Chlamydophila pneumoniae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chlamydophila pneumoniae
Description de cette image, également commentée ci-après
Chlamydophila
pneumoniae
Classification
Règne Bacteria
Embranchement Chlamydiae
Ordre Chlamydiales
Famille Chlamydiaceae
Genre Chlamydophila

Nom binominal

Chlamydophila pneumoniae
(?Grayston et al. 1989) ?Everett et al. 1999

Chlamydophila pneumoniae (anciennement Chlamydia pneumoniae) est une espèce de bactéries du genre Chlamydophila[1].

Maladie[modifier | modifier le code]

Cette bactérie provoque une pneumonie[2].

Description[modifier | modifier le code]

De nombreuses recherches sont en cours pour évaluer son rôle dans l'athérosclérose[3]. D'autre part, la bactérie jouerait un rôle important dans l'exacerbation de l'asthme[4]. Elle est trouvée chez près de 60 % des enfants asthmatiques de 5 à 15 ans, et il y aurait un lien direct entre l'importance de la réaction immunitaire contre chlamydophila pneumoniae et la fréquence des crises[5]. Il est remarqué que, in vitro, les cellules immunitaires humaines infectées par chlamydophila pneumoniae libèrent les mêmes substances que les cellules impliquées dans l'asthme[6]. Cependant, des chercheurs estiment que, parallèlement à la pollution atmosphérique, cette bactérie pourrait être à l'origine de la forte recrudescence de l'asthme ces dernières années.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A. Schmoldt, H. F. Benthe et G. Haberland, « Digitoxin metabolism by rat liver microsomes », Biochemical Pharmacology, vol. 24, no 17,‎ , p. 1639–1641 (ISSN 1873-2968, PMID 10, PMCID PMC5922622, DOI 10.7861/clinmedicine.9-1-10, lire en ligne)
  2. N. Akamatsu, H. Nakajima, M. Ono et Y. Miura, « Increase in acetyl CoA synthetase activity after phenobarbital treatment », Biochemical Pharmacology, vol. 24, no 18,‎ , p. 1725–1727 (ISSN 0006-2952, PMID 15, lire en ligne)
  3. A. B. Makar, K. E. McMartin, M. Palese et T. R. Tephly, « Formate assay in body fluids: application in methanol poisoning », Biochemical Medicine, vol. 13, no 2,‎ , p. 117–126 (ISSN 0006-2944, PMID 1, lire en ligne)
  4. K. S. Bose et R. H. Sarma, « Delineation of the intimate details of the backbone conformation of pyridine nucleotide coenzymes in aqueous solution », Biochemical and Biophysical Research Communications, vol. 66, no 4,‎ , p. 1173–1179 (ISSN 1090-2104, PMID 2, lire en ligne)
  5. N. Akamatsu, H. Nakajima, M. Ono et Y. Miura, « Increase in acetyl CoA synthetase activity after phenobarbital treatment », Biochemical Pharmacology, vol. 24, no 18,‎ , p. 1725–1727 (ISSN 0006-2952, PMID 15, lire en ligne)
  6. A. Schmoldt, H. F. Benthe et G. Haberland, « Digitoxin metabolism by rat liver microsomes », Biochemical Pharmacology, vol. 24, no 17,‎ , p. 1639–1641 (ISSN 1873-2968, PMID 10, PMCID PMC5922622, DOI 10.7861/clinmedicine.9-1-10, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]