Aimé Maeght

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aimé Maeght
Maeght.jpeg

Aimé Maeght

Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Aimé Maeght, né le à Hazebrouck (Nord) et mort le , est un graveur, lithographe, marchand d'art, galeriste, mécène, éditeur, producteur de film et créateur de la Fondation Maeght, près de Nice et qui est dédiée à l'art moderne et contemporain du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'une famille hazebrouckoise, près de Lille, résidant rue de Thérouanne. Son père, ingénieur des Chemins de fer, est porté disparu durant la Première Guerre mondiale. Pour échapper aux Allemands, Aimé, ses deux frères, sa sœur et leur mère sont pris en charge par la Croix-Rouge et rapatriés dans le sud de la France, à Saint-Hippolyte-du-Fort (Gard)[1]. Il est encore enfant quand il comprend qu’il devra travailler dur pour soutenir sa famille.

Après avoir passé son certificat d’études, intelligent, l’esprit vif, passionné de jazz, de poésie et de peinture, Aimé poursuit de brillantes études à Nîmes, il reste cinq ans premier de sa promotion.[réf. nécessaire] Il apprend le dessin industriel puis s’oriente vers les nouvelles techniques d’impression jusqu’à obtenir un diplôme de graveur lithographe.

Rien ne prédestinait Aimé Maeght à devenir une des figures majeures de la scène artistique mondiale. Son statut de pupille de la nation lui permet d’obtenir un emploi d’ouvrier imprimeur dans une entreprise de Cannes où il s’installe en 1927. Il rencontre Marguerite Devaye, une Cannoise de dix-sept ans[2] qu'il épouse en 1928[1]. Toute sa vie à ses côtés, elle restera la complice enthousiaste des audaces de son mari, mais aussi l’organisatrice mesurée, qui permettra aux rêves d’être réalisés.

De leur union naissent Adrien le 17 mars 1930 et Bernard le 1er mai 1942. Aimé Maeght reconnaîtra en 1955, un troisième enfant, Sylvie Maeght-Baltazart, née le d'une union libre avec Marcelle Baltazart. Sylvie Eon-Maeght siège aujourd'hui au conseil d'administration de la fondation Maeght.

En 1932, Aimé ouvre un magasin de TSF[Quoi ?] avec en arrière-boutique un atelier de graphisme. L'endroit devient rapidement une galerie, ARTE (Arts et Techniques graphiques). Il est situé rue des Belges, près de la Croisette, à Cannes. Il rencontre Pierre Bonnard avec qui il noue une profonde amitié et qui lui présente Henri Matisse[1].

Durant la Seconde Guerre mondiale Aimé et Marguerite accueillent chez eux les artistes et poètes venus se réfugier en « zone libre »[1]. Très liés à Jean Moulin[réf. nécessaire], Marguerite et Aimé se réfugient à Vence, près de Henri Matisse, lorsqu'il est arrêté à Lyon.

Après le chaos de la guerre, Paris se reconstruit. Au cœur de cet élan, la Galerie Maeght est inaugurée le 6 décembre 1945 rue de Téhéran et crée l’événement avec une exposition Henri Matisse. La Galerie est le lieu de rendez-vous des artistes, des poètes, des écrivains. Aimé et Marguerite ont le talent de réunir autour d’eux ceux qui inventent l’époque à venir. Les grands maîtres, Bonnard, Matisse et Braque affichent leur soutien aux audacieux projets d’Aimé.

Dans sa galerie parisienne, il organise des expositions où il accueille les peintres les plus « modernes » du moment comme Henri Matisse, Marc Chagall, Joan Miró, Fernand Léger, Alexander Calder, Pierre Bonnard, Valerio Adami, Paul Rebeyrolle, etc.

Avec sa famille, Aimé Maeght devient le compagnon de route de Henri Matisse, Braque, Léger, Miró, Chagall, Alexander Calder et Alberto Giacometti. Les principaux artistes de l’après-guerre rejoindront les Maeght et exposeront dans leur galerie tels Bram van Velde, Antoni Tàpies, Raoul Ubac, Jean Signovert, Pierre Tal Coat, Jean Bazaine, Eduardo Chillida, Riopelle, Pierre Alechinsky, Rebeyrolle, Adami, Jacques Monory et bien d’autres.

Aimé Maeght ne peut concevoir son activité de marchand d’art sans donner la part belle à l’écrit. Il conçoit dès 1946 la célèbre revue d'art Derrière le miroir (DLM), consacrée aux artistes exposés à la galerie Maeght, tout en y associant des écrivains et poètes. Il édite également des ouvrages de bibliophilie de haute qualité, auxquels collaborent de prestigieuses signatures.

Dans les années 1960 et 1970, jusqu'à sa mort le , Aimé Maeght, outre Derrière le miroir, édite deux revues de poésie dont l'importance est majeure : L'Éphémère d'abord, créée par Gaëtan Picon, André du Bouchet, Yves Bonnefoy et Louis-René Des Forêts, puis, à partir de 1973, Argile, créée par Claude Esteban. Il publie également Chroniques de l'art vivant, première revue qui, sous la direction de Jean Clair, rend compte de l'actualité artistique internationale.

Aimé Maeght marque aussi le XXe siècle par la création de la Fondation Marguerite et Aimé Maeght, à Saint-Paul-de-Vence, près de Nice.

Postérité[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui la famille Maeght poursuit l'œuvre d'Aimé Maeght au travers de la Fondation Maeght, de la galerie Maeght et de Maeght Éditeur.

