Culture de Saqqaq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Culture de Saqqaq
Description de cette image, également commentée ci-après
Site archéologique saqqaquien de Sermermiut
dans la baie de Disko.
Définition
Autres noms Saqqaquien
Culture de Sarqaq
Lieu éponyme Saqqaq
Auteur Jørgen Meldgaard (da)[1],[2]
Caractéristiques
Répartition géographique Groenland (côtes nord-ouest, ouest, sud-ouest, sud, sud-est, est et nord-est[3],[4],[5],[1]
Péninsule de Bache (en) (île d'Ellesmere)[6],[7],[8]
Période Préhistoire du Groenland
Chronologie De 2 500 à 800 av. J.-C.[9],[1],[10],[2]
Type humain associé Paléoesquimaux (en)[11]
Tendance climatique Polaire

Subdivisions

Saqqaq ancien ; Saqqaq tardif

Objets typiques

Bifaces ; tête de harpon triangulaire ; industrie microlithique ; burins ; pointes en silex ; artefacts confectionnés en killiaq ; couteau à fente transversale ; lampe à huile fabriquée en stéatite ; structures d'habitat avec aménagement axial et foyer en forme de caisson[12],[13],[14],[15],[16]

La culture de Saqqaq (ou Saqqaquien, ou culture de Sarqaq) est une culture préhistorique du Groenland. Elle s'est développée sur la période comprise entre 2 500 et 800 ans av. J.-C. Avec celle de l'Indépendance I (2 400 - 1 300 ans av. J.-C.), le Saqqaquien est l'une des deux plus anciennes cultures archéologiques connues au Groenland.

Elle doit son nom à l'établissement de Saqqaq — situé au nord la ville d'Ilulissat, sur la rive est du détroit de Sulorsuaq (en) — (ou Vaigat), dans la partie nord de la baie de Disko, lieu de nombreuses découvertes et fouilles archéologiques.

La culture de Saqqaq, qui fait partie de l'ensemble appelé « tradition microlithique de l'Arctique », a été introduite puis définie dans les années 1950 par l'archéologue danois Jørgen Meldgaard.

Sommaire

Historique[modifier | modifier le code]

Premières fouilles et découvertes au XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Le zoologue Japetus Steenstrup, fouilleur à Sermermiut.

Les premières investigations archéologiques au sein la baie de Disko — en danois, Disko Bugt et en groenlandais, Qeqertarsuup Tunua[17],[18] — sont entreprises au cours du XIXe siècle. Cette zone géographique se révèle être « l'espace-clé » de l'historique des recherches archéologiques concernant la préhistoire du Groenland[19],[20].

Les fouilles réalisées dans la baie de Disko débutent au début du XIXe siècle, avec celles de la Société royale des antiquaires du Nord (da), dont les membres mettent en évidence des pièces lithiques[19]. Un corpus d'artefacts, résultant de prospections entreprises dans les années 1830 au sein d'habitations abandonnées sur le site saqqaquien de Sermermiut[Note 1], est présenté à la Société Royale des Antiquaires du Nord en 1838[21]. Une seconde série de pièces, comprenant des pointes de flèche confectionnées en « calcédoine verte » ainsi qu'une pointe de lance et un « ciseau » fabriqués en « ângmâq », est présentée devant les membres de la société d'antiquaires en 1843 par l'explorateur danois Christian Pingel (da)[21],[23],[24],[Note 2]. Dans les années 1850, le géographe et géologue danois Hinrich Rink (en) mène des fouilles sur le site de Sermermiut, recherches au cours desquelles des vestiges d'habitats, associés à des artefacts, sont mis au jour et dont il mentionne les résultats en 1857[26],[27]. Au cours des décennies qui suivent, le zoologue Japetus Steenstrup conduit des investigations au sein d'amas coquilliers du site et de la région environnante. Streenstrup effectue alors un inventaire du matériel archéologique collecté, dont il confie la conservation au musée national du Danemark[27].

Le botaniste Sven Berggren (en), fouilleur sur le site de Qajaa.
Le zoologue Per Öberg (sv), fouilleur sur le site saqqaquien de Qajaa.

Les recherches archéologiques reprennent au cours du deuxième quart du XIXe siècle avec les excavations réalisées par un médecin danois (le Dr G. F. Pfaff[Note 3]) résident à Ilulissat. Le médecin met au jour plusieurs artefacts à Sermermiut et Qeqertaq[19]. Les pièces recueillies par Pfaff sont ensuite confiées au musée ethnographique de Stockholm et sont ultérieurement identifiées, en 1907, comme étant de possibles objets préhistoriques groenlandais[19].

En 1870, lors d'une expédition conduite par l'explorateur norvégien Nils A. E. Nordenskiöld, Carl Fleischer, également établi dans le district d'Ilulissat, organise des investigations sur le site de Qajaa (ou, anciennement, Kaja)[19],[29]. Les fouilles sont alors menées par le botaniste suédois Sven Berggren (en) et le zoologiste Per Öberg (sv)[19],[29],[30]. Les fouilles de l'équipe norvégienne permettent de révéler deux amas coquillier contenus au sein de couches stratigraphiques d'environ de 3 m d'épaisseur[31],[32]. Les deux amas coquilliers fournissent plusieurs pièces archéologiques dont des outils, des restes organiques (dont des ossements d'animaux), et les vestiges d'un foyer[31],[32]. En 1871, dans son rapport de fouilles, Fleischer donne une description des horizons stratigraphiques de Qajaa et identifie les artefacts retrouvés sur les lieux comme étant des pièces fabriquées durant l'« âge de pierre »[31].

Fouilles et découvertes au début du XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1907, en regard des éléments matériels retrouvés sur les sites de Qajaa et de Sermermiut durant le XIXe siècle, l'ethnographe norvégien Ole Solberg (no), pose les bases d'une culture archéologique groenlandaise de l'ouest datée de l'« âge de pierre »[33],[34],[35],[36].

Le zoologue Morten Porsild (en), fouilleur sur le site de Sermermiut dans les années 1910.
L'archéologue Therkel Mathiassen, fouilleur sur le site saqquaquien de Qeqertap Qarsorsaa, à Qeqertaq, dans les années 1930.

En 1909, l'archéologue et conservateur du musée national du Danemark Thomas Thomsen[37],[38], pratique des sondages sur le site de Sermermiut[19]. Ces excavations sont suivies par des fouilles réalisées sur ce même site entre 1912 et 1918 par Morten Porsild (en) et Hother Ostermann[39] qui creusent une tranchée mesurant une longueur de plus de 50 m et disposée en bordure d'un escarpement rocheux[19]. Néanmoins, les couches stratigraphiques du site ayant été perturbées, les fouilleurs ne parviennent pas à distinguer les gisements de période paléo-esquimaude des dépôts et éléments matériels d'époque plus récente. Les investigations de Porsild et d'Ostermann ne permettent dès lors pas de définir et d'établir avec certitude un horizon culturel spécifique à l'« âge de pierre » groenlandais[19],[40]. Au début des années 1930, dans la région de Disko, l'archéologue et anthropologiste Therkel Mathiassen (en) met au jour des gisements préhistoriques non-perturbés et des structures d'habitats construites avec de la tourbe, notamment à Qeqertap Qarsorsaa, un site localisé dans la partie sud-ouest de l'île de Qeqertaq[19].

Découverte du site de Saqqaq Niaqornaarsuk[modifier | modifier le code]

Le site archéologique de Saqqaq Niaqornaarsuk, au sein de la localité éponyme de Saqqaq[Note 4],[Note 5], est découvert en 1948 par Hans Kristian Mosegaard, un archéologue amateur[16],[44],[45],[46],[47].

Sur le site, qui recouvre une surface de 12 m2 et un gisement stratigraphique d'une épaisseur de 30 cm, Mosegaard met en évidence un mobilier composé d'un total 182 outils lithiques — dont des pointes, des couteaux de type ulu, des têtes de harpons de forme triangulaire, des lames fabriquées en ardoise, et des marteau conçus en pierre[48] — associés à 304 éclats. Les analyses effectuées ultérieurement par l'archéologue danois Jørgen Meldgaard (da), montrent que parmi les pièces de débitage recueillies (les éclats), 164 sont faites de killiaq — l'équivalent, en langue groenlandaise, de la cornéenne[49] —, 64 constituées de calcédoine, et 67 composées de quartz[16],[44],[45],[47]. Parmi le gisement d'artefacts collecté, se trouve 58 pointes amincies d'une longueur variant entre 1.8 et 5,3 cm et 14 lames épaisses dont une mesurant 8,2 cm de long pour 2,5 cm de large[48]. En 1952, en regard du mobilier collecté et inventorié sur le site de Saqqaq (« Sarqaq »), Meldgaard fait état d'un « matériel-type de Sarqaq » et le définit comme étant un « groupe (ou ensemble) de l'ouest du Groenland »[48].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Découverte et définition de la culture de Saqqaq[modifier | modifier le code]

En 1953, Meldgaard entreprend des fouilles sur le site de Saqqaq. Ces prospections révèlent alors que la stratigraphie archéologique du site a été fortement perturbée, essentiellement en raison de l'exploitation de la tourbe. Les opérations d'excavation permettent d'exhumer 228 pièces d'outillage et 252 éclats — dont 234 faits de killiaq et 14 composés de quartz ou de chalcédoine —. Pour Tinna Møbjerg, compte tenu de l'importance du mobilier qui y a été collecté, le site de Saqqaq Niaqornaarsuk était, lors de son occupation, un très probable camp de base[16],[44],[45].

L'archéologue Helge Larsen (da) (ici en 1932[50]), fouilleur à Sermermiut et à Itinnera.
Sermermiut, bordé par le fjord d'Ilulissat. La culture de Saqqaq a été définie d'après les phases stratigraphiques de ce site.

C'est après les investigations conduites la même année par Meldgaard et Helge Larsen sur le site de Sermermiut (en), localisé dans la baie de Disko, qu'une « phase de Saqqaq » est définie[16],[44],[45],[47].

Dans un article publié en 1955, rapport de fouilles rédigé après une expédition américano-canadienne entreprise durant l'été 1954 dans la région d'Igloolik, Meldgaard, mentionnant les artefacts archéologiques retrouvés à Saqqaq, introduit pour la première fois la terminologie de « culture de Sarqaq » (« Sarqaq Kultur »)[51],[52],[47].

Trois ans plus tard, dans une publication de 1958, J. Meldgaard, en regard du profil stratigraphique mis en évidence sur le site archéologique de Sermermiut[Note 6], établit et définit la culture de Saqqaq[53],[9],[54],[Note 7]. Sermermiut, localisé à proximité du front glaciaire de Jakobshavn Isbræ, devient alors le premier site archéologique ayant permis d'établir l'« existence de cultures paléo-esquimaudes en contexte stratigraphique »[19],[53].

La même année, le site d'Ittinera (ou Itivnera), découvert quelque temps auparavant par Jens Rosing (en), est fouillé et excavé par l'archéologue Helge Larsen (da) accompagné de Rosing. Durant ces premières investigations, l'établissement Ittinera, inventorié « K-588 », délivre les vestiges d'une maison, des artefacts d'industrie lithique et osseuses, des pièces conçues en bois de renne, l'ensemble de ce corpus matériel est identifié comme étant de culture de saqqaquienne[Note 8],[56],[55],[57].

Fouilles et recherches ultérieures[modifier | modifier le code]

Années 1960 et 1970[modifier | modifier le code]

Le zoologue danois Ulrik Møhl, fouilleur sur le site d'Ittinera.
L'archéologue James Louis Giddings, fouilleur sur le site de Nũnguaq.

En 1960, une campagne de prospections est organisée du au par le musée national du Danemark sur le site de Nunguaq (ou Nũnguaq), un site localisé dans le fjord de Nuuk (anciennement, le fjord de Godthåb)[58], puis en 1963, en partenariat avec une équipe d'archéologues américains de l'université Brown (dont James Louis Giddings (en))[59],[60]. Lors de la campagne d'exploration de 1963, quatre autres sites saqqaquiens sont découverts dans le fjord de Nuuk[59].

Parallèlement, toujours au sein du fjord de Nuuk, des fouilles sont conduites à Ittinera (ou Itivnerra) en 1960[58] et 1961 par Meldgaard, puis au début des années 1970 par le zoologue et conservateur au musée de zoologie de Copenhague Ulrik Møhl[61], site sur lequel est retrouvé et identifié un assemblage faunique principalement constitué d'ossements de renne[62],[63],[12],[64].

Années 1980[modifier | modifier le code]

Séquence stratigaphique du site de Qajaa.

Au début des années 1980, en 1981, Jørgen Meldgaard mène des opérations de sondages à Qajaa, puis en 1982 aux côtés d'Hegge Larsen et de Jeppe Møhl. Lors de cette campagne de fouilles, l'archéologue et son équipe mettent au jour, parmi les 2,5 m de couches stratigraphiques du site, 19 amas coquillier. Ces gisements d'origine organique, préservés par le permafrost dû aux écoulements du glacier Jakobshavn Isbræ, délivrent alors de nombreuses pièces d'industries lithique et osseuse, l'ensemble présentant un bon état de conservation[31],[32],[65]. Les fouilleurs opèrent 6 nouvelles excavations, s'étendant sur une surface totale de 2 500 m2 et qui viennent s'ajouter aux deux sondages pratiqués par l'équipe de Fleischer au début des années 1870[31],[32],[66],[Note 9]. Au sein des différentes séquences stratigraphiques, Meldgaard et son équipe identifient des couches saqqaquiennes, recouvertes par des couches d'époque dorsétiennes et thuléennes[31]. Parmi les artefacts de type saqqaquien, les chercheurs collectent des burins, des lames, des microlames, des pièces de débitage, façonnés en killiaq, en quartz, ou en quartzite, ainsi que des harpons et des objets à destination domestique fabriqués en os ou en bois de renne[31]. Aux objets de culture saqqaquienne, se trouvent associés environ 15 000 ossements d'espèces fauniques, dont une grande partie provenant de spécimens de phocidés et 38 issus de spécimens canidés, l'ensemble attribués pour la même époque[66]. Pour Jeppe Møhl, le site de Qajaa, ou Qajâ, dont l'utilisation a été estimée entre 1 975 et 925 ans av. J.-C., a fourni la « première preuve » de la présence de chiens durant l'époque palaéoesquimaude[66].

Une campagne d'investigations est organisée sur le site de Qeqertasussuk entre 1983[68]. L'équipe de fouilles comprend alors deux archéologues et un archéozoologue[68]. Les fouilleurs pratiquent plusieurs sondages (dont un de 0,5 × 0,5 m) et retrouvent un important de gisement de pièces lithiques (notamment des bifaces et des microlames)[68]. Les chercheurs déterminent que la phase saqqaquienne du site de Qeqertasussuk comprise entre 2 400 et 1 400 ans av. J.-C.[68] Les investigations opérées sur le site reprennent en 1984 et se prolongent jusqu'en 1990[68]. En 1986, au sein d'une zone excavée mesurant 150 cm de long pour 50 de large, des kamiks sont découvertes sous forme fragmentée[69]. Ces bottes, confectionnées en peau de renne, sont munies de lanière en cuir[69]. Les morceaux de ces kamiks, dont l'un mesure 30 cm de long et un autre 20 cm, ont été datés d'environ 2 000 années av. J.-C.[69]. En 1987, lors de la campagne conduite sur le site, des espèces d'insectes fossilisés, tels que des Simplocaris mettalica (nl), ou encore des Byrrhus fasciatus (ordre des coléoptères, genre des otiorhynchia[70]) sont exhumés[71]. La mise en évidence de ces fossiles stratigraphiques permettent de donner une chronologie relative des différentes couches sédimentaires du site de Qeqertasussuk et d'évaluer le climat régnant à l'époque de son occupation préhistorique[71].

Fin des 1980 et années 1990[modifier | modifier le code]

En 1989 et dans la première moitié des années 1990, le site de l'île Nipisat fait l'objet d'une campagne de fouilles[72]. Le site archéologique, dont la surface excavée, à la fin des opérations en 1994, est d'environ 77 m2, délivre plusieurs vestiges d'habitats de petites tailles[72]. Ces habitations, de forme circulaire, mesurent entre 4 et 5 m de diamètre[72]. L'utilisation du site de Nipisat, inventorié sous les termes de « Nipisat I », est estimé, via la datation au 14C, entre 2 000 et 800 ans av. J.-C.[72]. Durant la campagne d'investigations, le site de Nipisat I délivre notamment plusieurs artefacts d'industrie lithique (bifaces, lames, éclats, retouchoirs, pointes fabriquées en quartz et en os), ainsi que des harpons et couteaux[72].

Environs de l'aéroport de Sisimiut dans la baie de Kangerluarsunnguaq, zone où se trouve le site d'Asummiut[Note 10],[75].
Akia, au nord-ouest du centre-bourg de Sisimiut.

En parallèle, durant la même période, l'archéologue Finn Kramer, alors conservateur du musée de Sisimiut (en), opère des sondages systématiques sur le site d'Akia[36],[76],[72],[9]. Pour Kramer, l'établissement saqqaquien d'Akia, localisé dans le district de Sisimiut, montre, sur sa phase finale, une « possible influence » pré-dorsétienne (en)[36],[76],[72],[9].

En 1994, alors que la construction de l'aéroport de Sisimiut venait d'être décidée, des fouilles préventives sont organisées sur le site d'Asummiut, également connu sous les noms d'Amerdlok[77],[78], Gamle Holsteinsborg et d'Assumiut, un ancien établissement saqqaquien (puis dorsétien et thuléen), implanté à environ 2 km des futures installations aéroportuaires[75],[79],[80],[81],[82],[83]. Ces investigations permettent d'exhumer 4 gisements saqqaquiens et dont les séquences chronologiques sont identiques à celles établies sur le site de Nipisat[80]. À Asummiut, plus de neuf vestiges d'habitat sont mis au jour, dont un révèle un aménagement axial[Note 11],[85].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Terminologie[modifier | modifier le code]

La culture de Saqqaq est désignée, en français, sous le terme de « Saqqaquien »[86],[87],[88],[89],[90], et a été anciennement appelée Sarqaq Culture (culture de Sarqaq)[3],[91],[92],[93].

Faciès archéologique[modifier | modifier le code]

Le faciès de la culture de Saqqaq est caractérisé par la présence de bifaces ; de têtes de harpon en os affecté d'une forme triangulaire ; de tête de harpons à barbelure — dont les types dit « Qt-B », retrouvés sur le site de Qeqertasussuk, disposant d'un unique crochet latéral de forme allongée[94] — ; une industrie microlithique ; des burins retouchés en coupe distale ; des éclats et éclats retouchés ; des pointes en silex de forme longue et effilée ; des retouchoirs ; des artefacts confectionnés en killiaq ; des lances en bois ; des propulseurs ; des couteaux à fente transversale ; des poinçons ; ainsi que des lampes à huile fabriquée en stéatite[12],[13],[14],[15],[16],[3],[95]. Des grattoirs, faits en killiaq, parfois conçus en calcédoine blanche, sont également portés à l'inventaire du mobilier lithique saqqaquien[96],[12],[16]. Pour l'archéologue Jens Fog Jensen, le mode opératoire spécifique au débitage des outils lithiques saqqaquien consiste à façonner le silex au moyen de plusieurs coupes verticales[97]. Le débitage laminaire propre à la technologie saqqaquienne est obtenu par le détachement d'un fragment de forme curviligne[97].

De nombreux outils et ustensiles domestiques, notamment les couteaux, les bifaces et les burins sont fabriqués en killiaq, l'équivalent de la cornéenne[49],[12],[16], ou de l'ardoise pétrificatée[98]. Ce type de matériau, également connu sous les termes de ângmâq, angmâq, angmaq et ammaaq[99],[21],[100],[23], présente une surface aisément polissable[12],[16]. Par ailleurs, les analyses réalisées sur certains artefacts fabriqués en killiaq, notamment quatre pièces retrouvées sur le site de Qeqertasussuaq, ont montré que ces outils de pierre taillée peuvent avoir une double fonctionnalité : ils sont munis d'un bord latéral faisant office de racloir et d'un second côté qui sert de grattoir[12]. Outre le killiaq, d'autres espèces minérales, notamment le quartz, la quartzite, la calcédoine (dont l'agate[96]), l'ardoise et la pyrite sont des matériaux fréquemment utilisés pour la confection des artefacts d'industrie lithique saqqaquienne[12],[16],[98],[14],[48]. De manière beaucoup plus rare, la pierre d'obsidienne peut être également utilisée dans la confection des pièces d'outillage[101].

Les types de matériaux organiques fréquemment utilisés sont le bois flotté — issu de variétés d'essences telles que l'épicéa, le larix et le pin —, l'andouiller de renne et les os de cétacés (en particulier ceux des baleines)[102],[103],[104]. Pour l'archéologue Bjarne Grønnow, « l’utilisation du bois flotté a joué un rôle déterminant dans la culture matérielle sophistiquée de la société saqqaq »[103]. Le bois flotté est essentiellement utilisé dans la conception des objets destinés à la chasse, dont les lances, les flèches, les javelines, et les harpons[103][Note 12], mais également pour la fabrication des kayaks[106][107][108].

Quelques harpons mis en évidence sur des sites saqqaquiens de Qajaa et de Nipisat, conçus en os de cétacés et d'autres confectionnés en andouiller de renne, présentent des ornements sous forme de deux à quatre rainures longitudinales. Ces motifs incisés sont régulièrement disposés de chaque côté de la pièce (dorsal et ventral) [109],[110]. Des motifs de forme rectangulaire ont été également observés sur des outils lithiques. Néanmoins, la nature symbolique que représente ces ornements n'a pas pu être déterminée[111].

Pour Meldgaard, dans une publication parue dans les années 1970[47], les peuples de la culture de Saqqaq, contemporains de ceux de l'Indépendance I, ont très probablement des ancêtres communs avec d'anciennes tribus d'Alaska et du Canada et conçoivent les mêmes types d'armes et d'outils. Selon l'archéologue, les cultures préhistoriques mises en évidence sur la zone qui englobe les territoires allant du détroit de Béring jusqu'à la partie est du Groenland présentent une « continuité » et une « homogénéïté »[3].

Le site archéologique denbighien d'Iyatayet, dans la région de recensement de Nome.

Compte tenu du faciès et des chaînes opératoires de matériel paléoesquimau pré-thuléen lithique retrouvé à Saqqaq — en particulier la technologie des microlames (en) en obsidienne —, la culture de Saqqaq pourrait être très probablement mise en relation avec la culture de Denbigh Flint tardive mise en évidence par l'archéologue américain James Louis Giddings (en) dans le complexe de Denbigh Flint (en), à Iyatayet, localisé au sein de la région de recensement de Nome[112], au Cap Denbigh[113],[54],[45],[44],[114],[115], une culture archéologique datée d'environ 5 000 ans AP[116],[117]. À ce titre, le site du lac de Matcharak, de culture denbighienne, localisé dans la partie nord-ouest de l'état de l'Alaska, au sein de la chaîne Brooks, et dont la période d'occupation est approximativement la même que celle de l'établissement de Qeqersassuak, présente un faciès archéologique très proche du saqqaquien, en particulier le type de matériau utilisé (notamment l'obsidienne) et la technologie de fabrication des burins — dont la base est débitée en « double facette », et affectent une forme de « moufle » —[118],[119]. La fréquente utilisation du bois comme matériau de confection artisanale se révèle également commune au deux cultures archéologiques[118].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Classification archéo-culturelle[modifier | modifier le code]

La culture de Saqqaq appartient à l'ensemble appelé « tradition microlithique de l'Arctique » (ou « ASTt »)[89],[120],[121],[122],[123],[124],[125]. La tradition microlithique de l'arctique (en anglais : « Arctic small tool tradition (en) »), a été définie par l'archéologue William N. Irving[126] en 1957, regroupe l'ensemble des cultures archéologiques et technologies lithiques sur un territoire s'étalant de l'est du détroit de Béring, en passant par l'Alaska (y compris les îles Aléoutiennes) et le nord du Canada, jusqu'à l'est du Groenland. Cet ensemble, l'« ASTt », est attribué, selon les estimations, entre 4 500 et 1 000 à 500 années AP (soit 2 550 à 1 450−950 ans av. J.-C.) — pour Marcel Otte, cet ensemble est attesté entre 5 000 et 1 500 ans avant le présent[89] — et est caractérisé par un faciès archéologique incluant un outillage et un débitage de très petite taille (l'industrie microlithique), dont des microlames, des éclats, des burins et des bifaces retouchés. Outre le Saqqaquien, ce groupe comprend le Pré-Dorsétien, l'Indépendancien I et II et le Denbighien[Note 13],[Note 14],[132],[130],[133],[134],[135],[121]. En outre, le saqquaqien peut également être classé au sein d'un sous-ensemble appelé « tradition microlithique de l'Arctique oriental », un sous-groupe qui inclut également l'Indépendancien I et II ainsi que le pré-dorsétien[128],[132].

Répartition géographique et principaux sites d'établissements[modifier | modifier le code]

Groenland[modifier | modifier le code]

Vue d'ensemble et principaux sites d'établissement[modifier | modifier le code]

La culture de Saqqaq est répartie sur les zones côtières nord-ouest — de la commune d'Uummannaq jusque dans le sud de la baie de Melville[136],[137] —, ouest, sud-ouest, sud, sud-est et est du Groenland[3],[4],[138],[5],[1]. Pour Tinna Møbjerg, la distribution géographique du Saqqaquien est « complémentaire à celle de l'Indépendance I »[64]. En outre, une grande partie des établissements saqqaquien sont disposés dans les aires territoriales intérieures et extérieures des fjords[139]. Le site inventorié « L4/065 », localisé dans la région de la ville de Nuuk, à proximité de la commune de Maniitsoq, et établi à dans l'aire du lac de Tarsartuup Tasersua, est le seul établissement saqqaquien connu se trouvant à l'intérieur des terres groenlandaises[140],[141].

Site archéologique de Qajaa (les zones entourées de pointillés blancs représentent les terrains excavés et fouillés).

Au Groenland, bien que l'aire de diffusion de la culture de Saqqaq recouvre approximativement les deux-tiers sud du littoral, les établissements qui présentent ce type de faciès archéologique ce concentrent principalement dans la zone ouest, au sein de la baie de Disko et sur la côte située au sud[138],[116],[64],[93]. Dans cette zone, les sites identifiés comme ayant une phase saqqaquienne sont, du nord au sud : Qaarsut[Note 15],[Note 16] ; Sermermuit (en), établi dans la partie sud-ouest du fjord glacé d'Ilulissat[144],[Note 17],[146] ; le site de Saqqaq, établit sur la côte méridionale de la péninsule de Nuussuaq (en)[147],[148],[149] ; Qajaa, situé à 18 km en axe sud-ouest d'Ilulissat, sur la rive orientale du fjord Jakobshavn Isbræ[Note 18],[150],[152] ; Qeqertasussuk, qui trouve son emplacement sur l'île de Tombolo, une terre qui se développe d'est en ouest sur longueur de 3 km et une largeur de 2 km du nord au sud, est localisé à 35 km en direction du sud du bourg de Qasigiannguit[Note 19],[150],[153] ; le site d'Akulliit (ou Akugdlît[154]), localisé à une dizaine kilomètres de Qeqertasussuk[155] ; le site de Nipisat, établi sur une île située à 15 km au sud de la commune de Sisimiut[Note 20],[156] ; Angujaartorfik, localisé dans la commune de Maniitsoq[Note 21],[157] ; Itinnera (cs)[138],[116],[64] (ou Itivnera)[158],[159] est localisé à l'embouchure du fjord de Nuuk et à 4 km en axe sud-ouest du village de Kapisillit[55],[56],[Note 22]. — l'établissement, dont la période d'occupation est datée au 14C entre (3 140 (± 120) et 2 960 années (± 110) avant le présent, comporte les vestiges d'un habitat ayant délivré une molaire d'un individu appartenant au peuple de Saqqaq[160] — ; et Akia[Note 23] (ou Akiani), situé dans la partie Nord de Sisimiut[76],[36],[162],[163].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Zone littorale nord-ouest, ouest et sud-ouest[modifier | modifier le code]

Sur le littoral ouest du Groenland, des traces de la culture de Saqqaq ont été identifiées d'Upernavik au nord, jusqu'à Qaqortoq, au sud[64],[3],[93].

Zone littoral nord-ouest[modifier | modifier le code]
Qasigissat, sur l'île d'Uummannaq.

Des traces de la culture de Saqqaq ont été inventoriées sur le littoral nord-ouest du Groenland, sur un territoire allant de d'Uummannaq jusque dans la partie sud de la baie de Melville[136],[137]. En raison du faible nombre de prospections archéologiques réalisées entre Uummannaq et Qannaaq, les connaissances sur la culture de Saqqaq au sein de cette région se révèlent relativement pauvres[165].

Dans la partie sud-ouest de l'île d'Uummannaq (en) des gisements d'artefacts confectionnés en stéatite ont été mis en évidence[166]. Ces objets, qui consistent essentiellement en lampes à huiles ont été retrouvés à proximité de carrières[166]. Ces carrières de stéatite, dont la surface présentent des empreintes d'extraction datées d'environ 2 000 ans av. J.-C., ont probablement été exploitées par le peuple de Saqqaq[166].

Baie de Disko[modifier | modifier le code]

Au sein de la baie de Disko (Qeqertarsuup Tunua en groenlandais[167]), les anciens établissements identifiés ayant une séquence chrono-stratigraphique comprenant une phase d'époque saqqaquienne certaine sont représentés, entre autres par les sites d'Iparalik, d'Ammaat, Uummannatsiaq, Uummannatsiaq « Est », Qaarsut, Ikorfat, Nuussutaa, dans le village de Nuussuaq ; de « Karl Thorleifs site », d'« Hannibals site », « Amalies site », Saqqaq Niaqornaarsuk, ceux de « Marsh Grass site » et d'Akunaaq, d'Illutisaat, d'Illorsuit, d'Ilerfit, de Tasilik, d'Illuluarsuup Talerua, d'Aarlungavik sud, de Tupersuit, d'Eki, d'Illumiut, d'Oqaatsuarsuit (Rypeholm Sundet), d'Eqaluit Nuuat (Laksebugt en danois), Nuuk, Niisat, de Marias, de Niaqornaarsuk Ilorleq, de Niaqornaarsuk Ilorleq, d'Illorsuatsiaat, ceux de Tunutta Imaa (Nord, Est et Ouest), Uigorleq, Tussaaq, Annertusoq, Ikamiut, Naajannguit, et Uingasoq[168].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Zones littorales et région sud-ouest[modifier | modifier le code]
Rives du lac de Tasersuaq, à Kangerlussuaq.
Le site d'Asummiut est situé ici en contre-bas du massif de Palasip Qaqqaa, près de la piste de l'aéroport de Sisimiut[172],[73],[74],[75].

Des fouilles entreprises sur un site se trouvant à Kangerlussuaq[Note 25], implanté sur les rives du lac de Tasersuaq (en)[173], ont permis de révéler des traces de période saqqaquienne[174].

La culture de Saqqaq est représentée sur le site d'Asummiut — inventorié sous les termes de « Asummiut SIK901 »[175] — établissement localisé dans le district de Sisimiut, et bordé par les rives de la baie de Kangerluarsunnguaq (qui s'ouvre sur le détroit de Davis) et utilisé les phases du Saqqaq ancien et récent (entre 2 500 et 500 ans av. J.-C.)[176],[177],[178],[179],[Note 26].

Vue satellite du lac Tasersiaq.

Les investigations préventives conduites en 2002 sur cinq établissements de culture saqqaquienne, situés sur les rives du lac de Tasersiaq (sv) ont permis de révéler plusieurs vestiges d'habitat. L'un d'entre eux, le site répertorié sous le nom d'inventaire « L127/138 »[Note 27], excavé sous une épaisseur d'environ 10 cm de couche sédimentaire, dispose d'un sol pavé, un assemblage probablement fait de pierres portées au feu. Une seconde ruine, répertoriée « L161/067 », est aménagée d'un foyer en caisson. Les restes charbonneux mis en évidence au sein de cet habitat saqqaquien sont datés entre 2 133 et 1 925 années av. J.-C. Sur le site « L161/067 », six ruines d'habitations d'époque saqqaquienne, ont été également découvertes. Ces six vestiges, datés entre 1 942 et 1 779 ans av. J.-C. sont aménagés d'une structure axiale et disposent d'une enceinte circulaire[140],[141]. Le site no L166/072, établi au sommet d'un promontoire, a, quant à lui, délivré deux habitats affectés d'une forme circulaire et associés à un mobilier constitué d'éclats de petite taille[140]. Au sein de le région du lac de Tarsartuup Tasersua, ces mêmes prospections ont permis de mettre au jour plus de six ruines disposant d'une enceinte circulaire de 2,5 m de diamètre[140],[141]. Ces vestiges, mis en évidence sur le site no L4/065[Note 28], à une profondeur d'environ un mètre au-dessous du niveau du lac Tarsartuup Tasersua, disposent chacun d'un aménagement axial (« midpassage »)[140],[141].

Vue aérienne du fjord de Nuuk.

D'anciens établissements implantés à proximité des rives du fjord de Nuuk (ou Nuup Kangerlua), tels qu'à Akia (ou Nordlandet en danois[181],[182]), dans le district de Maniitsoq[183],[Note 29] ; Tuapassuit, situé dans le nord Nuussuaq[185], à proximité de la localité de Qoornoq (en) — probablement un site ayant rassemblé plusieurs habitats (4 à 5) mais répartis de manière dispersée sur un territoire de se développant sur une longueur d'environ 100 m et daté d'environ 2 200 ans av. J.-C.[186] — ; ainsi qu'aux environs du village de Kapisillit[187],[188]. Des investigations préventives ont permis de retrouver un corpus composé d'un total 650 pièces d'artisanat saqqaquien, dans les couches stratigraphiques de l'un de ces sites. Ces artefacts, lors de leur mise au jour, était entourés par les ruines d'une structure d'habitation[187].

Dans une moindre mesure, des sites, tels que l'un de ceux mis en évidence à Narsaq (le site est répertorié sous les termes de « ferme landáma Ø 17a »), dans la municipalité de Kujalleq, ont révélé la présence d'une phase de période saqqaquienne recouverte par des couches stratigraphiques d'époque nordique[189]. Plus au sud, aux environs du Cap Farvel, la présence d'un faciès saqqaquien est également attestée sur une période allant jusqu'aux environs de 700 ans av. J.-C.[190],[191].

Zones littorales sud-est, est et nord-est[modifier | modifier le code]

Zones littorales sud-est et est[modifier | modifier le code]

Sur les côtes orientales du Groenland, le saqqaqquien est essentiellement représenté dans l'ancien district d'Ammassalik[15],[192] et à Uunarteq[Note 30], dans le fjord du Scoresby Sund[138],[93],[194].

Au sein du district d'Amassalik, la culture de Saqqaq est attestée dès 1 885 années av. J.-C.[192]. Dans cette région, les sites ayant des traces matérielles de culture saqqaquienne ont été identifiés sur l'île d'Ammassalik, dans la vallée et sur les du fjord de Sermilik, à Ikaasap Ittiva, ainsi qu'à Quarmiit. Ikaasap Ittiva, — également connu sous le nom de Ikâsap Igtiva), est ancien établissement bordé par un détroit (Ikaasap ou Ikasap) et localisé dans la partie orientale du fjord d'Ammassalik, à l'extrémité nord-ouest d'une île[15],[Note 31][15],[192],[138],[197],[198]. Le site d'Ikaasap Ittiva trouve également son emplacement à mi-chemin entre les localités de Kulusuk, en axe sud-sud-ouest et celle de Kuummiut, en axe nord-nord-est[15],[199]. Les premiers indices d'occupation saqqaquienne d'Ikaasap Ittiva, qui a délivré plusieurs pièces d'outillage lithiques comparables à celles des sites de Qeqertasussuak, de Nipisat ou encore de Sisimiut, sont datés d'environ 2 000 ans av. J.-C.[15] Les fouilles opérées à Ikaasap Ittiva ont permis de retrouver les vestiges d'une structure domestique affectée d'une forme circulaire[15]. La phase saqqaquienne du site cesse vers 1 000 ans av. J.-C. et est suivie par une période dorsétienne[15]

À l'embouchure du Scoresby Sund, dans sa partie nord-est[200], la culture de Saqqaq est attestée sur le site du Cap Tobin (en)[Note 32],[202],[203],[204]. Les gisements mis en évidence au Cap Tobin se présentent sous la forme de fragments de pièces d'outillage et d'éclats lithiques attribués au Saqqaq tardif[202][205].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Zones littorales nord-est[modifier | modifier le code]
Sud-est de la péninsule de Wollaston Forland (ici : environs de la station de Daneborg).

Plus au nord-est, à Cap Berghaus (sv)[Note 33], un établissement localisé dans le sud-est de la péninsule de Wollaston Forland (en), à proximité de la station de Daneborg, des traces de la culture de Saqqaq sont attestées par la présence de burins façonnés dans du basalte local et affectés d'une extrémité active en coupe distale retouchée[4],[204]. Sur un site archéologique localisé à quelques kilomètres de Cap Berghaus, en direction du nord-est, mais également sur le site inventorié « Cla-42 »[Note 34] des bifaces, des lames et des microlames de type saqqaquien, également fabriqués en basalte, ont été mis en évidence dans les années 2000[204],[206],[4].

Dans la même région, le site de l'île Walrus (anciennement Hvalros O, ou Hvalrosø[200],[194]), localisé à 2 km de l'île Sabine en direction de l'est[Note 35], a révélé deux vestiges d'habitations saqqaquiennes en pierre. Ces habitats préhistoriques, établies sur la partie nord-ouest de l'île Walrus, présentent chacune un espace dégagée et un plan au sol de forme ovale. La présence d'éclats fabriqués en basalte à grain fin et issus de la réalisation de bifaces débités retrouvés à l'intérieur des vestiges, a permis d'attester que ces deux habitats ont été occupés par des saqqaquiens[202].

Dans la zone nord-est du Groenland, des traces de la culture de Saqqaq ont été identifiées au Cap Breusing (sv) (anciennement appelé Cap Holcha), établissement situé dans l'est de l'île Clavering[Note 36][202],[194]. Le saqqaquien a été également diffusé au Cap Saint-Jacques (sv)[Note 37], ancien établissement localisé dans la partie sud-ouest de l'Île-de-France (également connue sous le toponyme de Qeqertaq Prins Henrik)[202],[203],[194],[208]. Le site du Cap Saint-Jacques a notamment délivré des vestiges d'habitations disposant d'une double plate-forme et aménagés d'une structure axial[203].

Île d'Ellesmere[modifier | modifier le code]

Panorama de la partie orientale de la péninsule de Bache.

Aux établissements saqqaquiens du Groenland, s'ajoutent également ceux identifiés sur la péninsule de Bache (en), dans la partie centro-orientale de l'île d'Ellesmere, dans le Nunavut, au Canada[6],[7],[8],[Note 38]. Les datations au 14C ont permis d'établir que ces quatre sites ont été utilisés sur une période allant d'environ 2 500 à 1 500−1 400 ans av. J.-C. Les fouilles opérées sur les 4 sites canadiens ont permis de révéler un mobilier composé d'artefacts lithiques et associé à un assemblage faunique[6],[8].

Les sites d'Ellesmere répertoriés « Bight Site - F1 » et « Bight Site - F2 » ont chacun délivré un os de bœuf musqué respectivement datés entre 2 180 à 1 880 années av. J.-C. et de 2 460 à 2 200 ans av. J.-C. Sur les sites inventoriés « Topo Site » et « Beacon Site », des ossements de Lagopède des saules ont été exhumés, les uns datés de 1 870- 1 630 ans av. J.-C. et les autres entre 1 495 et 1 400 ans av. J.-C.[6].

Un quatrième site de culture saqqaquienne, inventorié sous le nom de « Bight Site SgFm- 16 », localisé à l'extrémité sud-est de la péninsule de Knud (en) a fourni les mêmes types d'éléments lithiques et organiques[138],[210],[211],[6],[Note 39].

Carte de répartition des sites saqqaquiens

Sites de la culture de Saqqaq au Groenland et au Nunavut.
As
As
Qg
Qg
Qt
Qt
Uu
Uu
Sr
Sr
Narsaq
Narsaq
Kap Farvel
Kap Farvel
Sites de l'île d'Ellesmere
Sites de l'île d'Ellesmere
Upernavik
Upernavik
Sq
Sq
Qj
Qj
Qeqertasussuak
Qeqertasussuak
Ts
Ts
Tt
Tt
N1
N1
Angujaartorfik
Angujaartorfik
Itinnera K-588
Itinnera K-588
AkS
AkS
Sk
Sk
At
At
L1
L1
L4
L4
Ak
Ak
Ikâsap Igtiva
Ikâsap Igtiva
Sermilik
Sermilik
Cap Tobin
Cap Tobin
Qq
Qq
A1
A1
Walrus
Walrus
Cp
Cp
Cap Saint-Jacques
Cap Saint-Jacques
Cl
Cl
Légende 

  • Sq = Saqqaq
  • Qj = Qajaa
  • Qt = Qaarsut
  • Sr = Sermermiut
  • Qt = Qerqertasussuak
  • Ni = Nipisat I
  • Uu = Île d'Uummannaq
  • At = Asimmiut
  • Ak = Akia (fjord de Nuuk)
  • AkS = Akia (nord-ouest de Sisimiut)
  • Sk = Site à Kangerlussuaq
  • A1 = Site A1 à Cap Berghaus
  • Cp = Site au Cap Breusing
  • Qq = Site à Qerqertaq
  • Ts = Site du lac Tasersiaq
  • N1 = Nipisat I
  • Qg = Sites à Qasigiannguit
  • Tt = Tarsartuup Tasersua
  • Cl = Site Cla-42
  • L1 = Site L127/138
  • L4 = Site L4/065
  • As = Asummiut

Sites présentant un faciès archéologique proche du saqqaquien[modifier | modifier le code]

Ruines au sein d'Igloolik.
L'île Devon, où le Icebreaker Beach Complex a été fouillé.

