Félix Arnaudin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Félix Arnaudin
Description de cette image, également commentée ci-après

Autoportrait de Félix Arnaudin
Labouheyre, le 25 mars 1876

Nom de naissance Simon Arnaudin
Naissance
Labouheyre
Décès (à 77 ans)
Labouheyre
Activité principale
Auteur
Langue d’écriture Français, gascon
Mouvement Folklorisme gascon
Genres
Contes populaires

Œuvres principales

  • Contes Populaires (1887)
  • Chants Populaires (1912)
  • Choses de l’Ancienne Grande-Lande (1921)

Simon Arnaudin, dit Félix Arnaudin, né le à Labouheyre (Landes) et mort le dans la même ville, est un poète et photographe français spécialiste de la Haute-Lande.

Félix Arnaudin est le premier à observer la Haute-Lande en autochtone. On peut dire de lui qu'il est à la fois linguiste, folkloriste, historien, ethnologue, photographe et écrivain. Il s'illustre ainsi dans l'étude des traditions populaires de ce pays des Landes de Gascogne[1], alors en pleine mutation économique et sociale. Son travail porte sur le recueil de contes et chants en gascon, sur la photographie de paysages, habitats, bergers et paysans landais. Il consacre ainsi sa vie à sauver cet héritage de l'oubli.

Sa maison natale est devenue la Maison de la photographie des Landes, lieu d'expositions photographiques géré par la commune de Labouheyre.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Félix Arnaudin est originaire de ce qui est aujourd’hui le massif forestier des Landes de Gascogne mais qui, à son époque, était une mosaïque de forêts (chênes ou pins résinés), de champs et de lande rase, terrains de parcours de quelque 650 000 ovins que comptait alors le département. Ce pays vivait alors d’un mode de production pastoral, dont l’équilibre allait être rompu, en ce milieu du XIXe siècle, au profit de la sylviculture. La date symbolique de cette révolution est la loi du 19 juin 1857 sur la mise en valeur des Landes de Gascogne, qui incite les communes à vendre ou à ensemencer les terrains communaux, condamnant à terme le système agro-pastoral.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une famille de petits propriétaires terriens fixée à Labouheyre, dans le quartier de Monge. Sa formation au collège de Mont-de-Marsan constitue les fondements d'une érudition précieuse à son œuvre. Diplômé, de retour à Labouheyre, il ne trouve dans son milieu aucun emploi en relation avec son niveau et ses aspirations. Vivant du revenu de quelques métairies, Félix Arnaudin n’occupe durablement aucun emploi. À l’âge de trente ans, célibataire, il décide de se consacrer entièrement à sa passion : témoigner de la culture pastorale de la Haute Lande, que les changements économiques font disparaître inexorablement. Passant pour un original auprès de ses concitoyens, il est surnommé Lou Pèc (le fou, en gascon).

Porté par l'amour de son pays, il adopte dans le même temps une démarche rationnelle et scientifique pour ses recherches. Il parcourt la Haute Lande de part en part, souvent à bicyclette, pour interroger les habitants, à l'aide de questionnaires prééablis. Il met la même application et rigueur dans la réalisation de fiches d'enquêtes et de répertoires photographiques.

Il réalise en pionnier une description par la photographie de la Haute Lande et de ses aspects remarquables. Le résultat est une œuvre unique par son ampleur (2700 plaques de verre, conservées au musée d'Aquitaine de Bordeaux) et sa diversité, à travers laquelle il se révèle comme un grand opérateur artistique et un observateur rigoureux.

Il s'attache principalement à collecter l'ensemble du fond culturel de la « lande landaise » par le recueil de contes, proverbes, chants, mots de la langue gasconne, notes sur l'histoire, l'archéologie et l'écologie de ce territoire. Il réussit à publier de son vivant quelques fragments de ce travail de collecte[2],[3] sous la forme de trois publications à faible tirage :

  • Contes Populaires (1887)
  • Chants Populaires (1912)
  • Choses de l’Ancienne Grande-Lande, série imprimée peu avant sa mort.

Ces recueils ne sont que la modeste concrétisation d’une entreprise titanesque dont témoignent plusieurs dizaines de milliers de feuillets manuscrits et de nombreuses photographies : paysages, bâtiments et villages anciens, scènes de la vie rurale, portraits.

Le 30 janvier 1921, quelques mois avant sa mort, il écrit :

« Dans ma pauvre vie de rêveur sauvage, toutefois anxieux de notre passé local, je n'ai guère reçu d'encouragements ; l'indifférence et les railleries, un peu de tous côtés, en ont volontiers pris la place ».

Œuvre photographique[modifier | modifier le code]

Thématiques[modifier | modifier le code]

L’œuvre de Félix Arnaudin est une protestation contre le progrès. D'où vient cette protestation ? De la Loi relative à l'assainissement et de mise en culture des Landes de Gascogne de 1857, qui fait se multiplier à l'infini les plantations de pins industriels dans le territoire des Landes (département), de la Grande-Lande: la lana gràn en gascon, chère à Félix Arnaudin.

Il photographie tout ce qui évoque les temps anciens, révolus, qu'il s'agisse des vieux chemins, des vieilles maisons, des quartiers disparus, des bâtiments en ruines (« attendre que les tuiles aient vieilli... » dira-t-il) ou des traces de passés plus lointains comme les buttes médiévales ou les voies romaines. Félix Arnaudin ne photographie pas ce qui perdure[4].

Pour délimiter le territoire de ses photographies, il procède par approches concentriques, mais demeure toutefois dans la partie centrale de la Grande Lande, autour de Labouheyre. Le territoire le plus vaste est d'environ soixante-dix kilomètres autour de Labouheyre, c'est celui dont il photographie les églises des communes et paroisses. Un second territoire, d'un rayon plus modeste d'environ cinquante kilomètres autour de Labouheyre est celui où il photographie les quartiers, où se tient l'habitat permanent, dont l'airial est le centre et le moulin la périphérie. Et enfin, un troisième territoire plus restreint, d'une quinzaine de kilomètres autour de Labouheyre, où il réalise ses séries illustrant les travaux et les jours, son secteur de prédilection.

L’œuvre photographique de Félix Arnaudin, en ce qui concerne la thématique, se divise en quatre parties : les paysages de lande et de pignada (voir Forêt des Landes), la vie pastorale et les activités agraires pour 50 %, l'habitat et l'architecture rurale pour 25 %, les portraits de personnages, de groupes pour 12,5 % et les pièces d'archives pour également 12,5 %. On est donc loin d'une vision exhaustive de l'habitat de la Grande-Lande. En effet, avec ces 500 photographies d'habitats, Félix Arnaudin n'a guère photographié plus de 5 à 10 % de l'architecture Grand-landaise.

Ce n'est pas la beauté d'un bâtiment qui guide ses choix, il semble plus attiré par les maisons modestes que par des architectures plus spectaculaires. Son propos n'est pas de réaliser une analyse de l'architecture, mais plutôt de fixer le cadre de vie des habitants de la Grande-Lande. En effet, pour restituer le cadre de vie dans son ensemble, il photographie le Patrimoine bâti en plans rapprochés, mais jamais en gros plans, avec des détails. En ce qui concerne le Patrimoine bâti, mise à part l'architecture religieuse, il ne subsiste guère plus aujourd'hui que 2 à 3 % des édifices dont Félix Arnaudin a réalisé les photographies[5]. Il dira dans les Chants populaires de la Grande-Lande :

« (…) Maintenant la lande n'existe plus. Au désert magnifique, enchantement des aïeux, déroulant sous le désert du ciel sa nudité des premiers âges, à l'étendue plane, sans limites, où l’œil avait le perpétuel éblouissement du vide, où l'âme, élargie, enivrée, tantôt débordait de joies neuves et enfantines, tantôt s'abîmait dans d'ineffables et si chères tristesses, a succédé la forêt, -la forêt industrielle ! Avec toutes ses laideurs (…) dont l'étouffant rideau, partout étendu où régnait tant de sereine et radieuse clarté, borne implacablement la vue, hébète la pensée, en abolit tout essor»[6].

Paysages[modifier | modifier le code]

Reproduction numérique de la photographie de Félix Arnaudin réalisé le 4 avril 1902 sur plaque de verre (13*18cm) présentant la langue et la forêt

Le paysage landais forme le cœur de l'œuvre iconographique de Félix Arnaudin. Profondément attaché à cette terre et à sa culture traditionnelle qu’il voit disparaître, ce dernier décide de l’inventorier grâce à la photographie.

Situé dans le sud-ouest de l'Aquitaine, et baigné par l'océan Atlantique, le département des Landes bénéficie d'un immense patrimoine naturel. Grâce à son climat tempéré et humide, ce pays possède la plus grande forêt artificielle d'Europe.

À la naissance de Félix Arnaudin, les landes étaient une immense province marécageuse. La Lande est souvent décrite par les voyageurs comme étant un vaste plateau, naturel et peu peuplé. La loi de 1857, Loi relative à l'assainissement et de mise en culture des Landes de Gascogne, avec des pins maritimes, pousse Félix Arnaudin à réaliser des photographies pour représenter le pays avant qu'il ne soit définitivement transformé par l'industrie sylvicole. Le paysage landais change brutalement, le progrès menace les espaces habités traditionnels.

Pour lutter contre cet inévitable bouleversement et conserver le souvenir des sites de son enfance, Félix Arnaudin se met en quête des paysages typiquement landais. Il s'intéresse aussi bien aux marais, aux lagunes, aux étangs et lacs, qu'aux prairies, aux champs, à la forêt de pins, aux vieux chênes. Certaines curiosités retiennent son attention comme les sentiers, les vestiges de mottes féodales, les ponts, etc. Tous ces éléments forment les sujets de son étude.

  • Lagunes

La lagune est un élément constitutif du paysage landais. Elle est à la fois, une frontière et un lien dans l'articulation du paysage. Quel que soit le paysage, la lagune y met fin, mais l'étend aussi, avec son reflet dans l'eau. Une photographie de paysage ne peut être qu'unique. En effet, si l'on photographie un paysage plusieurs fois, mais à des périodes différentes, le lieu peut devenir méconnaissable. Le temps, les couleurs, les saisons, l'ambiance changent et modifient l'atmosphère, la perception du paysage, le rendant unique.

  • Champs
Reproduction numérique de la photographie de Félix Arnaudin réalisée le 30 décembre 1910 présentant le champ et les pins

Les Landais vivent de l'agriculture, ce qui explique cette profusion de champs. Mais la terre est pauvre, ils doivent la nourrir de fumier pour la rendre fertile. On retrouve les champs dans les photographies de Félix Arnaudin, il les immortalise, nus, vides, mais pourtant ces champs sont loin d'être dénués de vie. Ils sont travaillés par les paysans et peuplés par leurs troupeaux. En les photographiant ainsi, Arnaudin tente de créer un immense espace, infini, où l'on ne perçoit que le ciel et la terre, coupés par une ligne d'horizon.

  • Mottes

Les mottes landaises sont artificielles, réalisées par la main de l'homme ; ce sont soit des fortifications, soit des églises ou des moulins. Mais, bien qu’artificielles, elles appartiennent à une époque préindustrielle, naturelle et sont aujourd'hui intégrées au paysage landais. Ces mottes sont des témoins d'un passé, de l’Histoire. Ces anciennes constructions, aujourd'hui, ne sont plus que de la terre, couvertes par la végétation. Considérées comme gênantes pour l’aménagement et le remembrement de la terre, ou pour le développement agricole ou industriel des Landes, certaines mottes sont arasées et détruites. Félix Arnaudin photographie non seulement le paysage, mais aussi le passé de la Grande-Lande.

  • Pinèdes
Reproduction numérique de la photographie de Félix Arnaudin réalisée le 3 octobre 1898 présentant la pinède landaise

Les forêts de pins évoquent nostalgie et controverse à Félix Arnaudin, avec leurs implantations massives. Mais elles font tout de même l'objet de ses prises de vues. Il capture, soit la forêt de pins pour elle-même, soit la mélange avec d'autres paysages tels que les champs, les étangs, les lagunes... Ce sont des clichés plus complexes, de par les lignes de lecture qu'ils offrent. En effet, en plus de la ligne d'horizon, les lignes de troncs et les lignes de feuillages viennent rythmer la photographie. La composition s'inverse, elle passe d'horizontale avec la seule présence des champs, à une composition verticale avec les forêts de pins.

Félix Arnaudin immortalise toutes les facettes des landes avec ses clichés, et plus particulièrement le paysage. Il transmet sa vision de son pays d'origine, provenant de sa mémoire d'enfance.

Airial et patrimoine domestique[modifier | modifier le code]

L’œuvre d'Arnaudin embrasse aussi le champ de l'architecture vernaculaire. Près de 500 photographies traitent ainsi plus ou moins exclusivement cette thématique. L'emprise de ce travail balaie un rayon de 25 km autour de Labouheyre. Bien qu'inégal et éclectique, ce corpus met en lumière une importante partie du patrimoine bâti de la Grande-Lande et du Born[7].

Arnaudin Ancienne maison Arnaudin

Néanmoins, ces clichés occupent une place à part dans l’œuvre du photographe. Il s'agit en effet pour ce dernier de parvenir à réaliser une somme documentaire capable d'explorer toutes les structures architecturales de l'airial. Elle bannit l'idéalisation au profit du témoignage, sans toutefois rompre avec les cadrages patiemment étudiés qui magnifient l'immensité du paysage.

Sans succomber à l'exhaustivité, Arnaudin s'attache à photographier en premier lieu les demeures qui lui sont familières. Son approche induit un choix. Il dresse un inventaire fragmenté et subjectif du patrimoine bâti qui l'entoure. Excepté le recensement quasiment abouti des métairies de Labouheyre, de Lüe, Trensacq ou encore de Commensacq, ce travail ne prétend pas embrasser toutes les typologies architecturales landaises.

« On trouve de tout », déclare François Moniot, ancien conservateur du musée d'Aquitaine : « Des maisons à double cheminées développées en longueur selon l'axe du faîtage, couvertes par deux versants. [...] Mais le type le plus fréquemment représenté chez Arnaudin est celui de la maison à façade sur mur pignon avec toiture à trois versants, avec ou sans auvent, abritant en général deux foyers. C'est le type de maison dont la répartition dans l'espace est la plus constante »[8].

Ces clichés figurent une vérité, celle d'un cadre de vie paisible, simple et dépourvu du confort moderne. Le dénuement des maisons échappe à la mise en scène, ainsi qu'on peut l'observer sur plusieurs vues. D'une façon générale, Arnaudin étudie spécifiquement chaque bâtiment de l'airial. S'il porte tout naturellement une attention particulière à l'habitat, il n'exclut cependant pas de sa recherche les autres infrastructures dédiées aux activités agro-pastorales : fermes, étables, granges diverses.

Arnaudin Maison de Tartas - Le Mineur (Sabres) circa 1907

L’œuvre du photographe traite aussi bien les emblématiques maisons de maître que celles des métayers. Les échantillons collectés permettent avant tout d'établir une comparaison entre ces formes d'habitat. Avec un certain bonheur, Félix se plait à décrire la matérialité des masures. Cette préoccupation s'observe sur de nombreux clichés figurant notamment des pans de mur délabrés ou, plus couramment, des façades aux badigeons de chaux délavés :

« Le colombage avec remplissage de torchis apparaît très prépondérant. Mais on observe aussi de nombreux bâtiments appareillés en moellons de garluche, particulièrement sur la communes de Commensacq où ce matériau abonde. [...] Les toits d'habitation des maisons sont toujours recouverts en tuiles canal impliquant une faible pente : ils comportent deux, trois ou quatre versants de surface inégale parfois »[9].

Ce souci du détail, le photographe le cultive avec soin. En ce sens, son travail peut être rapproché du courant littéraire et pictural du Réalisme. L'habitat est décrit avec un soin méticuleux. Ce portrait authentique évacue toute idée d'abondance, pour laisser une grande place à l'austérité. Le dénuement de ces fragiles maisons dépourvues de confort n'est pas qu'un motif, c'est un instantané qui fige le quotidien de la société rurale landaise. Arnaudin donne ici au contemporain plusieurs clefs de lecture, permettant d'interpréter l'univers des habitants du pays.

Il est difficile d'expliciter les motivations exactes qui ont poussé Arnaudin à dresser cet inventaire. Bien que son étude de l'architecture vernaculaire tende vers l'objectivité, elle ne parvient cependant pas totalement à s'affranchir de la dimension pittoresque. Cette quête serait-elle animée par une appréhension ? Celle, probablement d'assister avec impuissance et lucidité, à la disparition de ces demeures. L'artiste n'a laissé dans ses carnets aucune piste permettant de connaître ses critères de sélection.

Arnaudin Maison landaise 1907

Le corpus fut alimenté de manière irrégulière, ce qui tend à prouver qu'Arnaudin n'accordait au patrimoine bâti qu'un intérêt secondaire. Il semble qu'il ait renoncé à entreprendre une nouvelle étude qui aurait été trop ambitieuse. La sélection qu'il lègue à la postérité constitue désormais une base documentaire de premier ordre pour la connaissance des historiens. En effet, outre le fait que ce témoignage donne de précieuses informations sur l'aspect original des maisons, il met aussi en évidence la disparition de nombreuses métairies. Le support iconographique permet de considérer sous un angle différent l'étude du patrimoine rural landais.

Édifices religieux et petit patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Églises et chapelles:

Les églises paroissiales (voir Liste des églises des Landes) occupent le centre des bourgs et d'autres édifices plus modestes, tels que les chapelles, sont isolées en périphérie des quartiers et peuvent être des lieux de pèlerinage.

Arnaudin Chapelle Saint-Pierre 1906

Il y a deux types d'architecture pour ces édifices : soit des églises ou chapelles avec un clocher-mur ajouré possédant une galerie en bois protégeant les cloches, soit les églises ou chapelles avec un clocher-tour massif de plan carré (ex : église de Bias)[10].

Arnaudin Église de Bias 1897

(Ci-dessous, la liste des églises et chapelles photographiées par Félix Arnaudin, extrait du cahier sélection Dupin)

Localisation Nom de l'édifice Nombre de clichés (Félix Arnaudin) Lien vers l'édifice (si possible)
Argelouse Église 2 Argelouse
Arjuzanx Église 2 Arjuzanx
Aureilhan Église 2 Aureilhan (Landes)
Belhade Église 5 Belhade
Bias Église 3 Bias
Biscarosse Église 1 Biscarosse
Bouricos (commune de Pontenx) Chapelle 2 Bouricos
Gastes Église 3 Gastes
Hostens Église 3
Labrit Église 9 Labrit
Labouheyre Église 2 Labouheyre
Labouheyre Cimetière 7 Labouheyre
Labouheyre Église (intérieur) 1 Labouheyre
Le Muret (commune de Saugnacq) Chapelle Sainte Eutrope 11
Lugos Église 5
Lugos Église 1
Luë Église 16 Lüe
Luglon Église 10 Luglon
Mézos Église 7 Mézos
Mimizan Église 21 Mimizan
Mons (commune de Belin) Église 2
Moustey Église 1 Moustey
Moustey Église 5 Moustey
Pissos Église 8 Pissos
Richet (commune de Pissos) Église 9 Richet (Landes)
Sabres Église 9
Saint-Julien-en-Born Église 11 Saint-Julien-en-Born
Saugnacq Église 3
Sore Église 8 Sore (Landes)
Sore Chapelle 2 Sore (Landes)
Suzan (commune d'Ousse) Église 5
Trensacq Église 6 Trensacq
Ygos Église 3

[11]

  • Sources et fontaines:

Les Landais ont toujours favorisé les fontaines (voir Fontaines des Landes), mais rarement pour l'usage domestique. On prête des vertus curatives, voire miraculeuses, à l'eau des fontaines. Les eaux sont censées soulager toutes sortes de maladies et douleurs, notamment celles concernant la peau et les articulations. C'est cette croyance qui fonde le thermalisme aujourd'hui.

Arnaudin Fontaine Saint Michel 1903

Les sources et les fontaines sont très fréquentées au XIXe siècle et chaque commune en possède. Le plus souvent elles se situent en des lieux isolés, au creux d'un vallon (Ychoux, Escource, Sabres (Landes) parmi les photographies de Félix Arnaudin) ou à proximité d'une chapelle (Bourricos), ou plus rarement en lisière d'un bourg (Commensacq).

Elles sont surtout fréquentées à l'occasion de la fête du Saint Patron auquel elles sont consacrées et dont elles portent le nom : Sainte Quitterie (22 mai), Saint Michel (archange) (29 septembre), Saint Roch (16 août). Félix Arnaudin en dira dans les Chants populaires de la Grande-Lande : « Avec l'animation et le bruit dont s'emplit brusquement ce recoin si désert et silencieux d'ordinaire, l'incessant va-et-vient des dévots et des promeneurs aux abords de la fontaine guérisseuse, la procession s'y rend, aux sons grêles et trébuchants de la minuscule cloche mêlés aux accents d'un cantique débordant de mystique allégresse... »[12]. Une modeste croix en bois ou des ex-voto en signalent la présence[10].

(Ci-dessous, la liste des fontaines et lavoirs photographiés par Félix Arnaudin, extrait du cahier sélection Dupin)

Localisation Nom de l'édifice Nombre de clichés (Félix Arnaudin) Lien vers l'édifice (si possible)
Commensacq Lavoir 3 Commensacq
Luë Lavoir et Chêne 2 Lüe
Commensacq Fontaine Sainte Quitterie 2 Commensacq
Commensacq Fontaine des Tuc de Castera 4 Commensacq
Escource Fontaine de Saint-Michel 4 Escource
Escource Fontaine de Saint-Antoine 4 Escource
Luë Fontaine Saint-Pierre 3 Lüe
Luë Croix de Saint-Michel 1 Lüe
Luë Croix Saint-Michel 1 Lüe
Pontenx Sintrosse 2
Richet Fontaine Saint-Jean et Saint-Michel 3 Richet (Landes)
Sabres Fontaine Saint-Loup 2 Sabres (Landes)
Ychoux Fontaine Sainte-Rose 1 Ychoux
Ychoux Fontaine Harioou 1 Ychoux

[11]

  • Bornes de sauveté

Les bornes de sauveté délimitent à l'époque médiévale un territoire censé être sous la protection d'un établissement monastique. En plus de celles-ci, Félix Arnaudin a également photographié des Pierres-bornes, indiquant une limite de parcelle. Il nous reste aujourd'hui les bornes de sauveté de Lüe, de Saint Girons et de Mimizan.

Arnaudin Pyramide près de Ipourt 1913

Les bornes de sauveté de Luë sont quatre bornes circulaires surmontées chacune d'une croix de pierre, disposées à une centaine de mètres du sanctuaire. Elles délimitaient au XIVe siècle les limites de l'asile où pouvaient se réfugier les hommes[10].

