Valorisation des déchets en matière plastique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Déchets banals industriels triés : sacs plastiques en attente d'être transportés pour retraitement.

La valorisation des déchets en matière plastique est l’ensemble des opérations dont le but consiste à donner à ces déchets une nouvelle valeur d’usage.

Valorisation énergétique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Valorisation énergétique.

La valorisation énergétique consiste à transformer un déchet en énergie thermique et ceci grâce à son potentiel calorifique. Cette énergie est utilisée pour la production de chaleur et/ou d'électricité.

La valorisation énergétique s'applique à tous les types de plastiques et surtout à ceux qui n'ont pas été triés ou qui ont été contaminés par d’autres déchets ou qui sont composés d'un mélange de polymères.

L’incinération des ordures ménagères est parfois aidée par la présence des déchets plastiques, sans lesquels il faudrait injecter dans l’incinérateur du fioul pour permettre une bonne combustion.

L'injection de résidus de matière plastique a été testée à l'échelle industrielle sur des hauts fourneaux, comme substituts partiels au coke. Ces déchets, finement découpés (6 x 9 mm²), sont injectés au niveau des tuyères à vent chaud, où ils brûlent instantanément en générant les gaz réducteurs (le monoxyde de carbone) nécessaires au procédé[1]. Un kilogramme de matière plastique peut remplacer environ 0,75 kg de coke. Mais, pour des raisons chimiques, l'injection de plastique ne peut pas dépasser un taux de 70 kg/tonne de fonte produite au haut fourneau, sachant que les besoins en coke d'un haut fourneau sont de 470 kg/tonne de fonte. Ce type d'injection n'est donc utilisé, selon le contexte économique et technique, qu'en complément d'autres injections (charbon, gaz naturel…)[2].

Valorisation matière ou recyclage[modifier | modifier le code]

Le recyclage est un procédé de traitement des matériaux qui permet de réintroduire la matière du déchet, sans destruction de sa structure chimique, dans la production d’un nouvel objet. Le recyclage du plastique présente deux contraintes :

  • le plastique est récupéré sous forme d'objets qu'il faut transformer avant tout traitement[3] ;
  • la formulation du plastique contient en plus du polymère principal des additifs et des charges.

Le recyclage s'applique surtout aux matériaux thermoplastiques.

Il est possible de recycler les déchets en matières plastiques après leur fragmentation (recyclage mécanique) ou après leur dissolution.

Recyclage mécanique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Recyclage.

Les plastiques utilisés dans ce cas sont ceux qui ont été triés et qui n'ont pas été contaminés.

Les déchets sont triés, lavés (si nécessaire) et fragmentés par broyage et éventuellement par micronisation, puis séchés. Ces fragments sont ensuite utilisés directement ou après compoundage par extrusion suivi par une granulation.

Pour les exemples de ce type de recyclage, voir Code d'identification des résines.

Recyclage après dissolution[modifier | modifier le code]

Les plastiques utilisés dans ce cas sont ceux qui ont été contaminés par mélange à d’autres plastiques ou à d’autres déchets.

En plus des étapes listées précédemment pour le recyclage mécanique, les déchets en matière plastique doivent subir les étapes suivantes :

  • dissolution du polymère principal de manière sélective dans un solvant organique ou un fluide supercritique ;
  • séparation du solvant et du polymère des matières secondaires non dissoutes ;
  • précipitation du polymère et élimination du solvant ;
  • séchage des particules de polymère.

L'exemple le plus connu de ce type de recyclage est la méthode Vinyloop pour le PVC.

Valorisation chimique[modifier | modifier le code]

On parle de valorisation chimique lorsque les polymères de base des plastiques sont dissociés pour donner des composés chimiques utilisables pour de nouvelles applications. Ces composés peuvent être les monomères, on parle alors de dépolymérisation[4], d'autres molécules de petite taille ou bien des oligomères. La valorisation chimique s’applique aux matériaux thermoplastiques et thermodurcissables. Elle a lieu par chauffage ou par ajout de réactifs.

Thermolyse[modifier | modifier le code]

La thermolyse s’applique aux polymères synthétisés par polymérisation en chaîne. Comme exemples de thermolyse on peut citer :

  • la pyrolyse : réaction de décomposition thermique à 500 °C et sous pression réduite ;
  • l'hydrogénation : réaction avec du dihydrogène à 450 °C et sous une pression de 200 bar ;
  • la gazéification : réaction d’oxydation partielle en continu sous pression.

Ajout de réactifs chimiques[modifier | modifier le code]

Cette méthode s’applique aux polymères synthétisés par polymérisation par étapes. Le réactif peut être :

Valorisation biologique[modifier | modifier le code]

La valorisation biologique a lieu à partir de plastiques biodégradables. Pour que la dégradation soit complète, le polymère doit être introduit dans un compost qui lui apporte la bonne quantité de dioxygène et d’humidité. Cette dégradation peut avoir lieu aussi par photolyse. On parle alors de photodégradation.

Etat des lieux de la valorisation et du recyclage en Europe[modifier | modifier le code]

Après une forte baisse de la production dans le monde (liée à la crise de 2008[6]), la production mondiale de plastique a repris, et que de 2013 à 2015 la consommation de matière plastique a encore augmenté dans presque tous les pays européens avec au total 49 millions de tonnes de plastique utilisés (à 70 % par cinq pays qui sont par ordre d'importance l'Allemagne (24,6 %), l'Italie (14,3 %), la France (9,6 %), le Royaume-Uni (7,5 %), l'Espagne (7,7 %) et la Pologne (6,3 %)[7], l'Europe s'est fixé comme objectif 50% d'emballages plastiques recyclés en 2025 et 55 % en 2030[8]. Sur ce continent (qui consomme une grande quantité de plastique), selon les chiffres[9] de PlasticsEurope, il a fallu attendre 2016 pour que « pour la première fois, le taux de recyclage a dépassé la mise en décharge »[8]. Cette année là six pays européens ont même approché les 100 % de valorisation : la Suisse avec 99,8 % des déchets plastiques valorisés par recyclage ou incinération avec récupération de chaleur), l'Autriche (99,5 %), l'Allemagne, les Pays-Bas, la Suède (99,2 %), et le Danemark (98,5 %)[8]. Ces pays disposent tous d'une réglementation restreignant fortement toute mise en décharge.
Selon la même source l'Europe valorise globalement 72,7 % de ses 25 millions de tonnes de déchets plastiques (recyclage + incinération), mais seulement 31,1 % des plastiques collectés en Europe étaient recyclés en 2016 (chiffres comprenant les exportations de déchets plastiques hors UE)[8], et moins de 30 % en 2017 (selon la Commission Européenne (2018)..

Début 2018, la Commission a annoncé vouloir réduire les plastiques à usage unique et que tous les plastiques d'emballages mis sur le marché européens soient recyclables avant 2030 (grâce au financement de l'innovation). L'utilisation intentionnelle de microplastiques doit aussi être réduite pour réduire la production de déchets marins (« De nouvelles règles sur les installations de réception portuaires s’attaqueront aux déchets marins. Elles comprendront des mesures pour veiller à ce que les déchets générés sur les navires ou accumulés en mer ne soient pas abandonnés mais ramenés à terre et traités de manière adéquate. Elles comprendront également des mesures destinées à réduire la charge administrative sur les ports, les navires et les autorités compétentes »).
PlasticsEurope, représentant l'Industrie du plastique, a immédiatement salué cette stratégie et annoncé pour mi-2018 un « programme d’engagement volontaire Plastics 2030 » (60 % de réutilisation et recyclage avant 2030 , « Ce qui conduira à atteindre 100 % de réutilisation, de recyclage et/ou de valorisation des emballages plastique en 2040 dans l’UE » selon ce syndicat)[10].

En France[modifier | modifier le code]

En 2018 le gouvernement doit publier une feuille de route de l'économie circulaire rédigée avec le monde industriel prévoyant 100 % de recyclage des plastiques en 2025. Mais début 2018, la France est encore au 15e rang sur 30 en Europe pour le recyclage des plastiques et « l'objectif du gouvernement français de 100 % des déchets plastiques recyclés en 2025 est "peu envisageable » selon PlasticsEurope (fédération européenne des recycleurs de plastique). En 2017, environ 65,7 % des plastiques étaient valorisés en fin de vie (surtout en incinération) selon le bilan dressé tous les deux ans par PlasticsEurope. Mais pour le taux de recyclage, la France est parmi les derniers en Europe (25e place avec 22,2 % seulement du plastique qui est recyclé)[8]
PlasticsEurope estime qu'une généralisation de la consigne de tri de tous les emballages plastiques et le décret "5 flux" obligeant les acteurs économiques à trier les déchets recyclables devrait aider la France a améliorer le recyclage[8].

Le 2 juillet 2018, la secrétaire d'État à la Transition écologique Brune Poirson a fait le bilan des propositions des industriels pour recycler 100 % des plastiques en 2025 et accroître d'une manière générale le recyclage des matériaux : sur les 3,6 millions de tonnes de plastique mises sur le marché chaque année en France, à ce jour seulement 300 000 tonnes sont recyclées ; les engagements pris par les industriels correspondent à 275 000 tonnes de plastique supplémentaires réincorporée d'ici 2025 ; pour elle, « c'est bien mais ce n'est pas suffisant : il reste 3 millions de tonnes de plastique qu'on incinère ou qu'on enfouit » ; elle a donc appelé à déposer d'autres propositions dans les prochains mois et annonce la création d'un comité de suivi chargé de veiller à la mise en œuvre effective des engagements et travailler à lever les freins identifiés, en particulier les freins réglementaires[11].

Après un temps d'essais conduits en 2017, le Syndicat national des Régénérateurs de matières Plastiques (SRP) a annoncé (mi-2018) qu'il pouvait désormais généraliser la remise des certificats d'économie carbone aux acteurs utilisant des plastiques recyclés dans leur production. Selon un communiqué du 16 janvier 2018, presque 10.000 certificats ont été produits à ce jour (équivalence : 300.000 tonnes de CO2eq. économisées)[12].

Rôle de la Chine[modifier | modifier le code]

Le contexte mondial et européen du recyclage du plastique est tributaire du contexte chinois. En effet, l'Europe exporte la moitié de ses déchets recyclables, dont 87 % vers la Chine[13]. Et la Chine a décidé qu'à partir du 1er janvier 2018, elle n'accepterait plus aucun déchet plastique venant de l'étranger, refusant ainsi d'être la poubelle du monde[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Durch Einsatz von Altkunststoffen reduziert die voestalpine CO2-Emissionen in Linz um mehr als 400.000 t/a », Voestalpine,
  2. [PDF](en) Best Available Techniques (BAT) Reference Document for Iron and Steel Production, Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement, , 597 p. (lire en ligne), p. 339-340 ; 344-345
  3. I. Bourdial, Plastiques - des bouteilles recyclées en pull-overs, Science et Vie no 925, octobre 94, p. 108.
  4. Groupe français d'études et d'applications des polymères, définition de « dépolymérisation ». Consulté le 9 mars 2013.
  5. [PDF] ADEME, Erdyn Consultants, Recyclage chimique des matières plastiques, juin 2002. Consulté le 11 janvier 2013.
  6. voir graphique intitulé : In 2017, plastics production is expected to continue on a positive trend, p 33/38 in : PlasticsEurope (2018) Plastics – the Facts 2016 An analysis of European plastics production, demand and waste data, consulté le 14 janv 2018
  7. voir graphique "Plastic materials EU demand per country" p 16 in PlasticsEurope (2018) Plastics – the Facts 2016 An analysis of European plastics production, demand and waste data, consulté le 14 janv 2018
  8. a b c d e et f AFP (2018) [Recyclage du plastique: la France "a beaucoup de progrès à faire"] communiqué AFP du jeudi 11 janvier 2018
  9. PlasticsEurope (2018) Plastics – the Facts 2016 An analysis of European plastics production, demand and waste data, consulté le 14 janv 2018
  10. PlasticsEurope communiqué consulté 19 janvier 2018 ; voir aussi PlasticsEurope lance "Plastics 2030”, son engagement volontaire en faveur d’une meilleure circularité et utilisation efficace des ressources. Communiqué de presse "Engagement volontaire - Plastics 2030" (16/01/2018)
  11. Les industriels s'engagent à doubler leur usage du plastique recyclé, 2 juillet 2018.
  12. Plastiques recyclés : le SRP certifie les économies de CO2, publié par Environnement-Magazine, 16 janvier 2018
  13. « La Chine ne veut plus être la poubelle du monde ! », sur franceinter.fr, (consulté le 25 février 2018)
  14. « La Chine ne veut plus être la poubelle du monde ! », sur lepoint.fr, (consulté le 25 février 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]