Wilhelm Frick

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références.

Wilhelm Frick
Au procès de Nuremberg.
Au procès de Nuremberg.
Fonctions
Protecteur de Bohême-Moravie
Prédécesseur Konstantin von Neurath
Successeur Heinrich Himmler
Ministère du Reich à l'Intérieur
Chancelier Adolf Hitler
Gouvernement Cabinet Hitler
Prédécesseur Franz Bracht
Successeur Heinrich Himmler
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Alsenz (Empire allemand)
Date de décès (à 69 ans)
Lieu de décès Nuremberg, Allemagne occupée
Nationalité Allemande
Parti politique NSDAP
Père Wilhelm Frick
Mère Henriette Frick
Conjoint Elisabetha Emilie Nagel (1910-1934)
Margarete Schultze-Naumburg (1834-1946)
Enfants Renate Günthert (de)
Diplômé de Université de Heidelberg
Profession Magistrat, haut fonctionnaire de police

Wilhelm Frick, né à Alsenz le et mort exécuté à Nuremberg le , est un haut dignitaire (Reichsleiter) du parti nazi (NSDAP), premier des ministres de l'Intérieur du Troisième Reich, puis Reichsprotektor (en français : « protecteur ») de Bohême-Moravie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière dans la police et vie de famille[modifier | modifier le code]

Wilhelm Frick naît dans la petite ville d'Alsenz en Rhénanie-Palatinat : il est le dernier des quatre enfants du professeur Wilhelm Frick et de son épouse Henriette. Il poursuit des études de droit et obtient son doctorat de l'université de Heidelberg en 1901. En 1903, il rejoint la fonction publique bavaroise, où il travaille comme avocat à la préfecture de police de Munich. Il est nommé Bezirksamtassessor (en français : « magistrat d’arrondissement ») en 1907, il atteint la position de Regierungsassessor (en français : « magistrat du gouvernement ») en 1917 et devient chef de la police de Munich en 1923.

Il se marie une première fois en 1910 avec Elisabetha Emilie Nagel (1890-1978) dont il divorce en 1934. De cette union naissent deux fils et une fille. Il se remarie l'année de son divorce avec Margarete Schultze-Naumburg (1896-1960), née Margarete Karolina Berta Dörr, ex-épouse de Paul Schultze-Naumburg, qui lui donne un fils et une fille.

Adhésion au NSDAP[modifier | modifier le code]

Il rencontre Adolf Hitler en 1919, et dans les limites de ses pouvoirs de fonctionnaire favorise les actions du NSDAP. En , il prend part au putsch de la Brasserie à Munich, et tente de rallier les forces de police à sa cause. Arrêté puis jugé pour haute trahison, il est condamné à quinze mois de prison avec sursis et se trouve démis de ses fonctions de chef de la police. Cette condamnation modérée est dans l'ordre de celles habituellement appliquées aux putschistes d'extrême-droite dans les années 1920 en Allemagne.

En 1924, il est élu député au Reichstag, puis il rejoint le NSDAP en 1925 au moment de la levée de l'interdiction de ce parti. Associé à Gregor Strasser, il gravit les échelons au sein du parti et devient chef du groupe parlementaire du NSDAP en 1928. En 1930, dans le cadre d'une coalition de droite menée par Erwin Baum (de), il devient le premier nazi à obtenir un poste ministériel lorsqu'il est nommé ministre de l'Intérieur et de l'Éducation du Land de Thuringe.

Ministre du Reich[modifier | modifier le code]

Lorsqu'Adolf Hitler accède au pouvoir, en 1933, Wilhelm Frick est nommé ministre de l'Intérieur du Reich. Il fait ainsi partie des trois seuls nazis présents dans le premier cabinet Hitler. En , il met en place à la demande de Hitler une législation contre l'immigration des Juifs d'Europe de l'Est vers le Reich et un mois plus tard, le , il initie une loi qui exclut tous les Juifs de la fonction publique.

En Allemagne, l'application des lois a toujours été du ressort des autorité régionales, mais l'influence du ministre de l'Intérieur augmente après l'incendie du Reichstag et le vote du décret d'habilitation. Les lois de centralisation de l'Allemagne lui permettent de renforcer son pouvoir sur les administrations locales et lui donne le droit de nommer les maires de toutes les municipalités ayant une population supérieure à 100 000 habitants (à l'exception de Berlin et de Hambourg, où Hitler procède lui-même au choix).

Wilhelm Frick joue un rôle majeur dans la création et l'application des lois de Nuremberg, et participe activement au réarmement allemand. Il annonce en que les mariages entre aryens et non-aryens ne sont plus possibles jusqu'à nouvel ordre. Le , il nomme Heinrich Himmler chef de la police du Reich, placé sous la double tutelle d'Hermann Göring et de lui-même. Le , il propose d'instaurer l'aryanisation forcée de toutes les entreprises allemandes décrétées comme juives et promulgue les mois suivants de nombreux décrets visant à dépouiller les Juifs du Reich de toutes leurs valeurs mobilières et immobilières[1]. En , il se déplace à Koło (Warthbrücken) dans le Warthegau pour inspecter les opérations de déportation des Juifs vers le camp d'extermination de Chelmno[2]. Son influence et son autorité sur la police politique ayant décliné progressivement depuis la fin des années 1930, il finit par s'effacer en 1943 devant le Reichsführer Heinrich Himmler qui lui succède en tant que ministre de l'Intérieur. Il est alors nommé Reichsprotektor de Bohême-Moravie, et reste à ce poste jusqu'à la fin de la guerre.

La chute[modifier | modifier le code]

Wilhelm Frick est arrêté puis jugé devant le tribunal militaire international de Nuremberg, où il est condamné à mort par pendaison pour crimes contre l'humanité, crimes contre la paix et crimes de guerre, conjointement avec d’autres hauts dignitaires nazis. Il est exécuté le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raul Hilberg, La Destruction des Juifs d'Europe, Paris, Gallimard, coll. « Folio/Histoire »,‎ (ISBN 2-070-32709-4), p. 113.
  2. Édouard Husson, Heydrich et la solution finale, Paris, Perrin,‎ (ISBN 978-2-262-02719-3), p. 555.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Gerhard Schulz,  Frick, Wilhelm dans Neue Deutsche Biographie (NDB), volume 5, Berlin : Duncker & Humblot, 1961, p. 432 f. (lire en ligne)
  • (de) Joachim Bergmann: Die innenpolitische Entwicklung Thüringens in der Zeit von 1918 bis 1932. Europaforum-Verlag, Lauf an der Pegnitz 2001, ISBN 3-931070-27-1.
  • (de) Günter Neliba: Wilhelm Frick: Der Legalist des Unrechtsstaates. Schöningh, Paderborn u. a. 1992, ISBN 3-506-77486-7.
  • (de) Hans-Günter Richardi: Hitler und seine Hintermänner: Neue Fakten zur Frühgeschichte der NSDAP. Süddeutscher Verlag, München 1991, ISBN 3-7991-6508-8.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :