René Vallery-Radot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallery-Radot.
René Vallery-Radot
Description de cette image, également commentée ci-après
René Vallery-Radot en 1900.
Nom de naissance René Vallery-Radot
Naissance
Paris
Décès (à 79 ans)
Paris
Auteur
Genres
Signature de René Vallery-Radot

René Vallery-Radot est un écrivain français, né à Paris le et mort dans la même ville le , gendre de Louis Pasteur dont il a écrit la première biographie.

Biographie[1][modifier | modifier le code]

Né à Paris (France) d’un père journaliste, bibliothécaire au Louvre et homme politique français, Vincent-Félix Vallery-Radot (1814-1876) et de son épouse Rosella Guiard (1826-1916), elle-même nièce du romancier Eugène Sue et de Gabriel-Marie Legouvé, membre de l'Académie française.

Etudes au collège de l'Immaculée-Conception à Vaugirard où il se lie d'amitié avec le fils de Louis Pasteur, Jean-Baptiste Pasteur, puis à la Faculté de droit de Paris.

En 1876, il est secrétaire de François Buloz, directeur de la Revue des deux Mondes.

Entre 1874-1878, il rédige deux livres[2],[3].

En 1879, il devient le secrétaire de Charles de Freycinet, ministre des Travaux publics puis des Affaires étrangères puis enfin président du Conseil.

La même année, il épouse (le ) la fille de Louis Pasteur[4], Marie-Louise, dont il aura deux enfants, Camille (1880-1932) et Louis.

Entre 1879-1895, il aide son beau-père à affronter ses détracteurs en prenant des contacts avec la presse, en répondant aux lettres des polémistes et en rédigeant ses discours. Beaucoup plus diplomate que son beau-père, il réussissait à lui faire réécrire des lettres rédigées sous le coup de la colère, car l'illustre savant était fort irascible. Cette volonté de Vallery-Radot d'arrondir les angles explique la surprise qu'on peut avoir quand, après avoir lu son livre La Vie de Pasteur on se plonge dans la correspondance de Pasteur lui-même, où se révèlent des aspects de son caractère sur lesquels son gendre avait jeté le manteau de Noé.

Vallery-Radot veille aussi sur la santé de Pasteur et l'accompagne dans les déplacements que lui imposent les nombreuses invitations envoyées de toutes les régions de France.

En 1884, il publie une biographie très célèbre de Louis Pasteur[5]

En 1888, il participe à l'inauguration de l'Institut Pasteur.

En 1889, il écrit la notice de Poésies d'Émile Guiard.

En 1892, il participe à la cérémonie du Jubilé à la Sorbonne.

En 1895, à la mort de Louis Pasteur, il entreprend la rédaction d'une autre biographie de Pasteur qui paraît en 1900[6], traduite dans de nombreuses langues.

En 1912, il édite un livre à tirage très limité contenant des dessins et des pastels de Louis Pasteur[7], où sont réunis des portraits de la mère, du père, des voisins, amis et parents de Louis Pasteur.

, 25e anniversaire de l'Institut Pasteur, cortège officiel, William Martin, Emile Roux, Raymond Poincaré, René Vallery-Radot et Antonin Dubost.

En 1913, il publie un opuscule en l’honneur de Mme Pasteur dont le décès était survenu en 1910.

En 1922, il prend part aux manifestations célébrant le centième anniversaire de la naissance de son beau-père, à Paris, Dole et Arbois.

Il fait paraître plusieurs ouvrages littéraires sur la Bourgogne, Madame de Sévigné, ainsi que des introductions à diverses publications : correspondance du Duc d'Aumale avec Cuvillier-Fleury, biographie de Planat de la Faye, biographie d'Hégésippe Moreau, souvenirs littéraires de son père.

Il décède le 24 janvier 1933 à l'Hôpital Pasteur (Institut Pasteur) à Paris.

Titres et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Fondateur et président de la Société des amis des soldats aveugles (1914-1918).
  • Président de l'Office central des œuvres de bienfaisance.
  • Commissaire aux comptes à la Société des amis des sciences.
  • Président du Conseil d'administration de l'Institut Pasteur (Emile Roux en est alors le directeur et Albert Calmette, le sous-directeur) (1917-1933).
  • Participe à la Société des Gens de lettres et veille au bon fonctionnement du Denier des veuves.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. site des Archives de l'Institut Pasteur.
  2. René Vallery-Radot, Le journal d'un Volontaire d'un an au 10e. de Ligne, chronique d'un volontariat accompli en 1873.
  3. René Vallery-Radot, Le Journal de l'étudiant d'aujourd'hui.
  4. Louis Pasteur avait beaucoup apprécié son livre Journal d'un volontaire d'un an.
  5. René Vallery-Radot, Histoire d'un savant par un ignorant.
  6. René Vallery-Radot, La Vie de Pasteur, 1900. Consultable sur Gallica.
  7. René Vallery-Radot, L'Album Pasteur, dessinateur et pastelliste.
  8. « Cote 19800035/113/14289 », base Léonore, ministère français de la Culture.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Journal d'un volontaire d'un an au 10e de ligne, Hetzel.
  • L'Étudiant d'aujourd'hui, Hetzel.
  • Souvenirs littéraires, Paris, typ. Georges Chamerot,1877.
  • Vues de Constantinople, depuis Chateaubriand jusqu'à Loti,1892
  • Un coin de Bourgogne (Le Pays d'Avallon), Paris, 1899.
  • M. Pasteur. Histoire d'un savant par un ignorant, Hetzel.
  • La Vie de Pasteur. Paris, Hachette, 1907, 1909, 1911, 1918, 1919, 1922, 1931. Biographie de Louis Pasteur avec tous les détails sur ses recherches, notamment en matière d'œnologie, la publication de ses Études sur le vin, etc. [1]
  • Madame Pasteur, Besançon, Marion, 1913. Conférence faite dans la salle du Palais Granvelle à Besançon le 14 avril 1913, sous le patronage de la Conférence Saint-Thomas d'Aquin.
  • Histoire d’un savant par un ignorant, 1883.
  • Madame de Sévigné.
  • Le Duc d’Aumale, 1922.

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]