Anni Albers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Anni Albers
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
OrangeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Représentée par
Galerie David Zwirner (en), Artists Rights SocietyVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Connecticut Women's Hall of Fame (en)
Women's Caucus for Art Lifetime Achievement Award (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Anni Albers, née Annelise Fleischmann le à Berlin en Allemagne et morte le à Orange dans le Connecticut aux États-Unis, est une artiste textile américaine d'origine allemande, designer, lithographe et théoricienne de l'art, qui a participé au mouvement du Bauhaus et a enseigné au Black Mountain College. Anni Albers est une des rares femmes du Bauhaus à avoir rencontré de son vivant le succès professionnel et la reconnaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Annelise Else Frieda Fleischmann est née à Berlin le , dans une famille aisée. Son père, Siegfried Fleischmann, est un fabricant et commerçant de meubles de qualité et sa mère, Toni Fleischmann-Ullstein, vient d'une famille riche[1]. Leopold Ullstein, son grand-père maternel, avait fondé la Ullstein-Verlag, une des plus importantes maisons d'édition allemandes. Bien que sa famille soit d'origine juive, elle est baptisée protestante. Elle dira plus tard ne pas se sentir juive, sauf « dans le sens hitlérien » du terme[2],[N 1].

Apprentissage et formation[modifier | modifier le code]

Bâtiment du Bauhaus de Weimar.

Elle prend des leçons d'art privées et à dix-sept ans suit l’enseignement du peintre impressionniste Martin Brandenburg[3] puis s'inscrit à l'École d’arts appliqués de Hamburg, où elle s'ennuie pendant deux semestres de cours de broderie[4]. Elle n'y reste que quelques mois[5]. En 1922, elle est acceptée à l'école du Bauhaus à Weimar. Elle y suit les cours de couleur du peintre Paul Klee et est formée par Georg Muche, puis Johannes Itten. Albers considère la possibilité de s'inscrire dans les ateliers du verre, bois, métal, peinture sur mur et tissage. Elle intègre finalement à contre-cœur l’atelier de tissage vers lequel les femmes étaient systématiquement encouragées à se diriger. Elle aurait aimé rejoindre l'atelier de verre plutôt que travailler avec les fils flasques et sans tenue que le destin lui mettait entre les mains. Le tissage lui paraît une « activité de mauviette »[6] qui ne lui ouvrira pas d'horizons professionnels, mais petit à petit, le travail avec les fibres stimule son imagination et son expression artistique[7].

Fenêtres à motifs géométriques de Josef Albers, Musée Grassi de Leipzig.

Elle étudie avec Gunta Stölzl et crée ses premières grandes tentures murales aux dessins uniquement géométriques. Anni Albers et Josef Albers, son futur mari, explorent tous les deux ces formes abstraites, aux lignes verticales et horizontales, lui dans ses créations en verre, elle dans ses tapisseries[4]. Elle expérimente avec les tissus doubles ou triples, ce qui permet de créer des reliefs alternant avec des motifs plats[8]. Elle crée de telles tentures pour la résidence du directeur du Bauhaus Walter Gropius à Dessau où l'école avait déménagé en 1925, dessine des rideaux pour le théâtre, des tissus d'ameublement, des tentures murales.

Sa première publication est un article dans la revue Junge Menschen (novembre 1924), intitulé Bauhausweberei. Pendant l'été, Gropius avait annoncé la fin du travail expérimental des ateliers, ces derniers devant se consacrer à la production en suivant les principes du Bauhaus. Dans son article, Albers propose une approche qui s'appuie à la fois sur l'expérimentation dans le tissage manuel et sur la production textile en série[9]. Le tissage manuel est essentiel pour comprendre la fibre et les techniques de tissage et pour arriver à une production industrielle de qualité. Elle concilie l'approche industrielle de Gropius et la production d'objets uniques utilisant les techniques du passé et destinés à une clientèle aisée[10]. En 1925, elle épouse dans une cérémonie catholique[4] Josef Albers, rencontré trois ans plus tôt au Bauhaus à Weimar[11].


Comme projet final pour son diplôme, Albers expérimente avec de nouvelles matières comme la cellophane ou la soie artificielle afin de créer un revêtement mural pour l'auditorium de L'École fédérale de l'ADGB, projet conçu par Hannes Meyer à Bernau. Elle met au point un tissu à tendre dont une des faces absorbe les sons et améliore l’acoustique, et l'autre reflète la lumière. Cette tenture est considérée comme « l'une des plus impressionnantes réalisations » de l'atelier de tissage[12]. L'architecte américain Philip Johnson dira que c'est la tenture anti-bruit qu'Albers avait créée pour l'auditorium de Bernau qui a été le « passeport » du couple pour émigrer aux États-Unis[7].

Albers passe son diplôme du Bauhaus en 1930[13] et en 1931, elle est nommée directrice de l'atelier de tissage, après la démission de Gunta Stölzl de ce poste[7].

Exil en Caroline du Nord et enseignement[modifier | modifier le code]

Face à la montée du nazisme, le couple Albers quitte l'Allemagne en 1933. Ils partent enseigner au Black Mountain College en Caroline du Nord. L'université venait d'être fondée et l'architecte Philip Johnson y avait invité les Albers.

Bâtiment utilisé par le Black Mountain College à l'arrivée de Josef et Anni Albers.

Josef Albers est nommé directeur du département des arts visuels[14] et en 1934, Anni Albers y crée un atelier de tissage dans lequel elle encourage les étudiants à comprendre les fibres et leur texture et à utiliser leur imagination pour en jouer. Elle-même continue à apprendre et explorer différentes techniques comme par exemple le tissage sans métier à tisser qu'elle a observé au cours de voyages en Amérique Latine avec son mari, ou l'intégration d'objets communs dans le tissage pour obtenir de nouvelles textures[15],[2]. Elle crée des bijoux anti-luxe en utilisant des objets quotidiens (vis, épingles à cheveux, trombones à papier, têtes d'écumoire, bouchons de liège, etc.)[16]. Les bijoux créés par Albers et son étudiant Alexander Reed sont exposés en 1941 au Black Mountain College et en 1946 dans l'exposition Modern Handmade Jewelry au Museum of Modern Art (MOMA)[17].

Parallèlement à son enseignement, Albers continue à explorer diverses techniques de tissage pour réaliser ce qu’elle appellera ses « pictorial weavings » (tapisseries graphiques), non plus des réalisations destinées à l’usage quotidien ou à la production industrielle mais des tentures murales exposées comme objets d’art[18]. Les Albers démissionnent de leurs postes en 1949 et quittent la Caroline du Nord[19].

Les années dans le Connecticut[modifier | modifier le code]

Après un voyage à Mexico, le couple Albers s'installe d'abord à New York, puis dans le Connecticut quand Josef Albers devient directeur du nouveau département de design à l'Université Yale[20].

À partir de 1949, Anni Albers intervient dans de nombreuses écoles d’art comme spécialiste de l’art textile. La même année, le Museum of Modern Art (MOMA) lui consacre une exposition personnelle. Cela marque la reconnaissance de l'artiste et de l'art textile[14].

Elle étudie les tissages traditionnels sud-américains et s'intéresse particulièrement à l'art textile péruvien qui servait de moyen de communication[2], tels que les quipus. En 1965, elle réalise Six prayers pour le Musée juif de New York à la mémoire des victimes de la Shoah : six panneaux sombres et contemplatifs représentent les six millions de victimes juives[2].

Du tissage à la lithographie[modifier | modifier le code]

En 1963, Josef Albers est invité à donner des cours à l’Atelier de lithographie de Tamarind (Tamarind Lithography Workshop) fondé en 1960 par June Wayne (en) à Los Angeles[N 2]. C'est là qu'Anni Albers, encouragée par June Wayne, découvre la lithographie. Une première edition de ses œuvres sort en 1964, grâce à la générosité de l'Institut. De retour dans le Connecticut, elle explore ce qu’elle décrit comme une nouvelle liberté d’expression, utilisant la lithographie pour mettre au point de nouvelles méthodes de sérigraphie. Comme elle l'explique dans un entretien en 1977 avec Gene Baro, curateur consultant du département des arts graphiques du Brooklyn Museum, à partir de cette période, la sérigraphie et d’autres techniques d’impression et de gravure sont ses supports d’expression privilégiés[21], à un moment où le tissage devient une activité physiquement éprouvante pour elle[2].

Pour Albers, les techniques de l'impression offrent une plus grande liberté d'expression. Le tissage permet la production d'un objet, alors que l'impression permet de nombreuses expérimentations et variations. Elle note également que le tissage est considéré comme de l'artisanat alors que ce qui est produit sur papier est considéré comme de l'art, et qu'il est plus facile d'être reconnu comme artiste quand on utilise le papier comme support[22].

