Stéphane Bourgoin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourgoin.

Stéphane Bourgoin

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Stéphane Bourgoin en 2011

Autres noms Étienne Jallieu
Activités Écrivain, libraire
Naissance 14 mars 1953 (61 ans)
Paris, Drapeau de la France France
Langue d'écriture Français
Genres Biographie
Distinctions Trophée 813 dans la catégorie meilleure nouvelle en 1982
Trophée 813 dans la catégorie meilleure nouvelle en 1983
Prix Maurice Renault en 1989

Stéphane Bourgoin, né le 14 mars 1953 à Paris, est un écrivain français spécialisé dans l'étude des tueurs en série et du profilage criminel. Il dirige aussi une librairie spécialisée dans le roman policier et la criminologie .

Dans le domaine du roman policier, il a dirigé plusieurs collections et près de deux cents anthologies de nouvelles policières, fantastiques et de science-fiction, dont deux remportèrent un des Trophées 813 dans la catégorie meilleure nouvelle en 1982 et 1983. Son ouvrage Polar : mode d’emploi a remporté le prix Maurice Renault en 1989.

Stéphane Bourgoin dirige également la librairie Au Troisième Œil[1], première en France à s’être spécialisée dans le roman policier et la criminologie. Cette librairie a été fondée en 1973 par François Guérif, puis ensuite reprise par Stéphane Bourgoin. Sur le site internet de cette librairie[1], une rubrique est consacrée à un suivi quotidien de l’actualité des faits divers et de la criminologie à travers le monde, avec plus de 50 000 articles publiés depuis 2003[réf. souhaitée].

Biographie[modifier | modifier le code]

Le viol et le meurtre de la compagne de Stéphane Bourgoin par un serial killer en Californie en 1976 est à l'origine de son intérêt pour ce type de criminel[2].

Depuis 1979, Stéphane Bourgoin a interrogé plus de 70 serial killers différents sur tous les continents. Véritable autodidacte, il a enseigné au C.N.F.P.J. (Centre national de formation de police judiciaire) de l'école de gendarmerie de Fontainebleau pendant plus de douze ans et est membre fondateur de l’association Victimes en Série (ViES)[3] .

Il publie des ouvrages consacrés à ce phénomène sous son propre nom ainsi que sous le pseudonyme d'Étienne Jallieu, pseudonyme commun à Stéphane Bourgoin et Isabelle Longuet.

Il fut membre du jury lors du festival Fantastic'Arts en 1999.

Il est régulièrement interviewé par certains médias.

Polémique à propos des attentats de 2011 en Norvège et des jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Concernant les attentats de 2011 en Norvège et une polémique qui a jailli autour de la responsabilité des jeux vidéo dans les actes commis par les tueurs de masse, certains propos de Stéphane Bourgoin dans la presse ont été tronqués ou déformés, ce qui a pu susciter de la colère et des propos menaçants chez certains adeptes de jeux vidéo.

La teneur exacte des déclarations de Stéphane Bourgoin, par rapport à l'influence des jeux vidéos sur le passage à l'acte des meurtriers, est la suivante : « Là aussi, c'est un trait dominant chez ces meurtriers. Ils sont fascinés par des jeux vidéo violents comme World of Warcraft. Ces jeux consommés à haute dose provoquent une désensibilisation par rapport à l'acte criminel. Dans d'autres jeux, pour franchir les différents niveaux, il faut parfois tuer un policier ou une femme enceinte. Celui qui joue est par définition acteur, il n'est pas passif. Certains jeux japonais, accessibles gratuitement en ligne, permettent d'incarner un violeur en série. Le joueur devient un participant actif et exprime ses fantasmes. Là, c'est le véritable danger. » [4]

Il a en outre déclaré : « Une agence de presse a quelque peu exagéré et déformé mes propos. Ce que j’ai exactement dit sur le profil-type du tueur de masse, c’est que sur les 113 cas en vingt ans, 108 s’adonnaient quotidiennement voire parfois des heures entières à des jeux vidéo violents. Mais j’ajoutais, bien sûr, que ce n’est pas le fait de jouer à des jeux vidéo violents qui fait qu’on devient un tueur de masse. » [5]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais sur les tueurs en séries[modifier | modifier le code]

Direction d'anthologies[modifier | modifier le code]

Traductions[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

En 1991, il a réalisé la première émission de la télévision française consacrée aux tueurs en série Serial killers : enquête sur une déviance [6] et dès ce moment, il a participé à de nombreux reportages et réalisé plusieurs documentaires sur le sujet.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Site officiel de la librairie Au Troisième Œil », consulté le 29 août 2014
  2. « Interview : Stéphane Bourgoin, spécialiste des Serial Killers », sur lemague.fr,‎ 2006 (consulté le 30 août 2014).
  3. « Site officiel de la l'association Victimes en Série (ViES) », consulté le 29 août 2014
  4. « Norvège : «Ces tueurs veulent laisser une trace dans l'histoire» », sur leparisien.fr,‎ 24 juillet 2011 (consulté le 30 août 2014)
  5. « Profil de tueur », sur citazine.fr,‎ 28 juillet 2011 (consulté le 30 août 2014)
  6. Réalisé par Olivier Rafet et Stéphane Bourgoin.

Liens externes[modifier | modifier le code]