D'autres lieux, fouillés dans la seconde moitié du XXe siècle, présentent un faciès archéologique ayant d'importantes similitudes avec celui de la culture de Saqqaq. Le Icebreaker Beach Complex, situé sur l'île Devon ; l'aire d'Igloulik[Note 40], dans l'île de Baffin ; et un ancien établissement localisé sur en bordure du littoral nord de Nunavik, ont révélé des mobiliers lithiques proches du saqqaquien ancien[214],[8].

Les établissements du Icebreaker Beach Complex, comme ceux de Port Refuge (localisé dans la partie sud-ouest de la péninsule de Grinnell[215],[216]), de Nipisat et de Qajaa (deux sites présentant des phases saqqaqiennes), a fourni des têtes harpons de type « Qr-B », un artefact de 47 × 9 mm et présentant des barbelures latérales. Ce type de pièce, dont la typologie a été établie sur le site saqqaquien de Qerqertasussuk, est datée de 2 200 ans av. J.-C.[217],[8]. En outre, des fouilles conduites dans les années 1980 sur site d'Igloolik, le Ice-breaker Beach, ont permis de révéler un masque morcellé et possiblement de culture saqqaquienne. Cet objet, qui mesure 6,5 cm de haut après reconstitution, a été mis en évidence au sein d'une couche stratigraphique de période pré-dorsétienne et daté entre 1 200 et 900 av. J.-C.[218].

Chronologie et époques[modifier | modifier le code]

Chronologie générale[modifier | modifier le code]

La culture de Saqqaq est attestée sur une période allant de 2 500 à 800 av. J.-C.[9],[1],[10]. Avec celle de l'Indépendance I (2 400 - 1 300 ans av. J.-C., le Saqqaquien est l'une des deux plus ancienne culture préhistorique du Groenland[219],[2]. La culture de Saqqaq est subdivisée en deux périodes : la première phase, dite de « Saqqaq ancien » et la seconde, appelée « Saqqaq tardif »[214],[64],[47]. Toutefois, en ce qui concerne le site de Nipisat, les archéologues Anne Brigitte Gotfredsen et Tina Møbjerg distinguent trois périodes chronologiques datées au 14C : la première s'étend de 2 020 jusqu'à 1 740 ans av. J.-C. ; la seconde se déploie entre 1 860 et 1 325 ans av. J.-C. ; et la troisième est comprise entre 1 310 et 810 ans av. J.-C.[220],[221],[80]. En outre, sur le même site, à partir de plusieurs échantillonnage stratigraphiques, une quatrième époque, qui s'étend jusqu'en 520 av. J.-C., peut être aussi identifiée à partir de plusieurs échantillonnage stratigraphiques[222]. Les deux archéologues ont également recensé trois phases chronostratigraphiques différentes concernant les sites d'Asummiut et d'Akia[80], établissements dont l'utilisation s'étend jusqu'aux environs de 500 ans av. J.-C.[83]

Saqqaq ancien[modifier | modifier le code]

Kangerlussuaq, où les sites Braya Sø et Lake E ont été excavés.

Les populations de Saqqaq ont très probablement migré vers l'ouest du Groenland à la faveur d'un optimum climatique survenu au cours de l'Holocène moyen[223]. L'établissement du peuple de Saqqaq au sein de la région occidentale du Groenland pourrait être également corrélé avec des conditions de dégradation environnementale, mais également par des facteurs socio-économiques[223]. Des recherches paléoclimatologiques réalisés sur deux séquence stratigraphique de deux sites (Braya Sø et Lake E) et localisés à Kangerlussuaq[Note 41] et datées au 14C des 5 600 dernières années, ont permis d'établir que les températures du lac bordant le village groenlandais ont varié d'environ °C entre 5 600 et 5 000 ans avant le présent, pour atteindre jusqu'à un maximum de 5,5 °C entre 3 200 et 3 000 ans AP[Note 42],[223]. L'optimum climatique mis en évidence à Kangerlussuaq, dans laquelle des traces du Saqqaquien sont attestées, coïncide avec la période de développement de cette culture[223].

Durant le Saqqaq ancien, les populations saqqaquiennes se sont progressivement implantées les zones littorales nord et sud, puis sur les côtes sud-est et est de l'île nord-américaine[224],[4],[1],[64],[138],[6],[8]. Parallèlement, des groupes saqqaquiens, partant du Groenland occidentale et traversant le détroit de Nares, sont venus s'établir de manière sporadique dans la partie nord-est de l'île d'Ellesmere, vers 2 500 ans av. J.-C. jusqu'en 1 500−1 400 ans av. J.-C. (datation au 14C)[138],[6],[8].

La première époque du saqqaquien, dont la fin est marquée par une « transition » estimée entre 1 600 et 1 400 ans av. J.-C., est contemporaine de la culture Indépendance I[1],[225],[9],[47].

Saqqaq tardif[modifier | modifier le code]

La seconde période de Saqqaq débute, selon les estimations et/ou le mode et le type de datation (absolue ou relative), aux environs de 1 400 ans av. J.-C., voire 1 300 ans av. J.-C.[226],[227],[9],[138],[224].

En raison de l'amplification du réchauffement climatique survenu à partir de 3 400 ans AP, c'est-à-dire durant la seconde phase du saqqaquien, le peuple de Saqqaq, au sein de la région de la baie de Disko, a été probablement contraint de développer de « nouvelles stratégies adaptatives »[9],[223]. L'amplification des températures apparue au cours de cette phase a particulièrement affecté les ressources alimentaires (terrestres et maritimes) des populations de Saqqaq[9],[223],[228],[229]. Des espèces fauniques habituellement chassées durant la première phase de la culture de Saqqaq, telles que le renne et certains taxons appartenant à la famille des phocidés, ont été nettement moins présentes sur ces territoires au cours de la seconde phase du saqqaquien[9],[223],[228],[229],[Note 43]. La diminution de ces espèces animales induit l'apparition d'un nouveau faciès d'artefacts conçus en matériau organique — os, ivoire, bois de cervidé — au cours du saqqaquien tardif. À contrario des objets façonnés en défense de morse ou de bois de renne ou encore d'os de Grand Pingouin, les pièces fabriquées à partir d'os issus de spécimens aviaires, tels que les oies ou les cygnes, mais également les eiders à duvet et les laridés deviennt plus fréquentes[9]. De même, l'artisanat saqqaquien évolue vers de nouveaux types d'harpons, et des objets, comme les lampes et des hameçons fabriqués en stéatite, totalement absent durant la phase ancienne, apparaissent au cours de la phase récente[9].

Dans l'ouest du Groenland, vers -1 300, les moyennes de température se révèlent être approximativement équivalentes à celles qui sont observées de nos jours. Cette phase climatique est suivie par une période de net refroidissement, estimée entre 700 et 400 ans av. J.-C. Bien que le peuple de Saqqaq n'ait plus occupé les autres éblissements groenlandais près 500 années auparavant, c'est seulement au cours de cette période, entre le début du VIIIe et la fin du Ve siècle av. J.-C., que la culture de Saqqaq disparaît de la région de Sisimiut. Parmi les sites saqqaquiens, l'établissement de l'île de Nipisat est le seul ayant été encore occupé après 800 ans av. J.-C.[226],[224].

Continuité, transition et succession[modifier | modifier le code]

Au Groenland, dans sa partie sud ou « bas arctique », le saqqaquien est, de manière globale, succédé par le Dorset I[89],[2],[230],[231], culture faisant partie de l'ensemble appelé « Greenlandic Dorset »[Note 44],[232],[233],[234]. Néanmoins, la problématique posée par la « discontinuité » ou la « continuité » entre ces deux cultures demeure encore non-déterminée[224],[47],[226]. À ce titre, en raison de plusieurs échantillons de datations au 14C relevé sur des sites (notamment ceux de la baie de Disko) ayant des phases saqqaquiennes et dorsétiennes, les résultats montrent que ces deux cultures se seraient probablement chevauchées[224]. Les gisements archéologiques découverts sur l'ancien établissement d'Akia, ainsi que ceux mis en évidence à Nipisat I, dans l'aire de Sisimiut, suggèrent que la dernière époque du saqqaquien final aurait été contemporaine du Dorset ancien. Ces même éléments suggèrent qu'il y aurait eu un processus de « continuum » ou de « transition » entre les deux cultures[36],[226],[9],[138],[83]. En outre, des éléments matériels recueillis sur les sites de Qeqertasussuak, de Qajaa, de Sermermiut et ceux mis au jour dans la commune de Sisimiut, suggèrent qu'il aurait eu un probable « contact » entre la culture de Saqqaq et celle de Dorset[235].

Au Canada, la période saqqaquienne des sites de l'île d'Ellesmere, qui s'étend sur environ un millénaire, montre une phase de transition prédorsétienne, puis une probable continuité avec l'époque dorsétienne[235].

Disparition[modifier | modifier le code]

Les circonstances précises dans lesquelles la culture Saqqaq a disparu n'ont pas encore été clairement identifiées et établies. Cependant, certains éléments matériels, tels que des restes organiques (fauniques, palynoloqiques, floraux[Note 45]), et les séquences sédimentaires, suggèrent que la disparition du peuple de Saqqaq pourrait être liée à des changements de conditions environnementales et climatiques (refroidissement des températures, baisse du niveau de la mer, diminution des ressources alimentaires)[151],[236],[223],[226],[237].

Datations[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant recense quelques exemples de macrofossiles recueillis sur différents sites saqqaquiens et ayant permis d'obtenir des datations absolues au 14C[238] :

Tableau d'assemblage d'écofacts collectés et inventoriés sur quelques sites saqqaquiens et leurs datations.
Nom binominal du taxon Nom vernaculaire Type de fossiles identifiés Illustration Datation au 14C en années (AP) Nom du site
Salix glauca Saule glauque Résidus carbonisés Salix glauca.jpg 3 630 Asummiut
Rangifer tarandus Renne os Barren ground caribou grazing with autumn foliage in background.jpg 2 670 K-6194 Nipisat
Rangifer tarandus Renne os Barren ground caribou grazing with autumn foliage in background.jpg 3 670 Angujaartorfik
Rangifer tarandus Renne os Barren ground caribou grazing with autumn foliage in background.jpg 2 815 AAR-3375 Nipisat
Rangifer tarandus Renne os Barren ground caribou grazing with autumn foliage in background.jpg 2 835 AAR-4159 Nipisat
Rangifer tarandus Renne os Barren ground caribou grazing with autumn foliage in background.jpg 2 860 K-5864 Nipisat
Rangifer tarandus Renne os Barren ground caribou grazing with autumn foliage in background.jpg 2 910 K-6460 Nipisat
Rangifer tarandus Renne os Barren ground caribou grazing with autumn foliage in background.jpg 2 920 K-6193 Nipisat
Rangifer tarandus Renne os Barren ground caribou grazing with autumn foliage in background.jpg 3 425 Aar-6198 Nipisat I
Phoca Phoque os Harbour seal.jpg 3 400 Qeqertasussuk
Rangifer tarandus Renne os Barren ground caribou grazing with autumn foliage in background.jpg 3 440 Angujaartorfik
Rangifer tarandus Renne os Barren ground caribou grazing with autumn foliage in background.jpg 3 650 AAR-6699 Nipisat I
Phoca Phoque commun os Harbour seal.jpg 3 820 Qeqertasussuk
Phoca - os Harbour seal.jpg 3 630 Kulup Qalorsaa
Littorina saxatilis (en) Littorine des rochers[239]
(anglais : Rough Periwinkle[240])
exosquelette Littorina saxatilis 01.JPG 3 445 AAR-3580 Nipisat I
Betula
Ericales
Bouleau
éricales
charbon, cendres Betula pubes.jpg 3 460 Nivertussanguak
Phoca - os Harbour seal.jpg 3 630 Kulup Qalorsaa
Salix et Betula Saule et
bouleau
charbon, cendres Salix arctica USFWS.jpg 3 730 Tupersuit

Peuple de Saqqaq[modifier | modifier le code]

Origine du peuple de Saqqaq[modifier | modifier le code]

Le géographe et ethnographe Hans Peder Steensby.

Les Saqqaquiens faisaient partie de l'ensemble de peuples appelés paléoesquimaux (en), ou Paléo-Eskimos et Tuniit[11],[241]. Le terme Paléo-Eskimo est introduit en 1916 par le géographe et ethnographe danois Hans Peder Steensby (da) lorsque celui-ci fait état de l'existence de cultures datant l'« âge de pierre » au sein de la région arctique[242],[243],[Note 46].

Depuis la découverte du Saqqaquien dans les années 1950, les chercheurs, dont J. Meldgaard en 1977[3] et Tinna Møbjerg en 1986[245], ont, durant quelques dizaines d'années, estimé que cette culture paléo-esquimaude avait été développée dans l'ouest du Groenland par des populations amérindiennes venues du Canada aux environs du XXVIe siècle av. J.-C.[246],[247].

Dès 1988, l'archéologue russe Nicolaj N. Dikov, inventeur et fouilleur du site Chertov Ovrag (en), suggère une probable « connection » entre les peuples paléoskimos nord-américaines et les populations paléosquimaudes tchouktches ayant occupé l'établissement est-sibérien[248],[249],[250],[251]. Le site archéologique de Chertov Ovrag, découvert en 1975 puis fouillé au cours des 6 années suivantes, présente un faciès archéologique ayant d'importantes similitudes avec celles de la tradition microlithique de l'Arctique, notamment en ce qui concerne la technologie et la morphologie des pièces d'industrie lithique[251],[248]. En outre, les têtes de harpons mises en évidence sur l'île de Wrangel montrent que les occupants du site pratiquaient très probablement la chasse des mammifères marins[251],[248]. Des ossements de phoques communs, de phoques annelés et de morses exhumés sur le site, ont permis de confirmer cette hypothèse[250],[248].

Panorama de l'île Wrangel, terre où le site paléoesquimau de Chertov Ovrag (l'un des possibles points de départ des peuples paléoesquimaux) a été mis au jour.

Au début des années 1990, l'archéologue Bjarne Grønnow fonde l'hypothèse que les populations palaéoesquimaudes nord-américaines, comprenant celle de Saqqaq, auraient probablement opéré une migration à partir de deux points géographiques situés dans l'extrême-orient sibérien : le site de Chertov Ovrag (en)[Note 47], localisé sur l'île Wrangel, et un second point établi à l'est de la péninsule Tchouktche[253]. Pour l'archéologue, ces populations auraient atteint le continent américain sur une période s'étendant entre 12 000 et 8 000 ans avant le présent, puis seraient venues s'établir au sein de la région ouest du Groenland après avoir parcouru une distance d'environ 15 000 km[253]. En 1996, l'archéologue canadien Robert McGhee (en), en se basant sur les investigations et les recherches antérieures, propose que les peuples palaéo-esquimaux, dont celui de la culture de Saqqaq, pourraient être probablement des descendants de populations originaires de Sibérie[254],[255]. Dikov vient confirmer son hypothèse initiale en 2004[256],[248],[250].

Le peuple de Saqqaq au sein de deux arbres phylogénétiques[257].

Des travaux plus récents, conduits en 2008 par des danois et d'autres équipes européennes[247], grâce à une boule de cheveux datée d'environ 4 000 ans AP[Note 48] et contenant une séquence d'ADN bien conservé, ont montré que le peuple de Saqqaq possédait un patrimoine génétique très proche des populations Koriaks, Nganassanes, et Tchouktches. De facto, les analyses de ces restes pilleux fossilisés, mis en évidence sur le site archéologique de Qeqertasussuk, au sein d'une couche sédimentaire gelée par le permafrost, ont permis d'établir que le peuple de Saqqaq avait un patrimoine génétique différent de celui des Inuits et qu'ils n'avaient probablement pas pour ancêtres des peuples d'origine amérindienne, mais des populations paléo-sibériennes issues du centre et de l'est sibérien — des péninsules de Taïmyr et de celle de Tchoukte, située à l'extrême est de la Russie — et ayant traverser le détroit de Béring il y a environ 5 500 ans AP[246],[247],[160],[Note 49].

Rites funéraires et religieux[modifier | modifier le code]

L'ensemble des recherches archéologiques conduites sur les sites saqqaquiens ont permis d'attester que les tombes, sépultures, ou tout autres types de structures funéraires, sont rares, voire quasi-absentes de cette culture paléo-esquimaude[259],[47].

Toutefois, les fouilles conduites en 1987 sur le site de Qeqertasussuak, ont permis de révéler une structure en pierre comprenant un amas coquillier[97]. Au-dessous de l'amas, disposé au centre, les archéologues ont découvert une sorte de « ciste »[97]. Lors de sa mise au jour, cette fosse, qui se présente sous la forme d'un carré de 0,20 × 0,20 cm contenait des ossements humains fragmentés[97]. Pour les chercheurs ayant opéré l'exhumation, ces éléments pourraient possiblement indiquer une forme de « culte » funéraire, ou encore une forme de croyance religieuse chez le peuple saqqaquien[97].

Le domaine funéraire de la culture de Saqqaq a été pour la première fois documenté par quatre restes osseux humains retrouvé relativement bien conservés, quoique sous forme fragmentée, sur le site de Qeqertassassuak. Lors de leur mis au jour, ces restes comprenaient un humérus, mis en évidence dans des couches sédimentaires datées de 2 400 à 1 600 ans) ; un tibia et deux fibulæ, les trois datés entre 1 900 et 1 700 ans av. J.-C.. Les recherches ont montrées que ces os, déposés au sein d'un amas coquillier, ont été probablement cassés de manière intentionnelle. Bien qu'aucune structure mortuaire ne soit associée à ces restes humains, les archéologues estiment que la déposition mise en évidence à Qeqertassassuak représente une probable forme de pratique funéraire spécifique au peuple de Saqqaq[260],[261],[160]. Le même site a délivré les restes de deux ou trois individus adultes appartenant au peuple de Saqqaq[262].

Par ailleurs, il est possible, par le biais des différents mobilier exhumés autour des défunts, de mettre en perspective une différence de rite funéraire des individus selon leur sexe. Les lampes à huiles, les éléments de vaissellerie (récipient, cuillère, plateaux fabriqués en bois et couteaux bifaciales) se révèlent spécifiques au mobilier funéraire accompagnant les défuntes[263].

En outre, le mobilier associé aux défunts se révèle fréquemment constitué d'une sorte de tambour, sous forme complète ou fragmentée. La présence de ces objets pourrait être probablement liée à une forme, ou une manifestation, de rite chamanique. Néanmoins, ce type d'artefact, qui se retrouve également au sein de la culture de Dorset, mais conçu avec des techniques artisanales ayant évolué, a été généralement mis en évidence hors contexte-funéraire et, le plus souvent, au sein de vestiges d'habitation[264],[263],[259].

Organisation sociale[modifier | modifier le code]

L'organisation de la société saqqaquienne, probablement flexible, souple et égalitaire, reposait sur de petits groupes de personnes liés par des relations de parenté et de partenariat. Bien que le noyau familial constituait le principal élément de base de la société de Saqqaq, ces groupes de même parentée devaient probablement entretenir entre eux une coopération s'étendant sur un court ou un moyen terme[265].

En outre, la société saqqaquienne devaient probablement être caractérisée par un maillage de petits clans locaux, interdépendants et exogames. Pour l'archéologue Bjørnar Olsen, ces groupes, afin de maintenir leur cohésion sociale, auraient probablement « promotionné » des relations simultanément « bilatérales » (ou réciproques) et « bilocales »[266].

Habitats[modifier | modifier le code]

Généralités[modifier | modifier le code]

Exemple de cercle de tente construit en pierres.

