Capsule (bactériologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Capsule.

Dans le domaine de la microbiologie, on appelle capsule l'enveloppe qui entoure la paroi de certaines bactéries.

Elle est dite polyosidique car composée de plusieurs sucres (oses). Sa composition est généralement de nature polysaccharidique (polymère de molécules de saccharose) (les polysaccharides en question sont alors des hétéropolymères). Néanmoins certaines capsules, plus sophistiquées sont protéiques.

Mise en évidence[modifier | modifier le code]

Ne pouvant être colorée par les technique bactériologiques habituelles, elle peut être mise en évidence au microscope par la réalisation d'une suspension bactérienne dans de l'encre de Chine. La capsule apparaît alors sous la forme d'un halo clair et réfringent.

Leur extraction peut se faire à l'aide de phénol[1]

Utilité pour la bactérie[modifier | modifier le code]

Toutes les fonctions des capsules ne sont probablement pas encore identifiées, mais elles sont, pour de nombreuses bactéries, considérées comme un facteur de résistance[2] et un facteur de virulence (par exemple d' Escherichia coli K1 [3] car, souvent :

  • elles protègent la bactérie de la phagocytose par chimiotactisme négatif. Elle est antigénique. Les antigènes capsulaires sont dénommés antigène K.
  • elles jouent un rôle dans l'adhérence aux cellules de l'hôte [4]
  • elles contribuent à la résistance des biofilms, qui protègent les bactéries des UV, des désinfectants médicaux ou domestiques et industriels tels que l'eau de Javel. Néanmoins chez certaines bactéries (Ex : Klebsiella pneumoniae), la présence d'une capsule peut freiner ou inhiber la production de fimbriae[5] et d'adhésines[6]. Les bactéries gram négatif, quand elles sont capsulées semblent moins capables de produire des biofilms, et moins capable d'adhérer aux cellules-cibles de l'hôte [7].
  • Elles jouent chez certaines espèces un rôle dans la production d'un complexe extracellulaire toxique pour l'hôte[8],[9],[10] et pourraient être impliqué dans la reconnaissance de l'infection par le système immunitaire (Certaines mutations de la capsule de Klebsiella pneumoniae déclenchent une réponse inflammatoire[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (fr)

Listes de liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Westphal O, Jann K, Bacterial lipopolysaccharides extraction with phenol-water and further applications of the procedure, Meth Carbohydrate Chem 1963, 5:83-91.
  2. Álvarez D, Merino S, Tomás JM, Benedí VJ, Albertí S: Capsular polysaccharide is a major complement resistance factor in lipopolysaccharide O side chain-deficient Klebsiella pneumoniae clinical isolates. Infect Immun 2000, 68:953-955. (Résumé PubMed)
  3. Allen PM, Roberts I, Boulnois GJ, Saunders JR, Hart CA: Contribution of capsular polysaccharide and surface properties to virulence of Escherichia coli K1. Infect Immun 1987, 55:2662-2668. PubMed Abstract | Publisher Full Text | PubMed Central Full Text OpenURL
  4. St Geme J III, Falkow S: Capsule loss by Haemophilus influenzae type b results in enhanced adherence to and entry into human cells. J Infect Dis 1992, 165:S117-S118. (résumé PubMed et OpenURL)
  5. Schembri MA, Blom J, Krogfelt KA, Klemm P: Capsule and fimbria interaction in Klebsiella pneumoniae. Infect Immun 2005, 73:4626-4633. (Résumé PubMed)
  6. Schembri MA, Dalsgaard D, Klemm P: Capsule shields the function of short bacterial adhesins. J Bacteriol 2004, 186:1249-1257. ([Résumé PubMed])
  7. Sahly H, Podschun R, Oelschlaeger TA, Greiwe M, Parolis H, Hasty D, Kekow J, Ullmann U, Ofek I, Sela S: Capsule impedes adhesion to and invasion of epithelial cells by Klebsiella pneumoniae. Infect Immun 2000, 68:6744-6749. (résumé PubMed )
  8. Straus DC: Production of an extracellular toxic complex by various strains of Klebsiella pneumoniae. Infect Immun 1987, 55:44-48. (Résumé PubMed)
  9. Kesty NC, Mason KM, Reedy M, Miller SE, Kuehn MJ: Enterotoxigenic Escherichia coli vesicles target toxin delivery into mammalian cells. EMBO J 2004, 23:4538-4549. (Résumé PubMed)
  10. Straus DC, Atkisson DL, Garner CW: Importance of a lipopolysaccharide-containing extracellular toxic complex in infections produced by Klebsiella pneumoniae. Infect Immun 1985, 50:787-795. (Résumé PubMed)
  11. Regueiro V, Campos MA, Pons J, Albertí S, Bengoechea JA: The uptake of a Klebsiella pneumoniae capsule polysaccharide mutant triggers an inflammatory response by human airway epithelial cells. Microbiology 2006, 152:555-566.