Stéphane Bourgoin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourgoin.

Stéphane Bourgoin

Description de cette image, également commentée ci-après

Stéphane Bourgoin en 2011

Autres noms Étienne Jallieu
Activités Écrivain, libraire
Naissance 14 mars 1953 (61 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Français
Genres Biographie

Stéphane Bourgoin, né le 14 mars 1953 à Paris, est un écrivain français et libraire spécialisé dans la criminologie et le roman policier, notamment dans l'étude du tueur en série (voir profilage criminel).

Biographie[modifier | modifier le code]

Le viol et le meurtre de la compagne de Stéphane Bourgoin par un serial killer en 1976 est à l'origine de son intérêt pour ce type de criminel[1].

Depuis 1979, Stéphane Bourgoin a interrogé plus de 70 serial killers différents sur tous les continents. Véritable autodidacte, il a enseigné au C.N.F.P.J. (Centre national de formation de la police judiciaire) de l’école de la Gendarmerie nationale à Fontainebleau pendant plus de douze ans et est membre fondateur de l’association Victimes en Série (ViES)[2].

Il publie des ouvrages consacrés à ce phénomène sous son propre nom ainsi que sous le pseudonyme d'Étienne Jallieu. Il a ainsi écrit Les Crimes cannibales (2004), L'Année du Crime (2006) et Infanticides (2007).

Il fut – entre autres – membre du jury lors du festival Fantastic'Arts en 1999.

Concernant les Attentats en Norvège de 2011 et une polémique qui a jailli autour de la responsabilité des jeux vidéo dans les actes commis par les tueurs de masse, certains propos de Stéphane Bourgoin dans la presse ont été tronqués ou déformés, ce qui a pu susciter de la colère et des propos menaçants chez certains adeptes de jeux vidéo. La teneur exacte des déclarations de Stéphane Bourgoin est la suivante : « Ces meurtriers sont fascinés par des jeux vidéo violents. Ces jeux consommés à haute dose provoquent une désensibilisation par rapport à l’acte criminel. Dans certains jeux, pour franchir les différents niveaux, il faut parfois tuer un policier ou une femme enceinte. Celui qui joue est par définition acteur, il n’est pas passif. Certains jeux japonais, accessibles gratuitement en ligne, permettent d’incarner un violeur en série. Le joueur devient un participant actif et exprime ses fantasmes. Là, c’est le véritable danger[3]. » Sur le site www.citazine.fr, il a en outre déclaré : « Une agence de presse a quelque peu exagéré et déformé mes propos. Ce que j’ai exactement dit sur le profil-type du tueur de masse, c’est que sur les 113 cas en vingt ans, 108 s’adonnaient quotidiennement voire parfois des heures entières à des jeux vidéo violents. Mais j’ajoutais, bien sûr, que ce n’est pas le fait de jouer à des jeux vidéo violents qui fait qu’on devient un tueur de masse[4]. »

Il est régulièrement interviewé par certains médias.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1988 : Fredric Brown- Le rêveur lunatique (Éd. Encrage)
  • 1998 : Le Livre rouge de Jack l'Éventreur (Éd.Grasset)
  • 2000 : Douze serial killers (Éd. Manitoba)
  • 2001 : Treize nouveaux serial killers (Éd. Manitoba)
  • 2003 : Serial killers - Enquête sur les tueurs en série, nouvelle édition revue et augmentée (Éd. Grasset),
    ouvrage de référence sur le phénomène des meurtres en série
  • 2004 : Le Livre noir des Serial Killers (Éd. Grasset)
    cet ouvrage retrace sept biographies de tueurs en série : Jeffrey Dahmer ; Peter Kürten ; Albert de Salvo ; Ottis Toole et Henry Lee Lucas ; Ed Kemper ; Arthur Shawcross ; Gary Ridgway - Une erreur de frappe figure sur la quatrième de couverture : l'Étrangleur de Düsseldorf n'est pas Peter Kürien mais Peter Kürten
  • 2004 : Profileuse, une femme sur la trace des serial killers (Éd. Grasset)
  • 2006 : Le Dahlia noir, autopsie d'un crime de 1947 à James Ellroy (Éditions Edite)
  • 2007 : Infanticides se penche sur plusieurs affaires de meurtres d'enfants
  • 2008 : Les Clefs de l'affaire Fourniret (Éditions Pascal Galodé - Ed. brochée)
  • 2010 : Tueurs (Éd. Grasset)
  • 2011 : Serial killers - Enquête mondiale sur les tueurs en série, nouvelle édition revue et augmentée (Éd. Grasset)
  • 2012 : Mes conversations avec les tueurs (Grasset, 30 mai 2012 , (ISBN 978-2-246-79824-8))
  • 2013 : 999 ans de serial killers, (Ring, 28 mars 2013)

Dans le domaine du roman policier, il a dirigé plusieurs collections et près de deux cents anthologies de nouvelles policières, fantastiques et de science-fiction, dont deux remportèrent le Trophée 813 du meilleur recueil de nouvelles de l’année. Son ouvrage Polar : mode d’emploi a remporté le prix Maurice Renault en 1989 [2].

Stéphane Bourgoin dirige également la première librairie européenne à s’être consacrée au roman policier depuis 1972 , « Au Troisième Œil » et son site, www.au-troisieme-oeil.com, se consacre à un suivi quotidien de l’actualité des faits divers et de la criminologie à travers le monde, avec plus de 50 000 articles publiés depuis 2003 (voir Liens externes) [2]


Télévision[modifier | modifier le code]

En 1991, il a réalisé la première émission de la télévision française consacrée aux tueurs en série Serial killers : enquête sur une déviance [5] et dès ce moment, il a participé à de nombreux reportages et réalisé plusieurs documentaires sur le sujet[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Interview de Stéphane Bourgoin sur lemague.net.
  2. a, b, c et d http://culture.prov-liege.be (25 février 2013).
  3. Interview de Stéphane Bourgoin sur leparisien.fr du 24 juillet 2011.
  4. Interview de Stéphane Bourgoin sur citazine.fr du 28 juillet 2011.
  5. Réalisé par Olivier Rafet et Stéphane Bourgoin.

4. Entrevue de Stéphane Bourgoin sur radio-canada.ca le 12 décembre 2012 http://www.radio-canada.ca/emissions/medium_large/2011-2012/chronique.asp?idChronique=262697

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Au Troisième œil, site Internet animé par Stéphane Bourgoin depuis 2003 et qui se consacre en temps réel au suivi de l'actualité des faits divers criminels à travers le monde.