  • Moulins

La lande possédait ces moulins : moulins à eau, moulins à vent, moulins à grains, moulins à puddler le fer. Mais la quasi-totalité des moulins des Landes photographiés par Félix Arnaudin (à une exception près, le moulin à vent de Biscarosse, aménagé en résidence secondaire) ont disparu, à cause du milieu fragile dans lequel ils se trouvent. Mais aussi, le boisement systématique des Landes en pin maritime, qui a eu pour effet d'arrêter le vent. Félix Arnaudin a photographié 14 moulins à eau. Cela ne représente qu'une petite partie des très nombreux moulins qui existaient dans la Grande-Lande au XIXe siècle.

Arnaudin Moulin à vent avec Jeanne Labat d'En-Meyri 1896

Ces moulins possèdent des particularités qui fondent l'identité des Landes. Ils sont en grande majorité construits essentiellement en bois (colombage avec remplissage de torchis ou de tuilots), reposant sur 4 à 7 piliers en chêne, selon leur volume. Certains moulins sont entièrement construits en murs de planches (ex : moulin de Darmuzey à Parentis-en-Born, moulin de Labrit à Pontenx-les-Forges). Plus rarement, on trouve des moulins comportant une ou deux arches en partie basse pour permettre le passage de l'eau (ex : moulin de Cantegrit à Commensacq, moulin de Barrouilh à Saugnacq). Généralement, le moulin est édifié sur un plan carré avec une toiture en pavillon à 4 versants égaux (moulins de Moulioc à Sabres (Landes), moulin de Notre-Dame à Mimizan, moulin de Callède à Trensacq, moulin de Barbut à Sabres). Certains moulins sont sur plan rectangulaire avec une toiture à 3 versants (moulin-neuf à Sabres, moulin de Darmuzey à Parentis-en-Born). On trouve également un modèle plus simple avec une toiture à 2 versants (moulin Dupouy à Lüe, moulin de Rotgé à Sabres (Landes)). Tous ces moulins possèdent une couverture à faible pente, en tuile canal. Sur la zone littorale, les moulins à vent exposés aux vent d'Ouest sont des édifices circulaires appartenant au type le plus simple du moulin tour bâti en moellons, parfois surmonté d'un bardage (parement) de bois[13].

(Ci-dessous, la liste des moulins photographiés par Félix Arnaudin, extrait du cahier sélection Dupin)

Localisation Nom du Moulin Nombre de clichés (Félix Arnaudin) Lien vers l'édifice (si possible)
Biscarosse Moulin à vent 1 Biscarosse
Biscarosse Étang de Cazaux (moulin de Chérit) 4 Étang de Cazaux et de Sanguinet
Commensacq Mougnoc 3 Commensacq
Commensacq Cantegrit 4 Commensacq
Labouheyre Clerc 3 Labouheyre
Luë Dupouy 11 Lüe
Luë Peron 2 Lüe
Luë La Pandelle 1 Lüe
Luë La Moulasse 10 Lüe
Mimizan Coulemine 2 Mimizan
Parentis-en-Born Moulin à vent 2 Parentis-en-Born
Parentis-en-Born Moulin de Truque 2 Parentis-en-Born
Sabres Barbut 4 Sabres (Landes)
Sabres Moulin-Neuf 4 Sabres (Landes)
Sabres Tauziet 5 Sabres (Landes)
Sabres Rotgé 2 Sabres (Landes)
Sabres Moulioc 1 Sabres (Landes)
Saugnacq Barrouilh 1
Trensacq Callède 11 Trensacq

[11]

Scènes de vie[modifier | modifier le code]

Félix Arnaudin, Bergers échassiers

Le travail de Felix Arnaudin en tant qu’ethnologue se reflète dans son œuvre photographique. À travers elle, il témoigne de l’histoire sociale et sociétale de son temps, dans les Landes. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le territoire des Landes est un territoire agricole qui repose sur l’élevage et les champs cultivés[14]. Ce thème des travaux agricoles a été richement illustré par plusieurs séries de photographies de la part de l'artiste. Celles-ci ont été réalisées dans un rayon de 10 kilomètres autour de Labouheyre. Félix Arnaudin immortalisa le quotidien de la population, avec par exemple les moments de loisirs ou alors le travail dans les champs de céréales, véritable lieu de travail collectif illustrant la sociabilité des quartiers. Felix Arnaudin met en scène des hommes, des femmes et des enfants dans leur environnement  pour recréer une activité ou une ambiance traditionnelle.

Félix Arnaudin, Lavandières

Les travaux des champs ne sont pas les seuls à faire l'objet de photographies. En effet, Arnaudin s’attache particulièrement au travail des femmes, avec notamment une importante série consacrée à la lessive du linge, que ce soit au lavoir ou au bord d’un ruisseau. Il s’intéresse à la dimension sociale dans la production textile locale. Celle-ci permet à la population d’avoir du linge de maison. Les éléments de costumes viennent, quant à eux, de régions voisines ou plus éloignées par le biais de foires ou marchés. Le linge de maison est le principal signe de richesse de ces populations.

Félix Arnaudin, Fileuses

Toutefois, bien que l'artiste veuille témoigner d'une réalité sociale, celle-ci peut parfois s'avérer faussée. Les attitudes des personnages ne sont pas toujours naturelles ou spontanées, ils posent souvent pour le photographe, et ces poses sont étudiées préalablement. Il y a une mise en scène de la composition et des attitudes pour servir l’esthétisme du cliché. En outre, l’objectif d’Arnaudin est la recherche d’une harmonie comme le montre un cliché, intitulé Fileuses, pris le 13 avril 1893. Félix Anaudin y met en scène une veillée où plusieurs femmes filent le chanvre ou le lin. Ce cliché est d’autant plus intéressant que pour la première fois dans son Œuvre Arnaudin photographie en intérieur. Là aussi la scène manque de spontanéité, car le photographe a disposé divers objets pour recréer un intérieur réel, dans une maison délaissée et sans toit. Ces éléments se retrouvent également dans ses portraits.

Portraits[modifier | modifier le code]

Arnaudin, Groupe de cinq femmes

Les portraits forment une série majeure de l’œuvre photographique de Felix Arnaudin, comme peuvent en témoigner les deux cent-trente négatifs[15] sur verre conservés au musée d’Aquitaine. Arnaudin réalise des portraits individuels, des portraits de groupes et des portraits familiaux mêlant toutes les générations. Hommes, femmes et enfants posent debout ou assis, la plupart du temps en extérieur. Les habitants des landes qui posent pour le photographe sont aussi bien des personnes issues de la société paysanne parfois très pauvre que des personnes plus aisées telles que des notables de la bourgeoisie rurale. Avant d’être photographiée, chacune de ces personnes revêt des vêtements corrects traditionnels, voire ses habits du dimanche. En outre, Arnaudin produit des clichés sur sa famille et ses proches, notamment Marie, sa compagne, qu'il photographie parfois « en cheveux » montrant ainsi son intimité avec cette femme.

Arnaudin, Portrait de famille

Dans tous ses portraits, il prête une grande attention au décor restant d’une grande sobriété. Les personnages sont souvent placés devant un drap blanc. Quelque fois un deuxième linge est étendu sur le sol. Certains habitants posent parfois dans un environnement plus identifiable, dans un jardin, devant le mur d’une maison ou devant une porte. Il s’agit de portraits authentiques bien que Felix Arnaudin, là encore, mette en scène ces personnages pour ne rien laisser au hasard. Dans ces portraits, agrémentés quelquefois d’accessoires (tels un parapluie, un jouet ou une chaise), les attitudes des habitants sont choisies par le photographe. Bien souvent, les habitants ne sont pas habitués à se faire photographier. Leurs expressions sont alors sérieuses même si certains esquissent parfois un sourire.

Enfin, Felix Arnaudin témoigne d’une certaine fascination pour la mort avec la réalisation de plusieurs clichés de personnes et de chiens de chasse décédés. Il photographie par exemple, une femme, un nouveau-né portant sa robe de baptême ou encore un suicidé allongé sur un matelas au sol. Ainsi, ces photographies, appelées « physionomies du passé », sont un témoignage d’un mode de vie exposant notamment les tenues vestimentaires et la vie en communauté.

Pratiques photographiques[modifier | modifier le code]

Félix Arnaudin a mené son œuvre photographique, dès l’âge de vingt ans et tout au long de sa vie, sur le territoire des Landes, territoire sur lequel il vit et sur lequel il décèdera. En réaction à l’industrialisation au cours du XIXe siècle et à la loi du 19 juin 1857 sur la plantation en pins des Landes de Gascogne, le photographe s’efforcera de capturer les paysages et les scènes de la vie rurale avant qu’elles n’évoluent, à sauvegarder ce qui tend à disparaître grâce aux moyens photographiques de son temps.

Technique photographique[modifier | modifier le code]

Tout au long de sa vie, Félix Arnaudin teste différents procédés pour photographier avec plus de précisions ou de contrastes, les Landes et ses habitants. Il tient plusieurs carnets à jour dans lesquels il note le matériel qu'il achète, ses tests satisfaisants ou non, et les nombres de développements qu'il réalise. Ces carnets sont une mine d'informations considérables pour comprendre sa technique et plus globalement les produits photographiques en vogue à l'époque et leurs fabricants.

  • Les chambres et obturateurs

Dans les années 1970, lors d'un voyage à Paris, Félix Arnaudin se procure sa première chambre photographique. Il s'agit d'une chambre 9 x 12 de la maison Derogy. Il y achète également l'objectif Aplanat -appelé orthoscopique ou rectiligne- créé par Derogy lui-même en 1858. Cet objectif comporte deux doublets accolés de part et d'autre du diaphragme permettant un large champ et une atténuation de la distorsion. Il a donc l'avantage de combiner la «  rectitude des lignes à une bonne luminosité, netteté des différents plans au brillant des images »[16]. Félix Arnaudin acquiert en même temps vers 1873, un pied en bois, des châssis étanches à la lumière et du matériel nécessaire à la préparation des plaques.

Il teste ensuite différents appareils ; de mai 1890 à mars 1897, il utilise une chambre 13 x 8 de chez Derogy pour 205 négatifs dont 88 développés. En novembre 1891, il échange sa chambre 9 x 12 et l'objectif avec un négociant parisien, contre un obturateur Guerry. Il s'associe ensuite en mai 1896 à Paris, avec un ébéniste nommé Duchâtelier, pour la construction d'une chambre 13 x 18 en noyer verni avec trois châssis doubles à rideau. Félix Arnaudin s'essaye également à l'instantanée en août 1891 avec un obturateur Thornton-Pickard qu'il acquiert la même année. Ce procédé est plutôt avantageux car il réduit les vibrations au déclenchement grâce à l'utilisation d'une poire au bout d'un long tuyau de caoutchouc.

Le musée d'Aquitaine de Bordeaux conserve une chambre utilisée par Félix Arnaudin : un folding 13 x 18.

  • Les plaques

Au début de sa carrière, Félix Arnaudin prépare lui-même ses plaques. Il utilise d'abord un procédé au collodion puis à partir de 1873, il utilise le procédé gélatino-bromure. Ce sont des procédés plutôt complexes qui nécessitent des connaissances en chimie. Félix Arnaudin n'a pas forcément reçu une formation complète sur l'utilisation de ces produits, mais il passe l'ensemble de sa vie à les tester jusqu'à l'arrivée sur le marché de la photographie en 1880, de plaques pré-préparées[17].

Ci-dessous : Liste des fournisseurs et des plaques utilisées par Félix Arnaudin [18],[19]

Fournisseurs Type de plaque Marque Période
Attout (Paris) De 1891 à 1921
Bacard Plaque gélatino-bromure À partir de 1884
Barnett and Sons (Angleterre) Plaque gélatino-bromure Anti-halo De 1891 à 1921
Barnett and Sons (Angleterre) Plaque gélatino-bromure

« Vertes moyennes »

De 1891 à 1921
Barnett and Sons (Angleterre) Plaque gélatino-bromure « Jaunes extra-rapides » De 1891 à 1921
Barnett and Sons (Angleterre) Plaque gélatino-bromure « Cachet rouge ultra-rapide » De 1891 à 1921
Barnett and Sons (Angleterre) Plaque gélatino-bromure Orthochromatiques De 1891 à 1921
Clayton (Paris) De 1891 à 1921
Dorval (22 rue Rambuteau, Paris) Plaque au collodion sec « Étiquettes jaunes » À partir de septembre 1881
Dorval (22 rue Rambuteau, Paris) Plaque gélatino-bromure « Étiquettes roses » À partir de 1881
Graffe et Jougla (fabriqué chez Félix

Saint Clair, rue Barada, Bordeaux)

Plaques instantanées Août 1894
Grieskaber Frères et Cie « Ultra-rapides »
Monckhoven Plaque gélatino-bromure
Société Lumière Plaque gélatino-bromure « Étiquettes rouges » (émulsion lente) De 1891 à 1921
Société Lumière Plaque gélatino-bromure émulsion orthochromatique De 1891 à 1921
Société Lumière Plaque gélatino-bromure « Étiquettes blanches » De 1891 à 1921
Société Lumière Plaque gélatino-bromure Simplex « Étiquettes grises » à action anti-halo De 1891 à 1921
Perron (Mâcon) De 1891 à 1921
  • Les papiers

Félix Arnaudin utilise plusieurs types de papier qu'il sensibilise lui-même. Il se procure d'abord chez Derogy du papier salé, qui donne une couleur brun-jaunâtre au développement et du papier albuminé, qui suivant la composition du bain de virage, prend des tons allant de brun-roux à violet[20]. Le second a l'avantage sur le premier de rendre le développement plus détaillé et plus satiné.

À partir de 1880, il utilise des papiers aristotypes à la celluloïde avec la technique du collodion, et des papiers au nitrate avec la technique à la gélatine. Avec le premier type il obtient plutôt des teintes brun-roux tandis qu'à la gélatine, ce sera des tons de bruns à noir selon la nature du virage. Félix Arnaudin se fournit en papier chez la société Lumière où le papier aristotype à la gélatine est appelé Aristo tandis que chez Eastman Kodak, on l'appelle Actinos. Les papiers aristotypes sont sans doute les papiers favoris de Félix Arnaudin puisqu'il les utilise pendant près de 30 ans. Ils permettent notamment un rendu brillant avec des blancs très purs.

Processus artistique[modifier | modifier le code]

Félix Arnaudin est animé par la volonté de figer, par la photographie, l’environnement d’une époque en déclin. Cette sauvegarde des modes de vie traditionnels déjà en perdition, sera traduite par des mises en scène étudiées, notées, dessinées, dans un souci de perfectionnement. Ainsi, on retrouve dans son travail une rigueur traduite par une conduite sérielle dans certaines photographies, dans ses choix de cadrages et enfin son traitement quant à la lumière, élément fondateur dans les photographies en noir et blanc.

Reproduction numérique d'une note préparatoire manuscrite concernant Les Sarcleuses réalisée par Félix Arnaudin entre 1897 et 1898 sur papier.
Reproduction numérique de l’œuvre Les Sarcleuses, réalisée par Félix Arnaudin à Lüe Grué le 10 juin 1894 selon la technique du gélatino bromure d'argent sur plaque de verre (13 x 18 cm)
Reproduction numérique de l’œuvre Les Sarcleuses réalisée par Félix Arnaudin à Lüe Grué le 7 juin 1895 selon la technique du gélatino bromure d'argent sur plaque de verre (13 x 18 cm).
  • La mise en scène et le travail sériel

La technique artistique de Félix Arnaudin se veut être celle d’un perfectionniste : en effet, le photographe veut atteindre un idéal de ce qu’il imagine être les Landes et la vie quotidienne de cette région. C’est pourquoi il reproduit plusieurs fois la même scène avec, dans la mesure du possible, les mêmes modèles, dans différents espaces des Landes pour un même thème, ayant ainsi une conduite sérielle. Un exemple de série est celle intitulée Les Sarcleuses qui représente les femmes avec leurs outils de sarclage dans un espace boisé à proximité d’un champ. Le travail pour cette série représente un ensemble de quarante-neuf clichés sur deux lieux (Gaillard et Grué) dans une période de cinq ans[21].

Dans ses photographies, Félix Arnaudin effectue un travail de mise en scène dans l’idée de produire une photographie au plus proche de sa réalité, au point d’introduire ses propres objets domestiques dans ses clichés. Pour cela il produit un véritable travail préparatoire avec des notes détaillées qui lui serviront à indiquer les positions aux différents figurants[22], rémunérés à cette occasion. Félix Arnaudin poursuit une réflexion artistique par la mise en scène et le choix des lieux et des personnages. Cela se constate notamment dans la série Les Fileuses à Maroutine : les photographies de cette série ont été prises dans une vieille ferme sans toit, ce qui est un choix esthétique pour faire entrer la lumière dans la pièce.

  • Le Cadrage
Reproduction numérique de l’œuvre Ninotte Boyer et sa fille réalisée par Félix Arnaudin le 04 décembre 1898 selon la technique du gélatino bromure d'argent sur plaque de verre (18 x 13 cm).

Dans le processus artistique, Félix Arnaudin travaille sur les portraits des familles landaises. Il met en place une manière de photographier ces individus en les plaçant devant un fond neutre et blanc : un mur chaulé ou un drap blanc. Ce dispositif, fréquent, met en avant les individus, leur attitude et rend le cliché plus net. Le photographe dispose le fond blanc de manière à laisser la partie inférieure visible mais il arrive que les individus soient totalement encadrés par ce fond ce qui donne un effet de flottement. Les modèles, disposés de manière très statique, peuvent être assis ou debout et sont généralement photographiés de face, le regard fixé sur l’objectif de l’appareil. La pose immobile, renforcée par le fond blanc, n’empêche pas la visibilité des liens sociaux qui existent lorsqu’il s’agit de familles. Chaque personne, en fonction de son statut familial, prend une position adaptée choisie par l’artiste[23]. Dans le cas de femmes, comme le montre la photographie de Ninotte Boyer et sa fille, les femmes restent assises chacune sur les chaises.

Félix Arnaudin se démarque tout particulièrement des autres artistes dans son traitement de la prise de vue de paysages : il consacre une grande partie de son travail photographique à l’espace landais. Les photographies du paysage landais se divisent en deux parties presque égales entre le ciel et la terre. Entre ces deux lignes distinctes, s’établit une fine bande qui correspond aux forêts de pins typiques du paysage landais de l’époque[24]. Pour arriver à ce partage égal, Félix Arnaudin a tracé un trait médian sur la surface du verre dépoli de sa chambre, ce qui permet de renforcer la ligne d’horizon et de la mettre en évidence[25]. Si certains éléments, comme des maisons ou des bergers, sont insérés dans l’espace photographique, ceux-ci servent à ouvrir sur le paysage landais sans pour autant l’occulter. Cette ligne centrale ouvre vers l’arrière-plan et donne une profondeur de champ à la photographie. Félix Arnaudin élabore, grâce à plusieurs vues du paysage de La Mouleyre, un panorama en juxtaposant les différents clichés : ce montage développe l’impression de profondeur de champ avec la vision qui se perd dans le paysage landais.

Reproduction numérique de l’œuvre Route d'Escourssole à Labouheyre réalisée par Félix Arnaudin à Labouheyre le 28 septembre 1880 selon la technique du gélatino bromure d'argent sur plaque de verre (13 x 18 cm).
  • Lumière et retouches

La recherche de la lumière est permanente dans le travail de Félix Arnaudin par des mises en scène et des retouches. En jouant avec les ombres et les lumières, il accentue les contrastes, et affine la netteté de ses portraits et la profondeur de ses paysages renforçant ainsi la qualité impressive de ses photographies.

Cette recherche de la lumière est présente dans ses portraits, où il tend un drap blanc en arrière-plan. Ces fonds clairs sont une source lumineuse ce qui fait ressortir les modèles au premier-plan, souvent habillés de couleurs sombres.

Pour apporter une source lumineuse plus importante, Félix Arnaudin choisit un environnement adapté à la photographie de cette époque. Il met en scène Les Fileuses dans un espace prétendu intérieur. En réalité, ses modèles sont photographiés dans une maison en ruine, qui laisse entrer la lumière naturelle par une partie du toit et des murs effondrés.

Le photographe modifie aussi le contraste en apposant des petites touches de peinture, noire ou blanche, sur le support photographique pour faire ressortir ou s'éloigner certains éléments. Elles sont notamment visibles sur son œuvre Route d'Escourssole à Labouheyre.

Œuvre littéraire[modifier | modifier le code]

Publiées de son temps[modifier | modifier le code]

  • Contes populaires recueillis dans la Grande-Lande, le Born, les Petites-Landes et le Marensin, Paris, E. Lechevallier et Bordeaux, Vve Moquet, 1887
  • Chants populaires de la Grande-Lande et des régions voisines, t. I, Paris, Honoré Champion, (lire en ligne)
  • Choses de l'ancienne Grande-Lande : La Baronnie de Labouheyre (préf. Élie Menaut), Labouheyre, Imprimerie Lambert,

Éditions récentes[modifier | modifier le code]

La consécration posthume[modifier | modifier le code]

Consécration historiographique[modifier | modifier le code]

Des passionnés et héritiers commencent à s’intéresser à ce patrimoine au début des années 1960. Dans la masse de documents qui étaient stockés et triés dans la maison Monge, certains ensembles étaient destinés à l'édition. Ils en tirent de nouveaux volumes, parmi lesquels des Contes, le dictionnaire du gascon de la Grande-Lande, deux volumes de chants et proverbes, témoignages uniques de ce monde disparu.

En 1979, l'ensemble des documents manuscrits de Félix Arnaudin sont cédés par ses héritiers au Parc naturel régional des Landes de Gascogne. Aujourd'hui, ce folkloriste et son travail sont à nouveau accessibles, grâce à la publication de ses Œuvres Complètes (gascon/français) en 9 volumes entrepris sous la responsabilité du Conseil Scientifique du Parc naturel régional des Landes de Gascogne.

Maison de naissance de Félix Arnaudin, à Labouheyre
"Vous déciderez-vous donc, une bonne fois, à publier quelque chose ? Ou bien faut-il qu’on se résigne à n’avoir de vous que des œuvres posthumes ? [26]" M. Fabres à F. Arnaudin, 8 juin 1902
D'autres citations de Félix Arnaudin sont disponibles sur WikiQuote

Consécration artistique : la Maison de la photographie des Landes[modifier | modifier le code]

Affiche de l'exposition "[Land]scape : territoires en partage", photographie de Maitetxu Etcheverria.

Située à Labouheyre, ville natale de Félix Arnaudin, la Maison de la photographie des Landes (ou MPL) a été ouverte en 2001. Maison où l'artiste landais est né, c'est aujourd'hui un lieu dédié à la diffusion des œuvres de celui-ci et à la création photographique contemporaine. La Maison de la photographie des Landes s'est donné pour mission de valoriser les créations portant un regard sur les liens entre l'Homme et son environnement en constante évolution, suivant ainsi les traces de la pratique et des préoccupations de Félix Arnaudin de son vivant. De nombreux artistes, tels Vincent Monthiers, Jean Hincker, Jean-Joël Le Fur, Martine Chenais, Pascal De Lavergne, Philippe Becquelin, Frédéric Desmesure, Yannick Lavigne, Luc Choquer ou encore Luc Medrinal, ont par exemple été exposés à la Maison de la photographie des Landes[27]. Des résidences d'artistes photographes sont aussi mises en place, et donnent lieu à des expositions qui peuvent former un parcours dans la région. C'était le cas du projet "[Land]scape, Territoires en partage". De janvier à avril 2014, trois artistes contemporains étaient invités en résidence à créer autour de la thématique des mutations du paysage landais : Sabine Delcour, Maitextu Etcheverria et Romann Ramshorn. Chacun, avec sa sensibilité artistique propre, a photographié les Landes d'aujourd'hui. Leurs travaux ont été exposés à la Maison de la photographie des Landes, à l'écomusée de Marquèze, et à la Vieille Église de Mérignac[28]. En été 2015, la deuxième étape du projet, intitulée "[Land]scape, paysages envisagés", était présentée à la MLP.

Enfin, la Maison de la photographie des Landes propose aussi des actions de sensibilisation à la photographie auprès des plus jeunes, avec des intervenants-professionnels. Elle travaille en partenariat avec le Parc naturel régional des Landes de Gascogne et le musée d'Aquitaine, et a déjà organisé ou co-organisé plus de trente-cinq expositions. Elle a obtenu, en 2012, le label "Maison des Illustres" du Ministère de la Culture et de la Communication[29].

Félix Arnaudin au musée d'Aquitaine[modifier | modifier le code]

L’entrée du fonds Arnaudin au musée d'Aquitaine[modifier | modifier le code]

Le fonds Félix Arnaudin est réparti en trois lieux : le parc naturel régional des Landes de Gascogne, les Archives départementales des Landes et le musée d'Aquitaine. Ce dernier est le propriétaire de la quasi-totalité du fonds photographique avec 3 226 négatifs sur plaque de verre, 2 143 épreuves originales sur papier et 328 archives manuscrites[30]. S’il s’agit du fonds le plus conséquent en termes de photographies, cette information est à nuancer dans la mesure où il est composé de doublons entre les tirages papiers et les négatifs sur verre.

Deux donations sont à la base de ce fonds. En 1966, la veuve de Paul Dourthe, cousin germain de Félix Arnaudin, lègue au musée d’Aquitaine des négatifs sur plaque de verre découverts dans la maison familiale. En 1993, la famille Lebras parente d’Arnaudin, est à l’origine d’une donation importante : série de tirages originaux réalisés sur différents support-papiers qui permettent d’appréhender le travail d’Arnaudin et la diversité de ses recherches. À la suite de la première donation, un poste de collaborateur technique à mi-temps est créé au musée pour assurer le nettoyage, l’inventaire et le classement des fichiers. Le travail préalable d’inventaire de Félix Arnaudin sur ses propres œuvres a facilité la bonne mise en œuvre de ces missions.

Photographie du fonds photographique Félix Arnaudin au musée d'Aquitaine.

Un récolement effectué en 2007, a permis une saisie informatique de chacun des clichés dans une base de données. De plus, la collection a fait l’objet de campagnes de numérisation par le biais de l’appel à projet du ministère de la culture et de la communication en 2009, puis 2011. Ces plaques sont aujourd'hui en ligne sur le site du musée d’Aquitaine ouvert en 2012. 1 553 d’entre elles sont consultables sur la base Joconde, dont certaines ont été présentées dans la rubrique "zoom du mois de mai" en 2013. Toutes ces initiatives participent à une meilleure connaissance et valorisation du fonds.

Conservation et préservation du fonds photographique[modifier | modifier le code]

Pour une conservation optimale d’un fonds photographique, la préservation des supports passe par l'utilisation de contenants protecteurs de qualité, de mobilier approprié et par le maintien de conditions environnementales adéquates. Ce fonds photographique fait l’objet de nombreuses expositions depuis 1987, d’où la nécessité de l’application des mesures préalablement citées.

Aujourd'hui le fonds Arnaudin est rassemblé dans une réserve dotée d’un système de régularisation constante de la température à 18 °C et de l’humidité entre 40 et 50% [31]. Afin d’éviter les traces de doigts, les souillures et les abrasions résultant de la manipulation des photographies, les tirages papiers sont protégés dans des classeurs de conservation en papier neutre. Pour prévenir des éventuelles dégradations, les plaques de verre sont conditionnées dans des pochettes en papier neutre, elles-mêmes placées dans des boites cartonnées rangées à la verticale[32].

L'exposition au musée d'Aquitaine[modifier | modifier le code]

Le musée d'Aquitaine a consacré une exposition à l’œuvre photographique de Félix Arnaudin du 14 avril au 31 octobre 2015 intitulée « Félix Arnaudin. Le guetteur mélancolique. Œuvre photographique 1874-1921 »[33]. Elle s'est tenue dans l'espace d'expositions temporaires du musée d'Aquitaine à Bordeaux. Son objectif était de faire découvrir la pratique photographique de Félix Arnaudin et son engagement artistique dans la photographie alors qu'il est souvent cantonné à son œuvre d’ethnologue et de folkloriste.

Salle principale de l'exposition "Félix Arnaudin, le guetteur mélancolique" au musée d'Aquitaine du 14 avril au 31 octobre 2015.

Le parcours d'exposition était conçu pour offrir un dialogue entre les différents espaces et thématiques et permettre une circulation du regard. La première salle présentait une vue panoramique de la lande. Elle était suivie d'un vaste espace où étaient exposés des paysages et, en son centre, des portraits d’individus. Une salle contiguë expliquait le travail photographique de Félix Arnaudin, notamment comment il pensait la construction de l'image et procédait à des retouches photographiques sur les négatifs. À l'étage, un autre espace portait sur l'architecture vernaculaire et les mises en scène des travaux saisonniers et domestiques. Une dernière salle était consacrée à la vie intime de Félix Arnaudin. Des photographies de membres de sa famille y étaient exposées. Par une superposition d’agrandissements de photographies, le commissaire de l'exposition avait recréé le quartier d’habitation de F. Arnaudin.

Exposition "Félix Arnaudin, le guetteur mélancolique" au musée d'Aquitaine du 14 avril au 31 octobre 2015. Reconstitution d'une vue panomarique de la lande à partir des photographies de Félix Arnaudin.

