Anni Albers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Albers.
Anni Albers
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 94 ans)
OrangeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Représentée par
Galerie David Zwirner (en), Artists Rights SocietyVoir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Connecticut Women's Hall of Fame (en)
Women's Caucus for Art Lifetime Achievement Award (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Anni Albers, née Annelise Fleischmann le à Berlin en Allemagne et morte le à Orange dans le Connecticut aux États-Unis, est une artiste textile américaine d'origine allemande, designer et théoricienne de l'art, qui a participé au mouvement du Bauhaus et a enseigné au Black Mountain College.

Naissance de l'art textile[modifier | modifier le code]

Annelise Else Frieda Fleischmann est née à Berlin le 12 juin 1899, dans une famille de la classe moyenne. Bien que sa famille soit d'origine juive, elle est baptisée protestante[1]

Elle suit l’enseignement du peintre postimpressionniste Martin Brandenburg. Elle s'inscrit à l'école d’arts appliqués de Hambourg. En 1922, elle s'inscrit à l'école du Bauhaus à Weimar. Elle suit les cours de couleur du peintre Paul Klee. Formée par Georg Muche, puis Johannes Itten, elle intègre l’atelier de tissage vers lequel les femmes étaient systématiquement dirigées. Elle crée des tapisseries aux formes géométriques pour la résidence de Walter Gropius, dessine des rideaux pour le théâtre, des tissus d'ameublement, des tentures murales. Elle crée avec de nouvelles matières comme la cellophane ou la soie artificielle un tissu qui absorbe les sons et améliore l’acoustique. Anni Albers crée à partir du tissage, technique ancestrale un art d’avant-garde[2]. En 1925, elle épouse l’artiste Josef Albers rencontré trois ans plus tôt au Bauhaus[3]. Elle passe son diplôme du Bauhaus en 1930[4].

Face à la montée du nazisme, le couple Albers quitte l'Allemagne en 1933. Ils partent enseigner au Black Mountain College en Caroline du Nord. En 1934, Anni Albers y crée un l’atelier de tissage. À partir de 1949, elle intervient dans de nombreuses écoles d’art comme spécialiste de l’art textile. La même année, le Museum of Modern Art (MOMA) lui consacre une exposition personnelle. Cela marque la reconnaissance de l'artiste et de l'art textile[5].

Elle étudie les tissages traditionnels sud-américains et s'intéresse particulièrement à l'art textile péruvien qui servait de moyen de communication[1]. En 1965, elle réalise Six prayers pour le Musée juif de New York à la mémoire des victimes de la Shoah : six panneaux sombres et contemplatifs représentent les six millions de victimes juives[1].

Abandonnant ensuite l'activité physiquement éprouvante du tissage, elle se consacre à la gravure et expérimente plusieurs techniques d’impression[1]. En 1975, son travail est exposé au Kunstmuseum de Düsseldorf, et au Bauhaus-Archiv, à Berlin[4], à la Tate Modern de Londres en 2018-2019[6].

Elle publie également deux livres importants : une courte anthologie d'essais intitulée On Designing en 1959 et un livre fondateur en 1965, On Weaving, sorte d'atlas visuel explorant 4 000 ans d'histoire du tissage dans le monde et décrivant les techniques employées[1].

Elle inspire des générations d'artistes. Sheila Hicks découvre l'art textile dans son atelier dans les années 1950[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e (en-GB) « Anni Albers - Exhibition guide (11 October 2018 – 27 January 2018) », Tate Modern, 2018-2019.
  2. a et b « A Londres, Anni Albers, l’artiste qui inventa la tapisserie moderne », sur Télérama.fr (consulté le 8 décembre 2018)
  3. Connaissance des arts, novembre 2017, n°764, page 46
  4. a et b Catherine Gonnard, « Anni Albers », in Dictionnaire universel des créatrices,‎ (lire en ligne)
  5. « Josef and Anni Albers Foundation », sur albersfoundation.org (consulté le 6 décembre 2018)
  6. (en-GB) Tate, « Anni Albers – Exhibition at Tate Modern », sur Tate (consulté le 6 décembre 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]