Étang Blanc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Étang Blanc
Étang Blanc vu de Soustons
Étang Blanc vu de Soustons
Administration
Pays Drapeau de la France France
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 36″ nord, 1° 21′ 52″ ouest
Superficie 1,83 km2
Longueur 1,7 km
Altitude 12 m
Profondeur
 · Maximale
0,65 m
2 m
Hydrographie
Alimentation Étang Noir
Émissaire(s) Étang de Hardy
Divers
Commentaire Logo des sites naturels français Site classé (1968)

Géolocalisation sur la carte : Landes

(Voir situation sur carte : Landes)
Étang Blanc

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Étang Blanc

L'étang Blanc se situe sur les communes de Soustons, Seignosse et Tosse, dans le département français des Landes.

Présentation[modifier | modifier le code]

Il doit probablement son nom au contraste avec son voisin, l'étang Noir, d'aspect plus sombre, et duquel il reçoit les eaux. L'étant Blanc déverse ensuite ses eaux dans l'étang de Hardy. Ces deux étangs sont reliés par un canal franchi par le pont du Puntaou, datant de 1867[1].

Intérêt écologique[modifier | modifier le code]

En France métropolitaine, les zones humides couvrent 3 % du territoire mais hébergent un tiers des espèces végétales remarquables ou menacées, la moitié des espèces d'oiseaux et la totalité des amphibiens et poissons d'eau douce. Ce sont des lieux d'abri, de nourrissage et de reproduction pour de nombreuses espèces, indispensables à la reproduction des batraciens. Elles constituent des étapes migratoires, des lieux de reproduction et d'hivernage pour de nombreuses espèces d'oiseaux[2]. Le rôle écologique des zones humides dans les Landes y est d'autant plus important que la majorité d’entre elles ont disparu suite aux grands travaux d’assèchement entrepris sous Napoléon III dans le cadre de la loi du 19 juin 1857.

Classements[modifier | modifier le code]

L'étang Blanc est un site naturel classé par le décret du Conseil d'État du 16 décembre 1968. Ce même décret concerne les étangs Noir, de Léon et d'Yrieux, de Hourtin et de Carcans, de Lacanau, sous l'appellation « Étangs landais », pour une superficie totale de 612 ha[3] .

Ce premier classement ne concerne que la partie en eau. En raison de la forte pression urbaine à laquelle elles sont soumises, et afin de leur conserver leur caractère naturel, les rives de l'étangs Blanc et de l'étang de Hardy sont classées par le décret du Conseil d'État du 11 mars 1982 pour une superficie de 220,3 ha[4].

L'étang est également constitutif du site Natura 2000 (SIC/pSIC) « Zones humides de l'arrière dune du Marensin »[5].


Art[modifier | modifier le code]

L'étang a intéressé le peintre landais Gaston Larrieu (1908-1983) qui lui a consacré une série de toiles.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Jacques Fénié et Jean-Jacques Taillentou, Lacs, étangs et courants du littoral aquitain, au temps des « galups » et des vaches marines, Éditions Confluences, , 159 p. (ISBN 2-914240-79-1)
  2. Panneau de présentation du belvédère de la Malloueyre, réalisé par la Région Aquitaine, l'ONF, l'UE et le réseau Natura 2000
  3. Fiche sur le site de la DREAL Aquitaine
  4. Fiche sur le site de la DREAL Aquitaine
  5. Site FR7200717

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :