Tatooine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir Tataouine.
Ne doit pas être confondu avec Dantooine.

Tatooine
Planète de fiction apparaissant dans
Star Wars.

Vue d'artiste d'une planète-désert.
Vue d'artiste d'une planète-désert.

Localisation Bordure extérieure
Secteur Arkanis[a 1]
Genre Planète-désert
Étoile Tatooine I et II[1]
Satellites 3[2],[3]
Révolution 304 jours locaux[1]
Rotation 23 heures standard[1]
Dimensions 10 465 km[1]

Atmosphère Respirable
Climat Désertique[1]
Paysages Canyons
Déserts
Mesas
Sites remarquables Mos Eisley
Mos Espa
Mer de Dunes
Espèces intelligentes Humain
Tusken
Jawa
Hutt
Bith
Espèces animales Bantha
Ronto
Dewbac
Sarlacc
Langue Basic
Jawa
Tusken
Hutt
Population 200 000[1]
Affiliation Hutt

Créé par George Lucas
Films La Menace fantôme
L'Attaque des clones
The Clone Wars
La Revanche des Sith
Un nouvel espoir
Le Retour du Jedi
Séries The Clone Wars
Rebels
Première apparition Un nouvel espoir (1977)
Dernière apparition Rebels (2017)
Site officiel Fiche de la planète

Tatooine est une planète-désert de l’univers de fiction Star Wars. Située dans la Bordure extérieure, cette planète orbite autour des étoiles Tatooine I et II. Il s'agit du monde d'origine de la famille Skywalker.

Malgré la chaleur toride qui règne à sa surface, Tatooine est le monde d'origine des Tuskens et des Jawas. Étant éloignée du centre de la galaxie, elle n'est pas sous la juridiction de la République galactique, ni de l'Empire galactique après. Du fait de sa position stratégique dans ce secteur de la galaxie, la planète est aux mains des Hutts, elle est dirigée par le gangster Jabba le Hutt.

Elle apparaît dans beaucoup de films de la saga : La Menace fantôme, L'Attaque des clones, La Revanche des Sith, Un nouvel espoir, Le Retour du Jedi, ainsi que dans le film dérivé The Clone Wars. Les scènes extérieures ont été tournées en Tunisie et dans le parc national de la vallée de la Mort aux États-Unis.

En plus des films, Tatooine est représentée dans les séries télévisées The Clone Wars et Rebels, dans les novélisations des films dans lesquelles elle apparaît, ainsi que dans plusieurs romans, jeux vidéo et bandes dessinées.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie qui est le théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi et les Seigneurs noirs des Sith, personnes sensibles à la Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté lumineux de la Force, pouvoir bénéfique et défensif, pour maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté obscur, pouvoir nuisible et destructeur, pour leurs usages personnels et pour dominer la galaxie[4].

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation spatiale[modifier | modifier le code]

Deux étoiles à gauche, une planète tellurique avec trois satellites, puis deux planètes gazeuses possédant respectivement trois et quatre satellites.
Le système planétaire de Tatooine.

Orbitant autour des étoiles binaires Tatooine I et II[Note 1], elle est l'une des trois planètes du système qui porte son nom[Note 2],[1]. Trois lunes orbitent autour de la planète : Ghomrassen, Guermessa et Chenini[2],[3]. Elle est située à la jonction de deux voies hyperspatiales : la Route commerciale de Triellus et la Passe corellienne[1]. Le système de Tatooine est compris dans le secteur Arkanis, lui-même situé dans la Bordure extérieure[a 1],[a 2].

Topographie[modifier | modifier le code]

La surface de Tatooine est entièrement recouverte de silice[5]. L'air y est déshydraté et le sol desséché, ce qui en fait un lieu hostile pour la vie[5]. La Mer de dunes (nom donné au grand désert de sable qui recouvre une partie de la planète) serait selon certaines légendes Jawa les restes d'un immense océan[5]. Le reste de la surface est parsemé de canyons et mesas[5].

Formes de vie[modifier | modifier le code]

Espèces sauvages[modifier | modifier le code]

Espèces intelligentes[modifier | modifier le code]

De gauche à droite : un individu recouvert de tissus beiges avec un masque, un petit individu encapuchonné avec des yeux jaunes luisant, et un individu recouvert de tissu avec un masque en métal.
Cosplays d'un Tusken mâle (à gauche), d'un Jawa (au centre) et d'une femelle Tusken (à droite).

Deux espèces intelligentes sont natives de Tatooine : les Tuskens et les Jawas[1]. Les premiers vivent en tribus selon leurs anciennes traditions nomades[6]. Ils se heurtent fréquemment aux colons, avec qui, ils se disputent le peu d'humidité présent sur la planète[6]. Ils portent des vêtements épais qui les protègent de la chaleur des deux soleils, leur visage est dissimulé sous un masque[6]. Leur arme traditionnelle est le bâton gaderffii[Note 3] bien qu'il leur arrive d'utiliser des armes volées[6]. Les Jawas sont de petits êtres encapuchonnés avec des yeux luisants[7]. Ils vivent en clan dans des cités fortifiés ou des chars des sables abandonnés par les mineurs[5],[8]. Ils survivent grâce à la revente de pièces détachées et de droïdes abandonnés qu'ils trouvent[7].

Habitations et technologie[modifier | modifier le code]

Mos Eisley[modifier | modifier le code]

Mos Eisley est la plus grande ville de Tatooine durant la période impériale[3],[9]. Plus grand spatioport de la planète avec ses 362 hangars, elle attire principalement les criminels, les contrebandiers et les fugitifs[a 3],[10]. L'un de ses lieux emblématiques est la cantina de Chalmun où Luke Skywalker et Obi-Wan Kenobi font la rencontre de Chewbacca et Han Solo[3],[11].

Mos Espa[modifier | modifier le code]

Photo du lieu de tournage, près de Nefta, Tunisie, des décors de Mos Espa.
Une rue de Mos Espa.

Avant que l'avènement de l'Empire ne contraignent Jabba le Hutt à transférer ses activités à Mos Eisley, Mos Espa était la plus grande ville de Tatooine, et d'une certaine façon, sa capitale[9]. Son spatioport lui permet de prospérer et le commerce des esclaves est l'une de ses principales activités économiques[9]. Ils disposent même de leur propre quartier dans la banlieue[9].

Tous les ans se déroulent la Boonta Eve Classique dans l'arène de Mos Espa[12]. Il s'agit de la plus grande course de modules de Tatooine[12]. D'une capacité de plus de 100 000 spectateurs, ces derniers viennent de toute la Galaxie pour voir cette course qui est celle avec le plus haut taux de mortalité[12]. En tout, dix-huit modules s'affrontent à plus de 700 km/h pour être le premier à franchir la ligne d'arrivée[12].

C'est dans l'atelier de Watto situé près du spatioport, que le Jedi Qui-Gon Jinn fait la rencontre du jeune Anakin Skywalker[13].

Ferme d'humidité[modifier | modifier le code]

Photo du lieu de tournage, près de Nefta, Tunisie, des décors de Mos Espa.
Des vaporateurs d'eau.

Le climat aride et sec de Tatooine a contraint les colons à s'équiper de vaporateurs d'eau[5]. Cet équipement permet de récupérer le peu d'humidité qui se trouve dans l'air et de le transformer en eau liquide[5]. Certains colons, appelés fermiers, possèdent des champs de vaporateurs qu'ils utilisent pour survivre en revendant leur récolte[5]. Il s'agit d'un bien précieux qui nécessite d'être protéger, les vaporateurs sont en effet la cible des pillards Tuskens[5].

Luke Skywalker a grandi dans la ferme de son oncle Owen Lars[5].

Univers officiel[modifier | modifier le code]

Avant l'Empire[modifier | modifier le code]

Alors qu'il escorte la reine Amidala de Naboo, le chevalier Jedi Qui-Gon Jinn est contraint de se poser sur cette planète isolée de la Galaxie[14],[15]. Tandis qu'il est à la recherche de pièces détachées pour son vaisseau à Mos Espa, il fait la rencontre du jeune Anakin Skywalker et de sa mère Shmi, deux esclaves appartenant à Watto, un ferrailleur[16]. Il découvre rapidement que le jeune Anakin a une forte affiliation avec la Force, il le soupçonne d'être l'« élu »[14]. Sans argent, Qui-Gon ne peut ni acheter les pièces qui lui sont nécessaires, ni libérer Anakin et sa mère. Il effectue donc un pari avec Watto dans lequel il met en jeu son vaisseau, contre les pièces manquantes pour le réparer et le jeune Skywalker[16]. Il parvient à remporter le pari grâce à Anakin qui finit premier à la course de la Boonta Eve Classique[16]. Mais alors qu'ils étaient sur le point d'embarquer et de quitter la planète, ils sont attaqués par une menace que les Jedi croyaient disparue : les Sith[14]. Le chevalier Jedi combat Dark Maul et parvient à prendre la fuite à bord de son vaisseau[17].

Photo du lieu de tournage, à Ksar Ouled Soltane, Tunisie, des décors du quartier des esclaves de Mos Espa.
Quartier des esclaves de Mos Espa où résident Shmi et Anakin Skywalker.

Dix ans plus tard, Anakin est devenu un chevalier Jedi et est chargé de la protection de la sénatrice Amidala suite à une tentative d’assassinat[18]. Après l'avoir emmenée sur Naboo, le jeune homme se met à avoir des visions de sa mère torturée[18],[19]. Il décide donc de se rendre sur Tatooine accompagné de Padmé[18]. Il apprend que sa mère a été libérée et qu'elle s'est mariée à Cliegg Lars, un fermier d'humidité[19]. Le Jedi fait la rencontre de son beau-père, et de son beau-frère et son épouse, Owen et Beru, qui lui expliquent que Shmi a été enlevée par les Tuskens[19]. Anakin part à sa recherche seul dans le désert[19]. Il la retrouve mourante dans une tente d'un campement Tusken[19]. Elle meurt peu de temps après qu'il l'est retrouvé, lui exprimant une dernière fois l'amour qu'elle lui porte[19]. Pris de colère, le Jedi se laisse tomber dans le côté obscur et massacre tous les membres de la tribu qui lui ont fait du mal[18],[19]. Il quitte définitivement la planète après avoir reçu un message de détresse de son maître sur Géonosis[18].

Ère impériale[modifier | modifier le code]

L'Empire galactique vient tout juste d'être proclamé et les Jedi presque tous massacrés, quand Obi-Wan Kenobi s'installe sur la planète désertique pour veiller sur le jeune Luke Skywalker qu'il a confié à Owen et Beru Lars[20],[21].

Le rebelle Ezra Bridger et son droïde Chopper rejoignent Tatooine après avoir eu une vision où Obi-Wan Kenobi est en danger grâce à un holocron Sith[22],[23]. Mais une fois arrivé sur la planète désertique, ils sont attaqué par une horde de pillards Tuskens qui détruisent son vaisseau[22],[23]. Il est aidé par l'ancien Sith Maul qui parvient à faire fuir les Hommes des sables[22]. Maul finit cependant par le laissé tout seul avec son droïde[22]. Ezra parvient tout de même à trouver l'ancien maître Jedi qui lui explique qu'il a été manipulé par l'holocron[22],[23]. Maul réapparaît pour un ultime duel au sabre laser contre son plus ancien ennemi duquel il meurt[22],[23]. Ezra et Chopper quittent Tatooine et rejoignent la base rebelle, tandis qu'Obi-Wan retourne à la ferme des Lars pour surveiller le jeune Luke Skywalker[22],[23].

Une vingtaine d'années après l'avènement de l'Empire, lors de la bataille de Scarif, le forceur de blocus rebelle Tantive IV avec les plans de l'Étoile de la mort à son bord est pris en chasse au-dessus de Tatooine par un croiseur impérial. Tandis que son vaisseau est intercepté et que Dark Vador est à bord, la princesse Leia transfert les plans à R2-D2 qui s'échappe dans une capsule de sauvetage avec son compagnon C-3PO. Les deux droïdes se retrouvent au milieu du désert et sont capturés par un groupe de Jawas qui les revends à Owen Lars. Celui-ci les confie à son neveu Luke Skywalker pour qu'il les nettoie, il active involontairement un message que la Princesse avait donné à R2-D2 et destiné au Jedi Obi-Wan Kenobi.

Univers Légendes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Univers Légendes de Star Wars.

À la suite du rachat de la société Lucasfilm par The Walt Disney Company, tous les éléments racontés dans les produits dérivés datant d'avant le ont été déclarés comme étant en dehors du canon et ont alors été regroupés sous l’appellation « Star Wars Légendes »[a 4].

Avant la guerre des clones[modifier | modifier le code]

Planète constituée d'une océan et de quelques continents.
Vue de Tatooine avant qu'elle ne soit ravagée par les Rakatas.

Vers 30 000 av. BY, l'Empire infini des Rakatas, une espèce originaire de Lehon, connaît une forte période d'expansion[24]. Tatooine fait partie des mondes qu'il contrôle et les ancêtres des Tuskens sont faits esclaves[a 5],[24]. Il s'agit alors d'une planète verdoyante qui est finalement ravagée par les Rakatas, devenant ainsi une planète désertique[a 5],[24]. L'Empire infini s'effondre en 25 200 av. BY suite à une épidémie et à diverses révoltes des esclaves[25].

Durant les millénaires qui suivent, de nombreuses tentatives de colonisation échouent à durer dans le temps[1]. Il faut attendre 700 av. BY pour qu'une colonie de moines B'omarr s'y installe et perdure[1]. Ils sont suivis vers 100 av. BY par des mineurs qui se reconvertissent en fermiers[1]. Vers 65 av. BY, les Hutts s'emparent de la planète et l'utilisent comme point de transfert pour leurs marchandises grâce à sa position stratégique[1].

Après la chute de l'Empire[modifier | modifier le code]

Suite à la mort de Jabba le Hutt en 4 ap. BY, les Hutts perdent le contrôle de la planète[1]. Celle-ci est alors disputée par des seigneurs du crime durant plusieurs décennies[1]. Elle est finalement récupérée par les Hutts contraints de fuir l'avancée des Yuuzhan Vong qui ont conquis une grande partie de leur territoire[1].

Concept et création[modifier | modifier le code]

Dans les premiers brouillons de Star Wars, George Lucas change régulièrement les noms des planètes et des personnages[26]. À l'origine, le film devait s'ouvrir sur la quatrième lune d'Utapau[Note 4] où vit le jeune guerrier Annikin Starkiller. Dans la version de 1974 intitulée The Star Wars, les droïdes rescapés parcourent le désert de la planète Aquilae, qui reprit le nom d'Utapau plus tard[27]. Avant que la production n'ait commencée, Lucas avait commandé des concept art au dessinateur Ralph McQuarrie, ceux-ci montrent des robots perdus dans un monde désertique sous le soleil torride de deux soleils, ainsi que de mystérieux Tuskens masqués montant des Banthas[28],[29],[30].

Adaptation[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Figurines[modifier | modifier le code]

Parcs d'attractions[modifier | modifier le code]

La planète apparaît dans l'attraction Star Tours: The Adventures Continue, version rénovée de Star Tours[31]. Le visiteur monte à bord d'un Starspeeder 1000, un vaisseau de transport intergalactique, qui se retrouve pourchassé par l'Empire ou le Premier Ordre car un espion rebelle se trouve à bord[32]. Durant son voyage, le vaisseau visite deux planètes, parmi lesquelles peut se trouver Tatooine, dans ce cas le visiteur participe à une course de modules avant de retourner en hyperespace[33]. Cette attraction est située dans les parcs Disneyland et Walt Disney World Resort aux États-Unis depuis 2011[34],[35], à Tokyo Disney Resort au Japon depuis 2013[36], et à Disneyland Paris en France depuis 2017[31].

