Culture de Dorset

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Culture de Dorset
Description de cette image, également commentée ci-après
Vestiges d'une structure mégalithique de type « maison longue »[1].
Définition
Autres noms Dorsétien[2],[3]
Lieu éponyme Cape Dorset[4],[5],[6]
Auteur Diamond Jenness en 1925[4],[7]
Caractéristiques
Répartition géographique Zone subarctique et arctique nord-américaine ; Groenland
Chronologie De 800 av. J.-C. pour le Canada et entre 800 et 500 av. J.-C. pour l'ensemble de zone arctique
à 1500[8],[1]
Type humain associé Inuits
Tendance climatique Arctique et subarctique

Subdivisions

Ancien ; moyen ; récent ; tardif[4],[8]

Objets typiques

Outils lithiques (microlames, burins, etc. )[2],[9] ; figurines zoomorphes[3] ; structures mégalithiques de type « maisons longues »[10],[11]

La culture de Dorset, ou Dorsétien, est une culture archéologique antérieure à la culture inuit, de l'Arctique nord-américain, notamment au nord du Canada actuel et au Groenland. Elle se caractérise par une industrie lithique de microlames, de petits villages de maisons rectangulaires semi-enterrées et un art sophistiqué[12],[13],[14].

Définition[modifier | modifier le code]

Expansion territoriale de différentes cultures dans l'Arctique.

La culture de Dorset a été nommée et définie en 1925 par l'anthropologue Diamond Jenness, pour désigner un ensemble d'artefacts archéologiques provenant du cap Dorset, dans le Nunavut, et semblant avoir été produits par des groupes humains au style de vie différent de celui des Inuits et plus anciens.

Le Dorsétien a par la suite été subdivisé en quatre périodes : ancien (500 avant notre ère), moyen (0-600), récent (900-1350)[15] et tardif[16]. On trouve des éléments culturels dorsétiens dans des sites thuléens, jusqu'au XVe siècle[15].

Discussions autour du concept[modifier | modifier le code]

C'est de l'expression Cape Dorset Culture (Culture du Cap Dorset), utilisée pour la première fois par Jenness en 1925, que fut tiré le concept de « culture de Dorset », considérée par celui-ci comme liée au peuple paléosibérien des Tchouktches, appelé dans la tradition orale Inuit « Saqqaq » ou « Sivullirmiut » et considéré comme précédant les « Tuniit », ancêtres supposés des Inuits, qui eux sont reliés à la Culture de Thulé.

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2013)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Il est à signaler que certains historiens[Qui ?] disent que le peuple de la culture de Dorset serait peut-être aussi à l'origine du site de l’Anse aux Meadows, habituellement attribué aux Vikings groenlandais. Dans cette thèse, le peuple Dorsetien aurait été métissé de Vikings après avoir accueilli les survivants des comptoirs groenlandais du Vestribyggð : « colonisation de l'ouest », abandonnés au XIIIe siècle. Selon les archéologues de « Parcs Canada »[17], il semble que certains sites traditionnellement attribués aux Dorset soient en fait des comptoirs commerciaux construits et occupés par les Vikings groenlandais. L'institut gouvernemental réexamine actuellement ses archives et ses sites archéologiques. Quatre sites ont été identifiés comme potentiellement vikings : Nunguvik, Nanook et l'île Willows au Nunavut, ainsi que l'île Avayalik au Labrador, mais il ne s'agit, peut-être, que d'une interprétation liée au protochronisme européen. Cette thèse reste donc en débat[18].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Figurine zoomorphe dorsétienne

Les Dorsétiens étaient des chasseurs qui pratiquaient des échanges commerciaux à grande distance, si on en juge par la découverte d'objets en pierre issues de carrières éloignées. Pour se déplacer, ils utilisaient des skis miniaturisés et des kayaks[16], et peut-être aussi des traîneaux à chiens[19]. La culture de Dorset se caractérise par l'absence de vestiges d'arc, de flèche et de foret à archet[16].

