Bruno Galland

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Galland.
Bruno Galland
Description de l'image defaut.svg.
Naissance (53 ans)
Lyon (Rhône, France)
Nationalité française
Pays de résidence France
Diplôme
Profession
Autres activités
Historien
Formation

Bruno Galland, né le à Lyon, est un médiéviste et archiviste français.

Parcours[modifier | modifier le code]

Élève de l'École nationale des chartes, il y obtient le diplôme d'archiviste paléographe en 1987 avec une thèse intitulée Les archevêques de Lyon de la Bulle d'or aux Philippines[1]. Il poursuit alors ses recherches pour devenir docteur en histoire en 1992 et est membre de l'École française de Rome de 1992 à 1995[2].

Conservateur aux Archives nationales, il y est successivement responsable de la section ancienne, directeur scientifique du site de Paris et directeur des publics.

Depuis le , il est directeur du service d'archives du département du Rhône et de la métropole de Lyon[2]. Il arrive aux Archives du Rhône alors que l'institution va déménager vers son site actuel de la Part-Dieu, opération qu'il a déjà vécu avec la préparation du déplacement des archives nationales à Pierrefitte-sur-Seine entre 2008 et 2012[3].

Il est également professeur associé à l'université Paris Sorbonne-Paris IV [2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Deux archevêchés entre la France et l'Empire : les archevêques de Lyon et les archevêques de Vienne, du milieu du XIIe siècle au milieu du XIVe siècle, Rome : École française de Rome ; Paris : diff. de Boccard, 1994.
  • Les papes d’Avignon et la Maison de Savoie (1309-1409), Rome, École française de Rome ; Paris, diff. de Boccard, 1998 (lire en ligne).
  • Les instruments de recherche dans les archives (avec Christine Nougaret), Paris, Documentation française, 1999.
  • Les authentiques de reliques du Sancta Sanctorum, Città del Vaticano, Biblioteca apostolica vaticana, 2004[4].
  • Archevêques de Lyon (en collaboration), Lyon : éditions lyonnaises d'art et d'histoire, 2012.
  • Philippe Auguste, Paris : Belin, 2014[5].
  • Les archives, Paris : presses universitaires de France, 2016 (coll. Que sais-je ?)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sa thèse sur le site de l'Ecole des chartes
  2. a, b et c Parcours scientifique sur le site de Paris-Sorbonne.fr
  3. Bruno Galland : « L’archiviste est un héritier qui doit transmettre », Le Tout Lyon, n° 511 du samedi 6 septembre 2014 ; lire une sélection en ligne sur Le-tout-Lyon.fr
  4. Recension par Jacques Dalarun dans « Comptes rendus », Le Moyen Age 2/2005 (Tome CXI) , p. 355-420 ; URL : www.cairn.info/revue-le-moyen-age-2005-2-page-355.htm. ; DOI : 10.3917/rma.112.0355.
  5. Recension dans le Figaro magazine, n°21643, 7 mars 2014, p. 87.

Liens externes[modifier | modifier le code]