Republic XP-69

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Republic XP-69
Constructeur Drapeau : États-Unis Republic Aviation Corporation
Rôle Avion de chasse
Statut Projet abandonné
Équipage
1 pilote
Motorisation
Moteur Wright R-2160 (en) Tornado
Nombre 1
Type Moteur en étoile 42 cylindres
Puissance unitaire 2 350 ch
Dimensions
Envergure 15,75 m
Longueur 15,60 m
Hauteur 5,18 m
Surface alaire 46,90 m2
Masses
À vide 7 074 kg
Carburant 1 437 kg
Maximale 11 868 kg
Performances
Vitesse maximale à 10 670 m724 km/h
Plafond 14 900 m
Vitesse ascensionnelle montée à 35 000 pieds (10 670 m) en 20 minutes m/min
Rayon d'action 1 255 km
Armement
Interne 4 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm
2 canons de 37 mm
Externe 2 bombes de 454 kg

Le Republic XP-69 est un prototype de chasseur de haute altitude envisagé en 1940 par Alexander Kartveli comme successeur de son chasseur-bombardier P-47 Thunderbolt qui venait d’entrer en service dans l’United States Army Air Force (USAAF).

Conception[modifier | modifier le code]

Le XP-69 est conçu pour recevoir le moteur en étoile Wright R-2160 (en) Tornado. Ce moteur avait une architecture hors du commun : il se composait de 42 cylindres répartis en trois rangs de 14 cylindres disposés en étoile. Cette disposition présentait des avantages et des inconvénients. Pour les avantages, elle réduisait de façon sensible la surface frontale du moteur, ce qui permettait de le loger sous un capotage profilé, bien plus aérodynamique que les formes massives du P-47, surnommé The Jug (la cruche) par les aviateurs américains ! Pour les inconvénients, les difficultés de refroidissement nécessitent un complexe système d’échangeur de chaleur, représentant un poids supplémentaire et un encombrement important. La seule partie qui en était visible était une imposante entrée d’air, placée sous le ventre de l’appareil à l’aplomb de l’arrière du cockpit (comme sur le North American P-51 Mustang). L’air froid puisé à l’extérieur était envoyé pour partie au radiateur, pour partie au turbocompresseur, et le reste à l’échangeur thermique. Afin d’absorber la puissance énorme du moteur et d’annuler son effet de couple, il entraînait, via un réducteur, un doublet d’hélices contrarotatives tripales d’un diamètre de 4,16 m[1].

Afin d’assurer l’escorte des bombardiers américains sur de grandes distances, la capacité en carburant était de 1 437 litres répartis entre 9 réservoirs auto-obturants de différentes capacités, situés dans les ailes et le fuselage. L’autonomie pouvait être augmentée, comme sur le P-47, par l’emport de réservoirs pendulaires largables sous les ailes.

L’appareil devait être lourdement armé, avec quatre mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm et deux canons de 37 mm[1] semblables à celui qui était monté, tirant dans l’axe de l’hélice, sur le Bell P-39 Airacobra. Comme sur le P-47, deux pylônes sous les ailes étaient prévus pour l’emport d’une charge offensive externe.

Le XP-69 est construit sous forme d’une maquette à l’échelle trois quarts, qui fait l’objet d’essais dans la grande soufflerie aérodynamique du NACA à Langley Field du 21 aout au . Les résultats sont assez décevants. Il est envisagé de remplacer la verrière intégrée au fuselage (comme sur le P-47B), qui réduisait la vue du pilote vers l’arrière, par une verrière bulle en « goutte d’eau » à vision totale sur 360 degrés, comme sur le P-47D et le P-51D.

Cependant, le XP-69 est développé parallèlement à un autre projet de Republic Aircraft, le XP-72, qui doit recevoir une autre motorisation : un moteur en étoile Pratt & Whitney R-4360 de 3 000 ch, de configuration plus classique, avec ses 28 cylindres disposés sur 4 rangs. Les performances du XP-72 étaient plus prometteuses que celles du XP-69, et de plus la livraison de ses moteurs Wright R-2160 (en) Tornado par Curtiss-Wright prenait du retard. L’USAAF décida donc l’abandon du programme XP-69 le , avant même que la construction du prototype ait débuté. C’est le XP-72 qui est commandé le [1] et vole pour la première fois le . Toutefois ce programme sera annulé à son tour, en raison du développement des premiers chasseurs à réaction américains.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) William Pearce, « Republic XP-69 Fighter », sur oldmachinepress.com, (consulté le 1er novembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Pelletier, « Republic XP-69 : Tornade sous un capot », Le Fana de l'Aviation, Clichy, Éditions Larivière, no 526,‎ , p. 50-52

Sur les autres projets Wikimedia :