Elle décède de causes naturelles en 1994, dans sa maison d'Orange[23].

Hommages et postérité[modifier | modifier le code]

Reconnaissance de son vivant[modifier | modifier le code]

De son vivant, le grand nombre d'expositions consacrées à Anni Albers, la première en 1941, témoigne de la reconnaissance dont elle jouit. En 1951, Florence Knoll lui propose de collaborer avec le département des textiles de l'entreprise Knoll. Pendant une trentaine d'années, Albers crée des motifs pour l'entreprise, tel que Eclat, son motif le plus connu (Eclat Weave en 2019)[24].

Postérité[modifier | modifier le code]

Dans la nécrologie du New York times, l’influent artiste textile Jack Lenor Larsen (en) lui rend hommage en soulignant le caractère innovateur du travail et des créations d’Albers : « Dès ses débuts dans les années vingt comme étudiante puis enseignante, Anni Albers explora et transforma les arts textiles. (...) Et en Amérique, elle continua son rôle de prophète, enseignante et artiste innovatrice.»[23],[N 3].

Albers inspire des générations d'artistes, par exemple Sheila Hicks qui découvre l'art textile dans son atelier dans les années 1950[5].

Le travail précurseur et innovateur d'Albers continue à marquer le monde du design au XXIe siècle. À l'occasion du centenaire du Bauhaus, l'entreprise américaine Designtex crée en 2019 une ligne de tissus d'ameublement, appelée The Bauhaus project[25] qui s'inspire des créations d'Albers et de Stölzl pour le Bauhaus[26].

À partir de la technique ancestrale du tissage, Albers a donné naissance à un art d’avant-garde[5] qui tire son inspiration de ses recherches originales.

Autres[modifier | modifier le code]

Station de tramway Anni-Albers-Straße à Munich.

Une rue et une station de tramway portent son nom à Munich.

Une mini-série allemande créée par Lars Kraume, Bauhaus - Un temps nouveau (Die Neue Zeit), est diffusée en France (Arte) et en Allemagne (ZDF) en 2019. Elle retrace l'histoire du Bauhaus. Anni Fleischmann (de son nom de naissance) y est interprétée par l'actrice Julia Goldberg[27].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Au cours de sa carrière, Anni Albers reçoit plusieurs récompenses et distinctions en reconnaissance de son travail[20] :

Publications[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • 1959 : On Designing, Wesleyan University Press
  • 1959 : Pictorial Weavings, M.I.T.
  • 1965 : On Weaving, Wesleyan University Press
  • 1970 : Pre-Columbian Mexican Miniatures: the Josef and Anni Albers Collection, Anni Albers, Ignacio Bernal et Michael D. Coe, Praeger, New York

Articles (liste partielle)[modifier | modifier le code]

  • 1926 : Bauhausweberei, dans Junge Menschen, n° 5
  • 1941 : Handweaving Today: Textile Work at Black Mountain College, The Weaver, janvier-février 1941
  • 1944 : One Aspect of Art Work, dans On Designing, décembre 1944
  • 1969 : On Walter Gropius (nécrologie de Gropius), dans Craft Horizons, septembre–octobre 1969

Expositions[modifier | modifier le code]

Expositions personnelles de son vivant[29] :

Années 1940[modifier | modifier le code]

  • 1941 : « Anni Albers and Alex Reed: Exhibition of Necklaces », Willard Gallery, New York.
  • 1943 : « Painting, Prints, and Textiles by Josef and Anni Albers », North Carolina Museum of Art, Raleigh.
  • 1949 : « Anni Albers: Textiles », Museum of Modern Art, New York (puis en itinérance dans vingt-six musées à travers les Étas-Unis et le Canada).

Années 1950[modifier | modifier le code]

Années 1960[modifier | modifier le code]

  • 1969 : « Anni Albers Lithographs and Screenprints 1963–1969 », Retina Gallery, Cambridge.

Années 1970[modifier | modifier le code]

  • 1970 : « Anni Albers », Earl Hall Gallery, New Haven.
  • 1971 : « Anni Albers: Lithographs and Screenprints », University of Bridgeport, Bridgeport.
  • 1973 : « Anni Albers: Drawings, Prints, Pictorial Weavings », Pollock Gallery, Toronto.
  • 1975 : « Anni Albers: Bildweberei, Zeichnung, Druckgrafik », Kunstmuseum Düsseldorf, Düsseldorf (puis transféré au Bauhaus-Archiv à Berlin).
  • 1977 : « Anni Albers », Lantern Gallery, Ann Arbor.
  • 1977 : « Anni Albers: Drawings and Prints », Brooklyn Museum, New York.
  • 1977 : « Anni Albers: Prints », Zabriskie Gallery, New York.
  • 1978 : « Anni Albers: Graphics », Katonah Gallery, New York.
  • 1978 : « Anni Albers: Recent Work », Pollock Gallery, Toronto.
  • 1979 : « Graphic Work by Anni Albers », Joseloff Gallery, Hartford.
  • 1979 : « Anni Albers: Prints », Monmouth Museum, Lincroft.
  • 1979 : « Anni Albers: Graphics », Paul Klapper Library, New York.

Années 1980[modifier | modifier le code]

  • 1980 : « Anni Albers: Prints », Alice Simsar Gallery, Ann Arbor.
  • 1980 : « Anni Albers: Evolving Systems », Morris Museum of Arts and Science, Morristown.
  • 1980 : « Anni Albers: Prints and Drawings », University of California Riverside, Riverside.
  • 1980 : « Anni Albers: Prints », Mattatuck Museum, Waterbury.
  • 1982 : « Anni Albers: Prints », Silvermine Gallery, New Canaan.
  • 1983 : « Anni Albers: Printmaker », University of Bridgeport, Bridgeport.
  • 1984 : « Anni Albers: Silkscreen Prints », Artists Signature Gallery, New Haven
  • 1985 : « Anni Albers: Prints; Ella Bergmann: Drawings; Ilse Bing: Photographs », Arts Club, Chicago
  • 1985 : « The Woven and Graphic Art of Anni Albers », Renwick Gallery, Washington D.C..
  • 1989 : « Anni und Josef Albers: Eine Retrospektive », Villa Stuck, Munich (puis transféré au Josef Albers Museum à Bottrop en 1990).

Posthumes (liste partielle)[29][modifier | modifier le code]

Années 1990[modifier | modifier le code]

Années 2000[modifier | modifier le code]

  • 2001 : « Anni Albers : Works on Paper from The Josef and Anni Albers Foundation », Davidson Art Center, Connecticut
  • 2002 : « Anni Albers : Works on Paper », Gus Fisher Gallery, Auckland
  • 2004 : « Josef and Anni Albers: Designs for Living », National Design Museum, New York
  • 2004 : « Print work by Anni and Josef Albers and their life at Black Mountain College », Fuji Xerox Co., Tokyo
  • 2006 : « Anni y Josef Albers. Viajes por Latinoamérica », Musée national centre d'art Reina Sofía, Madrid, puis au Josef Albers Museum Quadrat à Bottrop, au Museo de Arte de Lima, à l'Antiguo Colegio de San Ildefonso, Mexico et au Museu Oscar Niemeyer, Curitiba

Années 2010[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « She saw herself as Jewish only ‘in the Hitler sense’ ».
  2. En 1970, à la démission de Wayne de son poste de directrice, cet atelier est intégré à l’Université du Nouveau-Mexique et devient l’Institut Tamarind (en).
  3. .Texte original : « From her earliest days as a student and master at the Bauhaus in the 1920's, Anni Albers was an explorer and form giver in textiles. (...) And in America, she continued in her role as a prophet, teacher and innovative weaver.»

