Chlamydophila pneumoniae

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chlamydophila pneumoniae
Description de cette image, également commentée ci-après
Chlamydophila
pneumoniae
Classification
Règne Bacteria
Sous-règne Negibacteria
Embranchement Chlamydiae
Classe Chlamydiae
Ordre Chlamydiales
Famille Chlamydiaceae
Genre Chlamydophila

Espèce

Chlamydophila pneumoniae
(Grayston et al., 1989) Everett, Bush & Andersen, 1999[1]

Synonymes

  • Chlamydia pneumoniae Grayston & al. 1989 (Approved Lists 1980) (préféré par NCBI)[2]

Chlamydophila pneumoniae est une espèce de bactéries de la famille des Chlamydiaceae [3].

Maladie[modifier | modifier le code]

Cette bactérie est responsable de pneumopathies atypiques communautaires[4].

Description[modifier | modifier le code]

De nombreuses recherches sont en cours pour évaluer son rôle dans l'athérosclérose[5]. D'autre part, la bactérie jouerait un rôle important dans l'exacerbation de l'asthme[6]. Elle est trouvée chez près de 60 % des enfants asthmatiques de 5 à 15 ans, et il y aurait un lien direct entre l'importance de la réaction immunitaire contre chlamydophila pneumoniae et la fréquence des crises[4]. Il est remarqué que, in vitro, les cellules immunitaires humaines infectées par chlamydophila pneumoniae libèrent les mêmes substances que les cellules impliquées dans l'asthme[3]. Cependant, des chercheurs estiment que, parallèlement à la pollution atmosphérique, cette bactérie pourrait être à l'origine de la forte recrudescence de l'asthme ces dernières années.

Liste des non-classés[modifier | modifier le code]

Selon NCBI (22 décembre 2019)[2] :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Publications originales[modifier | modifier le code]

  • (en) J. Thomas Grayston, Cho-Chou Kuo, Lee Ann Campbell et San-Pin Wang, « Chlamydia pneumoniae sp. nov. for Chlamydia sp. Strain TWAR », International journal of systematic bacteriology, vol. 39, no 1,‎ , p. 88–90 (ISSN 0020-7713 et 1465-2102, DOI 10.1099/00207713-39-1-88, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata
  • (en) Karin D. E. Everett, Robin M. Bush et Arthur A. Andersen, « Emended description of the order Chlamydiales, proposal of Parachlamydiaceae fam. nov. and Simkaniaceae fam. nov., each containing one monotypic genus, revised taxonomy of the family Chlamydiaceae, including a new genus and five new species, and standards for the identification of organisms », International journal of systematic bacteriology, vol. 49, no 2,‎ , p. 415–440 (ISSN 0020-7713 et 1465-2102, PMID 10319462, DOI 10.1099/00207713-49-2-415, lire en ligne)Voir et modifier les données sur Wikidata

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ITIS, consulté le 15 décembre 2019
  2. a et b NCBI, consulté le 22 décembre 2019
  3. a et b A. Schmoldt, H. F. Benthe et G. Haberland, « Digitoxin metabolism by rat liver microsomes », Biochemical Pharmacology, vol. 24, no 17,‎ , p. 1639–1641 (ISSN 1873-2968, PMID 10, PMCID PMC5922622, DOI 10.7861/clinmedicine.9-1-10, lire en ligne, consulté le 14 mai 2018)
  4. a et b N. Akamatsu, H. Nakajima, M. Ono et Y. Miura, « Increase in acetyl CoA synthetase activity after phenobarbital treatment », Biochemical Pharmacology, vol. 24, no 18,‎ , p. 1725–1727 (ISSN 0006-2952, PMID 15, lire en ligne, consulté le 14 mai 2018)
  5. A. B. Makar, K. E. McMartin, M. Palese et T. R. Tephly, « Formate assay in body fluids: application in methanol poisoning », Biochemical Medicine, vol. 13, no 2,‎ , p. 117–126 (ISSN 0006-2944, PMID 1, lire en ligne, consulté le 14 mai 2018)
  6. K. S. Bose et R. H. Sarma, « Delineation of the intimate details of the backbone conformation of pyridine nucleotide coenzymes in aqueous solution », Biochemical and Biophysical Research Communications, vol. 66, no 4,‎ , p. 1173–1179 (ISSN 1090-2104, PMID 2, lire en ligne, consulté le 14 mai 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :