Maladie du charbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charbon (maladie))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Charbon.
Maladie du charbon
Description de cette image, également commentée ci-après

Microphotographie d'une coloration de Gram de la bactérie Bacillus anthracis, responsable de la maladie du charbon.

CIM-10 A22.minor
CIM-9 022
DiseasesDB 1203
MedlinePlus 001325
eMedicine med/148 
MeSH D000881
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale
Cet article est en cours de réécriture ou de restructuration importante (septembre 2016).

Un utilisateur prévoit de modifier cet article pendant quelques jours. Vous êtes invité(e) à en discuter en page de discussion et à participer à son amélioration de préférence en concertation pour des modifications de fond.

La maladie du charbon, également appelée fièvre charbonneuse, est une maladie infectieuse aiguë causée par la bactérie Bacillus anthracis. C'est une anthropozoonose, c'est-à-dire commune aux animaux et à l'homme. Très rare chez l'homme, elle s'observe le plus souvent chez les animaux herbivores.

Bacillus anthracis est une arme bactériologique potentielle depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale et a été particulièrement médiatisée à la suite des attentats du 11 septembre 2001.

Malgré son nom anglais anthrax, cette maladie ne doit pas être confondue avec l'anthrax, qui en français désigne une staphylococcie cutanée.

Histoire[modifier | modifier le code]

La maladie[modifier | modifier le code]

La maladie du charbon existait probablement dès l'Antiquité, confondue avec les nombreuses maladies qui pouvaient décimer les troupeaux. Ainsi lorsque Aristote parle de morts rapides d'animaux au pâturage, en mettant en cause la « morsure venimeuse » des musaraignes[1], il se serait agi en fait d'une forme suraigüe de fièvre charbonneuse[2].

Les médecins historiens du XIXe siècle ont cru voir cette maladie dans le mythe de la tunique de Nessus, qui aurait été une tunique de laine provenant d'un animal charbonneux[3] ; dans la Bible, comme la cinquième et sixième des dix plaies d'Égypte ; dans Homère ; dans Virgile (troisième chant des Géorgiques, sur les maladies des troupeaux) ; dans Lucrèce etc[2]...

Hippocrate utilise le terme grec anthrax pour désigner une lésion cutanée avec escarre noirâtre, ressemblant à du charbon. Selon les critères modernes, rien ne permet d'affirmer qu'il s'agisse vraiment de maladie du charbon, c'est plausible tout en demeurant incertain[4].

La maladie est reconnue au XVIe siècle, au moins par la République de Venise qui punit de mort les vendeurs de viande d'animaux charbonneux[3]. A partir du XVIIe siècle, les descriptions se font plus précises avec une meilleure identification des formes animales et humaines. Au XVIIIe siècle, la maladie fait des ravages, entre autres, chez les ouvriers de la laine et les artisans perruquiers qui travaillent des produits animaux importés (peaux et crins)[2].

En 1769, la maladie humaine est identifiée de façon plus moderne par Fournier, de l'Académie de Dijon, sous le nom de « charbon malin  ». Il décrit différentes lésions cutanées, dont une lésion initiale la « pustule maligne », qu'il compare à une « piqûre de puce maligne »[3] ; et surtout il reconnait la transmission à l'homme par manipulation de laine de mouton, transmettant des « atomes de ferment charbonneux »[5]. C'est la première description de maladie du charbon d'origine professionnelle[2], chez des ouvriers des manufactures de couvertures, à Montpellier. Ce problème sera redécouvert, à grande échelle, à la fin du XIXe siècle, dans l'industrie lainière d'Écosse et du Yorkshire utilisant des matières premières importées (woolsorters disease, maladie des trieurs de laine)[5].

En 1779, Philibert Chabert, de l'école vétérinaire d'Alfort nouvellement créée, publie son Traité du Charbon ou Anthrax dans les Animaux, où il distingue les caractéristiques de la maladie selon les différentes espèces d'animaux domestiques, en insistant sur le plus grand risque pour l'homme de s'exposer à un animal charbonneux, plutôt qu'à un autre homme charbonneux. L'ouvrage fera référence jusqu'au milieu du XIXe siècle[5].

Au début du XIXe siècle, la fièvre charbonneuse fait l'objet de nombreuses recherches tant par les médecins que par les vétérinaires : caractères épidémiques, transmissions, expérimentations selon les espèces, persistance dans le sol de la virulence plusieurs années après l'enfouissement de bêtes charbonneuses... L'étude du charbon et de ses différents modèles animaux peut être vue comme le lieu de naissance de la bactériologie médicale, en tant que discipline scientifique[2].

L'importance du sujet, à cette époque, est liée au fléau sanitaire et économique représenté par le charbon animal. Vers 1850, la mortalité s'élevait en Auvergne à 10-15 % du cheptel, de 20 à 50% en Beauce, le seul arrondissement de Chartres perdait plus de 20 000 moutons par an. Il s'agit donc aussi d'un problème politique traité au niveau gouvernemental[3].

Les chercheurs vont travailler dans un double cadre de rivalité : la rivalité internationale (surtout franco-allemande) et la rivalité nationale (entre chercheurs d'une même nation). Par exemple, si la rivalité franco-allemande peut se solder par un match nul, le XIXe siècle verra, en France, la fin des médecins-chercheurs isolés (praticiens de ville, faisant de la recherche dans leur temps libre, comme Davaine) et le triomphe des chercheurs institutionnels (sachant reprendre les idées en utilisant des réseaux de décision et de pouvoir, comme Pasteur)[5].

La bactérie[modifier | modifier le code]

En 1823, Éloy Barthélemy (1785-1851) démontre la transmission de la fièvre charbonneuse au cheval par ingestion ou inoculation de sang infecté, mais ces premières études expérimentales sont perturbées par les résultats de quelques chercheurs, comme Bernard Gaspard (1788-1871) et Magendie, qui annoncent reproduire les mêmes troubles par inoculation de n'importe quel produit en putréfaction[3]. Cette notion va servir de frein, car elle jette un doute sur la spécificité des produits charbonneux, tout en prolongeant des conceptions humorales : le charbon est une pourriture des humeurs, c'est la « maladie du sang de la vache », du « sang de rate du mouton »[5].

En 1850, le Français Rayer signale que Davaine, associé à ses recherches, a vu des petits corps filiformes dans le sang de moutons atteints du charbon[6] (« bâtonnets ou baguettes de Rayer et Davaine »). Rien n'indique qu'ils aient soupçonné dans ces corps l'agent de la maladie[7]. En 1855, l'Allemand Aloys Pollender (qui affirme avoir fait sa découverte dès 1849) décrit lui aussi des corpuscules présents dans le sang d'animaux charbonneux, note l'aspect de bactéries (« vibrio ») de ces corpuscules et, contrairement à Davaine, envisage, mais sans se prononcer, qu'ils puissent être la cause de la maladie[8].

En effet, les chercheurs se demandaient si ces petits corps étaient la cause ou la conséquence de la maladie. A la même époque, on découvrait les « vibrions mobiles de la putréfaction » ou agents microbiens de la décomposition. L'idée dominante de ce moment, était que ces corpuscules immobiles pouvaient être les précurseurs de la décomposition, en s'animant après la mort[8]. La « pourriture des humeurs » pouvait encore s'accorder avec ces premières observations microscopiques.

En 1860, lors d'une Épizootie frappant les chevaux de la Compagnie des Petites Voitures de Paris ( fiacres ) appelée alors « maladie régnante », Delafond (1805-1861) montre qu'il s'agit d'une fièvre charbonneuse en notant la valeur diagnostique et pronostique des « baguettes » microscopiques[9]. Il en réussit les premières cultures en annonçant leur appartenance au règne végétal, mais il échoue à obtenir la forme sporulée[10],[11].

En 1863, éclairé par le mémoire de Pasteur sur la fermentation butyrique (1859) œuvre de microorganismes vivants, Davaine ré-interprète ses anciens travaux, il annonce le rôle causal des bâtonnets, qu'il appelle « bactéridie » et qui agissent à la manière des ferments[12], du vivant même de l'organisme (sans attendre sa mort comme les agents de putréfaction). Il s'agissait là, à ce stade, d'une déclaration d'intention qui restait encore à prouver pour convaincre les sceptiques et surmonter les objections[10]. D'autres études suivront en ce sens jusqu'en 1868, elles sont considérées désormais comme la première preuve de l'origine microbienne d'une maladie transmissible à l'homme[12].

En 1876, Robert Koch complète la démonstration de Davaine et, développant une idée de Ferdinand Cohn, établit la capacité de la bactérie du charbon à former des spores, ce qui peut la rendre très résistante et capable de se régénérer[13].

L'existence d'une toxine du charbon fut démontrée pour la première fois en 1955[14].

Les vaccins[modifier | modifier le code]

Les premiers vaccins contre le charbon (Auguste Chauveau[15], Henry Toussaint[16] et W.S. Greenfield[17] en 1880, Louis Pasteur en 1881[18]) étaient très vraisemblablement des vaccins à bactéries vivantes et capsulées, c'est-à-dire que les bactéries qui constituaient la souche n'étaient pas privées de leur capacité de former une capsule.

