Bernard Berthod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bernard Berthod, né le à Lyon en France, est un homme de culture, successivement médecin, historien, écrivain et responsable d'expositions.

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père dirigeait, sur les pentes de la Croix Rousse, une entreprise de cartonnage en lien direct avec les métiers de la soie.

Ses études médicales et d’odonto-stomatologie sont couronnées par la soutenance d’une thèse sur Jean-Jacques de Gorla, chirurgien lyonnais et beau-père de Molière ( Université Lyon 1 Claude Bernard, juillet 1975) . Il entreprend ensuite des études d’histoire ; présentation d’un DEA sur Le sentiment religieux chez les orfèvres lyonnais du XIXe siècle , et thèse soutenue à l’Université de Lyon III sur l’orfèvre lyonnais Armand-Calliat avec laquelle il obtient le diplôme de docteur ès lettres ("T.-J. Armand-Calliat, 1822-1901, Orfèvre à Lyon, étude de sensibilités religieuses comparées", sous la présidence du professeur Jacques Gadille, octobre 1985).

Itinéraire culturel[modifier | modifier le code]

En 1984, il est sollicité pour prendre en charge le Musée d’art sacré de Fourvière. En dix ans, Bernard Berthod en fait un véritable musée : agrandissement, politique d’acquisition, aménagement muséologique, expositions temporaires : 35 en 31 ans dont chacune a mis en lumière une expression de l’art sacré au XIXe siècle et au XXe siècle. Cette valorisation de l’art du XIXe siècle a débuté à Fourvière à une période où ni l’art sacré, ni l’art du XIXe siècle ne jouissaient de la faveur qu’ils connaissent aujourd’hui. Il exerce cette activité à titre bénévole.

Parallèlement, Bernard Berthod participe à l’organisation de plusieurs expositions :

  • en 1983, L’Anjou religieux et les Orfèvres du XIXe siècle, à Angers ;
  • en 1986, Bossan et Armand-Calliat au Musée des beaux-arts de Lyon ;
  • en 1993, Fils de soie à Chambord ;
  • en 1994, Le Trésor liturgique de la Cathédrale de Moulins, au Conseil général de l’Allier ;
  • en 1995, Le Sacré-Cœur de Montmartre avec la Mairie de Paris ;
  • en 2001, 20 siècles en cathédrale au Musée du Tau de Reims ;
  • en 2003, Les orfèvres Froment-Meurice au Musée de la Vie romantique ;
  • en 2015, Pie VII face à Napoléon. La tiare dans les serres de l'aigle, Rome, Paris, Fontainebleau, 1796-1814, au Château de Fontainebleau.

Il intervient régulièrement lors de séminaires organisés par l’École nationale du patrimoine et les DRAC sur des sujets concernant la liturgie et l’art sacré au XIXe et au XXe siècle.

L'homme des arts et des lettres[modifier | modifier le code]

Bernard Berthod est également l’auteur de nombreux articles spécialisés et il cosigne et dirige :

  • le Dictionnaire historique des étoffes (Editions de l'Amateur, Paris,1994) ;
  • le Dictionnaire des Arts liturgiques ( Editions de l'Amateur, Paris, 1996) ;
  • le Dictionnaire iconographique des Saints (Editions de l'Amateur, Paris, 1999) ;
  • les Trésors inconnus du Vatican (Editions de l'Amateur, Paris, 2001) ;
  • Goudji (Editions de l'Amateur, Paris, 2002) ;
  • le Dictionnaire des objets de dévotion (Editions de l'Amateur, Paris, 2006) ;
  • l’Histoire de l’Eglise de Lyon (La Taillanderie, Châtillon-sur-Chalaronne, 2007) ;
  • Do ut Des, les ex voto lyonnais et Lyon de A à Z (La Taillanderie, Châtillon-sur-Chalaronne, 2008).
  • Grandes figures de l'Ordre de Malte (Arpège, Perpignan, 2010).
  • Goudji, des mains d'or et de Feu (Thalia, Paris, 2011)
  • Reliques et reliquaires, l'émotion du sacré (CLD, Paris, 2014)
  • le Dictionnaire des Arts liturgiques du moyen-âge à nos jours (Frémur, Châteauneuf-sur-Charente, 2015)

Il travaille comme expert auprès de l’Office des célébrations liturgiques du Souverain Pontife (de 1998 à 2007).

En juin 2002, il est nommé par S.S. Jean-Paul II, consulteur de la Commission pontificale pour les Biens culturels de l’Église, il est reconduit par S.S. Benoît XVI en juin 2007 (La Croix, 09.07.2002).

Il est membre du Conseil international des Musées (ICOM) depuis 1992 et vice président d'ICOM Costume depuis 2013. En novembre 2014, il est élu Président de l'association internationale Europae Thesauri.

Décorations et récompenses[modifier | modifier le code]

En novembre 2007, il est lauréat de l’Académie des sciences morales et politiques : il reçoit le prix de la Fondation Chanoine Delpeuch, « pour l’ensemble de son œuvre et de son action en faveur du patrimoine religieux »[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]