L'art dorsétien se caractérise par des figurines animales et des masques humains miniaturisés[16].

Chronologie[modifier | modifier le code]

Vers -800, les Dorsétiens occupaient la plus grande partie de l'Arctique canadien et commencèrent à coloniser le Groenland. Ils occupèrent tout le Groenland jusqu'en l'an 1 environ, époque à laquelle ils disparurent de l'île, avant d'y revenir au VIIIe siècle.

Ils ont recolonisé le nord ouest du Groenland vers 700. Les vikings, à partir de 970, signalèrent qu'ils avaient rencontré de nombreux vestiges d'occupation mais aucun autochtone au Groenland. Néanmoins les Dorsétiens survécurent au Groenland environ jusqu'en 1300 et des objets d'origine viking ont été découverts dans leurs campements : des échanges ont peut-être eu lieu.

Répartition géographique et principaux sites[modifier | modifier le code]

Vestiges d'une « maison longue » en pierre dorsétienne découverte fortuitement près d'Ikaluktutiak, au Nunavut.

Au Canada[modifier | modifier le code]

L'une des plus importantes zones canadienne ayant délivré des gisement et vestige d'époque dorsétienne est l'aire d'Igloolik, dans l'île de Baffin. Les sites archéologiques de cette aire, identifiés par Jenness en 1925 fouillées durant une campagne conduite entre le et le ont révélé de nombreux outils lithiques, des têtes de harpon à base large, des pointes de lance, le tout associés à des figurines zoomorphes fabriqués en os de phoque et/ou en bois de renne, ainsi que des masques sculptés représentant des visages grimaçants[20].

Dorsétiens et Inuits[modifier | modifier le code]

Les légendes inuit mentionnent les Tuniit (singulier: Tuniq) et les Saqqaq ou Sivullirmiut (les premiers habitants), qui selon ces légendes, étaient plus grands et plus forts que les Inuits, mais ont été facilement effrayés par l'avancée des Inuits. Ils auraient eu une excellente compréhension de leur environnement, mais avaient une technologie inférieure à celle des Inuits. Leur outillage a vraisemblablement été peu adapté aux conditions climatiques plus dures de la fin du premier millénaire.

