Abbaye de l'Île Barbe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Abbaye de l'Île Barbe
L'ancienne abbaye en 1616
L'ancienne abbaye en 1616
Présentation
Culte Catholique romain
Type Abbaye
Début de la construction Ve siècle
Date de désacralisation 1549
XVIIIe siècle
Protection Logo monument historique Classée MH (1993, Église)
Logo des sites naturels français Site classé (1937)
Géographie
Pays France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Ville Lyon (9e arr.)
Coordonnées 45° 47′ 50″ nord, 4° 49′ 54″ est

Géolocalisation sur la carte : Rhône

(Voir situation sur carte : Rhône)
Abbaye de l'Île Barbe

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Abbaye de l'Île Barbe

L'abbaye de l'Île Barbe est une ancienne abbaye située dans le 9e arrondissement de Lyon, dans le quartier de Saint-Rambert-l'Île-Barbe.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une abbaye est fondée sur l'île Barbe au Ve siècle. Il s'agit du premier établissement monastique de la région lyonnaise et l'un des plus anciens de la Gaule. Charlemagne la dote d'une belle bibliothèque. Elle était dédiée à saint André, puis à saint Martin à partir du Xe siècle[1].

Le monastère est pillé à plusieurs reprises (en 676, en 725 par les Sarrazins, en 937 par les Hongrois[2]). Il adopte la règle de saint Benoît au IXe siècle et gagne progressivement en richesse. En 816, Louis le Pieux accorde au monastère:

Au début du XVIe siècle, l'abbaye passe sous le régime de la commende au bénéfice de la famille d'Albon.

Le , le pape Paul III sécularise l'abbaye et les moines deviennent des chanoines (collégiale)[6].

En 1562, elle est dévastée et incendiée par les troupes protestantes du baron des Adrets.

En 1741, Pierre Guérin de Tencin, archevêque de Lyon réunit le chapitre des chanoines au chapitre cathédral de Saint-Jean[6]. En 1745, le séminaire Saint-Pothin, créé en 1737 pour s'occuper des prêtres âgés ou infirmes[6], est transféré dans les locaux laissés vides[7]. L'établissement est supprimé à son tour en 1782[6] et les bâtiments sont rétrocédés au chapitre Saint-Jean[7]. Le , tout est vendu et dispersé[6].
A cette époque Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785), était chanoine de l'église abbatiale de l'Île Barbe.

Au XXIe siècle, de l'abbaye ne subsiste que l'église romane Notre-Dame, une partie de l'ancienne église Saint-Loup et quelques vestiges des bâtiments religieux.

Reconstitution[modifier | modifier le code]

L'abbaye était entourée d'une enceinte fortifiée. Celle-ci suivait suivait le mur qui limite actuellement la promenade plantée d'arbres. On accédait au domaine de l'abbaye par deux portes :

  • la porte Notre-Dame ;
  • la porte Sainte-Anne.

Au nord, un château fort bâti sur un rocher servait de réduit en cas d'invasion. Il contenait également la riche bibliothèque dite de Charlemagne.

L'île était accessible par trois ports :

  • au sud ouest du mur d'enceinte, le port Saint-Rambert ;
  • à l'est du mur d'enceinte, le port Notre-Dame face à Cuire-le-Bas ;
  • au nord-ouest, le port Sainte-Anne.

L'abbaye comptait deux églises :

À l'extrémité nord de l'île, le prieuré Saint-André était séparé du reste du monastère par sa propre enceinte. Ce prieuré avait sa chapelle dédiée à saint André et sainte Anne.

Sur la place Notre-Dame (derrière la porte du même nom), s'élevait la dîmerie.

La maison de l'abbé avec sa chapelle dédiée à saint Denys s'élevait également sur la place Notre-Dame.

Autour du grand cloître, s'élevaient :

Près de la Saône, côté Saint-Rambert, on trouvait les réfectoires des moines et les celliers voûtés.

Liste des abbés et religieux[modifier | modifier le code]