L'exposition présentait des agrandissements de négatifs sur verre originaux qui ont été préalablement numérisés en très haute qualité ainsi que des tirages originaux et des négatifs sur verre. Les œuvres originales font l'objet de conditions de préservation particulières. En effet, l'humidité relative doit être comprise entre 45 et 55 % et l'éclairement entre 55 et 110 lux [34]. À la suite de cette exposition, les originaux ne pourront plus être exposés à la lumière durant six ans. Les conditions de conservation sont visibles dans la scénographie : les œuvres originales, éclairées par LED (système d’éclairage qui ne dégage pas de chaleur) étaient protégées par des cimaises en canapé. Ces cimaises ont été peintes en rose sur un pan alors que les autres étaient en gris moyen[35]. Le gris moyen est une couleur couramment utilisée dans les expositions photographiques du fait de sa neutralité. L'encadrement des œuvres a été effectué par le musée d'Aquitaine : les tirages originaux ont été encadrés avec un bois couleur acajou et un passe-partout écru alors que les tirages contemporains ont reçu un cadre clair et un passe-partout blanc[36]. Chaque œuvre comportait une légende. Des cartels plus développés amenaient un contenu ethnographique et des kakemonos expliquaient de manière plus approfondie la démarche photographique de Félix Arnaudin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir la géographie des Landes
  2. Des milliers de fiches, rassemblées dans les neuf tomes de ses œuvres complètes
  3. François Lalanne, « Félix », dans l'index général des œuvres complètes, p. 9-14
  4. François Lalanne, Œuvres complètes, Index Général: Félix Arnaudin, vol. 9, Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, éditions confluences, , 447 p. (ISBN 978-2-914-24091-8), p. 35-36.
  5. Félix Arnaudin (1844-1921) 40 ans d'images à travers la Grande-Lande, habitat et architecture rurale de la Grande-Lande, Musée d'Aquitaine, ville de Bordeaux, , 287 p., p. 10-13.
  6. Félix Arnaudin, Œuvres Complètes III Chants populaires de la Grande-Lande, vol. 1, Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne- Editions Confluences, , 452 p..
  7. Moniot François, "introduction", Félix Arnaudin (1844-1921), 40 ans d’images à travers la Grande-Lande, habitat et architecture rurale de la Grande-Lande, Musée d’Aquitaine, Ville de Bordeaux, 1991, p. 13
  8. Moniot François, "introduction", Félix Arnaudin (1844-1921), 40 ans d’images à travers la Grande-Lande, habitat et architecture rurale de la Grande-Lande, Musée d’Aquitaine, Ville de Bordeaux, 1991, p. 14
  9. Moniot François, "introduction", Félix Arnaudin (1844-1921), 40 ans d’images à travers la Grande-Lande, habitat et architecture rurale de la Grande-Lande, Musée d’Aquitaine, Ville de Bordeaux, 1991,p. 14
  10. a, b et c Pierre Bardou, Guy Latry, François Moniot et Michel Poirert, Félix Arnaudin, Œuvre photographique (1874-1921), éditions Confluences, , 347 p. (ISBN 978-2-35527-169-4), p. 200-242.
  11. a, b et c François Lalanne, Œuvres complètes, Index Général: Félix Arnaudin, vol. 9, Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, éditions confluences, , 447 p. (ISBN 978-2-914-24091-8), p. 43-52.
  12. Félix Arnaudin, Œuvres Complètes III Chants Populaires de la Grande-Lande, vol. 1, Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne- Editions Confluences, , 452 p., p. 385.
  13. Félix Arnaudin (1844-1921) 40 ans d'images à travers la Grande-Lande, habitat et architecture rurale de la Grande-Lande, Musée d'Aquitaine, ville de Bordeaux, , 287 p., p. 14-15.
  14. Eric Audinet, Felix Arnaudin Œuvre photographique: 1874 - 1921, Bordeaux, Editions Confluences, , p.154-155 p. (ISBN 978-2-35527-169 4)
  15. Eic Audinet, Felix Arnaudin Œuvre photographique: 1874 - 1921, Bordeaux, Editions Confluences, , p.277 p. (ISBN 978-2-35527-169 4)
  16. Moniot François, Félix Arnaudin (1844-1921), 40 ans d’images à travers la Grande-Lande, habitat et architecture rurale de la Grande-Lande, Ville de Bordeaux, Musée d’Aquitaine,
  17. Pierre Bardou, Félix Arnaudin Œuvre Photographique: 1874-1921, Bordeaux, Editions Confluences, (ISBN 978-2-35527-169 4), p. 57
  18. Pierre Bardou, Félix Arnaudin, Œuvre photographique (1874-1921), Bordeaux, Editions Confluences, (ISBN 978-2-35527-169 4)
  19. Moniot François, Félix Arnaudin (1844-1921) 40 ans d'image à travers la grande Lande Habitat et architecture rurale de la Grande Lande, Bordeaux, Musée d'Aquitaine,
  20. Pierre Bardou, Felix Arnaudin Œuvre photographique: 1874 - 1921,, Bordeaux, Editions Confluences, (ISBN 978-2-35527-169 4)
  21. Jacques Sargos, Félix Arnaudin, imagier de la Grande Lande, Centre Régional des Lettres d'Aquitaine- L'Horizon Chimérique- Ultraeïa Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, 1993, p. 142
  22. Eric Audinet, Félix Arnaudin Œuvre Photographique: 1874-1921, Éditions Confluences, Bordeaux, avril 2015, p. 150-151 / Jacques Sargos, Félix Arnaudin, imagier de la Grande Lande, Centre Régional des Lettres d'Aquitaine- L'Horizon Chimérique- Ultraeïa Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, 1993, p. 25, p. 140
  23. Jacques Sargos, Félix Arnaudin, imagier de la Grande Lande, Centre Régional des Lettres d'Aquitaine- L'Horizon Chimérique- Ultraeïa Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, 1993, p. 149
  24. Jacques Sargos, Félix Arnaudin, imagier de la Grande Lande, Centre Régional des Lettres d'Aquitaine- L'Horizon Chimérique- Ultraeïa Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, 1993, p. 145-146
  25. Jacques Sargos, Félix Arnaudin, imagier de la Grande Lande, Centre Régional des Lettres d'Aquitaine- L'Horizon Chimérique- Ultraeïa Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, 1993, p. 140
  26. Félix Arnaudin, Œuvres Complètes, Bordeaux, Confluences, , 7 p. (ISBN 2-910550-76-1)
  27. « Photographes déjà exposés à la Maison de la Photographie des Landes », sur www.photolandes.fr (consulté le 26 novembre 2015)
  28. « Actualités », sur www.photolandes.fr (consulté le 26 novembre 2015)
  29. « Présentation », sur www.photolandes.fr (consulté le 26 novembre 2015)
  30. Eric Audinet, <Félix Arnaudin Œuvre Photographique: 1874-1921 >, Editions Confluences, Bordeaux, , p. 330.
  31. Charbonneau et Robert, <La gestion des archives photographiques>, Presses de l'Université du Québec, Sainte-Foy, , p. 182.
  32. Charbonneau et Robert, <La gestion des archives photographiques>, Presses de l'Université du Québec, Sainte-Foy, , p. 189.
  33. http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/evenement/exposition-felix-arnaudin-le-guetteur-melancolique
  34. GOB André, DROUGUET Noémie, La muséologie, histoire, développements, enjeux actuels, Paris, éd. Armand Colin, 2014, (ISBN 978-2-200-29118-1), p.213
  35. http://www.comment-apprendre-la-photo.fr/indice-lumination-gris-neutre-18 et http://www.commentcamarche.net/faq/34602-exposition-attention-au-tout-automatique
  36. http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/article/le-service-technique

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Joël Le Fur, Sur les traces de Félix Arnaudin ou Les métamorphoses des Landes, Centre départemental du patrimoine et Éditions Confluences, Montauban, 2008 (ISBN 978-2-35527-004-8)
  • Félix Arnaudin (1844-1921), 40 ans d’images à travers la Grande-Lande, habitat et architecture rurale de la Grande-Lande, musée d’Aquitaine, Ville de Bordeaux, 1991, 287p
  • Jacques Sargos, Bernard Manciet, Pierre Bardou, Guy Latry, avec la collaboration de François Moniot et Jean Cabanot, Félix Arnaudin, imagier de la Grande Lande, Co-édition : Centre Régional des Lettres d’Aquitaine, l’Horizon Chimérique, Ultreïa, Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, Périgueux, 1993, 157p (ISBN 2-907202-47-2)
  • Pierre Bardou, Guy Latry, François Moniot, Michel Poirert et Eric Audinet, Geneviève Dupuis-Sabron, François Hubert, François Lalanne, Catherine Vigneron, Félix Arnaudin, Œuvre photographique: 1874-1921, éditions confluences, Mérignac, avril 2015, 347p (ISBN 978-2-35527-169-4)
  • Félix Arnaudin, Chants populaires de la Grande-Lande, Tome 1, Œuvres complètes III, Parc Naturel des Landes de Gascogne, Éditions Confluences, 1995, 452p
  • François Lalanne, Œuvres complètes, Index Général, Félix Arnaudin, Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne, éditions Confluences, Beerse (Belgique), 2007, 447p (ISBN 978-2-914-24091-8)
  • Normand Charbonneau, Mario Robert, La gestion des archives photographiques, Presses de l'Université du Québec, Sainte-Foy, 2001, 306p (ISBN 2-7605-1068-9)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :