Albert Flocon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albert Flocon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
GraveurVoir et modifier les données sur Wikidata

Albert Flocon, de son vrai nom Albert Mentzel, né à Köpenick, un faubourg du sud-est de Berlin, le et mort à Paris le (à 85 ans), est un graveur français d'origine allemande, également théoricien, enseignant et historien de la gravure.

Biographie[modifier | modifier le code]

Albert Flocon étudie d'abord au Bauhaus à Dessau sous la direction l'architecte Josef Albers. Il se consacre ensuite aux arts du spectacle (danse, théâtre) avec Oskar Schlemmer jusqu'en 1930. Fuyant le nazisme et les attaques contre l'art dégénéré, il émigre dès 1933 en France. Il entre dans la Légion étrangère, puis rejoint le maquis du côté de Toulouse. Il s'installe définitivement à Paris en 1945 et prend alors le nom de sa grand-mère maternelle : il ne reverra pas son épouse et sa fille, qui, en tant que juives, ont été assassinées à Auschwitz[1].

Avec le graveur Johnny Friedlaender, lui aussi réfugié d'origine allemande et le maître imprimeur Georges Leblanc il fonde en 1949 un atelier de gravure, l'Atelier de l'Ermitage dans les locaux de l'atelier Leblanc. Il se perfectionne dans le métier de buriniste. En 1954, il entre comme professeur de dessin à l'École Estienne, puis, en 1964, obtint la chaire de perspective aux Beaux-arts de Paris.

Il fut l'ami du philosophe Gaston Bachelard. Passionné par les rapports entre l'art et la géométrie, ses œuvres autant que ses écrits contribuèrent fortement à renouveler l'étude de la perspective et particulièrement, avec André Barre, de la perspective curviligne. Le graveur Patrice Jeener fut son élève, il eut une grande influence sur Escher et Dick Termes (en).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « La douceur du graveur Albert Menzel-Flocon » par Yves Chevrefils Desbiolles, in Carnets de l'Imec n° 4, automne 2015, page 30.

Œuvre[modifier | modifier le code]

  • Points de fuite, tome I, Neuchâtel, Ides et Calendes, 1929-1933; 1994.
  • Perspectives, poèmes de Paul Éluard sur des gravures d'Albert Flocon, 1948.
  • Éloge de la main, 1949.
  • Traité du burin, Paris, Blaizot, 1952 (préface de Gaston Bachelard).
  • Châteaux en Espagne, 1957.
  • L'Univers des livres, Paris, Hermann, 1961.
  • La Perspective, Paris, PUF, coll. "Que-Sais-je ?", 1963 (ISBN 2-13-054852-0) (en collaboration avec René Taton).
  • La Perspective curviligne, 1968 (en collaboration avec André Barre)
  • L'Image en question, Paris, Estienne, 1968.
  • Suites expérimentales, Medusa, 1983
  • Scénographies au Bauhaus, Paris, Séguier, 1987.
  • Essai Sur L'Espace De Graveur Topographies Suite Burins, Paris, Lucien Scheler, 1961.
  • Entrelacs : Ou Les Divagations d'un Buriniste, Paris, Lucien Scheler, 1975.
  • En corps, XII Divertissements aux 2 crayons, St Prex, À l'Atelier de St-Prex, 1980.
  • 12 Caprices, Paris, Lucien Scheler et Bernard Claveuil, 1984.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Ballestero, Albert Flocon dans ses livres : bibliographie des ouvrages d'Albert Flocon, Neuchâtel, Ides et Calendes, coll. « Pergamine », (ISBN 2-825-80131-3)
  • Jean-Cl Margolin, Bachelard, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Écrivains de toujours » (no 94), (ISBN 2-020-00094-6). Contient plusieurs reproductions de planches gravées par Albert Flocon.

Liens externes[modifier | modifier le code]