Bias (Landes)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bias.

Bias
Bias (Landes)
Maison de l'airial et église Saint-Michel.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Landes
Arrondissement Mont-de-Marsan
Canton Côte d'Argent
Intercommunalité Communauté de communes de Mimizan
Maire
Mandat
Élisabeth Etcheverria
2017-2020
Code postal 40170
Code commune 40043
Démographie
Gentilé Biassuts
Population
municipale
696 hab. (2015 en diminution de 9,02 % par rapport à 2010)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 08′ 49″ nord, 1° 13′ 39″ ouest
Altitude Min. 20 m
Max. 70 m
Superficie 20,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine

Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Bias

Géolocalisation sur la carte : Landes

Voir sur la carte topographique des Landes
City locator 14.svg
Bias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bias

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bias
Liens
Site web bias40.fr

Bias est une commune du sud-ouest de la France, située dans le département des Landes en région Nouvelle-Aquitaine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune située dans la forêt des Landes sur la route nationale 652 entre Mimizan et Lit-et-Mixe.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Bias[1]
Mimizan
Bias Mézos
Saint-Julien-en-Born

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'étang de Bourg le Vieux est sur la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes port de Byars en 1254[2], de Bias, de Bios in Borno en 1274, Biartz en 1311, Le Bias en 1638[3].

Le toponyme, d'origine aquitaine, est basé sur le radical basque behar (bearr)[4] élargi par un suffixe locatif -tz. Sens du toponyme : chemin, route (du latin via).

La graphie occitane restituée est Biarç /bjas/.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le 27 mars 1274 acte de reconnaissance du prieur de Mimizan par le Roi d’Angleterre[5]. Sur cet acte rédigé en latin, on peut lire que le Prieur de Mimizan recevait une décime des revenus de monte Sancti Michaeli de Biars. C’est-à-dire le mont ou la montagne de Saint Michel de Biars ou le Mont Biars.

En 1311, les Rôles Gascons[2] indiquent que les habitants de la paroisse de Biartz doivent payer pour l’année un impôt par livre de cire.

La localité de Bias se situait à environ deux kilomètres à l'ouest de son emplacement actuel avant d'être submergée par le petit étang de Bourg le Vieux. C'est là que passait la voie romaine littorale[6]. L'ancien bourg est abandonné par ses habitants en 1772 en raison de l'avancée du sable repoussant les eaux de l'étang[7]. L'église primitive Saint-Michel, dépendant du prieuré Sainte-Marie de Mimizan, est démolie et reconstruite à son emplacement actuel en 1770, puis en 1904[8].

Le 24 septembre 2016 le nouveau Comité des Fêtes décide de renouer avec la tradition et l'histoire, en faisant renaitre de ses cendre la Foire de la Saint-Michel, qui avait disparut 20 ans plus tôt[9].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 500 et 1 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 15[10].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie en .
La mairie en .

Comme dans de nombreuses communes, la liste des maires successifs est affichée à l'entrée de la mairie[11],[12].

Bias et les trois communes voisines de Aureilhan, Lit-et-Mixe et Pontenx-les-Forges ont la particularité que — pendant un siècle (1850-1950) — tous les maires de ces quatre communes appartenaient aux seules trois familles Berque, Gaston et Sargos[13].

De graves dissensions se font jour à partir de 2008 au sein du conseil municipal, ce qui bloque les affaires de la commune. Le maire est mis en minorité mais il reste en place et ne transmet au préfet que les délibérations qui lui conviennent[14]. Compte tenu de cette situation, le préfet des Landes demande la dissolution du conseil municipal. Celle-ci est validée par le Conseil des ministres en [15]. L'ex-maire quitte la mairie en emportant plusieurs documents appartenant à la commune qu'il refuse de rendre malgré les injonctions du préfet. En , les conseillers municipaux doivent intenter une action en justice contre l'ancien maire[16].

Cette dissolution entraîne de nouvelles élections[14]. Elles sont organisées le pour le premier tour, par une délégation de trois personnes nommées par le préfet des Landes. Deux listes s'opposent : celle de l'ancien maire René Teulé, et celle de l'ex-premier adjoint, Alain Cousquer. La liste de ce dernier l'emporte dès le premier tour. Lors de la première réunion du conseil municipal qui suit cette élection, le , Alain Cousquer est élu maire à l'unanimité des voix[17].

Le , Alain Cousquer annonce publiquement qu'il démissionnera prochainement de ses fonctions de maire de Bias. De plus à la suite de la démission de cinq conseillers municipaux, une élection municipale partielle complémentaire est organisée le [18],[19].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1795 Pierre Berque   Marchand
1795 1803 Jean Gaston (père)   Propriétaire
1803 1809 Jean Gaston (fils)   Propriétaire
1809 1821 Antoine Dupouy    
1821 1832 Jean-Marie Berque    
1832 1835 Étienne Froustey    
1835 1860 Barthélémy Berque   Fabriquant de résine
1860 1885 Jean-Pierre Alphonse Sargos    
1885 1892 Jacques Berque   Propriétaire
1892 1896 Simon Gaston   Aubergiste
1896 1898 Joseph Dousse    
1898 1944[20] Henri Sargos   Fils de l'ancien maire Jean-Pierre Alphonse Sargos,
industriel, maire de Mimizan (1891-1900)[21],
chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur
1944 1945 René Duvignau DVD  
1945 1965 Louis Lassalle DVG  
1965 1977 Simon Lassalle DVG  
1977 1995 Raoul Duvignau DVD  
1995 31 décembre 2000[Note 1] Vincent Daret DVD  
31 janvier 2001 Monique Froustey   L'intérim est assuré par la Maire-adjointe Monique Froustey
2001 Vincent Daret DVD  
2001 12 mai 2011[15] René Teulé DVG Cadre industriel retraité
12 mai 2011 11 juin 2011 Jacques Malicet   L'intérim est assuré par une délégation spéciale nommé par le préfet[25]
11 juin 2011 3 août 2017[Note 2] Alain Cousquer[17] DVG Retraité de l'université[27]
3 août 2017[26] en cours Élisabeth Etcheverria DVG Vice-présidente de la communauté de communes de Mimizan[28]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[30].

En 2015, la commune comptait 696 habitants[Note 3], en diminution de 9,02 % par rapport à 2010 (Landes : +4,92 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
118106107122147154169173180
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
190194246222218205196224244
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
244233252244240235215229251
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
248269320395505514673696719
2013 2015 - - - - - - -
709696-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Service public[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par arrêté du ministre de l'intérieur en date du , Vincent Daret, maire de la commune de Bias est suspendu de ses fonctions pour une durée d'un mois à compter de la notification de l'arrêté à l'intéressé[22], au motif que lors du référendum du , il avait refusé d'organiser le scrutin pour protester contre le mutisme de la préfecture sur le dossier des caravanes des gens du voyage[23]. Vincent Daret déclare « Cette décision est ridicule. Avec mon conseil municipal, nous allons envoyer une lettre au ministre de l'Intérieur lui indiquant qu'au lieu de taper sur les doigts des maires, il ferait mieux d'assurer l'ordre public »[24].
  2. Le , le préfet des Landes accepte la démission d'Alain Cousquer, maire.[26].
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. a et b Yves Renouard, Rôles gascons : 1307-1317, t. IV, Paris, Imprimerie nationale, , 712 p. (lire en ligne), pp. 548, 598.
  3. Carte de Classun.
  4. Bénédicte Boyrie-Fénié, Institut occitan, Dictionnaire toponymique des communes des Landes et bas-Adour, Pau, Éditions Cairn, , 288 p. (ISBN 2-35068-011-8, présentation en ligne), p. 62.
  5. Archives de la Gironde recueil d’actes relatifs à l’administration des Roi d’Angleterre en Guyenne au XIIIe siècle page 311
  6. On a pensé qu'elle avait laissé son nom au village (vias signifiant voies en latin) mais les formes anciennes du toponyme réfutent cette idée.
  7. Les chemins de Saint-Jacques dans les Landes, Francis Zapata, Jean-Pierre Rousset, éditions Sud-Ouest, 2002, p 177
  8. Gérard GASTON, Bias en Born, , 233 p. (ISBN 9781291818659)
  9. Le Comité renoue avec les traditionsSud Ouest du 22 septembre 2016
  10. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  11. « Les maires de Bias », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 23 décembre 2017).
  12. Gérard Gaston, Bias en Born, 2014, p. 122-123 (ISBN 978-1-29181-865-9) [lire en ligne].
  13. Gérard Gaston, Bias en Born, 2014, p. 158 (ISBN 978-1-29181-865-9) [lire en ligne].
  14. a et b Jean-Louis Hugon, « Déjà le quatrième vote », sur le site du quotidien Sud Ouest, (consulté le 23 décembre 2017).
  15. a et b Jean-François Renaut, « Les ministres dissolvent le Conseil municipal de Bias (Landes) », sur le site du quotidien Sud Ouest, (consulté le 23 décembre 2017).
  16. Procès-verbal de la réunion du conseil municipal du , [lire en ligne].
  17. a et b « Bias (40) : Alain Cousquer élu maire », sur le site du quotidien Sud Ouest, (consulté le 23 décembre 2017).
  18. Jean-Louis Hugon, « Landes : les électeurs de Bias vont devoir revoter », sur le site du quotidien Sud Ouest, (consulté le 23 décembre 2017).
  19. « Commune de BIAS : élection municipale partielle complémentaire les 2 et 9 juillet 2017 », sur le site de la préfecture des Landes, (consulté le 23 décembre 2017).
  20. Gérard Gaston, Bias en Born, 2014, p. 152 (ISBN 978-1-29181-865-9) [lire en ligne].
  21. « Les maires de Mimizan », sur le site de l'association FranceGenWeb (consulté le 25 décembre 2017).
  22. Arrêtés du portant suspension des fonctions de maire.
  23. « Trois maires suspendus un mois - Grand Sud : Lot-Landes - Ils avaient boycotté le référendum de septembre 2000 », sur le site du quotidien La Dépêche du Midi, (consulté le 24 décembre 2017).
  24. Dominique Chapuis, « Une vingtaine de maires suspendus de leur fonction par l’État », sur le site du quotidien Les Échos, (consulté le 24 décembre 2017).
  25. Isabelle Wackenier, « Installation de la délégation exceptionnelle », sur le site du quotidien Sud Ouest, (consulté le 23 décembre 2017).
  26. a et b « Démission de Monsieur Alain Cousquer », sur le site de la commune, (consulté le 23 décembre 2017).
  27. Mathilde Fraigneau, « La liste d’Alain Cousquer », sur le site du quotidien Sud Ouest, (consulté le 24 décembre 2017).
  28. Patrick Garnero, Annuaire de l'intercommunalité et des EPL de France, p. 125, 2016 (ISBN 978-2-35258-735-4) [lire en ligne].
  29. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.


Étape précédente
Mimizan
Pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle

Voie de Soulac
Étape suivante
Saint-Julien-en-Born