Réception[modifier | modifier le code]

Le site internet Vulture place la planète désertique sixième dans son classement des meilleures planètes de l'univers Star Wars[37]. Il s'agit selon ce site d'un lieu iconique de la saga, bien que se trouvant au milieu de nulle part[37]. Dans le même genre de classement, le site internet ScreenRant place Tatooine à la première position, soulignant la beauté du paysage lors du coucher de soleil binaire[38]. Bien qu'il s'agisse de la planète la plus visitée dans la saga, il souhaiterait qu'elle réapparaisse dans les futurs films, il s'agit en effet du monde d'origine des Skywalker[39],[40]. Cependant, il déplore que Jakku, la planète désertique visible au début de l'épisode VII, ressemble autant à Tatooine[40].

En 2015, le site officiel StarWars.com inscrit la célèbre planète désertique dans sa liste des mondes à visiter, notamment pour la beauté de ses dunes, la ferme des Lars et la course de module de la Boonta Eve Classique[a 6]. Il conseille cependant d'éviter le palais de Jabba le Hutt, le puits du Sarlacc ainsi que les campements des Tuskens[a 6].

Postérité[modifier | modifier le code]

Au premier plan une exoplanète, au second plan une naine rouge, derrière une naine orange.
Vue d'artiste du système de Kepler-16.

En 2015, la NASA publie un article expliquant que de nombreux objets célestes récemment découverts ont des propriétés similaires à celles des planètes de l’univers de Star Wars[41]. Parmi eux, les exoplanètes Kepler-16 b et Kepler-453 b orbitent, comme Tatooine, autour d'une étoile binaire[41].

La planète désertique Jakku visible dans Le Réveil de la Force possède de nombreux points communs avec Tatooine[42].

En août 2019, le rappeur Kanye West annonce qu'il conçoit des maisons préfabriquées inspirées des habitations de Tatooine ayant pour objectif de devenir des habitations à loyer modéré. Ses prototypes à Calabasas en Californie ont été démolies, tous les permis nécessaires n'ayant pas été obtenus[43],[44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les étoiles sont également appelées Tatoo I et II.
  2. Le système est également appelé Tatoo.
  3. Également appelé bâton gaffi.
  4. Utapau apparaît finalement dans l'épisode III.

Références[modifier | modifier le code]

  • Sources primaires
  1. a et b (en) « Star Wars Planets Roster », sur StarWars.com (consulté le 18 août 2017)
  2. (en) « Tatooine », sur StarWars.com (consulté le 20 octobre 2019)
  3. (en) « Mos Eisley Spaceport », sur StarWars.com (consulté le 20 octobre 2019)
  4. (en) « The legendary Star Wars Expanded Universe turns a new page », sur StarWars.com, (consulté le 10 octobre 2019).
  5. a et b BioWare, Star Wars: Knights of the Old Republic, LucasArts et Aspyr, Windows et Xbox 360, .
  6. a et b (en) Amy Ratcliffe, « Star Wars Planets We’d Like to Visit », sur StarWars.com, (consulté le 4 novembre 2019).
  • Sources secondaires
  1. a b c d e f g h i j k l m n o et p Wallace et Fry 2016, p. 105.
  2. a et b Thomas Suinot, « Tatooine », cinéSAGA, no 26,‎ .
  3. a b c et d (en) Bernardo Sim, « Star Wars: 15 Things You Never Knew About Tatooine », sur ScreenRant, (consulté le 20 octobre 2019).
  4. Lucasfilm Magazine, vol. hors-série no 1 : Le Guide officiel du film La Menace fantôme, Paris, Courleciel,
  5. a b c d e f g h i et j Barr et al. 2015, p. 162-163.
  6. a b c et d Beecroft et Hidalgo 2016, p. 206.
  7. a et b Beecroft et Hidalgo 2016, p. 109.
  8. Thomas Suinot, « Jawas », cinéSAGA, no 26,‎ .
  9. a b c et d Barr et al. 2015, p. 164.
  10. Barr et al. 2015, p. 192.
  11. Barr et al. 2015, p. 193.
  12. a b c et d Barr et al. 2015, p. 168-169.
  13. Barr et al. 2015, p. 165.
  14. a b et c Barr et al. 2015, p. 22.
  15. Wallace et Fry 2016, p. 142.
  16. a b et c Barr et al. 2015, p. 38.
  17. Barr et al. 2015, p. 36.
  18. a b c d et e Wallace et Fry 2016, p. 148.
  19. a b c d e f et g Barr et al. 2015, p. 43.
  20. Barr et al. 2015, p. 20-21.
  21. Barr et al. 2015, p. 111.
  22. a b c d e f et g (en) Daniel S. Levine, « ‘Star Wars Rebels’ Season 3 Episode 20 ‘Twin Suns’: Recap & Spoilers », sur Heavy.com, (consulté le 21 octobre 2019).
  23. a b c d et e (en) Megan Crouse, « Star Wars Rebels Season 3 Episode 20 Review: Twin Suns », sur Den of Geek, (consulté le 21 octobre 2019).
  24. a b et c Wallace et Fry 2016, p. 116.
  25. Wallace et Fry 2016, p. 118.
  26. Lucas et Bouzereau 1998, p. 7-8.
  27. Lucas et Bouzereau 1998, p. 17.
  28. Hearn 2005, p. 87-92.
  29. Titelman 1979, p. 46.
  30. Taylor 2014.
  31. a et b « Star Tours : l’Aventure Continue », sur Disneyland Paris PressNews, (consulté le 2 novembre 2019).
  32. « Star Tours : L’Aventure Continue », sur Disneyland Paris (consulté le 2 novembre 2019).
  33. Thomas Imbert, « Star Tours : on a testé la nouvelle attraction de Disneyland Paris », sur Allociné, (consulté le 2 novembre 2019).
  34. (en) Erin Glover, « Star Tours Opening Ceremony at Disneyland Park », sur Disney Parks Blog, (consulté le 2 novembre 2019).
  35. (en) Thomas Smith, « Webcast: ‘Star Tours – The Adventures Continue’ at Disney’s Hollywood Studios », sur Disney Parks Blog, (consulté le 2 novembre 2019).
  36. (en) « Star Tours to be Reintroduced in a New Version! Star Tours: The Adventures Continue », sur Tokyo Disney Resort, (consulté le 2 novembre 2019).
  37. a et b (en) Nate Jones, « Star Wars Planets, Ranked », sur Vulture, (consulté le 4 novembre 2019).
  38. (en) Matt Berger, « The Best Planets Of The Star Wars Universe, Ranked », sur ScreenRant, (consulté le 4 novembre 2019).
  39. (en) Brian Walton, « Star Wars: 18 Most Important Planets In The Galaxy, Ranked », sur ScreenRant, (consulté le 4 novembre 2019).
  40. a et b (en) Andy Andersen, « 15 Star Wars Locations That Future Movies Should Revisit », sur ScreenRant, (consulté le 4 novembre 2019).
  41. a et b (en) Pat Brennan, « Meanwhile, in a galaxy not so far, far away... », sur Jet Propulsion Laboratory, (consulté le 19 octobre 2019).
  42. (en) Chris Taylor, « 'Star Wars' vs. 'The Force Awakens': The ultimate comparison », sur Mashable, (consulté le 19 octobre 2019).
  43. (en) Bianca Barragan, « County inspectors cite Kanye West for ‘Star Wars’ dome houses in Calabasas », sur Curbed LA, (consulté le 19 octobre 2019).
  44. (en) Ian Spiegelman, « Goodbye to Kanye West’s Dome Homes—We Hardly Knew Ye(ezy) », sur Los Angeles Magazine, (consulté le 19 octobre 2019).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]