Chapelle de l'hôpital Édouard-Herriot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Chapelle de l'hôpital Édouard Herriot (Lyon)
Image illustrative de l’article Chapelle de l'hôpital Édouard-Herriot
Chapelle de l'Hôpital Édouard Herriot : Christ de Georges-Salendre
Présentation
Culte Catholique romaine
Type Chapelle d'hôpital
Rattachement Archidiocèse de Lyon
Début de la construction 1924
Architecte Louis Thomas
Style dominant Moderne
Protection 13 décembre 1967
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Rhône
Ville Lyon
Coordonnées 45° 44′ 40″ nord, 4° 52′ 46″ est

Géolocalisation sur la carte : Lyon

(Voir situation sur carte : Lyon)
Chapelle de l'hôpital Édouard Herriot (Lyon)

La chapelle de l'hôpital Édouard-Herriot de Lyon est située dans le complexe hospitalier construit au quartier de Grange Blanche par l'architecte lyonnais Tony Garnier à compter de 1920. Le projet initial de cet hôpital, inauguré par le président de la République Albert Lebrun en 1934, ne prévoyait pas de chapelle. Par suite de la démolition de l'hôpital de la Charité et sur décision du conseil municipal et du maire Édouard Herriot, les sœurs de l'hôpital de la Charité et celles de l'Hôtel-Dieu vinrent occuper ces nouveaux locaux dès leur achèvement. Tony Garnier confia ainsi la réalisation de l'édifice cultuel à un de ses élèves, Louis Thomas, qui avait intégré son atelier en 1924.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'accès principal de la chapelle se fait à l'angle de la rue du Professeur Florence et de celle de Trarieux. Le portail monumental, dont le fronton est orné d'une déposition de croix œuvre du sculpteur lyonnais Georges Salendre (1890-1985), donne accès à un édifice de plan centré : un espace octogonal coiffé d'une coupole, accosté d'un déambulatoire de forme carrée interrompu par le chœur, lequel se trouve dans l'alignement du portail principal. Cette organisation s'apparente à certains baptistères italiens, la chapelle étant d'ailleurs ornée de marbres et dotée de fonts baptismaux.

Vitraux et sculptures[modifier | modifier le code]

L'éclairage de la chapelle est assuré essentiellement par les vitraux colorés et non figuratifs de la coupole. Cependant, un éclairage zénital du déambulatoire permet d'admirer quatre vitraux de l'artiste lyonnais Adrien Godien (1873-1949), lesquels ont pour sujets Jésus chez Marthe et Marie, le bon Samaritain, une Piéta et la mort de Saint-Joseph. Cette iconographie, qui ne manque pas d'évoquer les missions d'accueil, de secours et de soin propres à une institution hospitalière, n'hésite pas également à aborder les thématiques plus sombres de la souffrance et de la mort.

Le chœur est orné d'un Christ monumental sculpté par Salendre aidé de son élève Chobel, ce dernier étant par ailleurs l'auteur d'une Vierge trônant sur l'autel gauche tandis qu'un Saint-Joseph, patron de la bonne mort, œuvre du sculpteur Ballanche, occupe l'autel droit.

La chapelle de l'hôpital Édouard-Herriot a fait l'objet d'une mesure d'inscription à l'Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques par arrêté préfectoral du 13 décembre 1967.

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]