En mai 1881, à Pouilly-Le-Fort, près de Melun, Pasteur réalise une célèbre expérience de vaccination contre le charbon sur cinquante moutons. (Sur cette expérience, et notamment sur la mesure dans laquelle il est reproché à Pasteur de s'être approprié une idée d'Henry Toussaint, voir l'article « Secret de Pouilly-le-Fort ».) L'Institut Pasteur détient toujours des souches de Bacillus anthracis de différentes virulences.

Le vaccin de Pasteur, qui eut la préférence sur celui de ses rivaux, donnait des résultats globalement satisfaisants, mais il s'affaiblissait parfois au point de ne pas provoquer de réaction immunitaire et, dans d'autres cas, il restait assez virulent pour communiquer la maladie qu'il était censé prévenir.

Nicolas Stamatin en 1931 et Max Sterne en 1937 obtinrent des vaccins plus efficaces à l'aide de souches bactériennes vivantes dépourvues de la capacité de former des capsules (bacilles acapsulés ou acapsulogènes)[19].

Bactériologie[modifier | modifier le code]

Structure secondaire de la toxine d'anthrax en motif de clé grecque.

Bacillus anthracis est une bactérie à gram positif ; le bacille est immobile (ne possède pas de flagelle), ce qui le distingue des autres Bacilli qui sont mobiles ; la bactérie est sporulante et son type respiratoire est aérobie/anaérobie facultatif. Les spores du bacille du charbon sont hautement résistantes. Elles germinent en une forme végétative lorsqu’elles se trouvent dans des environnements tels que le sang ou les tissus, des Hommes ou des animaux ; riches en acides aminés, en nucléotides et en glucose.

Malgré leur haute résistance, les spores ne se reproduisent pas, en revanche elles peuvent survivre des dizaines d’années dans le sol. Il existe un problème de destruction de Bacillus anthracis de par la résistance des spores à la sécheresse, la chaleur, les rayons ultra-violets, les rayons gamma et à de nombreuses substances désinfectantes.

Facteurs de virulence[modifier | modifier le code]

Bacillus anthracis possède deux facteurs de virulence :

  • tout d’abord la capsule lui permet d’échapper à la phagocytose ;
  • ensuite il existe deux toxines composées de trois protéines distinctes : l’antigène protecteur, couramment appelé « protéine PA » (de l'anglais « protective antigen »), le facteur œdématogène et le facteur létal. Lorsque les deux premières protéines sont associées, elles forment la toxine œdématogène tandis que lorsque l’antigène protecteur est associé au facteur létal il y a formation de la toxine létale. Cette dernière agit directement sur la virulence de la bactérie, si elle subit une déficience, la virulence sera réduite d’un facteur de 1 000.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

L’infection résulte généralement d'une exposition à des spores provenant d’animaux infectés morts ou vivants ou de produits animaux contaminés. La transmission d’homme à homme n’ayant pas été prouvée, les patients ne constituent aucun danger et il n’est donc pas nécessaire de les isoler.

Les espèces domestiques les plus souvent touchées sont les bovins, moutons et chèvres. La maladie se communique pas directement d'animal à animal, mais à partir des sols et pâturages infectés par ingestion de spores (plus rarement par inhalation). Plus rarement, les carnivores peuvent être touchés par ingestion de viande contaminée, ils ne sont pas malades, mais ils peuvent transmettre des spores par leurs excréments, leurs griffes ou leurs dents souillées

La maladie du charbon est largement répandue dans le monde entier, mais avec des différences selon les continents et les régions. Durant le XXe siècle, les épizooties ont été fréquentes en Europe et en Asie, plus rares en Australie et au Canada. Elles surviennent plus souvent lors des mois chauds, où alternent sècheresse et fortes pluies. Il existe des foyers endémiques permanents en Éthiopie, Iran, Chine, et au Mexique[2].

En Europe, la maladie est présente dans les pays méditerranéens. Des épisodes français sur les cheptels, essentiellement bovins, sont signalés chaque année dans certains départements seulement (Massif Central, Savoie, Nord-Est). Ainsi entre 1999 et 2009, 74 foyers de fièvre charbonneuse ont été enregistrés[20] : en juillet 2009 sur les communes de Étables, La Table, La Trinité, Presle, Villard-Sallet et La-Chapelle-Du-Bard, dans les environs de La Rochette (Savoie)[21], en juillet 2012 dans la région Rhône-Alpes et en août 2016 en Moselle[22].

De 2002 à 2010, en France, 4 cas d'infections humaines ont été identifiés (charbon cutané), un par manipulation de laine de mouton contaminé, trois par dépecage d'une même vache contaminée[20].

La maladie chez les animaux[modifier | modifier le code]

Les descriptions anciennes (animaux non-immunisés, avant l'ère des antibiotiques) sont les suivantes :

  • Le mouton est l'espèce la plus sensible. La maladie présente deux formes : la forme rapide se manifeste brutalement sans signes annonciateurs, l'animal cesse de manger et piétine, atteint de forte fièvre, il fonce devant lui et tombe avec urines et diarrhées sanglantes, il meurt en moins de quatre heures, parfois en dix minutes. D'où le nom ancien de « (coup de) sang de rate de mouton ». La forme lente dure un jour ou plus, elle s'annonce par une faiblesse ; l'animal n'arrive plus à suivre le troupeau en marche, puis viennent les manifestations précédentes de façon plus progressive.
  • Chez le cheval, la forme rapide se manifeste par une diarrhée, avec frissons, tremblements et forte fièvre, l'animal est prostré et convulse, il meurt entre huit à trente heures, d'où le nom de « fièvre charbonneuse du cheval ». La forme lente évolue en deux à six jours, souvent annoncée par une boiterie, sans cause apparente, d'une patte postérieure, d'où le nom de maladie de « sang lent de cheval ». Il existe autre forme de début, par des tuméfactions localisées, principalement à la tête et au cou, dite « charbon externe du cheval ».
  • Le bœuf présente les mêmes troubles que chez le cheval mais avec quelques différences : le bœuf présente presque toujours une angine avec masse ganglionnaire entre les mâchoires, d'où le nom ancien de « glossanthrax », la maladie évolue en un jour environ, et peut guérir spontanément.
  • Chez le porc, la maladie est plus rare. Elle se manifeste par une angine, une enflure de la tête et de la gorge, des taches rouges sur la peau. La maladie évolue en un à six jours, l'animal meurt le plus souvent par asphyxie mécanique due à l'angine, mais les guérisons sont possibles.
  • Les carnivores sont peu sensibles, sauf conditions particulières (âge -sensibilité du chiot-, maladie, inoculations de laboratoire...).
  • Les oiseaux (homéothermes à 41-42°) sont réfractaires[23], sauf l'autruche.
  • Les animaux à sang froid sont en principe réfractaires.
  • Chez les animaux sauvages, les primates et les cervidés sont les plus sensibles.

Les animaux de laboratoire sensibles les plus utilisés ont été la souris, le cobaye, et le lapin. Parmi les rongeurs, les rats sont relativement résistants[3].

Les espèces réfractaires ne le sont pas de manière absolue, leur dose létale ou encore leur dose infectieuse nécessaire est plus élevée (possibilité d'autant plus rare dans la nature, mais pouvant toujours être réalisée en laboratoire). Par exemple, par voie transcutanée, par rapport à la souris, le lapin peut nécessiter des doses x 50, le rat x 104 , le chien 5 x 108, etc.. [24] .

La maladie chez l'homme[modifier | modifier le code]

Les différentes contaminations par le Bacillus anthracis engendrent des conséquences diverses sur l’organisme. Il existe trois formes de contamination : cutanée, digestive et respiratoire. Un quatrième mode de contamination est possible chez les toxicomanes, par injection avec une seringue contaminée[25].

Moulage médical pédagogique de cire présentant des lésions sur une main, dues au charbon. Ce moulage date du début du XXe siècle et a été fabriqué par la Maison Tramond à Paris. Il est conservé à la division des collections historiques du Musée national de la santé et de la médecine à Washington, DC.

Forme cutanée[modifier | modifier le code]

Elle est rare chez l'animal, mais c'est la plus fréquente chez l'être humain (95 % des cas). Elle résulte d'un contact entre des spores et une blessure. Après une incubation comprise entre un et douze jours[26], une macule se forme à l’endroit de l’inoculation, qui provoque d'abord des démangeaisons, puis un jour après, forme des ulcérations entourées de vésicules. Le bouton est indolore et enfoncé, il se dessèche et se couvre ensuite d’une croûte noire (d'où le nom de la maladie).

Dans 80 % des cas, la blessure guérit sans complications. Malgré tout, dans certains cas l’œdème s’intensifie et prend du volume engendrant une déformation du visage ou du membre atteint. Dans un premier temps une forte fièvre apparaît qui, sans traitement, entraîne de fortes complications. Ces complications évoluent vers la mort dans 5 % à 20 % des cas.

Les derniers cas connus en France seraient celui de trois hommes adultes ayant dépecé et éviscéré une même vache charbonneuse en novembre 2008 dans une ferme de Moselle. Le diagnostic a été établi par amplification génique positive sur des biopsies des lésions cutanées. Tous ont eu une évolution favorable sans complications[27],[20].

Forme gastro-intestinale[modifier | modifier le code]

Cette infection, qui résulte de la consommation de viande contenant des endospores, est peu répandue. Le charbon gastro-intestinal apparaît dans le cas où des spores se retrouvent dans les voies gastro-intestinales supérieures ou inférieures. Dans le premier cas, la forme oropharyngienne se caractérise par l’apparition d’un ulcère œsophagien ou oral avec une adénopathie lymphatique régionale et une septicémie. Dans les cas où les spores se présentent dans les voies gastro-intestinales inférieures, les nausées et vomissements sont rapidement suivis de diarrhées sanguinolentes, d’une perforation des intestins et de septicémies ; une ascite massive peut apparaître.

Cette forme peut être soignée, mais reste mortelle entre 25 % et 60 % des cas, selon la rapidité du début des soins[28].

Forme respiratoire[modifier | modifier le code]

Cette forme de charbon, la plus grave, provient de l’inhalation de spores via des particules contaminées (aérosol). Les spores qui se sont déposées dans les alvéoles pulmonaires sont phagocytées par les macrophages. Ceux-ci finissent par éclater et les spores ainsi libérées sont transportées par le système lymphatique aux ganglions trachéobronchiques. Les spores donnent naissance à des formes végétatives qui se multiplient et qui produisent des toxines jusqu’à soixante jours plus tard, l'incubation pouvant atteindre plus de six semaines[29].

La maladie débute par un syndrome grippal peu spécifique accompagné de fièvre, de douleurs musculaires, de maux de tête et de toux sèche. Il n' y a, par contre, pas de symptômes nasaux (rhume)[30]. Deux à quatre jours après le début des symptômes, apparaît une soudaine aggravation de la situation générale. Une insuffisance respiratoire grave, des douleurs rétrosternales aiguës et une hypotension sont observés. Une radiographie du thorax présente alors une image typique de la dilatation médiastinale caractéristique de la lymphodénopathie médiastinale hémorragique et la médiastinite. Parfois le patient meurt quelques heures après le début de cette deuxième phase. Une méningite hémorragique ou une septicémie charbonneuse complique l'évolution dans près de la moitié des cas[31].

Le charbon pulmonaire représente moins de 5 % des cas, mais son taux de mortalité est estimé entre 90 et 100 % en l'absence de traitement ( forme professionnelle historique des trieurs de laine, tanneurs, équarrisseurs...), et de moins de 50 % en cas de prise en charge moderne et antibiothérapie précoce et prolongée ( forme liée au bioterrorisme aux États-Unis )[32].

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le germe peut être retrouvé à différents niveaux : sang, épanchements... La mise en culture est cependant longue. La sérologie n'est positive que tardivement. Un diagnostic par PCR est possible.

Transmission par une arme bactériologique[modifier | modifier le code]

La propagation volontaire du Bacillus anthracis sous forme de spores dans l'air ambiant peut causer la forme respiratoire de la maladie du charbon. Les attaques à l'aide d'enveloppes contaminées au bacille du charbon, à la fin de 2001 aux États-Unis, ont montré que cette bactérie est un des germes pouvant servir le bioterrorisme[33], avec 22 cas décrits dont cinq fatals[34].

Traitement[modifier | modifier le code]

La prise en charge a fait l'objet de la publication de recommandations par la CDC américaine en 2014[35].

Les antibiotiques adaptés administrés tôt, en doses suffisantes et suffisamment longtemps, ont une efficacité certaine. Il existe différents médicaments pour traiter une infection à Bacillus anthracis. Ceux-ci sont prescrits en fonction de l’âge du patient et du degré de la maladie. Les principaux sont la ciprofloxacine, l’ofloxacine, la vafloxacine, la doxycycline, l’amoxicilline et la péfloxacine.

Un anticorps monoclonal, le raxibacumab (en), dirigé contre l'un des composants de la toxine, a été testé avec succès chez l'animal dans l'anthrax inhalé[36].

Un effet curatif de la feuille de noyer contre le charbon fut signalé en 1853 par Louis Pomayrol[37], confirmé en 1880 par Casimir Davaine et en 1955 par Émile Lagrange[38], mais ne semble pas avoir intéressé l'industrie pharmaceutique. Il resta ignoré de tous les traités, ce dont Léon Binet s'étonnait en 1961[39].

Prévention[modifier | modifier le code]

La contagiosité de la maladie est très faible, ne requérant que des précautions d'hygiène standard[26].

La souche Sterne est encore en 2007 le vaccin vivant le plus utilisé[40]. Il s'agit d'un vaccin efficace, mais causant souvent une réaction inflammatoire qui le rend assez dangereux, aussi est-il réservé à usage vétérinaire[19],[41],[42].

