Isoloir

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bureau de vote de New York vers 1900, montrant des isoloirs sur la gauche.
À l'intérieur de l'isoloir.

Un isoloir est un dispositif physique placé dans un bureau de vote chargé de dissimuler le choix de ceux qui participent à un vote secret. Instauré en Australie en 1857, ce dispositif prend généralement la forme d'une cabine fermée par un rideau aujourd'hui.

En France[modifier | modifier le code]

En France, il permet au votant de placer son bulletin dans une enveloppe à l'abri des regards indiscrets. Cette opération a lieu avant qu'il ne se dirige vers l'urne où elle est glissée.

Cela pose le problème du vote électronique par machines à voter puisque cette notion (d'être à l'abri du regard indiscret) disparaît. Ainsi, à Issy-les-Moulineaux, « Personne ne peut voir pour qui vous votez. La machine, munie de cloisons faisant fonction d’isoloir, sera positionnée de sorte que la confidentialité du vote soit totalement garantie (...) De plus les choix de vote sont stockés de façon aléatoire dans les mémoires de la machine »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'isoloir a été adopté en 1872 par le Royaume-Uni, en 1877 en Belgique et en 1903 en Allemagne.

En France, où le vote secret est constitutionnalisé depuis 1795, l'électeur remet son bulletin plié au président du bureau qui l'introduit dans l'urne[réf. nécessaire]. Ce n'est qu'en 1913 que la loi du 29 juillet introduit l'enveloppe, l'isoloir et le dépôt dans l'urne par l'électeur lui-même[2]. La loi vient après une quarantaine d'années de discussions au cours desquelles ses meilleurs partisans sont les radicaux et les socialistes.

Pour le plébiscite de 1851, Louis-Napoléon Bonaparte tenta d'abolir le secret du vote en demandant que les électeurs écrivent publiquement "oui" ou "non" devant leur nom sur le registre, mais faisant face à une forte opposition, il renonça et rétablit le vote secret[3].

Religion[modifier | modifier le code]

Dans les paroisses chrétiennes, le confessionnal est parfois appelé isoloir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. FAQ sur le vote électronique / Voter, mode d’emploi / Elections / Citoyens / Issy.com - Issy.com
  2. Jean-Marie Mayeur, La vie politique sous la Troisième République - Le Seuil 1975
  3. Karl Marx Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte : Bourgeois et épiciers s'étaient en effet aperçus que dans l'un de ses décrets du 2 décembre, Bonaparte abolissait le vote secret et ordonnait aux électeurs d'inscrire dans les registres officiels : oui ou non, en face de leurs noms. La résistance du 4 décembre intimida Bonaparte. Pendant la nuit, il fit placarder à tous les coins de rues des affiches annonçant le rétablissement du vote secret. texte intégral

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]