René Taton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Taton.
René Taton
Defaut 2.svg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 89 ans)
AjaccioVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Membre de
Distinction
Prix Kenneth O. May (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

René Taton, né le à L'Échelle (Ardennes) dans la ferme familiale, mort le à Ajaccio (Corse-du-Sud)[1], était un historien des sciences, longtemps coéditeur, avec Suzanne Delorme, de la Revue d'histoire des sciences.

Avec Pierre Costabel, il dirigea le Centre Alexandre Koyré. Il permit à l'historien des sciences d'acquérir un statut professionnel reconnu. Son Histoire générale des sciences (dernière édition 1996, PUF, Quadrige) est une référence majeure en matière d'histoire des sciences

Biographie[modifier | modifier le code]

Après l'école de L'Échelle, l'école primaire supérieure de Mézières, les écoles normales d'instituteurs de Charleville et Nancy, il intègre l'École normale supérieure de Saint-Cloud (promotion 1935), il devient agrégé de mathématiques en 1941[2]. Il est élève de Gaston Bachelard en 1946 et commence sa thèse sur Gaspard Monge. Il rencontre Pierre Sergescu (réfugié roumain, ex-directeur de l'École polytechnique de Roumanie, Cercle de Maria Karsterska), mais aussi Maurice Daumas, Suzanne Delorme, Pierre Costabel et en 1948, George Sarton, directeur de la revue Isis. Via William Ivins (en), il découvre des inédits de Girard Desargues[3].

En 1951, il présente sa thèse sur Monge, et une thèse complémentaire sur Desargues. En 1952, entre au CNRS, en section de philosophie, et y est le seul agrégé de mathématiques. De 1954 à 1971, il succède à Sergescu à la tête de l'ICSU (International Council of Scientific Unions), promu par l'Unesco d'après-guerre.

Il crée la Revue d'histoire des sciences, éditée aux PUF. Toujours aux PUF, il dirige la publication de l'Histoire générale des sciences. En 1957, il créé la section histoire des sciences de l'EHESS, avec la collaboration de Fernand Braudel et d'Alexandre Koyré. Il perpétue le centre qu'Alexandre Koyré voulait associer à sa direction d'études à l’EHESS en 1958, qui devient le Centre Alexandre-Koyré et qu'il dirige avec Pierre Costabel de 1964 à 1983[2].

Ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • Pour continuer le calcul intégral (collection de l'Abbé Moreux), 1945?
  • Histoire du calcul, coll. « Que sais-je ? », 1946
  • René Taton et Jean-Paul Flad, Le calcul mécanique, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » no 367, Paris, 128 p.. Première édition : 1949, (notice BnF no FRBNF31436467). Dernière édition : 1963, (notice BnF no FRBNF33188980).
  • Le calcul mental, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » no 605, Paris. Première édition : 1953, 128 p., (notice BnF no FRBNF32656165). Dernière édition : 1979, 126 p., (ISBN 2-13-035802-0), (notice BnF no FRBNF34655169).
  • Causalités et accidents de la découverte scientifique : illustration de quelques étapes caractéristiques de l'évolution des sciences, éditions Masson, coll. « Évolution des sciences » no 6, Paris, 1955, 172 p., (notice BnF no FRBNF32656167).
  • René Taton et Albert Flocon, La Perspective, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » no 1050, Paris. Première édition : 1963, 128 p., (notice BnF no FRBNF33188986). Dernière édition : 2005, 126 p., (ISBN 2-13-054852-0), (notice BnF no FRBNF41007930).
  • Histoire générale des sciences (de 1957 à 1964), réédition (1966-1983).
  • Études d'histoire des sciences (recueillies pour son 85e anniversaire par Danielle Fauque, Myriana Ilic et Robert Halleux), éditions Brepols, coll. « De diversis artibus » no 47, Turnhout, 2000, 544 p., (ISBN 2-503-51007-8), (notice BnF no FRBNF37734558).
  • Derniers écrits, 2000, réunis par R. Halleux
  • Il est considéré, via ses travaux méticuleux sur Gaspard Monge (1746-1818) et Girard Desargues (1591-1661), comme le maître en histoire de la perspective : en particulier, il sort de l'ombre bon nombre de protagonistes dont le moindre n'est pas Johann Heinrich Lambert (1728-1777).

L’Histoire générale des sciences[modifier | modifier le code]

Cet ouvrage en 3 tomes et 4 volumes est une somme de 3 272 pages, coordonnée par René Taton, sur une décennie, on peut dire travail dirigé ? Oui, dans le sens où le maître d'œuvre choisit ses collaborateurs et impose un style : histoire non cocardière, référencée sur des faits précis, exigence d'exhaustivité de la bibliographie, etc.

  • le premier tome : sciences médiévales fait appel à 21 auteurs.
  • le deuxième, la Renaissance : 24 et H.Cohen
  • le troisième : 25 dont 11 des 2 premiers + Youchkevitch et Zubov
  • le quatrième explose : 56 dont Ronchi. Forcément, la dispersion est plus grande, et la méthodologie moins stricte.

Le Who's Who de Gillespie de 1970 permet dans la deuxième réédition de compléter l'ouvrage.

L'édition du "quadrige" en 1996 permettra une large diffusion à cet ouvrage, qui reste encore une référence en méthodologie pour les historiens des sciences

Sa correspondance[modifier | modifier le code]

Très abondante. Notons ses relations avec Jean Rostand, le peintre Amédée Ozenfant[4], Le Corbusier qui le consulte pour l'ouvrage : Le Modulor, George Sarton, directeur de Isis, etc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source pour les dates et lieux de naissance et décès : notice d'autorité «  Taton, René (1915-2004) », dans le catalogue BN-Opale Plus de la Bibliothèque nationale de France.
  2. a et b Dhombres 2004.
  3. Field et Gray 2012, p. 63.
  4. « Mémoires 1886-1962 », Éditions Seghers, Paris 1968

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Par date de parution

  • P. Huard, « Histoire générale des Sciences (t. 1 : La Science antique et médiévale; t. II : La Science moderne) publiée sous la direction de René Taton », Revue d'histoire des sciences et de leurs applications, vol. 12, no 1,‎ , p. 71-74 (lire en ligne).
  • Jean Dhombres, « René Taton », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Danielle Fauque, « René Taton (1915-2004) », Revue d'histoire des sciences, vol. 58, no 2,‎ , p. 267-304 (lire en ligne).
  • (en) Judith Field et Jeremy Gray, The Geometrical Work of Girard Desargues, Springer Science & Business Media, (lire en ligne), p. 63

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Webographie[modifier | modifier le code]