Pour l'usage humain, on utilise en Grande-Bretagne et aux États-Unis des vaccins acellulaires (autrement dit non vivants et non entiers, composés d'une partie immunogène de la bactérie tuée) dont le facteur immunogène essentiel est la protéine PA (antigène protecteur, voir plus haut) du Bacillus anthracis[41],[42].

Législation[modifier | modifier le code]

La maladie du charbon, animale et humaine, fait partie des maladies soumises à contrôle et surveillance internationale, selon les codes et règlements de l'OMS et de l'OIE (Office international des Epizooties ou organisation mondiale de la santé animale).

En France, elle est sur la liste des Maladies infectieuses à déclaration obligatoire depuis 2002[20]. Pour chaque foyer ou épisode de charbon animal, les personnes exposées sont identifiées, le risque évalué, avec traitement éventuel post-exposition, par les services départementaux et régionaux concernés. Les personnes exposées à risque sont le plus souvent les éleveurs des animaux charbonneux, leurs salariés, le vétérinaire de l'élevage, les personnels des entreprises d'équarrissage, etc[20]..

Dans la culture[modifier | modifier le code]

La maladie du charbon est le thème de l'épisode Question de vie ou de mort du feuilleton télévisé La Petite Maison dans la prairie (saison 5 épisode 24), où beaucoup d'habitants de Walnut Grove en sont atteints.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aristote, Histoire des animaux, livre VIII, chapitre 23 et 24. « La morsure de la musaraigne est dangereuse pour tous les animaux d'attelage, car il se produit des pustules » (Traduction Bertier, 1994, Gallimard, folio-essai, p.458-460) Pour y voir le charbon, il faut relier cela au chapitre précédent, où il est fait mention d'une maladie fébrile et rapidement mortelle chez les bœufs en troupeau, « chez ceux qu'on ouvre, le poumon apparait pourri ». Il existe des formes très rapides de charbon qui peuvent laisser croire que l'animal est victime d'une intoxication ou d'une envenimation.
  2. a, b, c, d, e et f (en) L. Wilkinson, Anthrax, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-33286-9), p. 582-584
    dans The Cambridge World History of Human Disease, K.F. Kiple (Ed.).
  3. a, b, c, d, e et f F. Arloing, « Charbon », Encyclopédie Médico-Chirurgicale, maladies infectieuses, no 8034 et 8035,‎ , p. 1-11 et 1-12.
  4. M.D. Grmek, Les maladies à l'aube de la civilisation occidentale, Payot, (ISBN 2-228-55030-2), p. 21
  5. a, b, c, d et e (en) L. Wilkinson, Animals & Disease, An introduction to the history of comparative medicine., Cambridge University Press, (ISBN 0-521-37573-8), p. 125-130
  6. Rayer, « Inoculation du sang de rate », Comptes rendus des séances et Mémoires de la Société de biologie, II, 1850 [1851], p. 141-144. Si on en croit René Vallery-Radot, Onésime Delafond montrait dès 1838 à ses élèves de l'École d'Alfort que le sang charbonneux contenait des « bâtonnets ». (René Vallery-Radot, Vie de Pasteur, rééd. L'Harmattan, 2009, p. 372, 395-396).
  7. (en) K. Codell-Carter, The rise of causal concepts of disease, Ashgate, 2003, p. 77.
  8. a et b (de) Pollender, « Mikroskopische und mikrochemische Untersuchungen des Milzbrandblutes, sowie über Wesen und Kur des Milzbrandes », Vierteljahresschrift für gerichtliche und öffentliche Medizin, VIII, 1855, p. 108-114. (en) K. Codell-Carter, The rise of causal concepts of disease, Ashgate, 2003, p. 77. Le passage de Pollender est cité en traduction française dans I. Sraus, Le charbon des animaux et de l'homme, Paris, 1887, p. 28, consultable sur le site archive.org. On trouve dans ce passage l'interrogation de Pollender sur le rôle d'agent de putréfaction que pourraient jouer les corpuscules.
  9. O. Delafond, « Communication sur la maladie régnante », Bulletin de la Société Centrale Vétérinaire,‎
    dans Recueil de médecine vétérinaire, 1860, t.37, p.726-748.
  10. a et b L. Wilkinson 1992, op. cit, p.128.
  11. F. Arloing 1935, op. cit, p.2.
