Échassiers landais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Bergers landais sur échasses, représentation des Landes de Gascogne de 1830
Affiche de 1890

Les échassiers landais étaient principalement les bergers, seuls à être « tchanqués » (équipés d’échasses en gascon) avec les facteurs et « coureurs » de nouvelles[1]. L’usage des échasses remonterait au XVIIIe siècle et prend fin au XIXe siècle, avec la disparition du système agro-pastoral, dont elles sont le symbole.

Échasses landaises[modifier | modifier le code]

Les témoignages les plus anciens de l’usage des échasses dans les Landes de Gascogne datent du XVIIIe siècle. Le manque de documents historiques fiables ne permet pas de déterminer avec exactitude leur origine : elles proviennent ainsi soit d’Europe du Nord (Namur organise en particulier des combats d’échasses depuis 1411), soit elles sont en usage dans la région depuis une époque antérieure.

Elles se composent de deux pièces de bois :

  • l’escasse (de gascon escaça) : pièce principale
  • le paousse pé (en gascon : pose pied) : fixé sur l’escasse, à environ un mètre du sol

La fixation autour de la jambe est assurée par une lanière de cuir[2].

Bergers landais[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Berger landais.

Les échasses leur servaient à surveiller les troupeaux de brebis landaises, à marcher rapidement sur les terrains humides, et à protéger leurs pieds du froid et des piqures d’ajoncs. Généralement célibataires, ils gardent les bêtes qui leur sont confiées par leurs propriétaires.

Fin du système agro-pastoral[modifier | modifier le code]

La loi du 19 juin 1857 imposant aux communes des Landes de Gascogne d’assainir et de boiser leurs territoires, réduit de plus en plus les grands espaces dont les pasteurs se servaient jusque-là pour faire paître leurs troupeaux, ce qui donna lieu à de nombreux affrontements entre bergers et forestiers.

Les pasteurs avaient l’habitude d’incendier des parties de la lande au printemps pour le débroussaillage. Ces foyers se propageaient, parfois volontairement, à la forêt naissante, comme à la fin du Second Empire près d’Audenge, où 6300 ha de pins plantés par les frères Pereire furent anéantis.

La disparition des vastes pacages entraîna la diminution des troupeaux, et la sylviculture prit le pas, non seulement sur la lande pastorale, mais aussi sur les terres cultivées. Cependant, certains gemmeurs de la forêt landaise utilisèrent les échasses pour travailler. Presque tous les échassiers landais avaient disparu après la Grande Guerre.

Usage moderne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Course sur échasses.
Défilé d'échassiers landais lors des fêtes de Bayonne, le 9 août 1965

Alors que le système agro-pastoral dans les Landes de Gascogne disparaît peu à peu, l’arcachonnais Sylvain Dornon (1858-1900) invente une nouvelle spécialité landaise : la danse sur échasses, espérant que leur usage soit préservé et qu'elles deviennent un sport et un jeu.

De nos jours, des groupes d’échassiers landais animent les saisons de la Côte d'Argent et les ferias des Landes (fêtes de la Madeleine) par des spectacles folkloriques ou des courses de vitesse.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire de la Landes Française, Éditions Loubatières
  2. L’Almanach du Landais 2008, Éditions CPE, P.J Brassac

Photos anciennes[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Groupes folkloriques landais[modifier | modifier le code]

  • Lous Gaynuts - Pouillon http://club.quomodo.com/lousgaynuts/accueil.html
  • Lous Gouyats de l'Adou - Dax
  • Lous Tchancayres - Mont de Marsan
  • Lous Cadetouns - Soustons
  • Les Hérons des Lacs- Biscarrosse
  • Lous Esquirous - Biscarrosse
  • E.S.A. (anciennement ESSOR) - Mont de Marsan
  • Lous dé Bazats - Bazas