Gare de Belleville-sur-Saône

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir gare de Belleville.
Belleville-sur-Saône
Image illustrative de l'article Gare de Belleville-sur-Saône
Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
(avant les travaux du parvis)
Localisation
Pays France
Ville Belleville
Adresse Place de la Gare
69220 Belleville
Coordonnées géographiques 46° 06′ 43″ nord, 4° 43′ 44″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TER Rhône-Alpes
Fret SNCF
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles
Belleville à Beaujeu
Voies 3 + voies de service
Quais 2 (dont un central)
Altitude 191 m
Historique
Mise en service 10 juillet 1854
Architecte Alexis Cendrier
Correspondances
Cars Voir Intermodalité

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Belleville-sur-Saône

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
Belleville-sur-Saône

Géolocalisation sur la carte : Rhône

(Voir situation sur carte : Rhône)
Belleville-sur-Saône

La gare de Belleville-sur-Saône est une gare ferroviaire française de la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles et de l'ancienne ligne de Belleville à Beaujeu située à proximité du centre-ville de Belleville, dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Elle est mise en service en 1854 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon (PL). C'est une gare voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) du réseau TER Rhône-Alpes, desservie par des trains express régionaux. Elle est ouverte au service de Fret SNCF.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare de Belleville-sur-Saône est une gare de bifurcation située au point kilométrique (PK) 462,657[1] de la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles, entre les gares de Romanèche-Thorins et de Saint-Georges-de-Reneins. Elle est l'origine au PK 0,000 de la courte ligne de Belleville à Beaujeu partiellement déclassée depuis 1990.

Elle est établie à 191 mètres d'altitude.

Histoire[modifier | modifier le code]

Gare PL puis PLM : 1854-1938[modifier | modifier le code]

La « station de Belleville » est mise en service le 10 juillet 1854 par la Compagnie du chemin de fer de Paris à Lyon (PL), lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Chalon (Saint-Côme) à Lyon (Vaise) de sa ligne de Paris à Lyon[2]. Comme toutes les gares intermédiaires d'origine de la ligne, elle comporte un bâtiment voyageurs dû à l'architecte de la Compagnie PL Alexis Cendrier. Il se compose d'un « corps à trois travées avec deux étages et des combles »[3].

Elle devient une gare de bifurcation en 1869 avec la mise en service de la ligne de Belleville à Beaujeu (ligne d'intérêt local à voie unique) par la compagnie du chemin de fer de Belleville à Beaujeu. Elle s'embranche à l'extrémité nord de la gare[4].

La « gare de Belleville » figure dans la nomenclature 1911 des gares, stations et haltes, de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM)[5]. Elle porte le no 14 de la ligne de Paris à Marseille et à Vintimille (4e Section - Rhône)[6], et le no 1 de la ligne de Belleville à Beaujeu[7]. C'est une gare ouverte au service complet de la Grande Vitesse (GV) et de la Petite Vitesse (PV)[8].

Gare SNCF depuis 1938[modifier | modifier le code]

En 2007, d'importants « travaux de remise à niveau des espaces voyageurs » sont réalisés, financés par la région et la SNCF. Ils consistent dans la rénovation des espaces intérieurs et des façades, et la modernisation des équipements des accès et des quais[9]. Le 9 décembre de la même année est mis en place l'horaire cadencé sur les principales lignes de l'étoile de Lyon avec création de trains directs entre Dijon-Ville et Grenoble par diamétralisation[10] de trains Dijon - Lyon et Lyon - Grenoble (un train toutes les heures en semaine).

En juillet 2010, débutent les travaux d'aménagement du pôle d'échanges de la gare dans le cadre du projet de Réseau express de l'aire métropolitaine lyonnaise (Real), financés par la Communauté de communes de Belleville et la SNCF[11].

Le parvis de la gare en travaux
Le parvis en travaux en avril 2011.

En décembre 2011, la diamétralisation des trains de Dijon à Lyon et de Lyon à Grenoble est abandonnée, tandis que des trains directs entre Paris-Bercy et Lyon-Part-Dieu sont mis en place.

La gare est très fréquentée en raison de la proximité de la ville de Lyon. En effet, de nombreux habitants de Belleville et des alentours viennent garer leurs véhicules à proximité de la gare le matin, avant d'y prendre un train pour l'agglomération lyonnaise où ils travaillent. Elle voit sa fréquentation annuelle augmenter de 8 % entre 2011 et 2012 pour atteindre 2 770 voyageurs par jour avec une desserte de 52 trains quotidiens. Le « Pôle d'échange intermodal de Belleville » est inauguré le 10 juin 2013 par les autorités : Jean-François Carenco (préfet de la région Rhône-Alpes), Jean-Jack Queyranne (président du Conseil régional), Danielle Chuzeville (présidente du Conseil général du Rhône), Laurence Eymieu (directrice régionale SNCF Rhône-Alpes), Anne Lambusson (directrice régionale de Réseau ferré de France Rhône-Alpes Auvergne), et Eliane Giraud (vice-présidente aux Transports, Déplacements et Infrastructures de la Région)[9].

