les installations de stockage de déchets dangereux (ISDD) sont des installations d'élimination de déchets dangereux par dépôt ou enfouissement sur ou dans la terre, y compris un site utilisé pour stocker temporairement des déchets dangereux dans les cas[2] :

  • de stockage des déchets avant élimination pour une durée supérieure à un an ;
  • de stockage des déchets avant valorisation pour une durée supérieure à trois ans ;
  • de stockage de déchets de mercure métallique pour une durée de plus d'un an ;

À l'exclusion :

  • des installations où les déchets sont déchargés afin de permettre leur préparation à un transport ultérieur en vue d'une valorisation, d'un traitement ou d'une élimination en un endroit différent ;
  • des bassins de décantation ou de lagunage.

Classement ICPE[modifier | modifier le code]

Les installations de stockage de déchets dangereux sont concernées par la rubrique no 2760-1 de la nomenclature des installations classées et sont soumises à autorisation préfectorale[3]. Cette autorisation est délivrée sous la forme d'un arrêté préfectoral qui impose à l'exploitant le respect d'un certain nombre de prescriptions techniques permettant de limiter l'impact environnemental de l'installation et qui sont notamment issues de l'arrêté ministériel du [2].

L'instruction de la demande d'autorisation d'exploiter ainsi que le contrôle du respect des prescriptions imposées est réalisé par l'inspection des installations classées[4].

Nombre[modifier | modifier le code]

En 2011, 16 installations de stockage de déchets dangereux sont recensées en France[5]. En 2012, elles ne sont plus que 13[6].

Amiante[modifier | modifier le code]

Les déchets amiantés doivent être éliminés dans des installations de stockage de déchets dangereux, sauf ceux qui sont liés à des matériaux inertes et qui ont conservé leur intégrité (ex : amiante-ciment, terres amiantifères, agrégats d’enrobés contenant de l’amiante) qui peuvent être éliminés dans des installations de stockage de déchets non dangereux (ISDND), dans des alvéoles spécifiques uniquement[7],[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Centre de Stockage des Déchets Ultimes (CSDU) ou Installation de Stockage de déchets », sur www.sita.fr (consulté le 18 janvier 2017)
  2. a et b « Arrêté du 30 décembre 2002 relatif au stockage de déchets dangereux », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 18 janvier 2017)
  3. « 2760. Installation de stockage de déchets autre que celles mentionnées à la rubrique 2720 », sur www.ineris.fr (consulté le 18 janvier 2017)
  4. « Missions », sur installationsclassees.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 18 janvier 2017)
  5. « Liste des installations de stockage de déchets dangereux », sur www.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 18 janvier 2017)
  6. « Déchets dangereux », sur http://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/ (consulté le 2 juin 2017)
  7. « Fiche technique - Déchets amiantés - Septembre 2016 », sur www.ademe.fr (consulté le 25 janvier 2017)
  8. « Arrêté du 15 février 2016 relatif aux installations de stockage de déchets non dangereux », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le 18 janvier 2017)