Walter Gropius

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gropius.

Walter Gropius
Image illustrative de l’article Walter Gropius
Portrait par Louis Held vers 1919.
Présentation
Naissance
Berlin, Allemagne
Décès (à 86 ans)
Boston, États-Unis
Mouvement Bauhaus ; mouvement moderne
Œuvre
Réalisations Bâtiment du Bauhaus

Walter Gropius (Berlin, -Boston, ) est un architecte, designer et urbaniste allemand, plus tard naturalisé américain. Il est le fondateur du Bauhaus, mouvement clé de l'art européen de l'entre-deux-guerres et porteur des bases du style international.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bauhaus (construit en 1925-1926) à Dessau, Allemagne.

Issu d'une famille d'importants architectes allemands (père et grand-oncle), il étudie l'architecture à Munich (1903-1904), puis à Berlin (1905-1907), puis travaille dans l'agence Peter Behrens jusqu'en 1910. C'est à cette date qu'il commence à travailler en indépendant. Les premiers maîtres d'ouvrages avec lesquels il peut exprimer sa créativité sont issus du monde de l'industrie, avec notamment la construction de l'usine Fagus d'Alfeld (Leine) en 1911, aux toits plats, à la structure métallique et aux façades entièrement vitrées, caractérisée par des lignes orthogonales. La carrière de Gropius fut interrompue par la Première Guerre mondiale. Appelé comme réserviste, il servit sur le front ouest en tant que sergent major durant toute la période des hostilités durant lesquelles il fut très gravement blessé et frôla la mort.

En 1915, il épouse Alma Mahler, la veuve de Gustav Mahler, mais le couple divorce en 1920. La mort prématurée de leur fille Manon inspira à Alban Berg son Concerto à la mémoire d'un ange (écrit en 1935).

Même s'il est essentiellement reconnu comme figure du fonctionnalisme, son Monument aux morts de mars, dessiné en 1921 et érigé en 1922[1] montre l'influence de l'expressionnisme sur son travail. En 1919, Gropius fit partie de la Gläserne Kette, une correspondance entre utopistes expressionnistes, sous le pseudonyme de « Maß ».

Après guerre, en 1919, il succéde à Henry van de Velde (remercié en 1915 à cause de sa nationalité belge) à la tête de l'école des Arts appliqués de Weimar. C'est cette académie que Gropius va transformer en une école d'anthologie, le Bauhaus. Cette institution rassemblait en ses murs une école d'architecture, une école d'art, une école de design, une école d'artisanat, une école de théâtre, etc. Parmi les professeurs qui y ont enseigné, on relève les noms de Paul Klee, Johannes Itten, Josef Albers, Herbert Bayer, László Moholy-Nagy, Alfréd Forbát et Wassily Kandinsky. On apprenait aux élèves à utiliser les matériaux modernes et innovants, et à réfléchir à la production ainsi qu'au design à l'heure de l'industrialisation. Cette école eut une influence décisive sur l'esthétique moderne et fonctionnaliste, puis plus tard sur le style international.

Gropius participe au concours d'architecture pour la construction du siège du journal Chicago Tribune, en 1922. En 1937, il décide d'émigrer aux États-Unis où il dirige la Graduate School of Design de Harvard. Il est l'associé de Marcel Breuer jusqu'en 1941. Il mène plusieurs expérimentations d'habitat standardisant en cherchant à éviter la monotonie. En 1946, il fonde l'agence The Architects Collaborative (TAC). Philip Johnson, Paul Rudolph, John M. Johansen et Edward Barnes sont ses étudiants à Harvard.

Réalisations[modifier | modifier le code]

  • En 1911, il conçoit l'usine Fagus avec Adolf Meyer.
  • 1925 : il crée le bâtiment du Bauhaus à Dessau-Roßlau. L'ensemble réunit une école d'architecture, une école d'art, une aire libre, un centre demandé par l'État, et des chambres d'étudiants. Plus loin sont créés des logements privés pour les professeurs qui n'appréciaient pas toujours l'immeuble de l'école avec ses murs très largement percés de fenêtres. L'école sera récupérée par les nazis pendant la guerre mais restera intacte.
    • Architecture du bâtiment construit par Gropius[2] :
      • C'est une sorte de mini-campus, les étudiants sont logés sur place.
      • Le bâtiment comporte plusieurs entrées, il n'y a jamais une vision unique de l'édifice. Il faut faire le tour du Bauhaus pour comprendre sa forme (référence à la Robbie House de Frank Lloyd Wright).
      • Le bâtiment est composé de deux corps en forme de « L » lui donnant un dynamisme, une forme tendant vers la rotation. Cette forme rayonne par rapport à un paysage.
      • Il y a des principes de transparence mais aussi toujours la notion de masse.
      • La notion de l'angle dissous: l'angle est entièrement vitré.
      • Les façades sont décollées de la structure qui est intérieure. Les espaces de circulations se situent entre la structure et la façade.
      • Les fenêtres du bâtiment des étudiants comportent aussi des ouvertures en forme de « L »; on retrouve donc toujours la notion de dynamisme.
  • 1926-1928 : construction des lotissements Törten, éléments de béton préfabriqués à Dessau en Allemagne.
  • 1938 : il construit sa propre maison à Lincoln, Massachusetts.
  • 1949-1950 : Graduate Center de Harvard, sept résidences estudiantines reliées par des passages.
  • 1955-1957 : bloc d'immeubles présenté à l’Exposition Internationale d'architecture (Interbau) à Berlin.
  • 1958-1961 : Ambassade des États-Unis à Athènes.
  • 1963 : immeuble de la Pan Am à New York avec Pietro Belluschi. Son projet, de plan orthogonal et de 59 étages, est controversé.
  • 1967-1970 : Cathédrale de Amberg (Allemagne), connue sous le nom de Glaswerk. Gropius ne verra pas l'inauguration de sa dernière œuvre, puisqu'il meurt en 1969.

Remarques[modifier | modifier le code]

  • Dans certains livres, on trouve « Walter » écrit sous la forme erronée « Walther » (nom de son père).
  • Le , date du 125e anniversaire de la naissance de Gropius, Google rend hommage à l'architecte en reproduisant certaines de ses réalisations sur un de ses Google Doodle : on reconnaît entre autres le Bauhaus, le gratte-ciel de la Pan Am à New-York, ainsi que le monument aux morts de mars[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Walter Gropius, Architecture et société, choix et présentation de L. Richard, traduit de l'allemand par Dominique Petit, Éditions du Linteau, 1995, 199 p. (ISBN 9782910342036).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Märzgefallenen-Denkmal », sur deu.archinform.net, (consulté le 1er avril 2018)
  2. Cours du professeur Bruno Marchand, « Théorie de l'architecture », donné à l'EPFL le 25 février 2009.
  3. Voir le dessin sur https://www.google.com/doodles/125th-birthday-of-walter-gropius / Consulté le 1er avril 2018

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :