Garluche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mur bâti en garluche, briques et bois

La garluche ou pierre des Landes est un grès ferrugineux, état évolué de l’alios. Employée primitivement comme matériau de construction, elle a surtout servi de matière première à l'industrie sidérurgique dans les Landes, principalement pendant la Révolution industrielle dans le courant du XIXe siècle[1].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot « garluche » vient du mot gascon garluisha, dérivé de la racine prélatine kar/gar. Son sens littéral est « la mauvaise pierre ». La garluche est également connue sous les noms gascons de pèira nhòga ou pèira de lana[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

Garluche en affleurement
Garluche

La garluche est de couleur rouille et d’aspect souvent caverneux. On la trouvait jadis en abondance, principalement dans la Haute Lande, les vallées de la Leyre (gisements à Pissos, Liposthey, Commensacq) et de l’Estrigon (Vert, Brocas)[3]. .

La garluche a longtemps servi de matériau de construction dans les Landes de Gascogne pour réaliser des maisons, bergeries, granges, églises (de Mézos, de Pontenx-les-Forges, de Biscarrosse) et ouvrages de défense du Moyen Age[1]

En tant que minerai, et malgré sa faible teneur en oxyde de fer (10 à 20%)[4], elle a également servi de matière première à l'activité de sidérurgie dans les Landes, entrant dans le processus de fabrication de fonte et de fer. La production, d'abord artisanale, prend un virage industriel dès la seconde moitié du XVIIIe siècle. Les gisements, abondants et à faible profondeur, étaient exploités artisanalement à ciel ouvert dans la forêt ou le long des berges de certains ruisseaux[3]. La garluche a ainsi alimenté les hauts fourneaux, fonderie et forges de Brocas (en activité de 1833 à 1904), de Castets (1820-1930), de Céré, de Pissos (1818-1885), de Pontenx-les-Forges (1765-1921), de Saint-Paul-en-Born, de Saint-Vincent-de-Paul, d'Uza (1760-1981) et d'Ychoux[2],[5],[6].

Ces petits centres industriels en milieu rural vivent jusqu'à ce que l'extraction de la minette lorraine (30% de fer) vienne concurrencer et mettre à mal la production landaise[4].

On estime que 500 000 tonnes de ce minerai ont été extraites de 1834 à 1892, année où l'extraction cesse définitivement[3].

Exemples de constructions en garluche 
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Boisson alcoolisée[modifier | modifier le code]

La pierre a donné son nom à La Garluche, marque commerciale pour un apéritif artisanal fabriqué à Blanquefort fait à base de vin blanc, de rhum et de zestes d'oranges amères. Cet apéritif est ainsi nommé en raison de sa couleur rouille, proche de celle de la garluche.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Forge de Pissos, Jean-Jacques Fénié, exposition à la chapelle à la mer, Mimizan, juillet 2016
  2. a et b Jean-Jacques Fénié, L'invention de la Côte d'Argent, Les Éd. Confluences, , 159 p. (ISBN 2-914240-57-0)
  3. a, b et c http://landesenvrac.blogspot.fr
  4. a et b Charles Daney, Dictionnaire de la Lande française, éditions Loubatières, , 347 p. (ISBN 2-86266-163-5)
  5. Jean Peyreblanques, actes du colloque de Brocas-les-Forges, 24 et 25 mars 2000
  6. Exposition Landes de fer, Maryse Lassalle, à la chapelle à la mer, Mimizan, juillet 2016
  7. Olivier de Marliave, Sources et saints guérisseurs des Landes de Gascogne, L'Horizon chimérique, 1999.
  8. Panneau de présentation de la source, consulté sur site en juillet 2015.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :