Jedi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les Jedi ([ˈdʒɛˌdaɪ]) sont des personnages de fiction imaginés par George Lucas, apparaissant dans la saga Star Wars. Guerriers-philosophes œuvrant pour le maintien de la paix dans la galaxie, ils sont dotés de pouvoirs surnaturels et reconnaissables à leurs sabres lasers.

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'origine du mot « Jedi » n'est pas connue, il pourrait provenir du japonais « 時代劇 » (Jidai-geki)[1], nom d'un genre théâtral, cinématographique et télévisuel japonais consacré à l'histoire médiévale du Japon. Il pourrait aussi être inspiré des mots « Jed » et « Jeddak », signifiant respectivement « roi » et « empereur » dans les romans Cycle de Mars, qui ont inspiré l'univers de Star Wars[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Officielle[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

L'ordre est fondé sur la planète Ahch-To plus de mille ans avant les évènements racontés dans les films[P 1],[P 2]. Le premier temple Jedi se trouvait sur une île devenue sacrée[P 1],[P 3].

Guerre des clones[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre des clones.

En 32 a.v. BY, alors qu'ils forment une organisation centralisée indispensable à la République, les Jedi découvrent la réapparition de seigneurs Sith grâce à Qui-Gon Jinn qui combat Dark Maul avant de s'enfuir de Tatooine.

Plus tard, les Sith dirigent un mouvement séparatiste au sein de la République. La guerre qui s'ensuit conduit les Jedi à prendre une part plus active au sein de la République, en agissant comme guerriers pour le compte du Sénat. La guerre des clones se terminera pourtant par la fin l'ordre Jedi et la création d'un Empire galactique par le seigneur Sith Dark Sidious.

Seuls quelques Jedi en réchappent, parmi lesquels les maîtres Obi-Wan Kenobi, Yoda, et le padawan Caleb Dume (alias Kanan Jarrus).

Guerre civile galactique[modifier | modifier le code]

Les deux maîtres Jedi restants, Yoda et Obi-Wan Kenobi, mettent leurs espoirs dans les deux nouveau-nés d'Anakin Skywalker, Luke et Leïa, pour vaincre l'Empire et restaurer l'Ordre. La bataille de Yavin, quelque 20 années plus tard, semble leur donner finalement raison : si les dispositions supposées de Leïa pour la Force ne semblent être pour rien dans sa position au sein de la rébellion contre l'Empire, Luke, au contraire, commence à la maîtriser.

Progressivement, avec l'aide de Yoda, celui-ci apprend à utiliser son pouvoir et devient Chevalier Jedi, malgré un temps de formation extrêmement court dû aux circonstances exceptionnelles.

Après la chute de l'Empire[modifier | modifier le code]

Au lendemain de la chute de l'Empire galactique et après les morts consécutives d'Obi-Wan, Yoda et Anakin, Luke se trouve être le dernier des Jedi (Caleb Dume est mort durant la guerre et son apprenti, Ezra Bridger, est porté disparu). Luke décide de créer un nouvel Ordre, au sein duquel il admet plusieurs élèves, parmi lesquels son neveu, Ben Solo, qui devient rapidement son élève le plus prometteur. Mais Ben , perverti par un individu à la puissante maîtrise du côté obscur, Snoke, assassine les autres apprentis de son oncle et brûle l'académie Jedi, avant de prendre le nom de Kylo Ren. Luke Skywalker part en exil sur Ahch-To pendant au moins six ans et se ferme à la Force jusqu'à l'arrivée de Rey, une jeune fille originaire de Jakku qui y est sensible. Ayant songé à mettre un terme définitif à l'Ordre Jedi, Luke se ravise grâce à l'apparition du fantôme de Yoda et meurt après avoir confronté Kylo, en 34 après B.Y. Malgré son absence quasi-totale de formation, Rey devient donc la dernière tenante de l'héritage des Jedi.

Légende[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Avant la fondation de l'ordre Jedi, les adeptes du côté lumineux, les Ashla, et ceux du côté obscur, les Bogan, se battent déjà sur Tython durant ce que l'on appelle les Guerres de la Force[4]. Les sabres lasers n'existant pas encore, ils utilisent des épées améliorées grâce à la Force[4]. Vers 25 000 av. BY, les Ashla finissent par fonder l'ordre Jedi, puis quittent Tython pour Ossus[4],[5].

Vers 24 500 av. BY, un Jedi du nom de Wendor fonde la Légion de Lettow composée d'adeptes du côté obscur[4],[6]. Cet évènement est l'élément déclencheur du premier Grand Schisme[4]. Des batailles ont lieu sur Ossus, Coruscant, Brentaal, Chendrila, Metellos[4].

Grande Guerre de l'hyperespace[modifier | modifier le code]

La Grande Guerre de l'hyperespace est un conflit opposant la République à un empire lié au côté obscur, il s'est déroulé vers 5 000 av. BY[7],[8]. Il a été provoqué par deux explorateurs qui ont atterris sur Moraband (aussi connu sous le nom de Korriban[N 1])[8], un monde contrôlé par les Sith. Suite à leur venue, le seigneur noir Naga Sadow décide d'envahir l'espace contrôlé par la République[8].

En tant que protecteur de la République, les Jedi participent à cette guerre[9]. Ils ont notamment combattu les troupes Sith au sénat sur Coruscant[9]. En découvrant que leur ennemi grossissait ses troupes à l'aide de fantômes crées avec la Force, ils ont permis aux forces républicaines de vaincre les Sith[9]. Poursuivi par la flotte de la République, Naga Sadow est contraint de se réfugier sur Yavin 4 avec ses guerriers Massassi[N 2],[9].

La victoire de la République oblige les Sith à s'exiler : beaucoup s'en vont dans les régions inexplorées de la Galaxie pour former le nouvel Empire Sith[9].

Guerre des Sith[modifier | modifier le code]

Cette guerre est provoquée par deux anciens Jedi, Ulic Qel-Droma et Exar Kun, qui se sont laissés tenter par le côté obscur[9]. Le premier s'est laissé influencer par la sépulture de Freedon Nadd se situant sur Dxun, alors qu'il est sur Ondéron en 4 000 av. BY[9]. Le second rejette les enseignements Jedi, et part en apprendre plus sur les Sith, il visite notamment Dxun, Moraband, et Yavin 4[9].

En 3 996 av. BY, devenus des seigneurs Sith, ils s'unissent, et scellent une alliance avec les mandaloriens pour conquérir la République[9],[10]. Ils créent aussi les terentateks, des créatures qui se nourrissent de la Force pour anéantir les Jedi, elles ont notamment détruit les avant-postes de ces derniers sur Tython, Kashyyyk, et Tatooine[9].

Finalement, Exar Kun est tué lors d'un bombardement de Yavin 4 par la flotte de la République, et Ulic Qel-Droma voit son lien avec la Force coupé par les Jedi, il s'exile sur Rhen Var[11].

Guerres Mandaloriennes, Guerre Civile Jedi, et Guerre Civile Sith[modifier | modifier le code]

Il s'agit de trois guerres qui se suivent chronologiquement, et qui ont toutes de près, comme de loin, un lien avec Revan[11].

Les Guerres Mandaloriennes débutent en 3 976 av. BY[12], soit vingt ans après la fin de la Guerre des Sith. Refusant de s'avouer vaincu, les mandaloriens décident de conquérir la Galaxie, avec à leur tête Mandalore l'Ultime, leur chef[11]. La République est aux abois, et le conseil des Jedi refuse d'intervenir[P 4],[P 5]. Deux Jedi, Revan et Malak, décident contre l'avis du Conseil, de participer à la guerre, et de venir en aide à la République[P 4],[P 5],[11]. Pratiquement tous les mondes conquis par les mandaloriens sont alors libérés[11]. D'autres Jedi, comme Meetra Surik, rejoignent Revan et Malak[P 5]. Lors de la bataille de Malachor V en 3 960 av. BY, Revan parvient à piéger son adversaire, il tue Mandalore l'Ultime lors d'un combat singulier, et utilise la super-arme de la République, le générateur d'ombre-masse, qui anéantit les flottes mandaloriennes et républicaines[P 5],[11].

Le seul Jedi qui revient au temple Jedi après ce conflit, est Meetra Surik[P 5]. Le Conseil décide de l’exiler, elle coupera elle-même son lien avec la Force. Depuis elle est surnommée l'Exilée[P 5]. Les autres Jedi suivront sans réfléchir Revan qui se laisse pervertir par le côté obscur[P 4],[P 5],[11].

En 3 959 av. BY, Revan et Malak reviennent des Régions inconnues plus puissant que jamais, et se lancent à la conquête de la République, c'est le début de la Guerre Civile Jedi. Devenus des seigneurs Sith, ils sont à la tête d'une armée constituée d'anciens soldats de la République qui ont préféré les suivre. En à peine deux ans, ils parviennent à conquérir un tiers de la Galaxie. Mais en 3 956 av. BY, un petit groupe de Jedi parvient à s'introduire à bord du vaisseau de Revan, et à le faire prisonnier. Afin de prendre le pouvoir, Malak tire sur le vaisseau de son ancien maître, le pensant mort, il se retrouve à la tête de l'armée Sith. Cependant, Revan est maintenu en vie par Bastila Shan, et le conseil Jedi décide de lui effacer la mémoire, cela afin de savoir ce qu'il avait bien pu trouver dans les Régions inconnues qui ait pu le rendre si puissant. Désormais du côté des Jedi, Revan part à la recherche des cartes stellaires sur Dantooine, Tatooine, Kashyyyk, Manaan, et Moraband. Celles-ci le mèneront jusqu'à Rakata Prime, ancienne capitale de l'antique Empire infini rakata qui s'est effondré en 25 200 av. BY[13]. Lui et ses compagnons y trouveront la Forge stellaire, une gigantesque station spatiale capable de fabriquer des vaisseaux et des droïdes de combat à la chaîne. Avec l'aide de la flotte de la République, il parvient à détruire la Forge stellaire, et à tuer Malak.

Bien que victorieuse, la République sort ruinée de la Guerre Civile Jedi. Revan quitte ses compagnons pour les Régions inconnues, une grande menace pour la République s'y trouverait. Et les Sith sont désormais sans chef.

Nouvelles Guerres Sith[modifier | modifier le code]

Structure[modifier | modifier le code]

Conseil Jedi[modifier | modifier le code]

Les Jedi ont fini par former une entité politique centrale appelée conseil Jedi. Celui-ci constitue l'instance suprême qui dirige l'Ordre, et est lié à l'organisation politique de la République à travers l'action des Jedi dans des missions consulaires ou militaires. Le conseil Jedi ne peut avoir que douze membres à la fois. Ses membres ont pour tâche de diriger et guider l’ordre Jedi dans la République.

Parmi d'autres tâches, les Jedi sont responsables de l'application de la loi et le maintien de la paix dans la République. À l'époque de la guerre des clones, ils sont intégrés dans la hiérarchie militaire, en tant que généraux, soldats d'élite ou conseillers. À cette fin, ils utilisent non seulement la Force mais aussi leur sabre laser.

En tant que gardien de la République, les Jedi ont juré fidélité aux principes sur lesquels reposent la République et non au régime lui-même. C'est à ce titre que Mace Windu tente d'arrêter par précaution le chancelier Palpatine, pourtant chef démocratiquement élu de la République, et tente même de l'exécuter sans procès, faute de pouvoir compter sur l'impartialité d'institutions qu'il s'est accaparé.

Rangs[modifier | modifier le code]

Les trois rangs Jedi sont ceux de :

  • Maître : un chevalier Jedi qui a réussi à instruire avec succès un padawan, et à en faire un chevalier. On peut aussi devenir Maître en réalisant des actions exceptionnelles, ou par auto-proclamation (dans ce dernier cas, le maître n'est pas reconnu comme tel par le conseil Jedi).
  • Chevalier : un padawan peut devenir chevalier une fois qu'il a réussi les « épreuves ». C'est le rang minimum pour la qualification de Jedi : quand on parle de Jedi sans préciser son rang, on fait généralement référence à un chevalier.
  • Padawan : un apprenti qui reçoit un entraînement intensif sous la direction d'un chevalier ou maître Jedi. Ce n'est qu'après une période longue de 2 à 10 années que le padawan est autorisé par le conseil Jedi à passer les épreuves de chevalerie au terme desquelles il accédera lui-même au rang de chevalier Jedi. Une règle du Code Jedi dispose qu'un maître ne peut avoir qu'un seul padawan en même temps sous sa responsabilité, qu'il choisit parmi les novices, une fois qu'ils ont acquis les bases de l'utilisation de la Force et du maniement du sabre laser, et ce, afin d'assurer au mieux sa formation Jedi.

Localisations[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des planètes de Star Wars.

Coruscant[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Coruscant.

Sur Coruscant se trouve le principal temple Jedi, visible dans les films de la prélogie et de la trilogie originale. De l'extérieur, le temple Jedi apparaît comme une ziggourat en hauteur, avec cinq tours construites sur le toit, une grande tour encadrée par quatre plus petites. Il sert à la fois de monastère, et d'école. Jusqu'à l’exécution de l'ordre 66, c'est le centre de commandement de toutes les activités Jedi dans la Galaxie. Après la grande purge Jedi (épisode III), l'empereur Palpatine en fait un palais impérial, et la salle du Conseil devient sa résidence personnelle[P 6].

Avant la chute de la République, le temple est protégé par les « gardiens du temple Jedi », des chevaliers Jedi anonymes, dont le visage est caché par un masque[P 7]. L'un de leurs principales attributs est leur double sabre laser jaune[P 7].

Ahch-To[modifier | modifier le code]

L'ordre Jedi a été fondé au moins mille ans avant l'épisode VIII sur la planète Ahch-To[P 1],[P 2]. On y trouve le premier temple Jedi dans lequel Luke Skywalker viendra se réfugier et se cacher après avoir échoué à refonder l'Ordre après la chute de l'Empire[P 1],[P 8].

L'île sacrée sur laquelle se trouve le temple est habitée par les caretakers[P 9], des femelles Lanai[N 3]. Elles ont pour mission de maintenir le temple dans un état correct, et de prendre soin des voyageurs à la recherche de la vérité[P 9].

Le temple comporte une bibliothèque se situant dans le tronc d'un arbre[P 10]. S'y trouve les textes fondateurs de l'ordre Jedi[P 10]. Ceux-ci sont emportés par Rey peu de temps avant que Yoda détruise la bibliothèque[P 2].

Ilum[modifier | modifier le code]

La planète glacée Ilum est l'un des mondes les plus sacrés pour les Jedi : s'y trouve un temple remontant aux origines de l'Ordre[P 11]. La planète est pleine de grottes remplies de cristal Kyber[P 11], celui utilisé dans la fabrication des sabres lasers[P 12]. Sur Ilum, les Jedi pratique le rite de passage qui consiste à pousser les jeunes à suivre leur instinct pour qu'ils trouvent le cristal qui leur est propre[P 11].

Lothal[modifier | modifier le code]

Dans la série télévisée d'animation Star Wars Rebels, un ancien temple Jedi est visible sur la planète Lothal[P 13]. Celui-ci est caché sur la surface de la planète[P 13]. Il a été découvert par le padawan Ezra Bridger qui l'utilise pour communiquer avec le maître Jedi Yoda[P 13].

Il s'y trouve un portail qui est une porte entre l'espace et le temps, dans lequel a été prisonnière l'ancienne Jedi Ahsoka Tano[P 13]. Ezra réussit à la libérer, mais Dark Sidious les utilise pour pouvoir entrer dans le temple[P 13]. Cependant il échoue, et les deux Jedi parviennent à s'échapper avant que le temple ne soit détruit[P 13].

Jedha[modifier | modifier le code]

Avant que sa surface ne soit détruite par l'Étoile de la mort, on extrayait sur Jedha une grande quantité de cristaux Kyber[P 14]. Ce monde était donc très important pour les Jedi qui utilisaient ces cristaux dans la fabrication de leurs sabres lasers[P 15],[P 12].

Célèbres membres de l'ordre[modifier | modifier le code]

Nom Rang[N 4] Membre du Conseil[N 4] Maître(s) Apprenti(s)
Plo Koon Maître Jedi Oui Inconnu Inconnu
Qui-Gon Jinn Maître Jedi Non Comte Dooku Obi-Wan Kenobi
Obi-Wan Kenobi Maître Jedi Oui Qui-Gon Jinn Anakin Skywalker
Luke Skywalker
Ki-Adi-Mundi Maître Jedi Oui Inconnu Inconnu
Plo Koon Maître Jedi Oui Inconnu Inconnu
Rey [N 5] Luke Skywalker
Anakin Skywalker Chevalier Jedi Oui Obi-Wan Kenobi Ahsoka Tano
Luke Skywalker Maître Jedi [N 5] Obi-Wan Kenobi
Yoda
Ben Solo
Rey
...
Ahsoka Tano Padawan Non Anakin Skywalker
Mace Windu Maître Jedi Oui Inconnu Depa Billaba[14]
Yoda Maître Jedi Oui Inconnu Comte Dooku
Luke Skywalker
...

Impacts culturels et critiques[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Dans les médias[modifier | modifier le code]

Religion[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jediisme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nom utilisé uniquement dans l'univers Légendes.
  2. Une caste de l'Empire Sith.
  3. Une espèce fictive d'extraterrestres.
  4. a et b Lors de la mort du Jedi ou lorsqu'il a quitté l'Ordre.
  5. a et b Il n'y a plus de conseil Jedi.

Références[modifier | modifier le code]

  • Sources primaires
  1. a b c et d (en) « Ahch-To », sur StarWars.com (consulté le 14 mars 2018).
  2. a b et c Star Wars, épisode VIII : Les Derniers Jedi (Star Wars: Episode VIII – The Last Jedi) de Rian Johnson, 2017, 152 minutes.
  3. (en) « Ahch-To Jedi Temple », sur StarWars.com (consulté le 14 mars 2018).
  4. a b et c BioWare, Star Wars: Knights of the Old Republic, LucasArts, .
  5. a b c d e f et g Obsidian Entertainment, Star Wars: Knights of the Old Republic 2 - The Sith Lords, LucasArts, .
  6. (en) « Jedi Temple », sur StarWars.com (consulté le 14 mars 2018).
  7. a et b (en) « Jedi Temple Guard », sur StarWars.com (consulté le 14 mars 2018).
  8. (en) « Luke Skywalker », sur StarWars.com (consulté le 14 mars 2018).
  9. a et b (en) « Caretakers », sur StarWars.com (consulté le 14 mars 2018).
  10. a et b (en) « Ahch-To Library », sur StarWars.com (consulté le 14 mars 2018).
  11. a b et c (en) « Ilum », sur StarWars.com (consulté le 14 mars 2018).
  12. a et b (en) « Kyber Crystal (Lightsaber Crystal) », sur StarWars.com (consulté le 14 mars 2018).
  13. a b c d e et f (en) « Lothal Jedi Temple », sur StarWars.com (consulté le 14 mars 2018).
  14. Rogue One: A Star Wars Story de Gareth Edwards, 2016, 133 minutes.
  15. (en) « Jedha », sur StarWars.com (consulté le 15 mars 2018).
  • Sources secondaires
  1. (en) « Star Wars: The Legacy Revealed », History, 28 mai 2007.
  2. (en) Eric P. Nash, « The Names Came From Earth », sur The New York Times, (consulté le 13 mars 2018).
  3. (en) « The legendary Star Wars Expanded Universe turns a new page », sur StarWars.com, (consulté le 26 avril 2014)
  4. a b c d e et f Daniel Wallace et Jason Fry, Star Wars : L'Atlas, Huginn & Muninn, , 243 p. (ISBN 9782364803978), p. 118.
  5. « Ordre Jedi », sur Star Wars HoloNet (consulté le 18 mars 2018).
  6. « Xendor », sur Star Wars HoloNet (consulté le 18 mars 2018).
  7. Daniel Wallace et Jason Fry, Star Wars : L'Atlas, Huginn & Muninn, , 243 p. (ISBN 9782364803978), p. 125.
  8. a b et c Daniel Wallace et Jason Fry, Star Wars : L'Atlas, Huginn & Muninn, , 243 p. (ISBN 9782364803978), p. 127.
  9. a b c d e f g h i et j Daniel Wallace et Jason Fry, Star Wars : L'Atlas, Huginn & Muninn, , 243 p. (ISBN 9782364803978), p. 128.
  10. Daniel Wallace et Jason Fry, Star Wars : L'Atlas, Huginn & Muninn, , 243 p. (ISBN 9782364803978), p. 129.
  11. a b c d e f et g Daniel Wallace et Jason Fry, Star Wars : L'Atlas, Huginn & Muninn, , 243 p. (ISBN 9782364803978), p. 130.
  12. Daniel Wallace et Jason Fry, Star Wars : L'Atlas, Huginn & Muninn, , 243 p. (ISBN 9782364803978), p. 132.
  13. Daniel Wallace et Jason Fry, Star Wars : L'Atlas, Huginn & Muninn, , 243 p. (ISBN 9782364803978), p. 116.
  14. Simon Beecroft et Pablo Hidalgo, Star Wars : L'Encyclopédie des personnages : Tous les personnages de la saga, Hachette Jeunesse, , 221 p. (ISBN 978-2-01-949657-9), p. 62.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]