Les travaux ont consisté à réaliser plusieurs aménagements comprenant la création de 405 places de stationnement, réparties entre le parking ouest (118) et le parking sud (287), le réaménagement du parvis de la gare en un espace de rencontre pour les piétons, l'installation d'un parc collectif fermé de 48 places pour les deux-roues, la rénovation (et l'accessibilité pour les personnes à mobilité réduite) du souterrain entre Belleville et Saint-Jean-d'Ardières, la réhabilitation de l'ancienne halle à marchandises pour une utilisation festive et culturelle, le réaménagement de la voirie pour faciliter la liaison entre la gare et le centre-ville, et l'installation d'un système de vidéosurveillance pour les parkings. Le coût de ces aménagements, réalisés dans le cadre d'un contrat de plan entre l'État et la Région, s’élève à 4 033 000 euros répartis entre le Conseil régional (46 %), la Communauté de communes Beaujolais-Val-de-Saône (44,5 %), et la SNCF (9,5 %)[9].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets et salle d'attente, ouvert tous les jours. Elle est notamment équipée d'automates pour l'achat de titres de transport[12].

Une passerelle permet le franchissement des voies et l'accès au quai central.

Desserte[modifier | modifier le code]

Belleville-sur-Saône est une gare voyageurs SNCF du réseau TER Rhône-Alpes, desservie par des trains express régionaux des relations de Paris-Bercy (ou Dijon-Ville) à Lyon-Part-Dieu et de Mâcon-Ville à Valence (ou Lyon-Perrache)[12].

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Elle dispose d'un « pôle d'échanges intermodal » constitué d'un parvis aménagé et réservé aux piétons et aux « modes doux », d'une consigne collective de 48 places destinée aux deux-roues, de 405 places de parking pour les véhicules, réparties sur les parkings ouest et sud, et d'un souterrain, accessible aux personnes à mobilité réduite, permettant la liaison entre Belleville et Saint-Jean-d'Ardières[9].

Elle est desservie par des cars TER de la ligne de Mâcon-Ville à Lyon-Part-Dieu. La ligne 25 du réseau interurbain Cars Rhône-Alpes assure la liaison entre Villefranche-sur-Saône et la gare de Mâcon-Loché-TGV via Saint-Georges-de-Reneins, Belleville-sur-Saône et Romanèche-Thorins[13]. Elle l'est également par des cars du réseau interurbain de l'Ain (lignes 113, 114, 120 et 119) et par ceux des cars du Rhône (lignes 118 et 235).

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Cette gare est ouverte au service du fret[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Référence:Nouvelle Géographie ferroviaire de la France, Tome 2 : L'organisation régionale du trafic (Gérard Blier), Planche 78.
  2. François et Maguy Palau, « 1.22 Chalon (Saint Côme)-Lyon (Vaise) : 10 juillet 1854 », dans Le Rail en France : Le Second Empire, Tome 1, 1852-1857, Palau, Paris, 1998 (ISBN 2-950-94211-3), p. 79
  3. François Poupardin, « Les bâtiments voyageurs édifiés le long de la ligne impériale », Revue d’histoire des chemins de fer [En ligne], 38 | 2008, mis en ligne le 10 mai 2011, consulté le 25 septembre 2013. URL : http://rhcf.revues.org/404
  4. Site Histoire de lignes oubliées : Ligne de Belleville à Beaujeu (consulté le 26 septembre 2013).
  5. Site gallica.bnf.fr, Nomenclature des gares, stations et haltes du Chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, 1911 : Nomenclature des gares, stations et haltes, par ordre alphabétique p. 9 intégral (consulté le 26 septembre 2013)
  6. Nomenclature gares PLM, 1911, Nomenclature par ordre Topographique p. 80 intégral (consulté le 26 septembre 2013)
  7. Nomenclature gares PLM, 1911, Nomenclature par ordre Topographique p. 107 intégral (consulté le 26 septembre 2013)
  8. Nomenclature gares PLM (explication des renvois), 1911, p. 5 lire (consulté le 26 septembre 2013)
  9. a, b, c et d Site rhonealpes.fr : « Le pole d'échanges intermodal de Belleville », dans Inauguration des poles multimodaux de Belleville et Villefranche-sur-Saône - 10 juin 2013, dossier de presse, 2013 (consulté le 26 septembre 2013).
  10. Diamétralisation : désigne, selon ce livret de 2007 sur l'aire métropolitaine lyonnaise, page 11, l'organisation de l’offre en lignes traversant l’agglomération lyonnaise.
  11. Site architopik.lemoniteur.fr : Aménagement du pôle Gare : 69 - Belleville-Sur-Saône (consulté le 26 septembre 2013).
  12. a et b Site SNCF TER Rhône-Alpes : Gare de Belleville-sur-Saône lire (consulté le 19 août 2014).
  13. Site rhonealpes.fr : Cars Rhône-Alpes (consulté le 26 septembre 2013).
  14. Site Fret SNCF : la gare de Belleville-sur-Saône.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]



Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Paris-Bercy Mâcon-Ville TER Rhône-Alpes Villefranche-sur-Saône Lyon-Part-Dieu
ou Lyon-Perrache
Dijon-Ville Mâcon-Ville TER Rhône-Alpes Villefranche-sur-Saône Lyon-Part-Dieu
Mâcon-Ville Mâcon-Ville TER Rhône-Alpes Villefranche-sur-Saône Valence-Ville
ou Lyon-Perrache
Mâcon-Ville Romanèche-Thorins TER Rhône-Alpes Saint-Georges-de-Reneins Valence-Ville
ou Lyon-Perrache
ou Lyon-Part-Dieu