Klebsiella pneumoniae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Klebsiella pneumoniae
Description de cette image, également commentée ci-après
Colonie de Klebsiella pneumoniae
Classification selon LPSN
Règne Bacteria
Embranchement Pseudomonadota
Classe Gamma Proteobacteria
Ordre Enterobacteriales
Famille Enterobacteriaceae
Genre Klebsiella

Espèce

Klebsiella pneumoniae
(Schroeter, 1886)[1] Trevisan, 1887[2]

Synonymes

  • Hyalococcus pneumoniae Schroeter, 1886

Sous-espèces de rang inférieur

  • K. pneumoniae subsp. ozaenae (Abel 1893) Ørskov 1984
  • K. pneumoniae subsp. pneumoniae(Schroeter, 1886) Ørskov 1984
  • K. pneumoniae subsp. rhinoscleromatis (Trevisan 1887) Ørskov 1984

Klebsiella pneumoniae (anciennement Hyalococcus aerogenes) est l'espèce type du genre Klebsiella. C'est un bacille Gram négatif, non-mobile, encapsulé, anaérobie facultatif, capable de fermenter le lactose sur milieu MacConkey avec des colonies d'aspect mucoïdes.

Historique[modifier | modifier le code]

L'espèce Klebsiella pneumoniae a d'abord été décrite comme Hyalococcus pneumoniae par Schroeter[1],[3] avant d'être renommée Klebsiella pneumoniae par Trevisan. Elle est également connue sous le nom de bacille de Friedländer en l'honneur de Carl Friedländer, un pathologiste allemand, qui a proposé que cette bactérie était le facteur étiologique de la pneumonie notamment chez les personnes immunodéprimées telles que les personnes atteintes de maladies chroniques ou les alcooliques.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'étymologie du nom d'espèce de Klebsiella pneumoniae est la suivante : pneu.mo’ni.ae. N.L. fem. n. pneumonia, maladie pulmonaire, pneumonia (inflammation des poumons); N.L. gen. fem. n. pneumoniae, de pneumonie[4].

Description[modifier | modifier le code]

C'est un bacille Gram négatif, non-mobile (en général), encapsulé, anaérobie facultatif, capable de fermenter le lactose sur milieu MacConkey avec des colonies d'aspect mucoïdes.

Longtemps considérées comme exclusivement non-mobiles, l'existence de souches mobiles disposant des gènes codant des protéines flagellaires (fliC, fliA et flgH) a été confirmée en [5].

Habitat[modifier | modifier le code]

Klebsiella pneumoniae est normalement retrouvée dans le tractus intestinal des humains et des animaux.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

Trois sous-espèces sont décrites.

  • K. pneumoniae subsp. ozaenae
  • K. pneumoniae subsp. pneumoniae
  • K. pneumoniae subsp. rhinoscleromatis

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (de) J. Schroeter, « Schizomycetes 1886 », dans Kryptogamen-Flora von Schlesien, Band 3, Heft 3, Pilze, Breslau, Max Müller & Cohn F (eds), , 814.
  2. (it) V. Trevisan, « Sul Micrococco della rabbia e sulla possiblità di riconoscere durante il periode d'incubazione, dall'esame del sangue della persona moricata, se ha contratta l'infezione rabbica », Rendiconti dell'Instituto Lombardo di Scienze e Lettere, vol. Serie 2, no 20,‎ , p. 88-105.
  3. (en) « Species "Hyalococcus pneumoniae" », sur LPSN - List of Prokaryotic names with Standing in Nomenclature (consulté le )
  4. (en) « Species Klebsiella pneumoniae », sur LPSN - List of Prokaryotic names with Standing in Nomenclature (consulté le )
  5. (en) Alejandro Carabarin-Lima, Libia León-Izurieta, Rosa Del Carmen Rocha-Gracia, Miguel Castañeda-Lucio, Carmen Torres, Zita Gutiérrez-Cazarez, Sirenia González-Posos, Claudia F Martínez de la Peña, Ygnacio Martinez-Laguna et Patricia Lozano-Zarain, « First evidence of polar flagella in Klebsiella pneumoniae isolated from a patient with neonatal sepsis », J Med Microbiol., vol. 65, no 8,‎ , p. 729-737 (DOI 10.1099/jmm.0.000291)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Don J. Brenner, Noel R. Krieg, James T. Staley, George M. Garrity, David R. Boone, Paul De Vos, Michael Goodfellow, Fred A. Rainey et Karl-Heinz Schleifer, Bergey's Manual of Systematic Bacteriology, vol. 2 : Part B The Gammaproteobacteria, Boston, Springer, , 1106 p. (ISBN 9780387280226), « 1. Klebsiella pneumoniae Patrick A. D. Grimont & Francine Grimont », p. 692-693.

Liens externes[modifier | modifier le code]