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Frances Brent, « Anni Albers’ Fabric of Belief at the Tate », sur https://www.tabletmag.com/, (consulté le 15 novembre 2019).
  2. a b c d et e (en-GB) « Anni Albers - Exhibition guide (11 October 2018 – 27 January 2018) », Tate Modern, 2018-2019.
  3. a et b Charlotte Fiell et Peter Fiell 2012, p. 28.
  4. a b et c Ulrike Müller 2009, p. 51.
  5. a b et c Xavier de Jarcy, « A Londres, Anni Albers, l’artiste qui inventa la tapisserie moderne », sur telerama.fr, (consulté le 18 novembre 2019).
  6. Gene Baro 1977, p. 11.
  7. a b et c (en) « Anni and Josef Albers: the married misfits of the Bauhaus », sur dezeen.com, (consulté le 21 novembre 2019).
  8. Margaret Droste et 2019 p.310.
  9. T'ai Smith 2014, p. 45.
  10. T'ai Smith 2014, p. 47.
  11. Connaissance des arts, novembre 2017, n°764, page 46
  12. Margaret Droste et 2019 p.386.
  13. Catherine Gonnard, « Anni Albers », in Dictionnaire universel des créatrices,‎ (lire en ligne)
  14. a et b (en) « Josef and Anni Albers Foundation », sur albersfoundation.org (consulté le 6 décembre 2018)
  15. (en) Craig Berry, « Anni Albers - Combining traditional and ancient techniques with modern materials and modernist designs. », sur https://medium.com/inside-vbat, (consulté le 17 novembre 2019)
  16. (en) Verena Kittel, « Rehabilitating materials: hardware jewelry by Alex Reed and Anni Albers », sur https://black-mountain-research.com/ (consulté le 17 novembre 2019)
  17. (en) « Press Preview of MODERN HANDMADE JEWELHY », sur https://www.moma.org, (consulté le 18 novembre 2019), p.3.
  18. Sadie Paige 2019, p. 105-106.
  19. Charlotte Fiell et Peter Fiell 2012, p. 28-29.
  20. a b et c (en) « Chronology », sur https://albersfoundation.org (consulté le 15 novembre 2019)
  21. Gene Baro 1977, p. 12.
  22. Gene Baro 1977, p. 13.
  23. a et b Nécrologie d'Anni Albers, (en) Rita Reif, « Anni Albers, 94, Textile Artist And the Widow of Josef Albers », sur The New York Times, (consulté le 15 novembre 2019).
  24. (en) « Knoll Designer Bios - Anni Albers », sur www.knoll.com (consulté le 18 novembre 2019).
  25. (en) « The Bauhaus project », sur https://www.designtex.com/ (consulté le 21 novembre 2019).
  26. (en) « Textiles by artists Anni Albers and Gunta Stölzl revived for Bauhaus' 100th anniversary », sur https://www.designtex.com, (consulté le 21 novembre 2019).
  27. (en) « Bauhaus - Un temps nouveau (2019– ) Full Cast & Crew », sur imdb.com (consulté le 15 novembre 2019).
  28. a et b (en) Delia Gaze, Concise Dictionary of Women Artists, Routledge, , 800 p. (ISBN 0870701444), p. 148.
  29. a et b (en) « Anni Albers Solo », sur albersfoundation.org (consulté le 10 novembre 2019).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Centrée[modifier | modifier le code]

  • (en) Gene Baro, Anni Albers, Brooklyn Museum Bookshop, , 105 p. (ISBN 978-0872730625).
  • (en) Collectif, Anni Albers, Guggenheim Museum, , 181 p. (ISBN 9780892072729).
  • (en) Ann Coxon, Anni Albers, Yale University Press, , 192 p. (ISBN 9780300237252).
  • (en) Virginia Gardner Troy, Anni Albers and Ancient American Textiles : From Bauhaus to Black Mountain, Ashgate, , 190 p. (ISBN 9780754605010).
  • (en) Sadie Paige, « ‘Anni Albers’ », Textile History, vol. 50, no 1,‎ , p. 102-108 (lire en ligne, consulté le 16 novembre 2019).

Généraliste[modifier | modifier le code]

  • Charlotte Fiell et Peter Fiell, Design du XXème siècle, Cologne, Tashen, , 768 p. (ISBN 978-3836541091).
  • Magdalena Droste, en collaboration avec le Bauhaus-Archiv Berlin, 100 ans de Bauhaus, Paris, Taschen, , 400 p. (ISBN 9783836572798).
  • Magdalena Droste (trad. Sara D. Claudel), Bauhaus, Hong Kong, Cologne, Paris, Taschen, coll. « Petite collection », , 96 p. (ISBN 978-3-8365-6013-9).
  • Nicholas Fox Weber, La Bande du Bauhaus, Fayard, , 624 p. (ISBN 9782213688565).
  • (en) Elizabeth Otto et Patrick Rössler, Bauhaus Women : A Global Perspective, Bloomsbury Publishing, , 192 p. (ISBN 9781912217977).
  • (en) Ulrike Müller (trad. Emer Lettow et Sarah Kane), Bauhaus Women, Paris, Flammarion, , 152 p. (ISBN 9782080301208).
  • (en) T'ai Smith, Bauhaus Weaving Theory, from Feminine Craft to Mode of Design, Minneapolis, University of Minnesota Press, , 272 p. (ISBN 9780816687244).

Liens externes[modifier | modifier le code]