Étang de Bourg-le-Vieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Étang de Bourg-le-Vieux
Étang de Bourg le Vieux à Bias
Étang de Bourg le Vieux à Bias
Administration
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 44° 08′ 00″ nord, 1° 14′ 36″ ouest
Divers
Commentaire Logo des sites naturels français Site inscrit (1977)

Géolocalisation sur la carte : Landes

(Voir situation sur carte : Landes)
Étang de Bourg-le-Vieux

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Étang de Bourg-le-Vieux

L'étang de Bourg-le-Vieux se situe sur la commune de Bias, dans le département français des Landes. Sa particularité vient du fait qu'il occupe en partie l'emplacement de l'ancien village de Bias et de son église, aujourd'hui disparus.

Présentation[modifier | modifier le code]

De taille modeste, avec moins de un hectare, cet étang se situe au sud ouest de la commune de Bias, qui en est propriétaire. Il est cerné au nord et au sud par de hautes dunes[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Du Moyen Age au XIXe siècle, les mouvements de sables sous l'effet du vent posent d'importants problèmes, rendant difficile la vie dans cette partie des Landes. Des parties de villages et des églises sont même englouties par le déplacement des dunes[2].

Dès 1645, les membres du conseil de fabrique de Bias s'inquiètent du mouvement des dunes qui menacent l'église. Le problème s'accélère dans le premier tiers du XVIIIe siècle, lorsque les dunes déplacées par les vents se jettent dans le lit du lac, le repoussant toujours plus vers l'est. En 1731, l'eau arrive dans le cimetière et inonde l'église. Elle s'y avance toujours en 1736 lorsque les paroissiens demandent l'autorisation de bâtir un nouveau lieu de culte. L'église est définitivement abandonnée en 1743, une nouvelle est inaugurée en 1770[1],[3].

À partir de 1778, le baron Charlevoix de Villiers propose de fixer les dunes du littoral aquitain par une méthode basée sur l'ensemencement en pins maritimes, l'utilité de ces arbres pour limiter le mouvement des sables ayant déjà été remarquée à l'état naturel. Nicolas Brémontier fait réaliser des essais de cette technique. En 1822, Jean-Sébastien Goury, ingénieur des Ponts-et-Chaussées, conçoit un dispositif permettant de retenir le sable à la source et d'éviter l'ensablement des plantations : une dune rectiligne longeant l'océan. En moins de 70 ans, une dune bordière (ou cordon dunaire) est réalisée et les dunes intérieures sont entièrement fixées par les pins et leur cortège floristique (genêts, ajoncs, etc.). La fixation des dunes littorales marque le départ du grand boisement des Landes sur 88 000 ha de 1802 à 1880[2].

Intérêt écologique[modifier | modifier le code]

En France métropolitaine, les zones humides couvrent 3 % du territoire mais hébergent un tiers des espèces végétales remarquables ou menacées, la moitié des espèces d'oiseaux et la totalité des amphibiens et poissons d'eau douce. Ce sont des lieux d'abri, de nourrissage et de reproduction pour de nombreuses espèces, indispensables à la reproduction des batraciens. Elles constituent des étapes migratoires, des lieux de reproduction et d'hivernage pour de nombreuses espèces d'oiseaux[2]. Le rôle écologique des zones humides dans les Landes y est d'autant plus important que la majorité d’entre elles ont disparu suite aux grands travaux d’assèchement entrepris sous Napoléon III dans le cadre de la loi du 19 juin 1857.

Classement[modifier | modifier le code]

L'étang de Bourg-le-Vieux est dans le périmètre du site inscrit de 43.680,8 hectares par arrêté du 16 août 1977 dénommé « Étangs landais nord » au titre de l'intérêt pittoresque d'un grand ensemble paysager[4].

L'étang est également constitutif du site Natura 2000 (SIC/pSIC) « Zones humides de l'ancien étang de Lit-et-Mixe »[5].

Oiseaux[modifier | modifier le code]

On note la présence sur site de différentes espcèces, dont certaines sont protégées : Aigrette garzette (espèce protégée au titre de la directive oiseaux), Bécassine des marais, Chevalier guignette, Courlis cendré, Fuligule milouin, Gravelot, Poule d'eau, Sarcelle d'hiver, Vanneau huppé[6].


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Jacques Fénié et Jean-Jacques Taillentou, Lacs, étangs et courants du littoral aquitain, au temps des « galups » et des vaches marines, Éditions Confluences, , 159 p. (ISBN 2-914240-79-1)
  2. a, b et c Panneau de présentation du belvédère de la Malloueyre, réalisé par la Région Aquitaine, l'ONF, l'UE et le réseau Natura 2000
  3. Voir l'église Saint-Michel (Bias)
  4. Fiche des « étangs landais nord » sur le site de la DREAL
  5. Site FR7200715
  6. Panneau de présentation de l'étang de Bourg le Vieux, consulté sur site

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :