Georges Bouligand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Georges Bouligand
Naissance
Lorient
Décès (à 89 ans)
Nationalité Drapeau de France Français
Domaines mathématiques, mécanique, philosophie des sciences
Institutions université de Poitiers, université de Paris
Diplôme École normale supérieure

Georges Louis Bouligand (1889, Lorient - 1979), est un mathématicien français[1].

Il est l'auteur de très nombreux articles et manuels portant sur l'analyse, la géométrie analytique et différentielle, la mécanique rationnelle, la théorie de la relativité, les objets fractals, la topologie, la physique mathématique : théorie du potentiel, mécanique des solides et des fluides[2]

Biographie[modifier | modifier le code]

Georges Bouligand est reçu à la fois à l’École polytechnique et à l'École normale supérieure en 1909[3], et choisit cette dernière. Il en sort agrégé de mathématiques en 1912, et, à l’aide d’une bourse de la Fondation Commercy, il prépare une thèse, soutenue en 1914, « Sur les fonctions de Green et de Neumann du cylindre »[4]. Il est alors nommé au lycée de Tours, puis au lycée de Rennes où il enseigne en classe de mathématiques spéciales.

En 1921, après un an comme maître de conférences à la faculté des sciences de Rennes, il obtient la chaire de mécanique rationnelle à la faculté des sciences de Poitiers, puis la chaire de calcul différentiel et intégral, après le départ pour Paris de René Garnier qui l'occupait jusqu’alors. Il est nommé à la Sorbonne en 1938, mais c’est seulement en 1948 qu’il prend la chaire d’applications de l’analyse à la géométrie, qu'il garde jusqu’à sa retraite le 30 septembre 1961[5].

Sélection de publications[modifier | modifier le code]

  • Leçons de géométrie vectorielle préliminaires à l'étude de la théorie d'Einstein, Paris, Libraire Vuibert,
  • Précis de mécanique rationnelle à l'usage des élèves des facultés des sciences, Paris, Libraire Vuibert, (lire en ligne)
  • Leçons de géométrie vectorielle préliminaires à l'étude de la théorie d'Einstein, Paris, Libraire Vuibert,
  • Introduction à la géométrie infinitésimale directe, Paris, Gauthier-Villars,
  • La causalité des théories mathématiques, Paris, Hermann, 1934
  • Les aspects intuitifs de la mathématique, Paris, Gallimard, coll. «L'avenir de la science, nouvelle série», 1945
  • (avec Jean Desgranges) Le déclin des absolus mathématico-logiques, Paris, Sedes, , 270 p.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Les membres du passé dont le nom commence par B », sur Académie des sciences.
  2. Repris de BOULIGAND Georges Louis, français, 1889-1979, sur ChronoMath.
  3. Histoire de l'Université de Poitiers : passé et présent (1432-1932), Poitiers, impr. de Nicolas, Renault et Cie, , 575 p. (lire en ligne).
  4. Disponible en ligne.
  5. a b c d et e « Réunion d’hommage au Professeur Bouligand », Revue de synthèse, vol. 83,‎ , p. 237-251 (lire en ligne).
  6. Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences, vol. 181, 1925, p. 1002.
  7. Isis, vol. 41, no 3/4, déc. 1950, p. 303.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Poncin, « Bouligand, Georges », Bulletin de l’association amicale de secours des anciens élèves de l’École normale supérieure,‎ , p. 34-38
  • Juliette Leloup, L’entre-deux-guerres mathématique à travers les thèses soutenues en France (1914-1945), Paris, (lire en ligne).
    Thèse de l’université Pierre et Marie Curie

Liens externes[modifier | modifier le code]