Langues italo-romanes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Langues italo-romanes[1],[2],[3],[4]

Les langues italo-romanes constituent un sous-ensemble des langues romanes, dont le représentant le plus connu est l'italien littéraire, mais qui comporte un grand nombre de dialectes (plus de deux cents). On distingue en son sein deux groupes clairement différenciés, séparés par un grand faisceau d'isoglosses, la ligne Massa-Senigallia (dite de manière moins exacte "ligne La Spezia-Rimini"), qui correspond à la coupure des langues romanes en deux grands groupes: la Romania occidentale (incluant l'italien septentrional) et la Romania orientale (incluant l'italien centro-méridional et de l'extrême-sud)[5]. De ce fait, on sépare généralement le nord-italien (gallo-italique et vénitien) de l'italo-roman au sens strict, inclus dans l'italo-dalmate.

Nord-italien[modifier | modifier le code]

L'italien septentrional (ou nord-italien) est un groupe de dialectes parlés dans le nord de l'Italie, intermédiaires entre l'italo-roman et le gallo-roman (à l'instar du rhéto-roman):

Italo-dalmate[modifier | modifier le code]

  1. Italien central :
  2. Italien méridional :
    • Italien méridional, parlé dans les régions de Campanie, du Molise, des Pouilles, du Basilicate ainsi que dans le nord de la Calabre. L'italien méridional comprend le molisano qui est le parler du Molise.
      • Dialectes de type napolitain, comprenant le campanais (soit le napolitain de Naples et ses variantes suivant les contrées de Campanie : beneventano de Benevento, salernitano de Salerne), le calabrais septentrional (parlé dans le nord de la Calabre), ainsi que les deux variétés de lucan (ou lucanien) parlées dans la Basilicate ainsi que dans une partie de la province calabraise de Cosenza.
      • Les dialectes apuliens, employés dans la région des Pouilles et comprenant trois variantes : le foggiano, parlé dans la province de Foggia ; le barais (« barese », ou barése en barais), usité dans les provinces de Bari, de Brindisi et dans les contrées orientales de la Basilicate ; et enfin le tarentin, parlé dans la ville de Tarente et ses proches alentours.
  3. Italien de l'extrême-sud :
    • Sicilien de Sicile, ancré sur l'île aux trois pointes et divisé en une multitude de dialectes et de sous-dialectes régionaux, voire communaux. À titre d'exemple, le parler d'Agrigente est un sous-dialecte du sicilien occidental, lequel est lui-même un dialecte du sicilien de Sicile.
    • Calabrais centro-méridional, parlé en Calabre citérieure et lui aussi divisé en plusieurs dialectes.
    • Salentin est usité dans le Salento, dans le sud des Pouilles. Les dialectes apuliens à transition salentine sont parlés, quant à eux, dans les provinces de Brindisi et de Tarente.

Cette typologie est toutefois sommaire et ne décrit pas avec précision l'extraordinaire diversité, largement conservée, des parlers italiens à proprement parler[pas clair].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Altante Linguistico d'Italia
  2. Dialectes d'Italie en un etude de l'universitè de Padova University
  3. Dialectes d'Italie sur la charte de Pellegrini
  4. AIS, Sprach-und Sachatlas Italiens und der Südschweiz, Zofingen 1928-1940
  5. Pellegrini G. B, Carte des dialectes d'Italie, édition Pacini, Pisa, 1977.
  6. Pour exemples : le florentin, le siennois ou le lucquois; respectivement parlés à Florence et le long du fleuve Arno (jusqu'à Fucecchio), à Sienne et dans sa province, et dans la Lucchesia (Lucques et ses alentours).

Voir aussi[modifier | modifier le code]