Les structures domestiques saqqaquiennes, construites au moyen de tourbe et de pierres, sont affectés d'un plan au sol de forme ronde ou ovale et sont munies d'un accès régulièrement disposé au centre de la façade[3]. Les habitations saqqaquiennes, souvent temporaires[266],[267],[268], peuvent également se présenter sous la formes de « tentes » dont les pans sont conçu en peaux de bêtes[139],[269]. Ce type d'habitation disposent d'une base (ou « cercle de tente ») circulaire ou ovale construite en pierre[139],[269]. Ces cercles de tente, qui supportent les éléments d'armature et permettent de maintenir les pans au sol, ont un diamètre variant entre 3 et 6 m[269]. Une partie des habitats de ce type comportent une double structure circulaire concentrique[269]. En outre, certaines habitations sont aménagées d'une enceinte construite en tourbe[269].

D'autre part, les habitations saqqaquiennes sont régulièrement aménagées à une altitude plus élevée que les lieux de vie dorsétiens[270],[271]. Durant la période de Saqqaq, ce mode de disposition spatiale aurait probablement été induite par un niveau des eaux relativement important[270],[271]. Des fouilles, menées dans la région de Sisimiut, ont montré que les établissements saqqaquiens se trouvaient à environ 12 m au-dessus du niveau de la mer, tandis que les établissements dorsétiens étaient situés à une cote comprise entre 4 et 8 m par rapport au niveau des eaux[270],[271]. Les mêmes observations ont été relevées à Kangerlussuaq et dans l'ensemble de la baie de Disko[270],[271].

Des opérations de reconnaissances archéologiques et des sondages conduits en 1995 et 1996, ont montré qu'aux environs de 1 700 1 600 ans av. J.-C., durant la fin du Saqqaq ancien, le type d'aménagement des habitats et l'organisation spatiale des établissements ont fait l'objet de profonds changements[272].

Structures, aménagements axiaux et foyers en caisson[modifier | modifier le code]

Trois sites saqqaquiens datés d'environ 4 000 années AP, et qui trouvent leur emplacement dans la localité de Qussuk (sv), dans la partie nord-est du fjord de Nuuk, Narsaarsup nuua, Nuugaarsuk et Kikiallit nuuat, ont révélés des structures présentant un plan au sol de type axial. Dans les trois cas étudiés, qui présentent une conception architecturale spécifique à la culture de Saqqaq, les habitats disposent d'une pièce en (une sorte de « boîte » en forme de « nid d'oiseau ») aménagée dans la partie centrale et qui comportent un foyer entouré de pierre non-craquelées, mais présentant des traces de combustion. Ces blocs de pierre sont probablement destinées aux préparations culinaires[84].

Habitats et foyers de Narsaarsup nuua[modifier | modifier le code]
Exemple de structure aménagée d'un cercle de tente en pierre et disposant d'un foyer central avec des pierres culinaires.

Dans le cas du site de Narsaarsup nuua, dont la superficie excavée est de 16 m2 et où des prospections ont permis de délivrer un éclat en killiaq et fragments de pierre carbonisées, deux foyers ont été mis en évidence. L'un de ces deux foyers, sous forme de caisson, dispose d'une enceinte d'une surface d'1 m2 et une chambre interne mesurant 60 cm de long pour 50 cm de large. La structure comporte 80 blocs de pierre dévolues aux confections culinaires. Le second foyer, un ensemble à plan axial, se développe sur une longueur de 2,5 m sur une largeur de 0,4 m. Cette structure, disposée sur un axe d'orientation littoral/arrière-pays, comprend trois sections et 60 pierres destinnées aux confections culinaires. La section sud, demeurée relativement inctate, est constituée de sept blocs de pierre. La section nord, en majeure partie détruite, comporte un bloc craquelé par le feu et dont les dimensions sont 70 × 25 × 6 cm. Le chantier de fouilles de Narsaarsuup nuua a permis de délivrer deux burins, deux éclats en chalcédoine, plusieurs en quartzite et quelques-uns en killiaq, le tout associé au foyer en forme de boîte. Des pointes, des propulseurs et des burins ont été portés à l'inventaire du mobilier recueillis au sein des vestiges de la structure axiale[84].

Habitats et foyers de Nuugaarsuk[modifier | modifier le code]

Le site de Nuugaarsuk, d'une profondeur de 15 cm, et dont la superficie sondée recouvre également 16 m2, a révélé deux foyers. Le premier, situé dans la partie ouest du chantier de fouilles, est affecté d'une forme circulaire et construit au moyen de 4 à 5 blocs en quartz blanc de 0,5 m de haut sur 0,2 m de large. Sa chambre interne mesure environ 40 × 35 cm et comporte une vingtaine de pierres culinaires et une mince couche de cendres. La seconde structure de foyer consiste en un assemblage de pierre non-taillées dont la plus imposante mesure 55 × 23 × 2 cm. La chambre de combustion comprend une trentaine de pierres culinaires et résidus charbonneux de 2 m3 de volume. Un troisième vestige, situé à 1,7 m en direction du nord, présente un plan au sol de forme ovale, et a été bâti au moyen de seize blocs de pierre taillé de 30 cm de long sur 30 de large. Le mobilier recueilli lors des fouilles de 2002 est composé de 30 pièces d'outillage ou de fragments d'outils ainsi que d'un total de plus de 200 éclats retrouvés dans les couches sédimentaires argileuses. Des éléments d'armement et des lames, et des micro-lames, répartis sur l'ensemble du site, viennent compléter le corpus archéologique[84].

Habitat et foyer de Kikiallit[modifier | modifier le code]

Le troisième site archéologique, à Kikiallit nuuat, a délivré une les ruines d'une structure d'habitation d'environ 10 m2 et comportant une construction à plan axial de 300 × 50 cm et divisé en trois sections. Cet habitat a été construit avec des blocs de pierre, certaines présentant la forme d'un rectangle (mesurant alternativement 60 × 10 × 5 cm ou 50 × 25 × 6 cm) ; et d'autres d'aspect plus massif et dont les dimensions sont 40 × 35 × 5 cm. Quelques-uns de ces blocs présentent des traces évidentes de combustion. Le mobilier exhumé sur les lieux est principalement constitué de 17 microlames façonnées en quartz ; 787 pièces de débitage, dont 752 conçues en killiaq et 23 en quartzite ; de 19 burins en killiaq ; et 11 pointes également fabriquées en killiaq[84].

Habitats d'Itinnera[modifier | modifier le code]

Le site d'Itinnera, excavé et fouillé entre 1958 et 1988, représente le lieu classique d'un établissement saqqaquien. L'ensemble du site, qui recouvre une superficie de 300 m2, est constitué d'un total de 19 habitations, dont dix placé en son centre et neuf disposé en périphérie. Le hameau préhistorique d'Itinnera a fourni un total de 1 270 objets lithiques façonnés et en viron 14 000 éclats[56].

Habitats de Nuunguaq[modifier | modifier le code]

Le site de Nuunguaq, localisé à une dizaine de kilomètres au nord-ouest de Kapisillit est découvert en 1952 par Jørgen Meldgaard, puis fouillé jusqu'en 1962. L'établissement préhistorique a revélé 5 structures d'habitations[56].

La première, la « structure A », de forme ovale, est longue de 5,5 m et large de 5 et présente des murs externes constitués de pierres dont les parties supérieures sont taillées. Elle est munie d'un mur interne disposé en son centre mesurant 2 m de long sur 80 cm de haut et qui divise l'ensemble de l'habitat en trois pièces. La structure dispose d'un accès orienté vers le nord-ouest. Des traces de tourbes ont été mis en évidence entre les pierres composant les murs. Les vestiges se trouvent associés à un amas coquillier recouvrant une surface de 16 m2. Les prospections ont permis de recueillir 321 artefacts lithiques et 252 éclats[56].

La seconde structure, dite « structure B1 », également affectée d'un plan au sol ovale, mesure 6 m de long pour 4,2 m de large. Ces murs externes sont composés d'une double enceinte de pierres. Cette habitation dispose, placé en son centre, d'un foyer caissonné mesurant 80 × 60 cm. Les vestiges comprennent un gisement coquillier au sein duquel 1 370 artefacts ont été retrouvés sous forme complète ou fragmentée, ainsi que 1 114 pièces de débitage[56].

Les quatre autres ruines de maisons, les structures numérotées 1, D, et E, à contrario des vestiges B1, comportent un seul cercle de tente en pierre. Les ruines de l'habitat D comprennent un foyer en forme de boîte[56].

Ressources alimentaires[modifier | modifier le code]

Les ressources alimentaires du peuple de Saqqaq sont basées sur la chasse et la cueillette. Les études réalisées sur les restes organiques retrouvés sur plusieurs sites archéologiques ont permis d'établir que les phocidés, les rennes et les espèces aviaires constituent des éléments très important du régime alimentaire des saqqaquiens. D'autres espèces fauniques, telles que le renard arctique, les poissons, le lièvre arctique et l'ours polaire, viennent compléter les ressources alimentaires des populations saqqaquienne. Des ossements de cétacés ont également mis en évidence sur des sites. Cependant, aucun élément n'est venu confirmer que ces taxons de mammifères marins ont fait l'objet d'une chasse par des saqqaquiens ou ont été victimes d'une simple prédation[265]. Des récentes analyses ADN de restes fauniques, ossements recueillis au sein de dépôts coquilliers sur les sites de Qajaa et de Qeqertasussuaq et datés d'environ 4 000 ans, ont permis d'établir que les populations de Saqqaq exploitaient les ressources procurées par le corps de Baleine boréales (Balaena mysticetus)[273].

Domestication des chiens[modifier | modifier le code]

Après la première mise en évidence de restes de canidés datés de l'époque de palaéoesquimaude dans les années 1980[66], d'autres ossements de chiens ont été exhumés sur les sites de « Nipisat I » et de Qeqertasassuk, la découverte de ces restes organiques venant ainsi confirmer la coexistence du peuple saqqaquien avec cette espèce[274],[275]. Les saqqaquiens étaient probablement accompagnés par quelques chiens (par groupes de 4 à 5 individus) lors de leurs déplacements, et en particulier pendant les périodes de chasses[275],[274]. L'espèce canine a très probablement fait l'objet d'une domestication par le peuple de Saqqaq[274]. Toutefois, aucun élément matériel de harnais d'époque saqqaquienne n'ayant été encore retrouvé, il n'existe pas encore de preuve directe que les chiens aient été, utilisés, à cette époque, pour tirer attelages[274].

Embarcations[modifier | modifier le code]

Exemple de structure en bois d'un kayak.
Exemple d'un Umiak, en bois et peaux de bête.

Il est probable que les populations de Saqqaq, lors de leurs déplacements maritimes, se servait de kayaks propulsés au moyen de pagaies[276],[277]. Un élément de membrure fragmenté, une varangue, a été mis au jour sur le site saqqaqqien de Qeqertasussuk[278],[279],[280]. L'ensemble de la pièce, lors de sa découverte, est composé de six fragments[278]. Cet élément de structure de kayak, qui se présente en forme de U aplati (permettant ainsi d'assurer la stabilité de l'embarcation), mesure 35 cm de large pour une hauteur de 22 cm. La pièce a été datée aux environs de 2 200 ans av. J.-C.[279],[280],[278]. Par ailleurs, le style et la conception des kayaks saqqaquiens présentent de fortes similitudes avec ceux propres aux embarcations de la culture du Béring Ancien (en)[278]. Le site a également livré les vestiges de pagaies fabriquées en bois datés de cette période[277].

Les populations de Saqqaq devaient également utiliser des umiaks, comme l'attestent les fragments de membrure de ce type d'embarcation mis en évidence sur le site de Qeqertasarssuaq. Chez le peuple de Saqqaq, ces barques, individuelles dans le cas du kayak et collective dans celui de l'umiak, sont construites en bois et en peaux de bêtes et sont principalement destinées à la chasse de mammifères marins (notamment les espèces appartenant à la famille des phocidés)[280],[277].

Témoignages du passé et mise en valeur[modifier | modifier le code]

Il est possible de visiter d'anciens sites saqqaquiens, notamment à Sermermiut ainsi qu'à Qajaa, des lieux qui s'inscrivent au sein de la vallée du fjord glacé d'Ilulissat[276],[281],[282],[283], un bien naturel ayant fait l'objet d'une inscription au titre de patrimoine mondial de l'Unesco en 2004[284]. En outre, des vestiges peuvent faire également l'objet de visites sur le site saqqaquien d'Asummiut (également appelé Amerloq[285]), ancien établissement occupé au cours les périodes du Saqqaq ancien et récent (entre 2 500 et 500 ans av. J.-C.) et localisé à proximité de l'aéroport de Sisimiut[172],[176],[177],[286],[287].

Le dossier d'inscription et de nomination de l'aire d'Aasivissuit – Nipisat[Note 50], sur la liste du patrimoine mondial de l'Unesco a été proposé par le gouvernement du Groenland et la municipalité de Qeqqata en 2017[Note 51],[78]. Le bien proposé inclut des sites archéologiques tels que celui de Nipisat et Asummiut[78]. Le site « Aasivissuit-Nipisat. Terres de chasse inuites entre mer et glace » est inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO en 2018[289].

Le musée national du Groenland abrite des collections d'artefacts attribués à la culture de Saqqaq retrouvés au sein de sites archéologiques. L'établissement muséographiques propose également aux visiteurs des reconstitutions de vestiges et d'habitats paléo-esquimaux[290],[291],[292],[293].

Une centaines d'artefacts lithiques, dont des bifaces, découverts sur les sites saqqaquiens de Qeqertaq et Qeqertaq-Qarsorsaa, collectés à la fin du XIXe siècle par le Dr G. F. Pfaff[Note 52], puis par Adolf Erik Nordenskiöld, sont actuellement conservés au musée ethnographique de Stockholm[294],[295],[22]. D'autres objets issus de fouilles sont également conservés au musée national du Danemark, à celui de Sisimiut (en)[296],[297],[298],[299],[300] — notamment les pièces archéologiques collectés sur les sites de Nipisat I, d'Asummiut et d'Akia (quartier nord-ouest de Sisimiut)[83] —, au musée d'Ilullissat (le museum Kud Rasmussen (en))[301], ainsi qu'au museum de Qasigiannguit[302],[303],[Note 53].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les pièces lithiques découvertes à Sermermiut au cours des années 1830 ont été ultérieurement identifiées, dans les années 1990 et 2000, comme étant des artefacts de type saqqaquien[21],[22].
  2. Lors de la présentation des artefacts datés de l'âge de pierre retrouvés entre 1832 et 1841 dans la région de la baie de Disko historien naturaliste Peter Christian Pingel[25] en donne les descriptions suivantes :

    « Cabinettet besidder allerede en anseelig Samling af Harpun-, Landse- og Pilespidser og lignende Jagtvaaben og Redskaber af Been og Steen, fundne især paa gamle Grave fra Eskimoernes Hedenold; de fleste Steensager ere forfærdigede af en haard Steenart af blaagraa eller sorlegron Farve, der nærmer sig til Flint eller Ilornsteen, og som Grønlænderne kalde angmåk; nogle dog ogsaa af forskjellige andre Qvartsarler, enkelte af Bjergkrystal og Chalcedon i flere Farver. »

    — Christian Pingel, Eskimoiske Oldsager fra de Artiske Lande, Revue de la Société Royale des Antiquaires du Nord - Antiquarisk tidsskrift, 1843 p. 36-37[23].

     ;

    « [...] er vel en ufuldfort Od til en Fuglepil, om dette Stykke ikke har haft anden Bestemmelse. I Grave og Fluusruiner fra Eskimoernes Hedenold paa Bakkerne omkring Sermermiut (en) ved Jacobshavn har man tundel et stort Antal saadanne Pilespidser, nogle endog saa smaae, at de ikke ere fuldt 3/4 lange, men mange betydelig storre og tildeels med nogen Variation i Formen, de fleste dog omtrent som de her afbildede. »

    — Christian Pingel (da), Eskimoiske Oldsager fra de Artiske Lande, Revue de la Société Royale des Antiquaires du Nord - Antiquarisk tidsskrift, 1843 p. 41[23].

    .
  3. Durant la fin du XIXe siècle, le Dr Pfaff a également participé à la collecte de fossiles marins au sein de la région de la baie de Disko[28].
  4. Le terme groenlandais Saqqaq signifie littéralement « côté au soleil » (en anglais, sunny side)[41],[42].
  5. Le village de Saqqaq, situé au nord la ville d'Ilulissat, sur la rive est du détroit de Sulorsuaq (en) (ou Vaigat), dans la partie nord de la baie de Disko et établi au sud de la péninsule de Nussuaq (en)[43], a pour coordonnées géographiques : 70° 01′ N, 51° 57′ O[18].
  6. Le profil stratigraphique de Sermermuit présente trois phases stratigraphiques : les phases dorsétienne, puis thuléenne sont superposées à celle du saqqaquien[53].
  7. En 1958, l'archéologue danois évoque et détermine la culture archéologique de Saqqaq en ces termes :

    « Egelig i 1952 begynte man at konturerne af en endnu tidligere befolkning i Vestgrønlande. Stensager fra udstedet Sarqaq, stedet på « solsiden », gav da navn til Sarqaq-Kulturen.[...] Over selve grusbunden tegnede der sig i profilen en tynd muldliglende strib, hvis indholt af spredte stenredskaber kunne bestemmes som tilhørende den kultur vi i forvejen kun svagt anede konturerne af: Sarqaq-Kulturen.. »

    — Jørgen Meldgaard, Grønlændere i tre tusinde år I, Tidsskriftet Grønland, 1958[53].

  8. Des fossiles palynologiques de genévrier nain Juniperus communis saxatilis retrouvés sur les lieux, permettent de dater le site d'Ittinera[55].
  9. De récentes études climatologiques et archéométriques ont montré que les dépôts coquilliers du site de Qajaa, préservés dans des couches de permafrost jusqu'à leurs excavations en 1871 puis au début des années 1980, pourraient faire l'objet d'altérations et de dégradations induites par le phénomène de réchauffement climatique[67].
  10. Le site d'Asummiut est localisé à l'est de l'aéroport de Sisimiut[73],[74].
  11. Ce type de structure se traduit, en anglais, par le terme « midpassage »[84].
  12. Sur les deux seuls sites de Qajaa et de Qeqersasusuak, environ 23 000 pièces fabriquées en bois ont été mises au jour sous forme complète ou fragmentée[105].
  13. Le dorsétien et la tradition de Norton (en), dérivent de la phase finale de l'ASTt[127],[128],[89].
  14. À ces cultures archéologiques identifiées comme appartenant au groupe dit de la tradition microlithique de l'Arctique, les archéologues ajoutent le Groswatérien (en), qui marque une phase de « transition » entre les cultures pré-dorsétienne et dorsétienne dans la région arctique orientale. Le Groswatérien, introduit par l'archéologue et anthropologiste québécois William Wyvill Fitzhugh (en) en 1972, s'est développé entre 2 500 et 2 100 ans av. J.-C. sur les territoires de Terre-Neuve et du Labrador, dans sa partie sud[129],[130],[89],[131].
  15. Le site de Qaarsut a délivré plusieurs artefacts de culture saqqaquienne : des bifaces, des têtes de harpons, des haches et des lames[142].
  16. Qaarsut se trouve au point de coordonnées géographiques suivant : 70° 43′ 55″ N, 52° 43′ 13″ O[143].
  17. Le site archéologique de Sermermiut se trouve au point de coordonnées géographiques suivant : 69° 12′ N, 51° 11′ O[145] ; 69° 12′ 08″ N, 51° 07′ 35″ O[146].
  18. Les coordonnées géographiques du site de Qajaa sont, dans le système géodésique WGS 84, les suivantes : 69° 08′ N, 50° 42′ O[150]. Les coordonnées géographiques de Qajaa en système décimal sont : 69° 07′ 39″ N, 50° 42′ 07″ O[151].
  19. Les coordonnées géographiques de Qeqertasussuk sont, dans le système géodésique WGS 84, les suivantes : 68° 35′ 31″ N, 51° 04′ 16″ O[150]. Dans le système dms, le site de Qeqertasussaq se trouve au point de coordonnées suivant : 68° 35′ N, 51° 07′ O[153].
  20. Les coordonnées géographiques du site de Nipisat sont les suivantes : 66° 55′ N, 53° 28′ O[156].
  21. Les coordonnées géographiques du site d'Angujaartorfik sont les suivantes : 66° 49′ 59″ N, 51° 04′ 59″ O[157].
  22. Les coordonnées géographiques du site, d'Itinnera, inventorié sous le termes « K-588 », sont les sont les suivantes : 64° 23′ N, 50° 15′ O[55].
  23. Les coordonnées géographiques d'Akia sont les suivantes : 66° 56′ 46″ N, 53° 40′ 03″ O 66° 56′ 46″ N, 53° 40′ 00″ O[161].
  24. Des objets fabriqués en killiaq, l'un des principaux matériaux utilisés dans l'industrie lithique de Saqqaq, ont été retrouvés sur deux archéologiques excavés sur la plage de Qaarsut[164].
  25. Le site se trouve au point de coordonnées 67° 01′ N, 50° 43′ O[173].
  26. Le site d'Asummiut, lors de son excavation, a délivré les restes fossilisés d'un spécimen d'Euaestethus laeviusculus, une espèce insecte dont la présence est actuellement non-répertoriée sur l'ensemble du territoire du Groenland[180].
  27. Le site « L127/138 » est localisé au coordonnées géographiques suivantes : 66° 15,261′ N, 51° 12,504′ O[140].
  28. Le site no L4/065 trouve son emplacement au point de coordonnées géographiques suivants : 64° 59,565′ N, 50° 06,608′ O[140].
  29. Les coordonnées géographiques de l'établissement d'Akia, sur les rives du fjord de Nuuk (ou, anciennement Godthåbsfjord), sont les suivantes : 64° 30′ N, 52° 06′ O[184] ; 64° 22′ N, 51° 53′ O[182] ; 64° 34′ N, 51° 44′ O[183].
  30. Les coordonnées d'Uunarteq sont les suivantes : 70° 24,5′ N, 21° 58′ O[193].
  31. Les coordonnées géographiques d'Ikasak, détroit qui borde le site archéologique sont les suivantes : 65°51'N ; 36°53'W. Ikaasap Ittiva, (ou Ikâsap Igtiva), est établi au point de coordonnées suivant : 65° 43′ N, 37° 04′ O[195],[196].
  32. Le cap Tobin est établi au point de coordonnées géographiques suivant : 70° 24,5′ N, 21° 58′ O[201] et 70° 24,6′ N, 21° 56,7′ O[194].
  33. Les coordonnées des excavations opérées sur le site du Cap Berghaus, sont, en système GPS, les suivantes : 74° 16,938′ N, 20° 08,463′ O (lieu de sondage « A2 ») ; 74° 16,931′ N, 20° 08,409′ O (lieu de sondage « A3 ») ; 74° 16,947′ N, 20° 08,349′ O (lieu de sondage « A4 ») ; et 74° 16,94′ N, 20° 08,244′ O (lieu de sondage « A8 »)[204].
  34. Les coordonnées GPS du site Cla-42 sont les suivantes : 74° 09,066′ N, 20° 25,514′ O[206].
  35. Les coordonnées du site de l'île de Walrus sont les suivantes : 74° 31′ N, 18° 49′ O[200], 74° 30,8′ N, 18° 45,8′ O[194].
  36. Les coordonnées géographiques du Cap Breusing sont les suivantes : 74° 13′ N, 20° 06′ O[207].
  37. Les coordonnées géographiques du Cap Saint-Jacques sont les suivantes : 77° 36,8′ N, 18° 08,2′ O[194].
  38. Une campagne de reconnaissances archéologiques, réalisées en 1977 dans la partie sud-est de la péninsule de Bache, a permis d'attester que cette zone a fait l'objet d'une diffusion de cultures appartenant à la tradition microlithique de l'Arctique (y compris celle de l'Indépendance I et du Pré-Dorsetien). Ces mêmes prospections ont également permis de retrouver des traces matérielles de l'occupation de cette région par des populations dorsétiennes et thuléennes[209].
  39. Les sites saqqaquiens identifiés sur les péninsules de Bache et de Knud se trouvent à proximité du « Koldeway Point »[6],[211],[209], dont les coordonnées géographiques sont : 79° 06′ N, 75° 44′ O[212].
  40. Les coordonnées géographiques des sites établis dans l'aire d'Igloulik, qui a délivré un important gisement d'artefacts dorsétiens et des pièces lihtiques dont le type est proche du saqqaquien, lors de fouilles réalisées au début des années 1950, sont compris entre les 69e et le 70e parallèles nord et, en termes de longitude, entre les 80e et 82e méridiens ouest[213].
  41. Les coordonnées géographiques sont : 67° 00′ N, 50° 42′ O[223].
  42. Ces mesures ont été effectuées par le biais des concentrations alcénone fossilisés retrouvés au sein des couches stratigraphiques des deux sites de Kangerlussuaq[223].
  43. Des études paléopalynologiques, ont montré que ces changements climatiques impactent également la végétation, et, de ce fait, conduisent à une disparition progressive des espèces terrestres telles que le renne dont le régime alimentaire est basé sur essences herbacées spécifiques et s'étant peu à peu raréfiées durant l'Holocène[9],[223],[228],[229].
  44. Cet ensembles archéo-culturel inclus la culture de Dorset phase I et l'Indépendance II[232],[233],[234],[230].
  45. Les études réalisées, notamment sur le site saqqaquien de Qajaa, ont porté sur les contrations en CO2 et en O2 contenues dans ces restes organiques fossilisés, deux éléments de mesures de paléoclimatologiques ayant permis d'estimer les variations de températures durant la période de Saqqaq et les époques suivantes[151].
  46. Le terme Paléoesquimau est ensuite repris dans les années 1950 par James Louis Giddings et William Nathaniel Irving pour définir une technologie microlithique spécifique aux territoires englobant la région arctique[244].
  47. Le site archéologique de Chertov Ovrag est daté au 14C entre 3 360 et 2 851 ans av. J.-C.[252].
  48. Cette boule de cheveux, attribuée aux environs de 4 000 ans av. J.-C., a été recueillie au cours de fouilles conduites en 1986 sur le site de Qeqertasussuak[258]. Lors de sa découverte, ce reste pilleux humain était associé à des ossements de chien, d'ours blanc et de renard arctique[258].
  49. D'autres recherches, publiées en 2017, ont conduits une équipe de chercheurs à confirmer une origine est-sibérienne du peuple de Saqqaq et à mettre en évidence qu'il possédait un patrimoine génétique commun avec les anciennes populations aléoutiennes, mais également avec le peuple Athabaskan[257].
  50. Les coordonnées géographiques du centre de ce territoire sont : 67° 03′ 50,15″ N, 51° 25′ 59,54″ O[78].
  51. L'i scription du bien culturel intitulé « Aasivissuit - Nipisat, Inuit Hunting Ground between Ice and Sea » a commencé à être soumise au Comité du patrimoine mondial en 2003[288].
  52. Cette collection, rassemblée par le médecin danois entre 1854 et 1876, dans un premier temps proposée à la vente à l'archéologue Sophus Müller (en), alors conservateur au musée national du Danemark, est finalement acquise par l'anatomiste suédois Gustaf Magnus Retzius pour la somme de 4 000 couronnes[22]. Ultérieurement, Retzius fait don de ce corpus d'artefacts au musée nordique de Stockholm[22]. Puis, en 1903, la collection de Pfaff est transférée au musée ethnographique de Stockholm[22]. En 1984, cette collection fait l'objet d'un emprunt par le centre de recherche de l'Arctique basé à Umeå, dans le cadre d'expositions et d'études[22]. Enfin, neuf ans plus tard, en 2003, l'ensemble des artefacts collectés par Pfaff durant la seconde moitié du XIXe siècle, sont à nouveau retransférés au musée d'ethnographie suédois pur y être conservés[22]. Après analyse, parmi les 119 objets lithiques contenues dans la collection — laquelle rassemble un total de 3 108 pièces archéologiques —, 38 % ont été identifiés comme appartenant à la culture saqqaquienne[22]
  53. Le musée abrite entre autres des pièces archéologiques collectées sur le site de Qeqertasussuak durant les années 1980[303].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g (en) Bjarne Grønnow, « Independence I and Saqqaq : The first Greenlanders », dans T. Max Friesen et Owen K. Mason, The Oxford Handbook of the Prehistoric Arctic, Oxford University Press, , 988 p. (lire en ligne), page 714 à fin chapitre.
  2. a, b, c et d (en) Anker Weidick et Ole Bennicke, « Quaternary glaciation history and glaciology of Jakobshavn Isbræ and the Disko Bugt region, West Greenland : A review », Bulletin du Geological Survey of Denmark and Greenland, vol. 14,‎ (lire en ligne [PDF]).
  3. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Jørgen Meldgaard, « The Prehistoric Cultures in Greenland : Discontinuities in a Marginal Area. », dans Kylstra, Hans P. (directeur d'ouvrage) et al., Continuity and Discontinuity in the Inuit Culture of Greenland., Arctic Centre, Université de Groningue, (lire en ligne [PDF]), pages 19 à 52.
  4. a, b, c, d et e (en) O Bennke et al., chap. VI « Archaeology », dans Hans Melfot, O. Bennke et al., High-Arctic Ecosystem Dynamics in a Changing Climate, vol. 40, Academic Press, coll. « Advances in ecological research », , 596 p. (lire en ligne), pages 68 à 73.
  5. a et b (en) Spencer Apollonio, chap. 1 « The Pionneers : The Discovery from the West », dans Spencer Apollonio, Lands that Hold One Spellbound : A Story of East Greenland, University of Calgary Press, , 322 p. (lire en ligne), pages 3 à 6.
  6. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Bjarne Grønnow et Mikkel Sørensen, « Palaeo-Eskimo Migrations into Greenland : The Canadian Connection », dans Arneborg Jette, Grønnow Bjarne et al., Dynamics of Northern Societies. Proceedings of the SILA/NABO Conference on Arctic and North Atlantic Archaeology, Copenhagen, May 10th–14th, 2004., (lire en ligne [PDF]).
  7. a et b (en) Bo Elberling, Henning Matthiesen et Christian Juncher Jørgensen, « Paleo-Eskimo kitchen midden preservation in permafrost under future climateconditions at Qajaa, West Greenland », Journal of Archaeological Science, vol. 38,‎ , p. 1131-1139 (lire en ligne).
  8. a, b, c, d, e, f et g (en) James W. Helmer, « The Palaeo-Eskimo Prehistory of the North Devon Lowlands », Arctic, vol. 44, no 4,‎ , p. 301-317 (lire en ligne [PDF]).
  9. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n (en) Tina Møbjerg, « New adaptive strategies in the Saqqaq culture of Greenland, c. 1600–1400 BC », World Archaeology, vol. 30, no 3 (Arctic Archaeology),‎ , p. 452-465 (lire en ligne).
  10. a et b (en) Pierre M. Desrosiers, « Eastern Arctic Under Pressure From Paleoeskimo to Inuit Culture Canada and Greenland : A case study from Greenland », dans Pierre M. Desrosiers, The Emergence of Pressure Blade Making : From Origin to Modern Experimentation, Springer Science & Business Media, , 536 p. (lire en ligne).
  11. a et b (en) David J. Meltzer, First Peoples in a New World : Colonizing Ice Age America, University of California Press, , 464 p. (lire en ligne), pages 212 à 216.
  12. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Bjarne Grønnow, chap. 3 « Saqqaq material culture », dans Bjarne Grønnow, The Frozen Saqqaq Sites of Disko Bay, West Greenland - Qeqertasussuk and Qajaa (2400-900 BC) : Studies of Saqqaq Material Culture, vol. 47, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 492 pages p. (lire en ligne).
  13. a et b (en) Anne Birgitte Gotfredsen et Tinna Møbjerg, « Technology », dans Nipisat - a Saqqaq Culture Site in Sisimiut, Central West Greenland, vol. 31, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 243 p..
  14. a, b et c (en + fr) Bjarne Grønnow, « An archaeological reconstruction of Saqqaq bows, darts, harpoons, and lances », Études/Inuit/Studies, vol. 36, no 1,‎ , p. 23–48 (dossier : Les peuples de l’Arctique et le bois) (lire en ligne).
  15. a, b, c, d, e, f, g, h et i (da) Tinna Møbjerg, « Ammassalik - i 4000 år », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ (lire en ligne [PDF]).
  16. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) Jens Fog Jensen, « Catalogue of Pala-eskimo sites of Qeqertarsuup Tunua », dans Stone Age of Qeqertarsuup Tunua (Disko Bugt) : A Regional Analysis of the Saqqaq and Dorest Cultures of Central West Greenland, vol. 32, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 272 p. (lire en ligne).
  17. (en) Collectif - National Geospatial-Intelligence Agency, « Sector 3. Greenland—West Coast—Nuuk (Godthab) to Disko Bugt (Qeqertarsuup Tunua) », dans Collectif, Sailing Directions Greenland and Iceland, Springfield, Virginia National, National Geospatial-Intelligence Agency - Gouvernement fédéral des États-Unis, , 13e éd. (lire en ligne [PDF]), pages 31 à fin chapitre.
  18. a et b (en) Collectif - National Geospatial-Intelligence Agency, « Sector 4. Greenland—West Coast—Disko Bugt to the Svartenhuk Peninsula », dans Collectif, Sailing Directions Greenland and Iceland, Springfield, Virginia National, National Geospatial-Intelligence Agency - Gouvernement fédéral des États-Unis, , 13e éd. (lire en ligne [PDF]), pages 43 à fin chapitre.
  19. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) Jens Fog Jensen, chap. 4 « History of Research », dans Stone Age of Qeqertarsuup Tunua (Disko Bugt) : A Regional Analysis of the Saqqaq and Dorest Cultures of Central West Greenland, vol. 32, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 272 p. (lire en ligne).
  20. (en) Callum Thomson et Jane Sproull Thomson, « The Paleo-eskimo cultures of Greenland : New perspectives in Greenlandic archaeology », Arctic Journal, vol. 54, no 2,‎ , p. 193-194 (lire en ligne [PDF]).
  21. a, b, c, d, e, f et g (en) Jørgen Meldgaard et Hans Christian Gulløv, « Danish Arctic Archaelogy from the Royal Society for Nothern Antiquies to the Fifth Thulé Expedition », dans William W. Fitzhugh, William, Stephen Loring, Stephen et Daniel Odess, Daniel, Honoring our elders : a history of eastern Arctic archaeology, Washington D. C., Arctic Studies Center - Smithsonian Institution - Musée national d'histoire naturelle des États-Unis, , 340 p. (lire en ligne), pages 80 et 88.
  22. a, b, c, d, e, f, g et h (en) Noel D. Broabent, « The Pfaff Collection from Disko Bay, West Greenland : A Research Proposal », Arctic Studies Center Newsletter, Smithsonian Institution - Musée national d'histoire naturelle des États-Unis, vol. 12, no 1,‎ , page 8 (lire en ligne [PDF]).
  23. a, b, c, d, e, f et g (da) Christian Pingel, « Eskimoiske Oldsager fra de Artiske Lande », Mémoires et Revue de la Société Royale des Antiquaires du Nord - Antiquarisk tidsskrift, Copenhague, Société Royale des Antiquaires du Nord - Cabinet d'Antiquité Américaine,‎ , pages 36 à 41 (lire en ligne [PDF]).
  24. (da + fr) Frederik Kronprinds, Finn Magnusen et Carl Christian Rafn, « Cabinet d'Antiquités Américaines/Cabineet for Americanske Oldsager : Antiquité des Esquimaux des régions arctiques », Mémoires et Revue de la Société Royale des Antiquaires du Nord - Antiquarisk tidsskrift, Copenhague, Société Royale des Antiquaires du Nord,‎ , pages 2 à 9 (lire en ligne [PDF]).
  25. (da) Erik Kristiansen, « Christian Pingel », dans Den Store Danske Encyklopædi, Gyldendal, 1994-2001 (lire en ligne).
  26. (da) Anker Weidick, « Jakobshavns Isbræ i fortid og nutid. », Tidsskrift Grønland, no 11,‎ (lire en ligne [PDF]).
  27. a et b (en) Thomas Thomsen, « Eskimo Archaeology », dans M. Vahl Georg Carl Amdrup, Louis Bobé, AD S. Jensen et al., Greenland : The Past and the Present Population of Greenland, vol. II, Commission for the Direction of Geological and Geographical Investigations in Greenland, , 438 p. (lire en ligne), pages 271 à fin chapitre.
  28. (en) Gregers Dam, Gunver Krarup Pedersen, Martin Sønderholm et al., « Lithostratigraphy of the Cretaceous–Paleocene Nuussuaq Group, Nuussuaq Basin, West Greenland », Bulletin du Geological Survey of Denmark and Greenland (GEUS), Ministère de l'Environnement du Danemark, no 19,‎ (lire en ligne [PDF]).
  29. a et b (en) Thomas Rupert Jones, « Proffessor Nordenskiöld expedition to Greenland », dans Thomas Rupert Jones, Manual of the Natural History, Geology, and Physics of Greenland and the Neighbouring Regions, Cambridge University Press, (1re éd. 1875), 900 p. (lire en ligne).
  30. (sv) H. W. Arnell, « Sven Berggren », dans Collectif, Svenskt biografiskt lexikon, vol. 3, (lire en ligne), page 512.
  31. a, b, c, d, e, f et g (en) Jens Fog Jensen, Qajaa Excavations 1981 and 1982 - A West Greenland Saqqaq site with preserved wood and bone : Technical Report, Musée national du Danemark, (lire en ligne [PDF]).
  32. a, b, c et d (en) David Gregory (dir.) et al., « Permanently frozen midden kitchen : Study site », dans David Gregory et al., Preserving Archaeological Remains in Situ : Proceedings of the 4th International Conference, Routledge, , 489 p. (lire en ligne), pages 161 à fin chapitre.