Néanmoins, ses descendants sont en conflit depuis 2011, entre d'un côté Isabelle et Jules, et de l'autre Florence et sa sœur Yoyo[1].

La Fondation Marguerite et Aimé Maeght[modifier | modifier le code]

C'est en 1954, à la suite de la mort de leur jeune fils Bernard, que Marguerite et Aimé Maeght, profondément atteints, entreprennent, sur le conseil de Fernand Léger et Georges Braque, un voyage aux États-Unis pour visiter les fondations américaines : Barnes, Phillips, Guggenheim.

Peu à peu se précise l’envie de créer un lieu où rassembler leur collection et où leurs amis artistes pourraient travailler et échanger. L’idée d’un centre de vie apparaît à l’image d’un plan de village. L'architecte Josep Lluís Sert, en humaniste, dessine une architecture dédiée aux artistes comme aux simples amateurs. Un grand champ d’entrée, une agora, des bâtiments autour de patios, un campanile pour la chapelle, une maison pour les artistes… Son ensemble architectural a été spécialement conçu pour présenter l'art moderne et contemporain sous toutes ses formes.

Le soir du 28 juillet 1964, André Malraux, alors secrétaire d’État à la Culture reçoit des mains des petites-filles de Marguerite et Aimé, les clés de la Fondation. La soirée, sous les étoiles, se poursuit par un tour de chant où Yves Montand interprète, bien sûr, une chanson de l'ami Jacques Prévert, Dans ma maison. Ella Fitzgerald, charme et séduit l’auditoire. Déjà, Aimé mêle toutes les expressions artistiques. Cette nuit-là, la Fondation Marguerite et Aimé Maeght devient le premier lieu d’art contemporain consacré à l’art vivant.

Véritable musée dans la nature, la Fondation Maeght possède une des plus importantes collections en Europe de peintures, sculptures, dessins et œuvres graphiques du XXe siècle. Certains grands artistes figurent au premier plan de cette prestigieuse collection : Bonnard, Braque, Calder, Chagall, Giacometti, Léger, Miró…

Aujourd'hui, 200 000 personnes visitent chaque année la fondation et son célèbre jardin de sculptures de Miró, Giacometti, Calder, Braque, Chagall et Léger. De grandes expositions y sont présentées. Sa collection compte plus de 10 000 œuvres dont 62 sculptures de Giacometti, 150 sculptures de Miró, le plus grand tableau au monde de Chagall[3].

La galerie Maeght[modifier | modifier le code]

La galerie Maeght ouvre à Paris en 1946 et devient la galerie exclusive des plus importants artistes de l'époque : Kandinsky, Léger, Matisse, Bonnard, Braque, Giacometti, Chagall, Miró, Calder, … Peu après Maeght ouvre sa galerie à Barcelone, hôtel de Cervelló, rue Montcada.

Aujourd’hui elle organise des expositions d'artistes modernes et contemporains et collabore à de nombreuses expositions muséales tant en France qu'à l'étranger.

Maeght Éditeur[modifier | modifier le code]

Maeght Éditeur publie en exclusivité des gravures et lithographies d’artistes contemporains. Les artistes ont créé des œuvres originales à la demande de Maeght. Toutes les techniques d’impression, de la plus traditionnelle à la plus moderne ou avant-gardiste, sont mises à la disposition des artistes dans les ateliers de l'imprimerie ARTE-Adrien Maeght à Paris.

Maeght Éditeur a publié et imprimé la majeure partie des gravures de Miró, Tàpies, Calder ou Chillida. Le tirage de chaque gravure est limité à quelques dizaines d’exemplaires qui sont signés par les artistes. Avec 12 000 titres publiés, Maeght Éditeur est l'un des plus importants éditeurs de lithographies et gravures au monde.[réf. nécessaire]

La bibliophilie a toujours passionné la famille Maeght qui a publié de nombreux ouvrages signés par l'artiste et l'auteur et numérotés avec Joan Miró Adonides texte de Jacques Prévert, Album 19 texte de Raymond Queneau, Album 21 texte de Carlos Franqui, Fissures texte de Michel Leiris, Le Flux de l'Aimant texte de René Char, L'émancipation définitive de la queue du chat, Le Miroir de l'homme par les bêtes textes de André Frénaud, Parler seul texte de Tristan Tzara, Les Pénalités de l'enfer ou Les Nouvelles Hébrides texte de Robert Desnos, avec Georges Braque La Liberté des mers et Une Aventure méthodique textes de Pierre Reverdy, La Nuit la faim texte de Georges Ribemont-Dessaignes, La Résurrection de l'oiseau texte de Frank Elgar, avec Marc Chagall Celui qui dit les choses sans rien dire texte de Louis Aragon, Et sur la terre… texte de André Malraux, avec Alexander Calder Fêtes texte de Jacques Prévert, Le Sacrilège d'Alan Kent texte de Erskine Caldwell, avec Eduardo Chillida Más allá texte de Jorge Guillén, avec Jean-Paul Riopelle Unearth texte de Paul Uster, avec Marco Del Re The Rough field texte de John Montague, avec Jean Cortot La Charge du Roi texte de Jean Giono, Cinq dictées de la mélancolie texte de Salah Stétié

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Dominique Perrin, « Fondation Maeght : l'art de la guerre », Vanity Fair no 24, juin 2015, pages 98-105 et 162-163.
  2. Née le 25 août 1909 et morte en 1977.
  3. Sur le site officiel de la fondation.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]