Chapelle Sainte-Croix de Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Chapelle Sainte-Croix de Lyon
Chapelle de la Croix 01.JPG
Présentation
Type
Architecte
Localisation
Adresse
Coordonnées

La chapelle Sainte-Croix ou chapelle des Missionnaires de Notre-Dame est un édifice de style byzantin situé dans le 6e arrondissement de Lyon. Élevé à la mémoire des victimes du siège de Lyon de 1793, elle appartient à la Commission du Monument Religieux des Brotteaux, une association loi de 1901.

Histoire[modifier | modifier le code]

Deux monuments ont précédé cette chapelle : le premier était un cénotaphe terminé en mai 1795 et incendié en janvier 1796, le second édifié en 1819 sous le vocable de Sainte Croix a dû être détruit lors de l'aménagement du quartier.

Jean-Jacques Coindre, maire temporaire de la ville, demande un monument commémoratif à C.F. Boulard. Ce dernier propose une pyramide surmontée d'un clocher et d'une croix. Mais ils sont tous deux guillotinés en novembre 1793. C'est Claude Cochet qui construit un monument similaire en 1819[1].

La chapelle dessinée par Paul Pascalon est construite entre 1898 et 1901, puis bénie le 2 août 1906 sous le vocable de Sainte Croix. Gardée par les Pères Capucins depuis l'origine, elle est transmise en mai 1979 à la Famille Missionnaire de Notre-Dame.

Description[modifier | modifier le code]

Sa crypte contient un ossuaire de victimes des guerres de la Révolution française des années 1793 et 1794.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le monument religieux des Brotteaux, t. I : Historique de la commission ; Liste des victimes du siège de Lyon, Lyon, Éditions Lyonnaises d'Art et d'Histoire, coll. « Bicentenaire de la Révolution française », .
  • Jean Burdy, « Un monument expiatoire aux victimes du 29 mai 1793, proposition de l'architecte C. F. Boulard », Bulletin municipal officiel de la ville de Lyon, no 6043,‎ , p. 2. .
  1. Burdy 2014, p. 2.