  33. (en) Igor Krupnik (dir.), « Greenland's Stone Age and Mathiassen's acceptance of the Dorset Culture », dans Igor Krupnik et al., Early Inuit Studies : Themes and Transitions, 1850s-1980s, Smithsonian Institution, , 592 p. (lire en ligne), pages 289-290.
  34. (da) Jørgen Meldgaard, « Bopladsen Qajaa i Jakobshavn Isfjord », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 191-205 (lire en ligne [PDF]).
  35. (en) Fridtjof Nansen (trad. Arthur G. Chater), chap. 10 « Eskimo and Skræling : Arctic Explorations in Early Times », dans Fridtjof Nansen, In Northern Mists, vol. 2, Cambridge University Press, (1re éd. 1911), 428 p. (lire en ligne), page 72.
  36. a, b, c, d et e (en) Peter Schledermann, « Archaeology of the Arctic : Canada and Greenland : Greenland », dans Mark Nuttall (directeur de publication), Encyclopedia of the Arctic A-Z, vol. 1, 2 et 3, Londres, Routledge, (1re éd. 2005), 2380 p. (lire en ligne), pages 103 et 104.
  37. (da) Poul Kjærum et Kaj Birket-Smith, « Thomas Thomsen », dans Svend Cedergreen Bech, Dansk Biografisk Leksikon, vol. 15, Gyldendal, 1979-1984, 3e éd. (lire en ligne).
  38. (da) « Thomas Thomsen », sur le site de la Dansk biografisk leksikon (consulté le 16 avril 2018).
  39. (da) Mads Lidegaard et Hans Knudsen, « H. Ostermann », dans Svend Cedergreen Bech, Dansk Biografisk Leksikon, vol. 10, Gyldendal, 1979-84, 3e éd. (lire en ligne).
  40. (en) V.M. Kotlyakov (dir.), A. A. Velichko (dir.) et S. A. Vasil'ev (dir.), « 5 - First people in Greenland », dans V.M. Kotlyakov, A. A. Velichko et S. A. Vasil'ev, Human Colonization of the Arctic : The Interaction Between Early Migration and the Paleoenvironment, Academic Press, , 650 p. (lire en ligne), pages 360 à 410.
  41. (en) Eric Steen Hansen, « Lichens from Saqqaq and Qeqertaq, Central West Greenland », Folia Cryptogamica Estonica, vol. 43,‎ , p. 1-12 (lire en ligne [PDF]).
  42. (en) Jens Dahl (dir.), chap. 1 « The Community, its People and History », dans Jens Dahl, Saqqaq : An Inuit Hunting Community in the Modern World, University of Toronto Press, 2000, 277 p. (lire en ligne).
  43. (en) Adam A. Garde et Agnete Steenfelt, « Precambrian geology of Nuussuaq and the area north-east of Disko Bugt, West Greenland », Bulletin du Geology of Greenland Survey, vol. 40, no 181,‎ , pages 7-8 (lire en ligne).
  44. a, b, c, d et e (en) Igor Krupnik, « The revival of the Paleo-Eskimo and Neo-Eskimo Cultures in Danish Arctic Archaeology », dans Igor Krupnik, Early Inuit Studies : Themes and Transitions, 1850s-1980s, Smithsonian Institution, , 592 p. (lire en ligne), pages 294 à 310.
  45. a, b, c, d et e (en) Martin Appelt, Bjarne Grønnow et Hans Christian Gulløv, « Jørgen Meldgaard (1927–2007) », Arctic, vol. 60, no 2,‎ , p. 215–216 (lire en ligne [PDF]).
  46. (da) Åge Nicolaisen, « Hans Mosegaard », dans Svend Cedergreen Bech (dir.), Dansk biografisk Leksikon, Gyldendal, 1979-84, 3e éd. (lire en ligne).
  47. a, b, c, d, e, f, g, h et i (en) « Saqqaq culture chronology », sur le site du Musée national du Danemark (consulté le 11 avril 2018).
  48. a, b, c et d (en) Jorgen Meldgaard, « A Paleo-Eskimo Culture in West Greenland », American Antiquity, vol. 17, no 3,‎ , page 222 (lire en ligne).
  49. a et b (en) Jens Fog Jensen, « Landscape, Seascape and Icescape », dans Stone Age of Qeqertarsuup Tunua (Disko Bugt) : A Regional Analysis of the Saqqaq and Dorest Cultures of Central West Greenland, vol. 32, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 272 p. (lire en ligne).
  50. (en) Bjarne Grønnow, « The History of Archaeological Research in North East Greenland : Putting the GeoArk Project into Perspective », Geografisk Tidsskrift—Danish Journal of Geography, vol. 110, no 2,‎ , page 123 (lire en ligne [PDF]).
  51. (da) Jørgen Meldgård, « Dorset kulturen. Den Dansk-amerikanske ekspedition til Arktisk Canada 1954 », Kuml, vol. 5, no 5,‎ , page 171 (ISSN 0454-6245, lire en ligne [PDF]).
  52. (en) Jørgen Meldgård, « The Dorset Culture - The Danish-American Expedition to Arctic Canada 1954 », Kuml, vol. 5, no 5,‎ (ISSN 0454-6245, lire en ligne).
  53. a, b, c et d (da) Jørgen Meldgaard, « Grønlændere i tre tusinde år I », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 121-129 (lire en ligne [PDF]).
  54. a et b (en + fr) Dan Odess, « An Early Arctic Small Tool tradition structure from interior Northwestern Alaska », Études/Inuit/Studies, vol. 27, nos 1-2,‎ , p. 13-27 (DOI 10.7202/010794ar, lire en ligne [PDF]).
  55. a, b, c et d (en) Henrik Tauber, « Copenhagen radiocarbon dates V. », Radiocarbon, vol. 64,‎ , pages 29 et 30 (K-588. Itivnera, Sarqaq Culture 2 960 ± 110) (lire en ligne [PDF]).
  56. a, b, c, d, e, f et g (en + fr) Martin Appelt, « Palaeo-Eskimo gathering site architecture : An example from Godthåb Fjord, Greenland », Études/Inuit/Studies Architecture paléoesquimaude, vol. 27, nos 1-2,‎ (lire en ligne [PDF]).
  57. (da) Merete Harding et Mads Lidegaard, « Jens Rosing », dans Svend Cedergreen Bech, Dansk Biografisk Leksikon, vol. 23, Gyldendal, 1979-84, 3e éd..
  58. a et b (en) P. F. Friend, « Danish scientific work in Greenland, 1960 », Polar Record, vol. 11, no 66,‎ , p. 43-44 (DOI 10.1017/S0032247400052566, lire en ligne).
  59. a et b (en) Collectif, « Danish scientific work in Greenland, 1963 », The Polar Record, vol. 13, no 86,‎ , page 601 (DOI 10.1017/S0032247400058162, lire en ligne).
  60. (en) Helge Larsen, « James Louis Giddings, Jr., 1909-1964 », American Antiquity, vol. 31, no 3,‎ , p. 398-401 (lire en ligne [PDF]).
  61. (da) Collectif, « Ulrik Møhl », dans Collectif, Dansk Biografisk Leksikon, Gyldendal, 1979-84, 3e éd. (lire en ligne).
  62. (en) Alan K. Outram, « Identifying Dietary Stress in Marginal Environment », dans Mariana Mondini, Sebastián Munoz et Stephen Wickler, Colonisation, Migration, and Marginal Areas : A Zooarchaeological Approach, Oxbow, , 128 p. (lire en ligne).
  63. (en) Morgen Meldgaard, « Subsistence : Caribou hunting », dans Morten Meldgaard, Ancient Harp Seal Hunters of Disko Bay : Subsistence and settlement at the Saqqaq culture site Qeqertasussuk (2400-1400 BC), West Greenland, vol. 30, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 189 p. (lire en ligne), pages 145 à 150.
  64. a, b, c, d, e, f et g Tinna Møbjerg, « Préhistoire du Groenland », L'Anthropologie, Paris, Elsevier, vol. 92, no 3,‎ , pages 947 à 956 (lire en ligne).
  65. (en) Bjarne Grønnow, chap. 1 « Introduction : Two Frozen Saqqaq Sites in Disko Bay », dans Bjarne Grønnow, The Frozen Saqqaq Sites of Disko Bay, West Greenland - Qeqertasussuk and Qajaa (2400-900 BC) : Studies of Saqqaq Material Culture, vol. 47, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 492 pages p. (lire en ligne), pages 22 à fin chapitre.
  66. a, b, c et d (en) Jeppe Møhl, « Dog Remains from a Paleoeskimo Settlement in West Greenland », Arctic Anthropology, vol. 23, nos 1 et 2,‎ , p. 81-89 (lire en ligne).
  67. (en) J. Hollesen, H. Matthiesen et B. Elberling, « The Impact of Climate Change on an Archaeological Site in the Arctic », Archaeometry, vol. 59, no 6,‎ (DOI 10.1111/arcm.12319, lire en ligne [PDF]).
  68. a, b, c, d et e (da) Bjarne Grønnow et Morten Meldgaard, « De første vestgrønlændere », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 103-144 (lire en ligne [PDF]).
  69. a, b et c (da) Gerda Møller, « Verdens ældste kamik », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 145-149 (lire en ligne [PDF]).
  70. (en) Jens Böcher, « Zoogeography », dans Jens Böcher, The Coleoptera of Greenland, vol. 26, Man & Society - Museum Tusculanum, coll. « Meddelelser om Grønland - Bioscience », (lire en ligne).
  71. a et b (da) Jens Böcher, « Biller og fluer – Qeqertasussuk set med insektøjne », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 159-171 (lire en ligne [PDF]).
  72. a, b, c, d, e, f et g (da) Tinna Møbjerg, « Sidste nyt fra Nipisat I : en Saqqaq bopladr i Sisimiut kommune, Vestgrønland », Tidsskriftet Grønland, vol. 43, no 2,‎ , p. 45-54 (lire en ligne [PDF]).
  73. a et b Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 13.
  74. a et b Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 14.
  75. a, b et c (da) Tinna Møbjerg et Stig Grummesgaard-Nielsen, « Kulturhistorien i Ulkebugten », Tidsskriftet Grønland, no 5,‎ (lire en ligne [PDF]).
  76. a, b et c (en) Anne Birgitte Gotfredsen et Tinna Møbjerg, chap. 1 « Cultural Background : Archaeological Survey - Chronology of the Sisimiut Area », dans Anne Birgitte Gotfredsen et Tinna Møbjerg, Nipisat - a Saqqaq Culture Site in Sisimiut, Central West Greenland, vol. 31, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 243 p. (lire en ligne), pages 15 à 19.
  77. (en) Felizia Seyd, chap. 1 « Geographical Items on West Greenland : Amerdlok, Greenland », dans Collectif, Encyclopedia Arctica : Greenland, Svalbard, Etc. Geography and General, vol. XIV, Publications de l'Université de Dartmouth, 1947-1951 (lire en ligne), page 278.
  78. a, b, c et d (en) Jens Fog Jensen et al., Nomination of Aasivissuit – Nipisat Inuit Hunting Ground between Ice and Sea for inclusion on the World Heritage List, gouvernement du Groenland et la municipalité de Qeqqata, (lire en ligne).
  79. (da) Stig Grummesgaard-Nielsen, « Thulekulturens grave. Asummiut sommeren 1996. », Tidsskriftet Grønland, no 5,‎ (lire en ligne [PDF]).
  80. a, b, c et d Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 15.
  81. (da) Joel Berglund, « Arkæologiske forundersøgelser ved Asummiut. », Tidsskriftet Grønland, no 5,‎ (lire en ligne [PDF]).
  82. (da) Tinna Møbjerg, « Forord », Tidsskriftet Grønland, no 5,‎ (lire en ligne [PDF]).
  83. a, b, c et d (da) Brigitte Gotfredsen, « Saqqaq folket - de første mennesker i Grønland », Tidsskrieftet Grønland, no 2,‎ (lire en ligne [PDF]).
  84. a, b, c, d et e (en + fr) Maria Hinnerson Berglund, « The architecture at three Saqqaq sites in the Nuuk Fjord, Greenland », Études/Inuit/Studies, vol. 27, nos 1–2,‎ , p. 329–346 (DOI 10.7202/010807ar, lire en ligne [PDF]).
  85. Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 199.
  86. (en + fr) Claus Andreasen, « Palaeoeskimo dwellings in Greenland : A survey », revue Études/Inuit/Studies, Érudit, vol. 27, nos 1–2,‎ , p. 283–306 (dossier : Architecture paléoesquimaude) (DOI 10.7202/010805ar, lire en ligne [PDF]).
  87. André Leroi-Gourhan et José Garanger, « Le Paléoesquimau oriental », dans André Leroi-Gourhan et José Garanger, La préhistoire dans le monde, Presses Universitaires de France, , 848 p. (lire en ligne).
  88. Gilles Tassé, « Lexique - Interprétation : Saqqaquien (Saqqaq Culture) », dans Gilles Tassé, L'archéologie au Québec : mots, techniques, objets, Éditions Fides, , 148 p. (lire en ligne), pages 114 à 117.
  89. a, b, c, d, e et f Marcel Otte, « La Préhistoire de l'Amérique du Nord et de l'Arctique : La Tradition microlithique de l'Arctique », dans Marcel Otte, La préhistoire, De Boeck Supérieur, , 304 p. (lire en ligne).
  90. Patrick Plumet, « La préhistoire de l'Arctique et la formation de l'Esquimau », dans Patrick Plumet et al., Dictionnaire de la Préhistoire, Encyclopædia Universalis, coll. « Les Dictionnaires d'Universalis », , 1321 p. (lire en ligne), pages 86 à fin chapitre.
  91. (en) James W. Helmer, « Pré-Dorset Culture », dans Guy E. Gibbon et Kenneth M. Ames, Archaeology of Prehistoric Native America : An Encyclopedia, Taylor & Francis, , 941 p. (lire en ligne), page 684.
  92. (en) Peter N. Peregrine (dir.), Melvin Ember (dir.) et al., « Eastern Arctic Small Tool : Saqqaq (Sarqaq) », dans Peter N. Peregrine, Melvin Ember et al., Encyclopedia of Prehistory : Arctic and Subarctic, vol. 2, Springer Science & Business Media, , 239 p. (lire en ligne), pages 37 à 39.
  93. a, b, c et d (en) Jack D. Forbes, « The Inuit route to Europe », dans Jack D. Forbes, The American Discovery of Europe, University of Illinois Press, , 352 p. (lire en ligne).
  94. Grønnow 2012, p. 38.
  95. Peregrine et Ember 2001, p. 37.
  96. a et b Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 65.
  97. a, b, c, d, e et f (da) Keld Møller Hansen et Jens Fog Jensen, « Orpissooq – en sommerfangstplads fra Saqqaq-kulturen », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 181-190 (lire en ligne [PDF]).
  98. a et b (en) D. Stapert et L. Johansen, « Ring and Sector analisys and Site It on Greenland », dans Palaeohistoria 37/38 (1995/1996) : Institute of Archaeology, Groningen, the Netherlands, vol. 37 et 38, University of Groningen, Netherlands The Biological-Archaeological Institute, CRC Press, , 500 p. (lire en ligne), pages 57 à 69.
  99. Jensen 2009, p. 85.
  100. Pergrine et Ember 2001, p. 37.
  101. Jensen 2004, p. 90.
  102. Grønnow 2012, p. 4.
  103. a, b et c Grønnow 2012, p. 1.
  104. Grønnow 2017, p. 271.
  105. Grønnow 2012, p. 2.
  106. Grønnow 2012, p. 6.
  107. Grønnow 2012, p. 8.
  108. Meldgaard 2004, p. 90.
  109. Grønnow 2012, p. 37.
  110. Grønnow 2017, p. 541.
  111. Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 85.
  112. (en) « National Historic Landmarks Programm - National Park Service : Listing of National Historic Ladmarks by State » [PDF], sur le site du Service des parcs nationaux de l'état de l'Alaska (consulté le 2 mai 2018), page 1.
  113. (en) Peter Schledermann, « Archaelogy of Arctic : Canada and Greenland », dans Mark Nutall, Encyclopedia of the Arctic, vol. 1, 2 et 3, Routledge, , 2380 p. (lire en ligne), pages 100 à 104.
  114. (en) Douglas D. Anderson, « Iyatayet », dans Guy E. Gibbon et Kenneth M. Ames, Archaeology of Prehistoric Native America : An Encyclopedia, Taylor & Francis, , 941 p. (lire en ligne), page 396.
  115. (en) P. M. Desrosiers et M. Sorensen, « The Origins of Pressure Microblade productions », dans Pierre M. Desrosiers, The Emergence of Pressure Blade Making : From Origin to Modern Experimentation, Springer Science & Business Media, , 536 p. (lire en ligne), pages 379 à fin chapitre.
  116. a, b et c (de) Hans-Peter Kosack, chap. 24 « Die Polar Volker », dans Hans-Peter Kosack, Die Polarforschung : Ein Datenbuch über die Natur-, Kultur-, Wirtschaftsverhältnisse und die Erforschungsgeschichte der Polarregionen, Springer-Verlag, , 471 p. (lire en ligne), pages 60 à 63.
  117. (en) F. A. Milan, « Man and the nothern circumpolar régions - a perspective », dans F. A. Milan, The Human Biology of Circumpolar Populations, vol. 21, Cambridge University Press - International Biological Program, , 381 p. (lire en ligne).
  118. a et b (en) Andrew Tremayne, « An Analysis of Faunal Remains From A Denbigh Flint Complex Camp at Matcharak Lake, Alaska », Arctic Anthropology, vol. 48, no 1,‎ 2011 , p. 33-53 (DOI 10.1353/arc.2011.0108, lire en ligne [PDF]).
  119. (en) « Matcharak Lake Archaeology », sur le site du Service des parcs nationaux (consulté le 1er mai 2018).
  120. Louis Gilbert (dir.), Pierre Desrosiers (dir.), Jean-Jacques Adjizian et Daniel Gendron (dir.), Le patrimoine archéologique de l'Arctique Québécois, Conseil du patrimoine culturel du Québec - Institut culturel Avataq - Ministère de la Culture et des Communications, (lire en ligne [PDF]).
  121. a et b (en + fr) Dan Odess, « An Early Arctic Small Tool tradition structure from interior Northwestern Alaska - Une structure de la Tradition microlithique de l'Arctique ancienne à l'intérieur du nord-ouest de l'Alaska », Études/Inuit/Studies, vol. 27, nos 1 et 2 (dossier : Architecture paléoesquimaude),‎ (ISSN 0701-1008, DOI 10.7202/010794ar, lire en ligne [PDF]).
  122. « La Paléoeskimo et la tradition microlithique de l'Arctique », sur le site de l'Uqàm (consulté le 19 avril 2018).
  123. Patrick Plumet, « Le premier peuplement de l'Amérique et de l'Arctique [Etat des problèmes]. », Bulletin de la Société préhistorique française, t. 91, nos 4-5 (dossier : Le peuplement préhistorique de l'Amérique, sous la direction de Claude Chauchat),‎ , p. 228-239 (DOI https://doi.org/10.3406/bspf.1994.9730, lire en ligne).
  124. Gilles Tassé, « Tradition microlithique de l'Arctique (Arctic Small Tool tradition, ASTt) », dans Gilles Tassé, L'archéologie au Québec : mots, techniques, objets, Éditions Fides, , 148 p. (lire en ligne), pages 112 à 114.
  125. André Leroi-Gourhan et José Garanger, « La tradition microlithique de l'Arctique : Le peuplement de l'Arctique », dans André Leroi-Gourhan et José Garanger, La préhistoire dans le monde, Presses Universitaires de France, , 848 p. (lire en ligne).
  126. (en) Patrick Jullig, « William Nathaniel Irving (1927-1987) », Arctic Journal, vol. 41, no 4,‎ (lire en ligne [PDF]).
  127. (en) Don E. Dumond, « The Norton Tradition », Arctic Anthropology, vol. 37, no 2,‎ , page 1 (lire en ligne).
  128. a et b (en) Peter N. Peregrine (dir.), Melvin Ember (dir.) et al., « Eastern Arctic Small Tool Tradition », dans Peter N. Peregrine, Melvin Ember et al., Encyclopedia of Prehistory : Arctic and Subarctic, vol. 2, Springer Science & Business Media, , 239 p. (lire en ligne), pages 28 à fin chapitre.
  129. Gilles Tassé, chap. 4-41 « Groswatérien (Gros Water Culture) », dans Gilles Tassé, L'archéologie au Québec : mots, techniques, objets, Éditions Fides, , 148 p. (lire en ligne), page 116.
  130. a et b Dan Odess, « The Arctic Small Tool Tradition Fifty Years On », Alaska Journal of Anthropology, vol. 3, no 2,‎ (lire en ligne [PDF]).
  131. (en) Peter Ramdsen et James A. Tuck, « A Comment on the Pre-Dorset/Dorset Transition in the Eastern Arctic », Anthropological papers of the University of Alaska, vol. 1, no 1,‎ (lire en ligne).
  132. a et b (en) Douglas D. Anderson, « Eastern Arctic Small Tool : Arctic Small Tool Tradition », dans Guy E. Gibbon,Kenneth M. Ames, Archaeology of Prehistoric Native America : Arctic and Subarctic, vol. 2, Taylor & Francis, , 941 p. (lire en ligne), pages 27 à 32.
  133. (en) David Knecht, « Evidence for the Arctic small tool tradition in the Eastern Aleutians », Alaska Journal of Anthropology, vol. 3, no 2,‎ (lire en ligne [PDF]).
  134. (en) Robert W. Park, « The Arctic Small Tool tradition », sur le site du département d'Anthropologie de l'Université de Waterloo (consulté le 19 avril 2018).
  135. (en) Don E. Dumond, « The Arctic Small Tradition in the southern Alasaka », Alaska Journal of Anthropology, vol. 3, no 2,‎ (lire en ligne [PDF]).
  136. a et b Jensen 2009, p. 12.
  137. a et b Grønnow 2017, p. 413-414.
  138. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (da) Hans Christian Gulløv, « De første mennesker i Vestgrønland : Saqqarkulturens land », dans Hans Christian Gulløv, Grønlands forhistorie, Gyldendal A/S, , 434 p. (lire en ligne), pages 65 à 70.
  139. a, b et c Peregrine et Ember 2001, p. 37.
  140. a, b, c, d, e, f et g (en) Pauline K. Knudsen et Claus Andreasen, « Culture historical significance on areas Tasersiaq and Tarsartuup Tasersua in West Greenland & Suggestions for Salvage Archaeology and Documentation in Case of Damming Lakes », publications du Musée national du Groenland, Musée national du Groenland - Greenland National Museum and Archives - Alcoa,‎ (lire en ligne [PDF]).
  141. a, b, c et d (da) Collectif, chap. 4 « Kultur », dans Collectif, Strategisk miljøvurdering - SMV 2010 rapport, (lire en ligne [PDF]).
  142. Jensen 2009, p. 189.
  143. « Qaarsut », sur le site OpenStreetMap (consulté le 5 mai 2018).
  144. (en) « Map of the Ilulissat area - Map of Disko Bugt and the Ilulissat World Heritage Site. (en large - gros plan) », sur le site de l'Institut de recherche géologique du Danemark et du Groenland (en), Ministère du Climat et de l'Énergie du Danemark, (consulté le 23 avril 2018).
  145. (en) Bennike, O., Björck, S., Böcher, J. et al., « The Quaternary arthropod fauna of Greenland : a review with new data », Bulletin of the Geological Society of Denmark, vol. 47,‎ , p. 111–134 (lire en ligne [PDF]).
  146. a et b (en + fr) « Sermermiut Site archéologique (fjord d'Ilullissat patrimoine mondial de l'Unesco) », sur le site OpenStreetMap (consulté le 3 mai 2018).
  147. Jensen 2009, p. 94-96.
  148. Jensen 2009, p. 43.
  149. (en) Jens Dahl, Saqqaq : An Inuit Hunting Community in the Modern World, University of Toronto Press, 2000, 277 p. (lire en ligne).
  150. a, b, c et d (en) Bjarne Grønnow, chap. 2 « Geographical Settings, Site Topography, and Ressources bases », dans Bjarne Grønnow, The Frozen Saqqaq Sites of Disko Bay, West Greenland - Qeqertasussuk and Qajaa (2400-900 BC) : Studies of Saqqaq Material Culture, vol. 47, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 492 pages p. (lire en ligne), pages 31 à fin chapitre.
  151. a, b et c (en) Arctic Jørgen Hollesen, Henning Matthiesen et Bo Elberling, « Climate change and the loss of organic archaeological deposits in the Arctic », Nature - Scientific Reports, vol. 6, no 28690,‎ (DOI 10.1038/srep28690, lire en ligne [PDF]).
  152. (en) « Map of the Ilulissat area - Map of Disko Bugt and the Ilulissat World Heritage Site. », sur le site de l'Institut de recherche géologique du Danemark et du Groenland (en), Ministère du Climat et de l'Énergie du Danemark, (consulté le 23 avril 2018).
  153. a et b (en) Jens Böscher et Ben Fredskild, « Entomogical Analyses », dans Jens Böscher et Ben Fredskild, Plant and Arthropod Remains From the Palaeo-Eskimo Site on Qeqertasussuk, West Greenland, vol. 30, Man & Society - Museum Tusculanum, coll. « Meddelelser om Grønland - Geoscience », (lire en ligne).
  154. (en) Charles M. Heyda et Edward S. Szymanski, Gazetteer of Greenland : Names Approved by the United States Board on Geographic Names, Defense Mapping Agency, (lire en ligne), pages 6 et 8.
  155. Meldgaard 2004, p. 66.
  156. a et b (en) Tinna Møbjerg, chap. 3 « The Nipisat Site », dans Anne Birgitte Gotfredsen et Tinna Møbjerg, Nipisat - a Saqqaq Culture Site in Sisimiut, Central West Greenland, vol. 31, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 243 p. (lire en ligne), pages 24 à fin chapitre.
  157. a et b (en) C. R. Harrington (dir.), Dona Naughton (dir.), A. Dalby (dir.) et al., « Radiocarbon-Date Table », dans C. R. Harrington, Dona Naughton, A. Dalby et al., Annotated Bibliography of Quaternary Vertebrates of Northern North America : With Radiocarbon Dates, Musée canadien de la nature - University of Toronto Press, , 539 p. (lire en ligne).
  158. (da) Hans Christian Gulløv, « Itinnera », dans Collectif, Den Store Danske Encyklopædi, Gyldendal, 1994 - 2001 (lire en ligne).
  159. (da + en) O. Bendixen, « Forsøg paa Identificeringen af Vesterbygdens Fjorde. », Geografisk Tidsskrift, vol. 33, nos 1 et 2,‎ (lire en ligne).
  160. a, b et c (en) Maanasa Raghavan, Michael DeGiorgio, Anders Albrechtsen et al., « Supplementary Materials : The genetic prehistory of the New World Arctic », Science, vol. 360, no 6386,‎ (lire en ligne [PDF]).
  161. (en + fr) « Nœud : Akia (1916209056) - Mapping Sisimiut », sur le site OpenStreetMap (consulté le 24 avril 2018).
  162. (en) « Kramer, Finn Erik. Akia and Nipisat I: two Saqqaq sites in Sisimiut District, West Greenland », sur le site eHRAF Archaeology, Université de Yale (consulté le 22 avril 2018).
  163. (da + kl) Hermann Berthelsen et Paneeraq Olsen, « Akiani inissiaqarfik Sisimiut Tapiliut 38 Kommunemi pilerssarut 1992-2005 BOLIGOMRÅDE PÅ AKIA SISIMIUT » (consulté le 23 avril 2018).
  164. Grønnow 2016, p. 852-858.
  165. Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 205.
  166. a, b et c (en) Ann Eileen Lennert, Majken Djurhuus Poulsen et Nynke Keulen, chap. III « Intersecting the cultural landscapes of Uummannaq Island, Southwest Greenland, through stories of geology and environmental anthropology », dans Ann Eileen Lennert et al., A Millennium of Changing Environments in the Godthåbsfjord, West Greenland - Bridging cultures of knowledge, Université du Groenland, (lire en ligne [PDF]).
  167. (da + kl) Agence danoise de données géographiques (da), chap. 3 « Overfladestrømme omkring Grønland », dans Agence danoise de données géographiques, Den grønlandske Lods : Generelle oplysninger om Østgrønland, Ministère de l'Environnement du Danemark (Miljøministeriet) - Agence danoise de données géographiques (da) (Geodatastyrelsen), (lire en ligne [PDF]).
  168. (en) Jens Fog Jensen (dir.), « Appendix - Catalogue of Palaeo-Eskimo sites in Qeqertarsuup Tunua : A Regional Analysis of the Saqqaq and Dorset Cultures of Central West Greenland », dans Stone Age of Qeqertarsuup Tunua (Disko Bugt), vol. 32, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 272 p. (lire en ligne), pages 187 à fin chapitre.
  169. Jensen 2009, p. 214.
  170. Jensen 2009, p. 218.
  171. Jensen 2009, p. 220.
  172. a et b (en) « Asummiut Hike », sur le site de la commune de Sisimiut (consulté le 26 avril 2018).
  173. a et b (en) Mikael Jeppson, « The Genus Lycoperdon in Greeland », dans Henning Knudsen, Mikael Jeppson, Cripps E. Horak et al., Arctic and Alpine Mycology 6, vol. 56, Man & Society - Museum Musculum, coll. « Meddelelser om Grønland - Bioscience », (lire en ligne).
  174. (en) Susan Barr et al., « Greenland », dans Susan Barr et al., Assessment of Monuments and Cultural Heritage of Arctic - Arctic Final Report, Comité du patrimoine mondial - Icomos - Unesco, (lire en ligne [PDF]), pages 21 à 25.
  175. (en) Donna Naughton (dir.) et al., « Møbjerg (1998) », dans Donna Naughton et al., Annotated Bibliography of Quaternary Vertebrates of Northern North America: With Radiocarbon Dates, University of Toronto Press, , 539 p. (lire en ligne), page 232.
  176. a et b (en) Paul C. Buckland et Patrick E. Wagner, chap. 2 « The "Little Ice Age" and Faunal Change », dans A.E.J. Ogilvie, Trausti Jónsson (dir.) et al ., The Iceberg in the Mist : Northern Research in Pursuit of a “Little Ice Age”, Springer Science & Business Media, (1re éd. 2001), 264 p. (lire en ligne), page 140.
  177. a et b (en) Jens Fog Jensen, « West Greenland Palaeo-Eskimo raw material procurement elucidated by geological analysis », dans Martin Appelt, Joel Berglund et Hans Christian Gulløv (eds.), Identities and Cultural Contacts in the Arctic., Copenhague, Musée national du Danemark - Danish Polar Center, (lire en ligne [PDF]), pages 72 à 75.
  178. Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 14 et 193.
  179. Jensen 2009, p. 174.
  180. (en) Jens Böcher, N.P. Kristensen, Thomas Pape et Lars Vilhelmsen, chap. 4 « The Greenland Entomofauna : Zoogeography and History », dans Jens Böcher, N.P. Kristensen, Thomas Pape et Lars Vilhelmsen, The Greenland Entomofauna : An Identification Manual of Insects, Spiders and their Allies, BRILL, , 898 p. (lire en ligne), page 26.
  181. (en) Andrew J. Hund (dir.), « Nuuk (Godthaab) », dans Andrew J. Hund, Antarctica and the Arctic Circle : A Geographic Encyclopedia of the Earth's Polar Regions, , 848 p. (lire en ligne), page 529.
  182. a et b (en) Charles M. Heyda (dir.) et Edward Szymanski (dir.), « List of Place-names - Akia (Nordlandet) », dans Gazetteer of Greenland : Names Approved by the United States Board on Geographic Names, Defense Mapping Agency, , 271 p. (lire en ligne), page 4.
  183. a et b (en) Jillian Steele, Karin Orsel et Christine Cuyler, « Divergent parasite faunas in adjacent populations of west Greenland caribou : Natural and anthropogenic influences on diversity », International Journal for Parasitology, vol. 2,‎ , p. 197-202 (lire en ligne [PDF]).
  184. (en) Christian Knudsen, Jan Wanvik et Henrik Svahnberg, « Anorthosites in Greenland : a possible raw material for aluminium? », Geological Survey of Denmark and Greenland Bulletin, no 26,‎ , p. 53–56 (lire en ligne [PDF]).
  185. (en) Gregers Dam, Gunver Krarup Pedersen et Martin Sønderholm, « Lithostratigraphy of the Cretaceous–Paleocene Nuussuaq Group, Nuussuaq Basin, West Greenland », Bulletin du Geological Survey of Denmark and Greenland (GEUS), Ministère de l'Environnement, no 19,‎ , pages 38 et 171 (lire en ligne [PDF]).
  186. (da + no + sv) Åsmund Sæther, Åsmund Sæther et Ingvar Atli Sigurðsson, Vernekriterier for geologiske elementer og kulturminner i Arktis - TemaNord 2005, vol. 541, Copenhague, Conseil nordique, (ISBN 92-893-1178-9, lire en ligne [PDF]), pages 102 à 104.
  187. a et b (en + fr) Martin Appelt, « Palaeo-Eskimo gathering site architecture : An example from Godthåb Fjord, Greenland », Études/Inuit/Studies, vol. 27,‎ , p. 309–328 (lire en ligne [PDF]).
  188. (en) Collectif, chap. 4 « Culture in strategic environmental assessment report », dans Collectif, SMV 2007 Rapport – US, Nuuk, (lire en ligne [PDF]).
  189. (en) C. L. Vebæk (dir.), chap. 2 « Description of the Narsarsuaq convent site and the Norse ruins found there », dans C. L. Vebæk, The Church Topography of the Eastern Settlemen and the Excavation of the Benedictine Convent at Narsarsuaq in the Uunartoq Fjord, vol. 14, Man & Society - Museum Tusculum, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne), page 24.
  190. (da) Einar Lund Jensen (dir.), Kristine Raahauge (dir.) et Hans Christian Gulløv (dir.), chap. I « Forihistorien », dans Einar Lund Jensen, Kristine Raahauge et Hans Christian Gulløv et al., Kulturmøder ved Kap Farvel : De østgrønlandske indvandrere og den tyske Brødremission i det 19. århundrede, vol. 126, Museum Tusculanum Press, , 313 p. (lire en ligne), page 23.
  191. (da) Ivars Silis, « Qassi », dans Ivars Silis, Kap Farvel : hvor kulturer mødes, Gyldendal A/S, , 256 p. (lire en ligne), pages 81 et 82.
  192. a, b et c (en) Joëlle Robert-Lamblin, « History and Administrative Organization : History before 1884 », dans Joëlle Robert-Lamblin, Ammassalik, East Greenland - End or Presistance of an Isolate, vol. 10, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 168 p. (lire en ligne), page 10.
  193. (en) Collectif - Danish Geodata Agency (en), chap. 5 « Kap Vedel – Kangikajik (Kap Brewster) », dans Collectif - Danish Geodata Agency, Greenland Pilot Sailing Directions for East Greenland, Danish Geodata Agency, , 1re éd. (ISBN 978-87-92107-61-9, lire en ligne [PDF]).
  194. a, b, c, d, e, f et g (en) Anthony K. Higgins, Exploration history and place names of northern East Greenland, vol. 21, Geological Survey of Denmark and Greenland (en), , 368 p. (ISBN 978-87-7871-292-9, ISSN 1604-8156, lire en ligne [PDF]).
  195. (en) Charles M. Heyda (dir.) et Edward Szymanski (dir.), Gazetteer of Greenland : Names Approved by the United States Board on Geographic Names, Defense Mapping Agency, , 271 p. (lire en ligne).
  196. (en) Collectif - National Geospatial-Intelligence Agency, « Sector 6. Greenland—Southeast Coast—Prins Christian Sund to Scoresby Sund », dans National Geospatial-Intelligence Agency, Sailing Directions Greenland and Iceland, Springfield, Virginia National, National Geospatial-Intelligence Agency - Gouvernement fédéral des États-Unis, , 13e éd. (lire en ligne [PDF]), page 88.
  197. Grønnow 2017, p. 385.
  198. Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 11.
  199. (da) Lars Peter Silas Matthæus Møller, « Archæologiske og localhistoriske undersøgelser », Atuagagdliutit,‎ (lire en ligne).
  200. a, b et c (en) Collectif - National Geospatial-Intelligence Agency, « Sector 7. Greenland—East Coast—Scoresby Sund to Kap Morris Jesup », dans Collectif, Sailing Directions Greenland and Iceland, Springfield, Virginia National, National Geospatial-Intelligence Agency - Gouvernement fédéral des États-Unis, , 13e éd. (lire en ligne [PDF]), page 95 à fin chapitre.
  201. (en) chap. 5 « Kap Vedel – Kangikajik (Kap Brewster) », dans Collectif - Danish Geodata Agency, Greenland Pilot Sailing Directions for East Greenland, Danish Geodata Agency, , 1re éd. (ISBN 978-87-92107-61-9, lire en ligne [PDF]).
  202. a, b, c, d et e (en + fr) Mikkel Sørensen, « Walrus Island – A pivotal place for High Arctic Palaeo-Eskimo societies in Northeast Greenland », Études/Inuit/Studies, vol. 36, no 1,‎ , p. 183–205 (DOI 10.7202/1015959ar, lire en ligne [PDF]).
  203. a, b et c Jensen 2009, p. 183.
  204. a, b, c et d (da) Mikkel Sorensen, Claus Andreasen et al., « Geo-Ark 2003 - Arkæologisk berejsning af : Wollaston Forland, Nordlige Clavering Ø, Sydspidsen af Kuhn Ø. », SILA-Feltrapport, Musée national du Danemark, no 23,‎ (lire en ligne [PDF]).
  205. Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 204.
  206. a et b (da) Jens Fog Jensen, Bjarne Grønnow, Anne Birgitte Gotfredsen et al., « Geo Ark 2005 og 2007 Raport over recognosceringer i Nordøstgrønland : Wollaston Forland, Nordlige Clavering Ø, Sydspidsen af Kuhn Ø. », SILA-Feltrapport, SILA (da) - Musée national du Danemark, no 27,‎ (lire en ligne [PDF]).
  207. (en) National Geospatial-Intelligence Agency, chap. 7 « Sector 7. Greenland—East Coast—Scoresby Sund to Kap Morris Jesup », dans National Geospatial-Intelligence Agency, Sailing Directions Greenland and Iceland, Springfield, Virginia National, National Geospatial-Intelligence Agency - Gouvernement fédéral des États-Unis, , 8e éd. (lire en ligne), page 111.
  208. (en) Collectif - Danish Geodata Agency (en), chap. 10 « Depotnæsset – Nordøstrundingen », dans Collectif - Danish Geodata Agency, Greenland Pilot Sailing Directions for East Greenland, Danish Geodata Agency, , 1re éd. (ISBN 978-87-92107-61-9, lire en ligne [PDF]).
  209. a et b (en) Peter Schledermann, « An Archaeological Survey of Bache Peninsula, Ellesmere Island », Arctic Journal, vol. 30, no 4,‎ (lire en ligne [PDF]).
  210. (en) Christian M. Darwent, chap. 9 « The High and Low of Arctic Mammals : Temporale Change and Regional Variability in Paleoeskimo Subistence », dans Mariana Mondini, Sebastián Munoz et Stephen Wickler, Colonisation, Migration, and Marginal Areas : A Zooarchaeological Approach, Oxbow, (1re éd. 2004), 128 p..
  211. a et b (en) Peter Schledermann, « Saqqaq Complex », dans Peter Schledermann, Crossroads to Greenland : 3 000 years of prehistory in the eastern high Arctic, Arctic Institute of North America (en), , 364 p. (lire en ligne), pages 58 et 165.
  212. (en) John England, Rod Smith et David J.A. Evans, « The last glaciation of east-central Ellesmere Island, Nunavut : ice dynamics, deglacial chronology, and sea level change », Canadian Journal of Earth Sciences, vol. 32,‎ (lire en ligne [PDF]).
  213. (en) Jørgen Meldgård, « The Dorset Culture - The Danish-American Expedition to Arctic Canada 1954 », Tidsskrift Gronland, vol. 5, no 5,‎ (lire en ligne).
  214. a et b (en) Anne Birgitte Gotfredsen et Tinna Møbjerg, « Cultural position of the Nipisiat Site », dans Anne Birgitte Gotfredsen et Tinna Møbjerg, Nipisat - a Saqqaq Culture Site in Sisimiut, Central West Greenland, vol. 31, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 243 p. (lire en ligne).
  215. « Lieu historique national du Canada de Port Refuge », sur le site des parcs nationaux du Canada, Gouvernement du Canada (consulté le 15 avril 2018).
  216. (en) Robert MacGhee (en), « The Palaeoeskimo occupations at Port Refuge », sur le site eRAF Archaeology, Université de Yale, (consulté le 15 avril 2018).
  217. (en) Anne Birgitte Gotfredsen et Tinna Møbjerg, « Description of the Tools inventory », dans Anne Birgitte Gotfredsen et Tinna Møbjerg, Nipisat - a Saqqaq Culture Site in Sisimiut, Central West Greenland, vol. 31, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 243 p. (lire en ligne).
  218. (da) Jørgen Meldgaard, « Eet folk gennem 4500 år? », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 210-212 (lire en ligne [PDF]).
  219. (en) « Independence I », sur le site du musée national du Danemark (consulté le 16 avril 2018).
  220. Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 7.
  221. Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 8.
  222. Gotfredsen et Møbjerg 2004, p. 30-37.
  223. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k (en) William J. D’Andrea, Yongsong Huang, Sherilyn C. Fritz et N. John Anderson, « Abrupt Holocene climate change as an important factor for human migration in West Greenland », Proceedings of the National Academy of Sciences, Académie nationale des sciences des États-Unis, vol. 108, no 24,‎ , p. 9765-9769 (lire en ligne [PDF]).
  224. a, b, c, d et e (en) Bjarne Grønnow, chap. 7.4 « The place of the Saqqaq Culture in the Early ASTt chronology and the peopling of the Eastern Arctic : Studies of Saqqaq Material Culture », dans The Frozen Saqqaq Sites of Disko Bay, West Greenland - Qeqertasussuk and Qajaa (2400-900 BC), vol. 47, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 492 pages p. (lire en ligne).
  225. (en) Jens Fog Jensen (dir.), « Discussion and conclusion », dans Jens Fog Jensen, Stone Age of Qeqertarsuup Tunua (Disko Bugt) : A Regional Analysis of the Saqqaq and Dorset Cultures of Central West Greenland, vol. 32, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 272 p. (lire en ligne).
  226. a, b, c, d et e (en) Anne Birgitte Gotfredsen et Tinna Møbjerg, chap. 10 « Discussion and conclusion », dans Nipisat - a Saqqaq Culture Site in Sisimiut, Central West Greenland, vol. 31, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 243 p. (lire en ligne).
  227. (en) Jens Fog Jensen (dir.), chap. 9 « Radiocarbon Dates », dans Jens Fog Jensen, Stone Age of Qeqertarsuup Tunua (Disko Bugt) : A Regional Analysis of the Saqqaq and Dorset Cultures of Central West Greenland, vol. 32, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 272 p. (lire en ligne).
  228. a, b et c (en) Bent Fredskild et Sune Holt, « The West Greenland "Greens" - Favourite Caribou Summer Grazing Areas and Late Holocene Climatic Changes », Geografisk Tidsskrift, vol. 93,‎ (lire en ligne).
  229. a, b et c (en) Bent Fredskild, The Holocene development of some low and high arctic Greenland lakes, vol. 14, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », (lire en ligne).
  230. a et b (en) Naja Mikkelsen (dir.), Torsten Ingerslev (dir.), Ole Bennike (dir.), Henrik Klinge Pedersen (dir.) et Anker Weidick (dir.), chap. 3 « Description : Human settlement », dans Naja Mikkelsen, Torsten Ingerslev, Ole Bennike et al., Nomination of the Ilulissat Icefjord, Geological Survey of Denmark and Greenland (GEUS) - Ministère de l'Environnement, (ISBN 87-7871-106-1, lire en ligne [PDF]).
  231. « Chronologie culturelle de l’Arctique nord américain et groenlandais » [PDF], sur le site de l'Institut culturel Avataq, (consulté le 23 avril 2018).
  232. a et b (en) Jens Fog Jensen, chap. 31 « Greenlandic Dorset », dans T. Max Friesen et Owen K. Mason (dir.), The Oxford Handbook of the Prehistoric Arctic, Oxford University Press, , 988 p. (lire en ligne), page 737 à fin chapitre.
  233. a et b (en) « Independence II or Greenlandic Dorset », sur le site du Musée national du Danemark (consulté le 22 avril 2018).
  234. a et b (en) « Early Dorset », sur le site du Musée national du Danemark (consulté le 8 avril 2018).
  235. a et b (da) Bjarne Grønnow et Morten Meldgaard, « Hvor blev de af? », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 206-209 (lire en ligne [PDF]).
  236. (en) Jens Fog Jensen (dir.), chap. 3 « Environmental Change », dans Jens Fog Jensen et al., Stone Age of Qeqertarsuup Tunua (Disko Bugt) : A Regional Analysis of the Saqqaq and Dorset Cultures of Central West Greenland, vol. 32, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 272 p. (lire en ligne), pages 22 à fin chapitre.
  237. (en) Mikkel Sørensen, chap. 2 « Inuit and climatic change in Prehistoric Eastern Arctic : A persperctive from Greenland », dans Kirsten Hastrup et Karen Fog Olwig, Climate Change and Human Mobility : Challenges to the Social Sciences, Cambridge University Press, , 263 p. (lire en ligne).
  238. (en) Jens Fog Jensen, Ulla Odgaard, Sven Funder et Patrick Plumet, chap. 5.1.2 « Saqqaq Culture : First People in West Greenland », dans V.M. Kotlyakov, A. A. Velichko et S. A. Vasil'ev, Human Colonization of the Arctic : The Interaction Between Early Migration and the Paleoenvironment, Academic Press, , 650 p. (lire en ligne).
  239. « Littorine des rochers - Littorina saxatilis (Olivi, 1792) no 1426 », sur le site des Données d'observations pour la reconnaissance et l'identification de la faune et de la flore subaquatiques (consulté le 16 mai 2018).
  240. « Littorina saxatilis (Olivi, 1792) », sur le site de l'Inpn, Muséum national d'histoire naturelle (consulté le 16 mai 2018).
  241. « Chronologie de l'Arctique », sur le site de l'Institut culturel Avataq, (consulté le 23 avril 2018).
  242. (en) Clark Wissler, « Reviewed Work : An Anthropogeographical Study of the Origin of the Eskimo Culture by H. P. Steensby », Geographical Review, Société américaine de géographie, vol. 9, no 2,‎ , pages 135 à 138 (lire en ligne [PDF]).
  243. (en) Igor Krupnik (dir.) et al., « The introduction of Paleo- and Neo-Eskimo Culture », dans Igor Krupnik et al., Early Inuit Studies : Themes and Transitions, 1850s-1980s, Smithsonian Institution, , 592 p. (lire en ligne), pages 271 à 279.
  244. « Les Paléoesquimaux anciens », sur le site du Musée canadien de l'histoire (consulté le 2 mai 2018).
  245. (en) Tinna Møbjerg, « A Contribution to Paleoeskimo Archaeology in Greenland », Arctic Anthropology, University of Wisconsin Press, vol. 23, nos 1-2,‎ , page 19 (lire en ligne).
  246. a et b (en) Morten Rasmussen, Yingrui Li, Eske Willerslev et al., « Ancient human genome sequence of an extinct Palaeo-Eskimo », Nature, vol. 463,‎ , p. 757–762 (DOI 10.1038/nature08835, lire en ligne [PDF]).
  247. a, b et c (en) Gilbert MT, Kivisild T, Grønnow B et al., « Paleo-Eskimo mtDNA genome reveals matrilineal discontinuity in Greenland », Science, vol. 320, no 5884,‎ , p. 1787-9 (DOI 10.1126/science.1159750, lire en ligne [PDF]).
  248. a, b, c, d et e (en) D. V. Gerasimov, E. Yu. Giria, V. V. Pitul’ko et A. N. Tikhonov, chap. 10 « New Materials for the Interpretation of the Chertov Ovrag Site on Wrangel Island », dans Don E. Dumond et Richard L. Band, Archaeology in northeast Asia : on the pathway to Bering Strait, Smithsonian Institution, , 228 p. (lire en ligne [PDF]), pages 203 à 206.
  249. (en) N. N. Dikov, « The Earliest Sea Mammal Hunters of Wrangell Island », Arctic Anthropology, vol. 25, no 1,‎ , p. 80-93 (lire en ligne).
  250. a, b et c (en) Mikhail M. Bronshtein, Kirill A. Dneprovsky et al., chap. 19 « Ancient Eskimo Cultures of Chukotka », dans T. Max Friesen et Owen K. Mason, The Oxford Handbook of the Prehistoric Arctic, Oxford University Press, , 984 p. (lire en ligne), pages 540 à fin chapitre.
  251. a, b et c (en) Peter N. Peregrine (dir.) et Melvin Ember (dir.), chap. 56 « Holocene Stone Age of Northeastern Asia : Sites - Chertov Ovrag », dans Peter N. Peregrine, Melvin Ember et al., Encyclopedia of Prehistory : Arctic and Subarctic, vol. 2, Springer Science & Business Media, (1re éd. 2001), 239 p. (lire en ligne), pages 55 à 57.
  252. (en) Vladimir Viktorovič Pitulʹko et Elena Yu. Pavlova, « Appendix I », dans Vladimir Viktorovič Pitulʹko et Elena Yu. Pavlova, Geoarchaeology and Radiocarbon Chronology of Stone Age Northeast Asia, Texas A&M University Press, , 256 p. (lire en ligne), page 170.
  253. a et b (da) Bjarne Grønnow, « Vejen til Grønland », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 100-102 (lire en ligne [PDF]).
  254. (en) Robert W. Park, « Ancient People of the Arctic, by Robert Mc Ghee. », The Arctic Journal,‎ , page 268 (lire en ligne [PDF]).
  255. (en) Robert Mc Ghee, chap. 5 « The Great Exploration », dans Robert Mc Ghee, Ancient People of the Arctic, UBC Press, , 2e éd. (1re éd. 1996), 244 p. (lire en ligne), pages 73 à fin chapitre.
  256. (en) Nikolai N. Dikov (trad. Richard L. Bland), « The Appearance of Sea Mammal Hunting and the Problem of the Origin of the Eskimos », dans Nikolai N. Dikov, Early Cultures of Northeastern Asia, Anchorage, Alaska, U.S. Department of the Interior, National Park Service, Shared Beringian Heritage Program, (lire en ligne [PDF]).
  257. a et b (en) Pavel Flegontov, N. Ezgi Altınışık, Piya Changmai et al., « Paleo-Eskimo genetic legacy across North America » [PDF], sur le site de prépublication bioRxiv, (consulté le 3 mai 2018).
  258. a et b (da) Anne Marie Rørdam et Eileen Jensen, « Hår fra Qerqertasussuk - stammer de fra mennesker eller dyr? », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 155-158 (lire en ligne [PDF]).
  259. a et b (en) Bjarne Grønnow, « The Backbone of the Saqqaq Culture : A Study of the Nonmaterial Dimensions of the Early Arctic Small Tool Tradition », Arctic Anthropology, vol. 49, no 2,‎ , p. 58-71 (DOI 10.1353/arc.2012.0024, lire en ligne [PDF]).
  260. (en) Bruno Frøhlich et Niels Lynnerup, chap. Appendix C « Human Skeletal Remains from Qeqertassassuak : an Anthropology », dans Bjarne Grønnow, The Frozen Saqqaq Sites of Disko Bay, West Greenland - Qeqertasussuk and Qajaa (2400-900 BC) : Studies of Saqqaq Material Culture, vol. 47, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 492 pages p. (lire en ligne).
  261. (da) Bruno Frøhlich, Niels Lynnerup et J.P. Hart Hansen, « Menneskeknoglerne fra Qeqertasussuk », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 150-154 (lire en ligne [PDF]).
  262. (en) Niels Lynnerup, Jørgen Meldgaard et Jan Jakobsen, « Human Dorset remains from Igloolik, Canada », Arctic Journal, vol. 56, no 4,‎ , page 355 (lire en ligne [PDF]).
  263. a et b (en) Bjarne Grønnow, chap. 6 « The Saqqaq Human Being, Society and Cosmology », dans Bjarne Grønnow, The Frozen Saqqaq Sites of Disko Bay, West Greenland - Qeqertasussuk and Qajaa (2400-900 BC) : Studies of Saqqaq Material Culture, vol. 47, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 492 pages p. (lire en ligne).
  264. (en) Tim Rast et Christopher B. Wolff, « Instruments of Change : Late Dorset Palaeoeskimo Drums and Shamanism on Coastal Bylot Island, Nunavut, Canada », Open Archaeology, vol. 2, no 1,‎ (lire en ligne [PDF]).
  265. a et b Peregrine et Ember 2001, p. 38.
  266. a et b (en) Sharon R. Steadman, chap. 4 « The Mobile Architecture of Hunters-Gatherers and Nomadic Pastoralists », dans Sharon R. Steadman, Archaeology of Domestic Architecture and the Human Use of Space, Routledge, , 394 p. (lire en ligne), page 77.
  267. Jensen 2009, p. 80.
  268. Grønnow 2017, p. 413.
  269. a, b, c, d et e Grønnow 2016, p. 720.
  270. a, b, c et d Jensen 2009, p. 22-32.
  271. a, b, c et d (en) R. Dietrich, A. Rülke et M. Scheinert, « Present-day vertical crustal deformations in West Greenland from repeated GPS observations », Geophysical Journal International, vol. 163, nos 1 et 2,‎ , p. 865–874 (DOI 10.1111/j.1365-246X.2005.027, lire en ligne [PDF]).
  272. (en) Bjørnar Olsen, « Saqqaq housing and settlement in southern Disko Bay, West Greenland », Acta Borealia, vol. 15, no 2,‎ (lire en ligne).
  273. (en) Frederik Valeur Seersholm, Mikkel Winther Pedersen, Martin Jensen Søe et al., « DNA evidence of bowhead whale exploitation by Greenlandic Paleo-Inuit 4 000 years ago », Nature Communications, vol. 7,‎ (lire en ligne).
  274. a, b, c et d (en) Morten Meldgaard, « Man, dog and matérial culture », dans Morten Meldgaard, Ancient Harp Seal Hunters of Disko Bay : Subsistence and settlement at the Saqqaq culture site Qeqertasussuk (2400-1400 BC), West Greenland, vol. 30, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 189 p. (ISBN 9788763530675, lire en ligne).
  275. a et b (en) Darcy F. Morey et Kim Aaris-Sørensen, « Paleoeskimo Dogs of the Eastern Arctic », Arctic Journal, vol. 55, no 1,‎ (lire en ligne [PDF]).
  276. a et b (en) Naja Mikkelsen (dir.), Torsten Ingerslev (dir.), Ole Bennike (dir.), Henrik Klinge Pedersen (dir.) et Anker Weidick (dir.), chap. 3 « Description : Archaeological sites at Ilulissat Icefjord », dans Naja Mikkelsen, Torsten Ingerslev, Ole Bennike et al., Nomination of the Ilulissat Icefjord, Geological Survey of Denmark and Greenland (GEUS) - Ministère de l'Environnement, (ISBN 87-7871-106-1, lire en ligne [PDF]).
  277. a, b et c (en + fr) Matthew Walls, « Wood use and kayak construction : Material selection from the perspective of carpentry », Études/Inuit/Studies, vol. 36, no 1 (dossier : Les peuples de l’Arctique et le bois),‎ , p. 49–62 (DOI 10.7202/1015953ar, lire en ligne).
  278. a, b, c et d (en) John D. Heath et Eugene Y. Arima, « Kayaks of the East Canadian Arctic », dans John D. Heath et Eugene Y. Arima, Eastern Arctic Kayaks : History, Design, Technique, University of Alaska Press, , 161 p. (lire en ligne), pages 137 et 138.
  279. a et b (en) Bruce W. Hodgins, John Jennings et Doreen Small, « Barkless barques : Kayak », dans Bruce W. Hodgins, John Jennings et Doreen Small, The Canoe in Canadian Cultures, Dundurn, , 312 p. (lire en ligne), pages 49 et 50.
  280. a, b et c (en) Morten Meldgaard, « Means of transportations : Subsistence and settlement at the Saqqaq culture site Qeqertasussuk (2400-1400 BC), Seal Hunters of the West Greenland », dans Morten Meldgaard, Ancient Harp, vol. 30, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 189 p. (ISBN 9788763530675, lire en ligne), pages 90 et 91.
  281. (en) Naja Mikkelsen (dir.), Torsten Ingerslev (dir.), Ole Bennike (dir.), Henrik Klinge Pedersen (dir.) et Anker Weidick (dir.), chap. 5 « Factors Affecting the Property », dans Naja Mikkelsen, Torsten Ingerslev, Ole Bennike et al., Nomination of the Ilulissat Icefjord, Geological Survey of Denmark and Greenland (GEUS) - Ministère de l'Environnement, (ISBN 87-7871-106-1, lire en ligne [PDF]).
  282. (en) Naja Mikkelsen (dir.), Torsten Ingerslev (dir.), Ole Bennike (dir.), Henrik Klinge Pedersen (dir.) et Anker Weidick (dir.), chap. Appendix 5 « Resumé of the conservation plan for the archaeological site in the Sermermiut valley, Ilulissat Icefjord », dans Naja Mikkelsen, Torsten Ingerslev, Ole Bennike et al., Nomination of the Ilulissat Icefjord, Geological Survey of Denmark and Greenland (GEUS) - Ministère de l'Environnement, (ISBN 87-7871-106-1, lire en ligne [PDF]).
  283. (en) « Guide to Ilulissat - Map of Ilulissat », sur le site de la commune d'Ilulissat (consulté le 29 avril 2018).
  284. « Fjord glacé d’Ilulissat », sur le site du Comité du patrimoine mondial, Unesco (consulté le 16 avril 2018).
  285. (da) « Hvalfangerloge ca. 1783 », sur le site du Musée de Sisimiut (consulté le 26 avril 2018).
  286. Godtfredsen et Møbjerg 2004, p. 14 et 193.
  287. Jensen 2009, p. 174.
  288. (en) « Aasivissuit - Nipisat, Inuit Hunting Ground between Ice and Sea », sur le site du Comité du patrimoine mondial, Unesco (consulté le 23 mai 2018).
  289. « Deux nouveaux sites inscrits sur la Liste du patrimoine mondial », (consulté le 30 juin 2018)
  290. (da + en + kl) « Palæo-kulturit - inuit ujaraannarnik sakkullit », sur le site du Musée national du Groenland (consulté le 27 avril 2018).
  291. (da + en + kl) « Katersat », sur le site du musée national du Groenland (consulté le 27 avril 2018).
  292. (da + en + kl) « Kulturikkut eriagisassat qanoq isikkoqarpat? - Palæo-eskimoisk kultureri », sur le site du musée national du Groenland (consulté le 27 avril 2018).
  293. (da + en + kl) « Ningerneq », sur le site du musée national du Groenland (consulté le 27 avril 2018).
  294. Jensen 2009, p. 201-202.
  295. (sv) Maria Hinnerson-Berglund, « Estetik som redskap i arkeologi : ett exempel från Grönland », Arkæologisk forum, no 21,‎ (lire en ligne [PDF]).
  296. Jensen 2009, p. 198-208.
  297. (da + kl) « Saqqaq kultur’meersut – kitaani inuit siullersaat », sur le site du musée de Sisimiut (en), Sisimiut (consulté le 22 avril 2018).
  298. Godtfredsen et Møbjerg 2004, p. 9.
  299. Godtfredsen et Møbjerg 2004, p. 11.
  300. Godtfredsen et Møbjerg 2004, p. 14.
  301. Jensen 2009, p. 94.
  302. (da + en + kl) « Museer – Museer i Grønland », sur le site de la municipalité de Qaasuitsup (consulté le 5 mai 2018).
  303. a et b (da) Troels Romby Larsen, « Qasigiannguit Katersugaasiviat/Christianshåb Lokalmuseum historie, projekter, per- spektiver. », Tidsskrieft Grønland, no 4,‎ (lire en ligne [PDF]).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Anne Birgitte Gotfredsen et Tinna Møbjerg, Nipisat - a Saqqaq Culture Site in Sisimiut, Central West Greenland, vol. 31, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 243 p. (lire en ligne [PDF]). 
  • (en) Bjarne Grønnow, « Independence I and Saqqaq : The first Greenlanders », dans T. Max Friesen et Owen K. Mason, The Oxford Handbook of the Prehistoric Arctic, Oxford University Press, , 988 p. (lire en ligne), page 714 à fin chapitre. 
  • (en) Bjarne Grønnow, The Frozen Saqqaq Sites of Disko Bay, West Greenland - Qeqertasussuk and Qajaa (2400-900 BC) : Studies of Saqqaq Material Culture, vol. 47, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 492 pages p. (lire en ligne). 
  • (en + fr) Bjarne Grønnow, « An archaeological reconstruction of Saqqaq bows, darts, harpoons, and lances », Études/Inuit/Studies, vol. 36, no 1 (dossier : Les peuples de l’Arctique et le bois),‎ , p. 23–48 (lire en ligne [PDF]). 
  • (en) Bjarne Grønnow, « The Backbone of the Saqqaq Culture : A Study of the Nonmaterial Dimensions of the Early Arctic Small Tool Tradition », Arctic Anthropology, vol. 49, no 2,‎ , p. 58-71 (DOI 10.1353/arc.2012.0024, lire en ligne [PDF]). 
  • (da) Hans Christian Gulløv, « Saqqarkulturen », dans Hans Christian Gulløv, Grønlands forhistorie, Gyldendal A/S, , 434 p. (lire en ligne), pages 65 à 105. 
  • (en) Jens Fog Jensen (dir.), Stone Age of Qeqertarsuup Tunua (Disko Bugt) : A Regional Analysis of the Saqqaq and Dorset Cultures of Central West Greenland, vol. 32, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 272 p. (lire en ligne [PDF]). 
  • (en) Igor Krupnik (dir.), Early Inuit Studies : Themes and Transitions, 1850s-1980s, Smithsonian Institution, , 592 p. (lire en ligne). 
  • (da) Jørgen Meldgaard, « Grønlændere i tre tusinde år I », Tidsskriftet Grønland, no 4,‎ , p. 121-129 (lire en ligne [PDF]). 
  • (en) Jørgen Meldgaard, « The Prehistoric Cultures in Greenland : Discontinuities in a Marginal Area. », dans Kylstra, Hans P. (directeur d'ouvrage) et al., Continuity and Discontinuity in the Inuit Culture of Greenland., Arctic Centre, Université de Groningue, (lire en ligne [PDF]), pages 19 à 52. 
  • (en) Morten Meldgaard, Ancient Harp Seal Hunters of Disko Bay : Subsistence and settlement at the Saqqaq culture site Qeqertasussuk (2400-1400 BC), West Greenland, vol. 30, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 189 p. (ISBN 9788763530675, lire en ligne [PDF]). 
  • (en) Tina Møbjerg, « New adaptive strategies in the Saqqaq culture of Greenland, c. 1600–1400 BC », World Archaeology, vol. 30, no 3 (Arctic Archaeology),‎ , p. 452-465 (lire en ligne). 
  • (en) Mark Nutall (dir.), Encyclopedia of the Arctic, vol. 1, 2 et 3, Routledge, , 2380 p. (lire en ligne). 
  • Marcel Otte, « La Préhistoire de l'Amérique du Nord et de l'Arctique : La Tradition microlithique de l'Arctique », dans Marcel Otte, La préhistoire, De Boeck Supérieur, , 304 p. (lire en ligne). 
  • (en) Peter N. Peregrine (dir.), Melvin Ember (dir.) et al., « Eastern Arctic Small Tool : Saqqaq (Sarqaq) », dans Peter N. Peregrine, Melvin Ember et al., Encyclopedia of Prehistory : Arctic and Subarctic, vol. 2, Springer Science & Business Media, , 239 p. (lire en ligne), pages 37 à 39. 
  • Patrick Plumet, « La préhistoire de l'Arctique et la formation de l'Esquimau », dans Patrick Plumet et al., Dictionnaire de la Préhistoire, Encyclopædia Universalis, coll. « Les Dictionnaires d'Universalis », , 1321 p. (lire en ligne), pages 86 à fin chapitre. 
  • Gilles Tassé, « Lexique - Interprétation : Saqqaquien (Saqqaq Culture) », dans Gilles Tassé, L'archéologie au Québec : mots, techniques, objets, Éditions Fides, , 148 p. (lire en ligne), pages 114 à 117. 
  • (en) Thomas Thomsen, « Eskimo Archaeology », dans M. Vahl Georg Carl Amdrup, Louis Bobé, AD S. Jensen et al., Greenland : The Past and the Present Population of Greenland, vol. II, Commission for the Direction of Geological and Geographical Investigations in Greenland, , 438 p. (lire en ligne), pages 271 à fin chapitre. 

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]