La culture de Dorset descend de la culture de pré-Dorset, qui a été la première culture pré-eskimau à s'établir dans l'arctique canadien. Cette population, qui avait probablement des liens tant culturels que biologiques (génétiques) avec les Tchouktches, a traversé le détroit de Béring vers -2000.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Late Dorset », sur le site du Musée national du Danemark (consulté le 8 avril 2018).
  2. a et b Gilles Tassé, « Dorsétien (Dorset Culture) », dans Gilles Tassé, L'archéologie au Québec : mots, techniques, objets, Éditions Fides, , 148 p. (lire en ligne).
  3. a et b (en) L. Z. Zságer, « Miniature Carvings in the Canadian Dorset Culture : the Paleo-Eskimo Belief System », Perspectivas Colombo-Canadienses, no 3,‎ , p. 108-121 (lire en ligne [PDF]).
  4. a b et c (en) Karen Ryan, « The "Dorset problem" revisited », dans T. Max Friesen, Owen K. Mason (directeurs d'ouvrage) et al., The Oxford Handbook of the Prehistoric Arctic, Oxford University Press, , 988 p. (lire en ligne), pages 760 à fin chapitre.
  5. (en) T. J. Olesson, « Vikings - Tunnit - Eskimo », dans Robert S. Hoyt, Life and Thought in the Middle Ages, University of Minnesota Press, , 172 p. (lire en ligne).
  6. (en) Chronology of the American Indian : 25 000 BC - 1994, North American Book Dist LLC, , 301 p. (lire en ligne).
  7. (en) Diamond Jenness, The Indians of Canada, Université de Toronto - Gouvernement du Canada, , 7e éd. (lire en ligne).
  8. a et b (en) Amanda Royce Crandall, « Prehistoric Inuit Art », dans Richard C. Crandall, Inuit Art : A History, McFarland & Compagny Publishing, , 420 p. (lire en ligne).
  9. (en) Graham Rowley, « The Dorset Culture of the Eastern Arctic », The Arctic Journal,‎ (lire en ligne [PDF]).
  10. (en) Robert McGhee, « The Late Dorset Culture », dans Robert McGhee (en), Ancient People of the Arctic, UBC Press, , 244 p. (lire en ligne).
  11. (en) Robert W. Park, « The Dorset culture longhouse at Brooman Point, Nunavut », Études/Inuit/Studies, vol. 27, nos 1–2 (dossier : Architecture paléo-esquimaude),‎ , p. 239–253 (ISSN 0701-1008, DOI 10.7202/010803ar, lire en ligne [PDF]).
  12. Encyclopédie Larousse, La culture de Dorset.
  13. Jean Corbel et Charles-Pierre Péguy, « Chronique arctique », in Norois, no 23, juillet-septembre 1959, p. 340 : « Divers restes de la civilisation de Dorset à maison rectangulaire subenterrée ont été trouvés, tant dans la Péninsule de Melville, qu'en Ungava ».
  14. Adam Stéphane, Adaptations et interactions entre les cultures Dorset, Thulé et Viking : mécanismes d’une transition culturelle, colloque international sur la Nordicité, Rouen, 2004/2005, publié sur academia.edu.
  15. a et b Yves Labrèche, « Le Dorsétien (2500-650 AA) », in Le Nord: Habitants et Mutations, Presses Université Laval, 2001, p. 19-21
  16. a b c et d Gilles Tassé, L'archéologie au Québec : mots, techniques, objets, Les Éditions Fides, 2000, p. 116-117.
  17. « http://www.civilisations.ca/cmc/exhibitions/archeo/helluland/str0301f.shtml »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  18. [1].
  19. McGhee 2012.
  20. (en) Jørgen Meldgård, « The Dorset Culture - The Danish-American Expedition to Arctic Canada 1954 », Tidsskrift Gronland, vol. 5, no 5,‎ (lire en ligne).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Diamond Jenness, The Indians of Canada, Université de Toronto - Gouvernement du Canada, , 7e éd. (lire en ligne).
  • (en) Jens Fog Jensen (dir.), Stone Age of Qeqertarsuup Tunua (Disko Bugt) : A Regional Analysis of the Saqqaq and Dorest Cultures of Central West Greenland, vol. 32, Museum Tusculanum Press - Man & Society, coll. « Meddelelser om Grønland », , 272 p. (lire en ligne).
  • (en) Robert McGhee, « The Late Dorset Culture », dans Robert McGhee (en), Ancient People of the Arctic, UBC Press, , 244 p. (lire en ligne).
  • (en + fr) S. Brooke Milne, Robert W. Park et Douglas R. Stenton, « Dorset Culture Land Use Strategies and the Case of Inland Southern Baffin Island », Canadian Journal of Archaeology, vol. 36, no 2,‎ , p. 267-288 (lire en ligne).
  • (en) Karen Ryan, « The "Dorset problem" revisited », dans T. Max Friesen, Owen K. Mason (directeurs d'ouvrage) et al., The Oxford Handbook of the Prehistoric Arctic, Oxford University Press, , 988 p. (lire en ligne), pages 760 à fin chapitre.
  • (en) Amanda Royce Crandall, « Prehistoric Inuit Art », dans Richard C. Crandall, Inuit Art : A History, McFarland & Compagny Publishing, , 420 p. (lire en ligne).
  • Gilles Tassé, « Dorsétien (Dorset Culture) », dans Gilles Tassé, L'archéologie au Québec : mots, techniques, objets, Éditions Fides, , 148 p. (lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]