  • 4??-??? : Saint Dorothée[8]
  • ???-??? : Philetus
  • ???-??? : Julien
  • ???-??? : Christophe
  • ???-??? : Antoine Ier
  • ???-??? : Martin
  • ???-??? : Aigobert
  • ???-??? : Astorg Ier
  • ???-??? : Maxime
  • ???-??? : Ambroise
  • ???-??? : Loup
  • ???-??? : Maximin
  • ???-??? : Bligigaire
  • ???-??? : Vinfrid
  • ???-??? : Rotfred
  • ???-??? : Garland
  • ???-??? : Licinius
  • ???-??? : Saint Benoît Ier
  • ???-??? : Campion
  • ???-??? : Alaric
  • ???-??? : Bartholomée
  • ???-??? : Argeric
  • ???-861 : Herbert
  • 861-8?? : Gundramnus
  • 8??-8?? : Norbert
  • 8??-8?? : Varengard
  • 8??-876 : Garlarin
  • 876-8?? : Léobon
  • 8??-??? : Astorg II
  • ???-??? : Étienne
  • ???-??? : Elgedis
  • ???-??? : Antoine II
  • ???-??? : Halinand
  • ???-??? : Romuald
  • ???-??? : Eudes
  • ???-971 : Cumanus
  • 971-994 : Heldebert
  • 994-1007 : Benoît II
  • 1007-1008 : Bernard
  • 1008-1055 : Garnier
  • 1055-1070 : Humbert
  • 1070-10?? : Ogier
  • 10??-1096 : Clément
  • 1096-1116 : Guy Ier
  • 1116-1128 : Girin Ier
  • 1128-11?? : Josserand
  • 11??-11?? : Hugues Ier
  • 11??-11?? : Olderic
  • 11??-1150 : Guillaume Ier
  • 1150-1152 : Girin II
  • 1152-11?? : Saturnin
  • 11??-1168 : Vicard
  • 1161 : Hugues de Tournon "Moine"
  • 1168-1183 : Hugues II
  • 1183-1198 : Guichard[9], abbé
  • 1198-1200 : Gaucerand
  • 1200-1222 : Guy II
  • 1222-1224 : Bermond
  • 1224-1243 : Guillaume II de Jarez
  • 1243-1245 : Foulques
  • 1245-1246 : Omer
  • 1246-1250 : Pierre Ier
  • 1249 : Zacharie de Talaru "Moine"
  • 1250 : Hugues de Varennes "Moine & Cellerier"
  • 1250-1261 : Geoffroy de Vertelay
  • 1256 : Zacharie de Talaru "Moine"
  • 1261 : Humbert de Vassailleu "Moine"
  • 1261-1270 : Pierre II de Vertelay
  • 1270-1296 : Girin III de Sartines
  • 1272 : Aymon de Vaux "Prieur Claustral"
  • 1284-1440 : Hugues, Jean, Pierre & Pierre puis Claude de Roncherol "Moines"
  • 1284 : Robert de Ryon "Religieux"
  • 1296-1322 : André de Marzé
  • 1300 : Estienne de Vego "Moine"
  • 1309 : Guigues de Roussillon "Moine"
  • 1322-1329 : Béraud Ier de Mercœur
  • 1329-1334 : Pons de Guizeu
  • 1334-13?? : Raymond de Beaufort
  • 13??-13?? : Béraud II de La Baume
  • 13??-1345 : Galbald
  • 1345-134? : Simon de Gillans
  • 134?-1350 : Bégon de Brossan
  • 1350-1354 : Jean Ier Pilus-Fortis de Rabastens
  • 1354-1372 : Guillaume III de Landore
  • 1372-1394 : Pierre III de Villette
  • 1383 : Pierre de Verriere "Aumosnier"
  • 1394-1400 : Jean II de Sonhetto
  • 1400-1428 : Pierre IV de Thurey
  • 1401 : Pierre de Verriere "Aumosnier"
  • 1411 : Faucerand du Saix "Religieux"
  • 1419 : Antoine de Salornay "Moine"
  • 1421 : Faucerand du Saix "Religieux"
  • 1421 : Jean Rostain "Moine"
  • 1428-1436 : Aynard de Cordon
  • 1436 : Durand Vert "Moine"
  • 1436 : Berno de Vienne "Moine"
  • 1436 : Durand Vignols "Religieux"
  • 1436-1458 : Claude Ier de Sotizon
  • 1451 : Antoine de Rochefort la Valette "Moine"
  • 1452 : Jean de Vaugrigneuse "Moine"
  • 1453 : Eustache de Vaugrigneuse "Moine"
  • 1453 : Aynard de Villeneufve "Chantre"
  • 1455 : Guillaume de la Sale "Moine"
  • 1458-1485 : Edouard de Messey
  • 1464 : André le Viste "Religieux"
  • 1485-1488 : cardinal Charles de Bourbon[10]
  • 1488-1500 : Henri de Seylac
  • 1500 : Philibert Rosset "Moine"
  • 1507 : Guyllaume de Villeneufve "Moine"
  • 1500-1515 : Antoine III d’Albon de Saint-André
  • 1500 : Jacques de Sassenage "Religieux"
  • 1505 : Guillaume de Semur "Religieux & Chamarier"
  • 1515-1525 : Antoine IV d’Albon de Saint-Forgeul
  • 1525-1562 : Antoine V d’Albon de Saint-Forgeul
  • 1550 : Claude Sautreau "Moine & Chantre"
  • 1551 : Fleury de Salemard "Religieux Cloistrier"
  • 1551 : Louis Vallier "Moine"
  • 1551 : Antoine de Vauselles "Moine"
  • 1562-1599 : Pierre V d’Espignac
  • 1599-1609 : Jean III de Châtillon
  • 1606-1613 : Claude II de Nérestang
  • 1616-1620 : Antoine VI de Nérestang
  • 1620-1693 : Camille de Neufville de Villeroy
  • 1630-1660 : Claude Le Laboureur, prévôt du chapitre
  • 1693-1741 : Antoine VII de Thélis de Saint-Cyr de Valorges

Source : Gallia Christiana

Possessions de l'abbaye[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des possessions tenues en nom propre ou en fief par l'abbaye[11],[12] :

Lyonnais[modifier | modifier le code]

Liste des possessions de l'abbaye dans le Lyonnais :

Jarez[modifier | modifier le code]

Liste des possessions de l'abbaye dans le Jarez :

Forez[modifier | modifier le code]

Liste des possessions de l'abbaye dans le comté de Forez :

  • L'église Saint-André de Occiaco (monastère de Saint-Rambert) (971), les églises Saint-Côme (971) et Saint-Damien (1183) jusqu'à Noailleux (971)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Robert Favreau, « Un tympan roman à l'Île-Barbe près de Lyon », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2005, vol. 149, no 3, pp. 1007-1025
  2. Lyon Historique - L'île Barbe
  3. Louis le Pieux accorde à l’abbaye de l’Ile-Barbe la faculté de disposer en tout temps de trois navires (816). Proposition de traduction par le musée du diocèse de Lyon Lire en ligne
  4. Décret d'immunité de Louis le Pieux en faveur de l’abbaye de l’Ile-Barbe (816). Proposition de traduction par le musée du diocèse de Lyon Lire en ligne.
  5. Le roi Charles à l’abbaye de l’Ile-Barbe (861). C'est le plus ancien document conservé aux Archives départementales du Rhône. Proposition de traduction par le musée du diocèse de Lyon Lire en ligne
  6. a, b, c, d et e Notice d'autorité de la bibliothèque nationale de France sur le chapitre de la collégiale Saint-Martin de l'Île-Barbe [lire en ligne]
  7. a et b Benoît Faure-Jarrosson, La chapelle Notre-Dame de l'île Barbe, Association des amis de l’île Barbe, 2006 [lire en ligne] [PDF]
  8. Vies des Saints du diocèse de Lyon par François-Zénon Collombet (1835)
  9. Claude Guigue, Topographie historique du département de l'Ain, Bourg-en-Bresse, Gromier Ainé, (lire en ligne), p. 201.
  10. Bernard Berthod, Jacqueline Boucher, Bruno Galland, Régis Ladous et André Pelletier, Archevêques de Lyon, Lyon, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, , 191 p. (ISBN 9782841472284, notice BnF no FRBNF43719523), p. 77
  11. Les Mazures de l'abbaye royale de l'Isle-Barbe, Tome 1. p. 64 et p. 117. Lire en ligne
  12. Diplôme de Conrad roi de Bourgogne pour Heldebert, abbé de l’Ile-Barbe à Lyon, année 971. Traduction proposée par le musée du diocèse de Lyon Lire en ligne
  13. Nicolas Payraud, Châteaux, espace et société en Dauphiné et en Savoie du milieu du XIIIe siècle à la fin du XVe siècle, Thèse de doctorat d'Histoire, dirigée par Étienne Hubert, Université Lyon-II, Lyon, 2009, p. 139 [lire en ligne].
  14. Les Mazures de l'abbaye royale de l'Isle-Barbe, Tome 2. p. 533-534 Lire en ligne
  15. J.-E. DUFOUR, Dict. topographique du département de la Loire (1946), p. 246.
  16. Auguste Longnon, Pouillés de la province de Lyon, 1904. Lire en ligne
  17. "En 1225 la cure de Bonson avait pour collateur le prieure de Saint-Rambert". J.-E. DUFOUR, Dict. topographique du département de la Loire (1946), PUSE, 2006, p. 87.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claude Le Laboureur, Les masures de l'abbaye royale de l'isle Barbe lez Lyon, Lyon, 1665 disponible sur Google Livres, rééd.par M.-C. et G. Guigue, Lyon, 1887-1895.
  • Bésian Arroy, Brève et dévote histoire de l'abbaye de l'Isle Barbe, Lyon, 1668.
  • L. Niepce, L'île-Barbe. son ancienne abbaye et le bourg de Saint-Rambert, Lyon, 1890
  • M.M. Bouquet, L'abbaye de l'Ile-Barbe, des origines à la sécularisation, dans Positions de thèses de l'École des Chartes, Paris, 1938, p. 13-21
  • J. Picot, La seigneurie de l'abbaye de l'Ile-Barbe, Lyon, 1953
  • J. Picot, Ile-Barbe, DHGE, XXV, 1995, c. 811-817
  • J.-F. Reynaud, Le monastère de l'Ile-Barbe et le bourd de Saint-Rambert dans Saint-Rambert, un culte régional depuis l'époque mérovingienne. Histoire et archéologie., Paris, 1995, p. 49-60
  • Michel Rubellin, Église et société chrétienne d'Agobard à Valdès, PUL, 2003, Lyon, p. 265-275.
  • Robert Favreau, Un tympan roman à l'Île-Barbe près de Lyon, dans le Comptes-rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 2005, Vol. 149, no 3, p. 1007-1025
  • Mémoire de pierres : Abbaye de l'Ile-Barbe, Lyon, 1995, Musée historique de Lyon, catalogue d'exposition septembre 1995 - Janvier 1996, (ISBN 2-901307-07-8).

Articles connexes[modifier | modifier le code]