Surcyclage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Un exemple de surcyclage : des palettes de manutention usagées deviennent du mobilier de jardin.

Le surcyclage (en anglais, upcycling[1]) est l'action de récupérer des matériaux ou des produits dont on n'a plus l'usage afin de les transformer en matériaux ou produits de qualité ou d'utilité supérieure[2]. Il s'agit donc d'un recyclage « par le haut ».

Le principe du surcyclage est de donner une nouvelle vie plus haut de gamme à un objet, souvent très loin de sa première vie. Le produit d’origine aura un nouvel usage, souvent esthétique. Aussi, la notion de valeur ajoutée apportée au produit final rentre-t-elle en compte, contrairement au recyclage classique, pour lequel le produit recyclé aura a priori une qualité moindre ou au plus égale au produit d’origine[3].

Jouet, collection du musée d'Israël, Jérusalem.

Un des premiers bénéfices du surcyclage est son impact positif sur l’environnement. En effet le principe étant de réutiliser, on évite de créer un nouveau produit. On économise ainsi l’énergie grise et les matières premières inhérentes à un processus de fabrication. Le surcyclage s'inscrit dans le vaste mouvement de l'économie circulaire et du réemploi[3].

En plus des bénéfices écologiques de la réutilisation, le surcyclage donne l'occasion de créer et recréer des objets uniques. De ce fait, on rencontre le surcyclage dans de nombreux contextes : à domicile[4], en entreprise[5], en galerie d'art[6],[7], dans les associations.

Historique[modifier | modifier le code]

Le mot anglais « upcycling » a été proposé au milieu des années 1990 par Reiner Pilz[8], ancien ingénieur reconverti en architecte d’intérieur. Il a souhaité dépasser le concept générique de recyclage en distinguant le décyclage du surcyclage : le premier est dans une dynamique de perte de valeur[9], là où le second vise que « les produits inutilisés gagnent de la valeur au lieu d’en perdre »[10]. Le mot a ensuite été repris par William McDonough et Michael Braungart dans leur ouvrage Cradle to Cradle: Remaking the Way We Make Things paru en 2002. La pratique de surcyclage serait originaire des pays en voie de développement, avec un accès limité aux biens de consommation.[8]  

Dans la mode[modifier | modifier le code]

En France, des entreprises mettent en pratique ce concept, telles Maison Martin Margiela[11], Demna Gvasalia[12], Marine Serre[13], Les Récupérables[14] Moïra Cristescu Paris[15] ou Maison Courbière[16]. Le surcyclage séduit de nombreux jeunes créateurs et marques de mode[17],[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Prononciation en anglais standard retranscrite selon la norme API [ˈʌpsaɪklɪŋ].
  2. « L’« upcycling », le nouveau standing », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  3. a et b « C'est quoi l'upcycling », sur Les Horizons, .
  4. « Upcycling : les 10 Meilleurs Idées Que Tout le Monde Peut Faire à la Maison ! », sur comment-economiser.fr (consulté le ).
  5. « Upcycling, rien ne se perd, tout se transforme », sur consoglobe.com, (consulté le ).
  6. « Le surcyclage, l’art de la valorisation des déchets », sur buzzecolo.com, (consulté le ).
  7. « Quand les déchets se transforment en art », sur consoglobe.com, (consulté le ).
  8. a et b « Upcycling • Les Horizons », sur Les Horizons (consulté le )
  9. dans l'exemple donné par R. Pilz, on commence par « réduire en miettes » des briques avant de leur chercher une nouvelle utilisation
  10. Thornton Kay, « Salvo in Germany - Reiner Pilz », SalvoNews, no 23,‎ , p. 14 (lire en ligne)
  11. « L'"upcycling" mode, une démarche éthique qui gagne du terrain », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  12. « Printemps 2021 : La collection Balenciaga plus durable », sur WA_OFF, (consulté le ).
  13. « Marine Serre : portrait d'une designer qui met en avant l'upcycling », sur Trente Trois Degrés, (consulté le ).
  14. « 5 marques de mode qui misent sur l'upcycling », sur Business O Féminin, (consulté le ).
  15. « Des défilés de créateurs à Beaugrenelle », sur www.sortiraparis.com (consulté le )
  16. « Courbière » (consulté le ).
  17. « Upcycling: les marques face aux défis d'un nouveau modèle », sur FashionNetwork.com (consulté le ).
  18. Isabelle Vander Heyde (trad. Virginie Dupont), « Écologique et unique, l’upcycling a le vent en poupe. », sur ELLE.be, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]