Alan Ladd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ladd.

Alan Ladd

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Alan Ladd

Naissance 3 septembre 1913
Hot Springs, (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès 29 janvier 1964 (à 50 ans)
Palm Springs (Californie)
Profession Acteur
Films notables La Clé de verre
Le Dahlia bleu
L'Homme des vallées perdues

Alan Walbridge Ladd est un acteur américain né le 3 septembre 1913 à Hot Springs, dans l'Arkansas, et mort le 29 janvier 1964 à Palm Springs, en Californie (États-Unis).

Biographie[modifier | modifier le code]

Sa mère, Ina Raleigh, est originaire de Grande-Bretagne. Son père était comptable et voyageur de commerce. Ladd le perdit à l'âge de quatre ans. Sa mère se remaria avec un peintre en bâtiment. Peu de temps après, la famille déménagea en Californie. À huit ans, Alan Ladd cueillait des fruits et livrait les journaux.

À l'école secondaire, Alan Ladd découvrit la course à pied et la natation. En 1930, à l'âge de 17 ans, il gagna des premiers prix en natation et en plongeon à l'école secondaire North Hollywood High. Il fut graduate en 1934 à l'âge de 21 ans. En 1931, Ladd s'entraînait pour représenter les États-Unis aux Jeux olympiques de Los Angeles. Malheureusement pour lui, une blessure l'empêcha de mener à bien ses projets.

En 1936, Alan Ladd épousa son amie d'enfance Majorie Midge Harrold, avec qui il eut un fils : Alan Ladd Jr., producteur oscarisé. Vu leur incompatibilité de caractère, cette union fut de courte durée. Un jour, Ladd trouva sa mère alcoolique agonisante. Elle avait ingurgité du poison à fourmis.

Avant d'entreprendre une carrière au cinéma, Ladd a fait du journalisme, de la radio et de la figuration (on aperçoit Ladd parmi les reporters du film culte Citizen Kane d'Orson Welles). C'est à la radio que Ladd rencontra en 1939 sa future épouse, Sue Caroll.

En 1943, Alan Ladd évita le service militaire à cause d'un ulcère et d'une double hernie. Il fut marié et divorcé de Jane Harrold. Sa seconde épouse (une étoile du cinéma muet et agent d'artiste) Sue Carrol lui donna deux enfants : David Ladd (acteur et producteur) et Alana Ladd (actrice). Comme acteur, Ladd avait un jeu plutôt sobre, accompagné d'une voix vigoureuse. Il débuta sa carrière dans des films de série B. Il fut révélé à l'écran par le film Tueur à gages (This Gun for Hire). Dans ce drame, il donne la réplique à Veronica Lake. Puis il travaille à plusieurs reprises avec John Farrow et collectionne les partenaires féminines prestigieuses : Loretta Young, Dorothy Lamour, Olivia de Havilland, Deborah Kerr, Arlene Dahl et Virginia Mayo, privilégiant un cinéma d'aventures et d'action souvent de série B, même s'il a travaillé avec les vétérans Raoul Walsh, William Dieterle, Mitchell Leisen et Michael Curtiz. Il remporta un grand succès avec le western culte L'Homme des vallées perdues (Shane) (1953). De plus, pour ce film, il a reçu en 1953 le Photoplays Gold medal comme meilleur acteur.

Alan Ladd dans L'Homme dans le filet (1959)

En 1954, Ladd fonde la compagnie de production Jaguar. Par la suite, Ladd excelle dans les drames : Le Tigre du ciel (The McConnell Story) et Les Ambitieux (The Carpetbaggers) pour ensuite donner la réplique dans quelques comédies. Puis la carrière d'Alan Ladd commença à décliner petit à petit.

Alan Ladd a tourné dans plus de 180 films, de 1932 à 1964. Il n'a jamais vraiment compris sa propre popularité. À peine haut de un mètre soixante-cinq, il devait monter sur une caisse pour regarder les autres acteurs dans les yeux. Il a même décrit un jour sa constitution comme celle d'un poids plume mal nourri. Mais il était beau, avec une expression de violence contenue et de souffrance morale qui le rendait séduisant dans des rôles de bons ou de mauvais garçon, taciturnes et vulnérables. Il devint star au début des années quarante et ce du jour au lendemain et il resta parmi les premiers pendant vingt ans. Son rôle le plus mémorable demeure dans le western épique celui de Shane, sans contredit un des classiques du cinéma américain. Vers la fin des années cinquante il perdit sa belle apparence, se mit à boire et tourna dans de nombreux films oubliés, avant de mourir à l'âge de 50 ans dans son appartement en 1964. Une expertise attribua la cause du décès à un mélange d'alcool et de sédatifs.

Un fait peu connu est qu'il a refusé le rôle de James Dean dans le film Géant.

Alan Ladd repose au Law Memorial Park Cemetary à Glendale, en Californie.

Il est le père du producteur Alan Ladd Jr.. L'actrice Jordan Ladd (fille de Cheryl Ladd Stoppelmoor et de David Ladd) est la petite-fille d'Alan Ladd.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • États-Unis d'Amérique 1944 et 1950 : Prix Pomme d'Or, Acteur le plus coopératif aux Golden Apples Awards[1].
  • États-Unis d'Amérique 1953 : Prix de la Star masculine la plus populaire au « Photoplay Awards ».
  • États-Unis d'Amérique Golden Globes 1954 : Prix Henrietta de l'Acteur favori dans le monde.
  • États-Unis d'Amérique Hollywood récompensa Alan Ladd pour l'ensemble de sa carrière en lui décernant le Honorary Life Achievment Award. Pour immortaliser le nom d'Alan Ladd, l'industrie du cinéma le gratifia d'une étoile au 1601 Vine Street sur la Walk of Fame d'Hollywood.

Ses rôles importants[modifier | modifier le code]

Alan Ladd a principalement joué des rôles dans des western (comme L'Homme des vallées perdues).

Lors du tournage du film The McConnel Story(1955) la comédienne June Allyson tomba amoureuse de Alan Ladd. L'actrice Dorothy Dandridge donnait la réplique à Alan Ladd dans le drame Jordan le révolté. Dans le film This Gun of Fire, Ladd interprète le rôle d'un tueur psychopathe. Dans les Ambitieux, Ladd avait comme partenaires Carroll Baker et George Peppard. Ladd tourna aussi avec Sophia Loren, Olivia de Havilland et Joan Fontaine.

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

« If you can figure out my success on the screen, you're a better man than I ! »

Sources[modifier | modifier le code]

  • Nancy Hendricks, Alan Ladd Life, Université d'État de l'Arkansas, 27 avril 2006.
  • Jean Tulard, Dictionnaire du cinéma: Les acteurs, 2002, Robert Laffont, p. 618-619. ISBN 2-221-10259-2

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : http://cinememorial.com/Acteur_detail.php?id=509