  12. a et b C. Davaine, « Recherches sur les infusoires du sang dans la maladie connue sous le nom de “sang de rate” » Comptes rendus de l'Académie des sciences 1863;57:220-223 ; id., « Nouvelles recherches sur les infusoires du sang dans la maladie connue sous le nom de “sang de rate” » Comptes rendus de l'Académie des sciences 1863;57:351-353, 386-387, consultables sur Gallica; Jean Théodoridès ; (en) « Casimir Davaine (1812-1882) a precursor of Pasteur » Med Hist. 1966 - p. 155. [PDF]; (en) K. Codell-Carter, The rise of causal concepts of disease, Ashgate, 2003, p. 78-79.
  13. (de) R. Koch, « Die Ätiologie der Milzbrand-Krankheit, begründet auf die Entwicklungsgeschichte des Bacillus anthracis » Beiträge zur Biologie der Pflanzen, vol. 2, no 2, p. 277-310 ; réimprimé dans R. Koch, Gesammelte Werke, vol. 1, p. 5-26, consultable sur le site du Robert Koch-Institut.
  14. (en) Smith, H., J. Keppie et J. L. Stanley « The chemical basis of the virulence of Bacillus anthracis. V. The specific toxin produced by B. anthracis in vivo.  » British journal of experimental pathology 1955;36:460-472. Cité par exemple par (en) G. G. Wright et G. L. Mandell, « Anthrax toxin (...) » Journal of experimental medicine 1986;164:1700-1709, en ligne, et par (en) Theresa M. Koehler, Anthrax, Springer, 2002, ISBN 3-540-43497-6, 9783540434979, partiellement consultable sur Google Books, p. 125.
  15. A. Chauveau, « Du renforcement de l'immunité des moutons algériens, à l'égard du sang de rate, par les inoculations préventives. Influence de l'inoculation de la mère sur la réceptivité du fœtus », Comptes rendus de l'Académie des sciences, t. 91, 1880, p. 148-151, spéc. p. 151, consultable sur Gallica.
  16. Henry Toussaint, « Note contenue dans un pli cacheté et relative à un procédé pour la vaccination du mouton et du jeune chien » (Note de Toussaint présentée par M. Bouley) Comptes rendus de l'Académie des sciences, 1880, tome 91, 2 août 1880, p. 303. H. Toussaint, « Vaccinations charbonneuses. Séance du 19 août 1880 », Association française pour l'avancement des sciences, 9, Comptes rendus de la 9e session, Reims 1880; Paris, 1881, p. 1021-1025. Consultable sur Gallica.
  17. Voir (en) W.D. Tigertt, « Anthrax. William Smith Greenfield, M.D., F.R.C.P., Professor Superintendant, the Brown Animal Sanatory Institution (1878-1881). Concerning the priority due to him for the production of the first vaccine against anthrax. », dans The Journal of Hygiene 1980;85(3):415-420, sommaire consultable gratuitement en ligne ; voir aussi autre lien vers cet article.
  18. Louis Pasteur (avec la collaboration de MM. Chamberland et Roux) « De l'atténuation des virus et de leur retour à la virulence » Comptes rendus de l'Académie des Sciences, séance du 28 février 1881, XCII, p. 429-435 ; O. C. de Pasteur, vol. VI, p. 332-338 ; Louis Pasteur (avec la collaboration de MM. Chamberland et Roux) « Le vaccin du charbon » Comptes rendus de l'Académie des Sciences, séance du 21 mars 1881, XCII, p. 666-668 ; O. C. de Pasteur, vol. VI, p. 343-345. [PDF] Pasteur Œuvre tome 6 - Maladies virulentes. Virus. Vaccins. Prophylaxie de la rage
  19. a et b E. Shlyakhov, J. Blancou et E. Rubinstein, « Les vaccins contre la fièvre charbonneuse des animaux, de Louis Pasteur à nos jours » Revue scientifique et technique de l'Office international des épizooties 1996;15(3):853-862, en ligne.
  20. a, b, c, d et e N. Madani, « La fièvre charbonneuse en France. », Bulletin épidémiologique hebdomadaire,‎ , p. 15-17
  21. « Maladie du charbon : plusieurs foyers en France », sur Le Figaro.fr,‎ (consulté le 13 mars 2015)
  22. « Des cas de fièvre charbonneuse détectés dans trois élevages mosellans », sur franceinfo.fr,‎ (consulté le 10 août 2016)
  23. En 1877, Pasteur, se demandant pourquoi les oiseaux et la poule en particulier résistent à la maladie du charbon, émit l'hypothèse que leur température était insuffisante pour tuer la bactérie, et assez élevée pour l'atténuer. Il montre qu'il peut rendre une poule sensible au charbon en plongeant ses pattes dans un bain froid, de manière à baisser sa température à 38°.
  24. (en) « Anthrax in humans and animals », sur le site de l'OMS,‎ (ISBN 978-92-4-154753-6), p. 18-19
  25. Hanczaruk M, Reischl U, Holzmann T et al. Injectional anthrax in heroin users, Europe, 2000-2012, Emerg Infect Dis, 2014;20:322-323
  26. a et b Adalja AA, Toner E, Inglesby TV, Clinical management of potential bioterrorism-related conditions, N Engl J Med, 2015;372:954-962
  27. Mailles A, Alauzet C, Mock M, Garin-Bastuji B, Veran Y. Cas groupés de charbon cutané humain en Moselle – Décembre 2008. Saint-Maurice (Fra) : Institut de veille sanitaire, février 2010, 4 p. [PDF] Disponible sur : www.invs.sante.fr
  28. (en) « Anthrax Q & A: Signs and Symptoms », Emergency Preparedness and Response, Centers for Disease Control and Prevention,‎ (consulté le 19 avril 2007)
  29. Meselson M, Guillemin J, Hugh-Jones M et al. The Sverdlovsk anthrax outbreak of 1979, Science, 1994;266:1202-1208
  30. Kuehnert MJ, Doyle TJ, Hill HA et al. Clinical features that discriminate inhalational anthrax from other acute respiratory illnesses, Clin Infect Dis, 2003;36:328-336
  31. Sejvar JJ, Tenover FC, Stephens DS, Management of anthrax meningitis, Lancet Infect Dis, 2005;5:287-295
  32. (en) Holty JE, Bravata DM, Liu H, Olshen RA, McDonald KM, Owens DK, « Systematic review: a century of inhalational anthrax cases from 1900 to 2005 » Ann Intern Med. 2006;144:270-280
  33. (en) Inglesby TV, O'Toole T, Henderson DA. et al. « Anthrax as a biological weapon, 2002: updated recommendations for management » JAMA 2002;287:2236-2252
  34. Jernigan DB, Raghunathan PL, Bell BP et al. Investigation of bioterrorism-related anthrax, United States, 2001: epidemiologic findings, Emerg Infect Dis, 2002;8:1019-1028
  35. Hendricks KA, Wright ME, Shadomy SV et al. Centers for Disease Control and Prevention expert panel meetings on prevention and treatment of anthrax in adults, Emerg Infect Dis, 2014;20:e130687-e130687
  36. (en) Migone TS, Subramanian GM, Zhong J. et al. « Raxibacumab for the treatment of Inhalational Anthrax » N Eng J Med. 2009;361:135-144
  37. Pomayrol, L., dans Annales cliniques de Montpellier; commenté dans Revue de thérapeutique médico-chirurgicale, 1re année, 1853, t. 1, Paris, p. 464. Recension consultable sur Google Books. Le Dr Raphaël de Provins obtint les mêmes résultats que Pomayrol (Bulletin de l'Académie de Médecine de Paris, 27 juillet 1857, cité par Léon Binet, Leçons de biologie dans un parc, Paris, 1961, p. 128). Voir Théodoridès, J., « Un précurseur de l'antibiothérapie: Louis Pomayrol (1819-1899) » Hist Med. 1959;no  spécial, p. 81-86.
  38. Lagrange, Ém. « Casimir Davaine doublement précurseur » Presse Med. 1955, no 12, 234-235. Voir aussi Rostand J, « Casimir Davaine et les antibiotiques » Rev Hist Sci. 1957;10:86-87, et Jean Théodoridès, « Casimir Davaine (1812-1882) et la thérapeutique du charbon et de la septicémie du bétail » Cercle Benelux d'histoire de la pharmacie, Bulletin no  47, octobre 1973, p. 334-339, spéc. 337-338, en ligne.
  39. Léon Binet, Leçons de biologie dans un parc, Paris, Magnard, 1961, p. 126-128.
  40. E. Da Silva, « Plan de lutte contre le charbon bactéridien », Direction départementale des services vétérinaires de l’Isère, 14 juillet 2007, [www.frgdsra.fr/web/gds.nsf/.../105%20Charbon-qd%20le%20suspecter.doc en ligne].
  41. a et b (en) Ph.S. Brachman, A.M. Friedlander et J.D. Grabenstein, « Anthrax vaccine », dans S. Plotkin, W. Orenstein et P. Offit (dir.), Vaccines, 5e édition, Elsevier, 2008, p. 117
  42. a et b G. Boseret, A. Linden, J. Mainil (Service de bactériologie et de pathologie des maladies bactériennes, Faculté de médecine vétérinaire, Université de Liège), « Bacillus Anthracis », en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Isidore Straus, Le Charbon des animaux et de l'homme, Le Progrès Médical, (lire en ligne). 
  • (en) Lise Wilkinson, Animals & Disease, An introduction to the history of comparative medicine, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-37573-8). 
    L'auteur appelle « comparative medicine », les relations réciproques entre médecine humaine et vétérinaire.

Liens externes[modifier | modifier le code]