Gangrène gazeuse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
'gangrène gazeuse'
Classification et ressources externes
Gas gangrene.jpg
Photographie prise avant amputation d'une jambe (hemipelvectomie) en raison d'une gangrène gazeuse. La cuisse droite est gonflée, œdémateuse et décolorée avec taches violacées nécrotiques et grosses cloques bulleuses. Une crépitation impressionnante se fait à la palpation. À ce stade, le patient est en état de choc
CIM-10 A48.0
CIM-9 040.0
DiseasesDB 31141
MedlinePlus 000620
eMedicine med/843  emerg/211 med/394
MeSH D005738
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale
Vues (macroscopique et microscopique) chez un patient mort d'une gangrène gazeuse intestinale
(a) Parois intestinales Œdémateuses avec multiples kystes sous-muqueux et sous-séreux. (b) Vue histologique de la muqueuse intestinale avec des nécrose non-réactives. (c) bactéries (d) Vue en microscopie électronique d'une bactérie trouvée dans un kyste sous-muqueux
Culture des bactéries responsable de gangrène gazeuse dans une éprouvette de gélatine. (Photo : Archives médicales militaires américaines).

La gangrène gazeuse est une infection microbienne à Clostridium perfringens de type A (bactérie anaérobie).

Cette bactérie produit du gaz au sein du tissu infecté. Il en résulte une sensation de crépitement, parfois perceptible lorsqu’on palpe les zones concernées.

L'infection se déclare après souillure des plaies par de la terre, des instruments ou des mains sales. Avant l'invention et la diffusion des antibiotiques

Histoire[modifier | modifier le code]

Ces infections étaient et restent les plus fréquentes sur des plaies de guerre ;

La gangrène gazeuse était l'une des infections les plus redoutées lors des guerres du passé (Guerre de Sécession, première Guerre mondiale), souvent soignée par l'amputation du membre touché ou conclue par la mort du patient.

Elles se contractent aussi après contamination lors d’une intervention chirurgicale. Elles restent graves en dépit des progrès permis par les antibiotiques et l’utilisation de l’oxygénothérapie hyperbare.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]