Jeffrey Dahmer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jeffrey Dahmer

Dahmer photographié à son lycée, 1978.
Information
Nom de naissance Jeffrey Lionel Dahmer
Surnom Le Cannibale de Milwaukee
Naissance 21 mai 1960
Milwaukee, Wisconsin (États-Unis)
Décès 28 novembre 1994 (à 34 ans)
Portage, Wisconsin (États-Unis)
Cause du décès Coup de barre centrale d'haltères sur la tête
Condamnation Février 1992
Sentence Prison à perpétuité
Meurtres
Nombre de victimes 17
Période 18 juin 1978 - 22 juillet 1991
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
États Wisconsin
Arrestation 22 juillet 1991 à Milwaukee

Jeffrey Lionel Dahmer (né le 21 mai 1960 à Milwaukee28 novembre 1994 à Portage), surnommé « le cannibale de Milwaukee », est un tueur en série américain qui a avoué avoir assassiné dix-sept jeunes hommes entre 1978 et 1991 (seize de ces meurtres ayant eu lieu entre 1987 et 1991). Ces meurtres comportaient des viols, des démembrements, de la nécrophilie et du cannibalisme. Le 28 novembre 1994, il a été battu à mort par un autre prisonnier après avoir été incarcéré à la Columbia Correctional Institution (en).

Biographie[modifier | modifier le code]

Dahmer est né à West Allis (Wisconsin), fils de Joyce Annette (née Flint) et Lionel Herbert Dahmer, un chimiste[1]. Sept ans plus tard, son frère David naît[2]. Joyce Dahmer aurait eu des difficultés lorsqu'elle était enceinte de Jeffrey et devient dépressive. Lorsque Jeffrey a huit ans, lui et sa famille déménagent à Bath (Ohio). Dahmer entretient très peu de relations sociales entre 10 et 15 ans[3]. À cette époque, il tourne autour de son voisinage à la recherche d'animaux morts qu'il amène et dissèque chez lui (ou dans la forêt proche de chez lui), cloue des animaux sur des troncs d'arbres dont une tête de chien empalée sur une branche[4]. À la puberté, il découvre son homosexualité qu'il cache à ses parents[5]. Dahmer commence à boire durant son adolescence, ayant toujours une flasque d'alcool dans son cartable ou sa veste, et devient alcoolique durant sa période universitaire[6].

En 1977, ses parents divorcent[7]. Dahmer étudie à l'Université d'État de l'Ohio, mais quitte ses études car il est devenu alcoolique[8]. Pour cette raison, son père le force à s'enrôler dans l'armée[9]. Dahmer se conduit bien à ses débuts dans l'armée mais il est démis de ses fonctions suite à son alcoolisme. En 1981, un ticket d'avion lui est offert pour voyager dans l'état américain de son choix. Dahmer expliquera plus tard à la police qu'il ne pouvait pas rentrer chez lui pour ne pas avoir à faire face à son père, et qu'il s'était alors dirigé vers Miami Beach (Floride), parce qu'il était « épuisé par le froid »[10]. Il passe la majeure partie de son temps à l'hôpital, mais en est expulsé suite à son alcoolisme[10]. Après être revenu chez lui, il continue à boire immodérément, et il est arrêté à cause de son état d'ébriété et trouble de l'ordre public[11].

En 1982, Dahmer emménage avec sa grand-mère à West Allis[12], où il vivra pendant six ans[13]. Durant cette période, Jeffrey adopte un comportement de plus en plus étrange. Sa grand-mère découvre un mannequin mâle en plastique dans son placard ; Dahmer l'avait volé dans un magasin[14]. Une autre fois, sa grand-mère découvre un .357 Magnum sous son lit[15]. Des odeurs nauséabondes émanaient de la cave ; Dahmer explique à son père qu'il avait amené un écureuil mort à la maison et qu'il l'avait dissout à l'aide de produits chimiques[16]. Il est arrêté pour exhibition sexuelle en 1982 et en 1986[17] ; concernant son deuxième méfait, il s'était masturbé devant deux jeunes garçons[18].

Durant l'été 1988, sa grand-mère lui demande de quitter la maison, à cause de ses nuits tardives, son comportement étrange et les odeurs d'essence qui émanaient de la cave. Il trouve un appartement à Milwaukee, près de son travail à la chocolaterie d'Ambrosia[19]. Le 26 septembre 1988, une journée après avoir emménagé à son appartement, il est arrêté pour avoir drogué et sexuellement abusé un mineur de 13 ans à Milwaukee[20]. Il est condamné à cinq ans de prison avec sursis et un an en centre de semi-liberté. Il bénéficie d'une remise en liberté conditionnelle deux mois avant la fin de sa peine et déménage dans un nouvel appartement[21]. Peu après, il commence une série de meurtres qui conduira à son arrestation en 1991.Il souffrait également de diverses paraphilies : agalmatophilie, fétichisme, hébéphilie, exhibitionnisme, nécrophilie.

Meurtres[modifier | modifier le code]

Dahmer commet son premier meurtre en 1978, à l'âge de 18 ans. Son père est au travail et sa mère a quitté le domicile familial en emmenant son frère avec elle ; Dahmer, lui, est resté seul. Ce mois de juin, Dahmer emmène un autostoppeur, Stephen Hicks, et lui propose de boire quelques bières chez lui, tout en pensant qu'il pourrait avoir quelques interactions sexuelles avec lui. Lorsque Hicks décide de quitter le domicile, Dahmer le frappe derrière la tête à l'aide d'un haltère de 5 kg[22]. Puis il l'étrangle avec cette même haltère. Il le traîne dans une autre pièce où il le démembre[23]. Dahmer enterre le corps dans le jardin[24]. Neuf ans sont passés avant qu'il ne commette son deuxième méfait ; en novembre 1987, Dahmer tue un jeune homme de 26 ans, Steven Tuomi, dans un bar d'une manière impulsive ; il expliquera plus tard qu'il ne se souvenait pas avoir commis ce crime[18]. Après le meurtre de Tuomi, Dahmer continue à tuer sporadiquement : deux autres meurtres en 1988, et un autre en début 1989, durant lesquels il amenait ses victimes dans des bars gays pour ensuite avoir quelques activités sexuelles avant de les tuer[25]. Il conservait toujours le squelette d'une de ses victimes, Anthony Sears, lorsqu'il fut arrêté[26].

En mai 1990, il quitte pour la dernière fois le domicile de sa grand-mère pour un appartement qui deviendra plus tard insalubre : Appartement 213, 924 North 25th Street, Milwaukee. Dahmer marque le passage de ses meurtres : quatre meurtres de plus avant fin 1990, deux autres en février et avril 1991, et un autre en 1991[27].

Au matin du 27 mai 1991, Konerak Sinthasomphone (le frère cadet du garçon que Dahmer avait molesté en 1988), âgé de 14 ans, est retrouvé dans la rue à moitié dénudé, sous l'influence de substances médicamenteuses et le rectum ensanglanté. Deux jeunes femmes ont retrouvé l'adolescent hébété et ont appelé le 911 (urgences). Dahmer poursuivait sa victime et tentait de le tuer, avant d'être freiné par les jeunes femmes[28]. Dahmer explique à John Balcerzak et Joseph Gabrish, deux policiers chargés de l'affaire, que Sinthasomphone était son compagnon de 19 ans. Malgré les explications des deux jeunes femmes sur le fait que ce n'était qu'un adolescent et qu'il ne parlait pas l'anglais, les agents de police laissèrent Sinthasomphone repartir avec Dahmer. Ils rapportent plus tard avoir senti une odeur étrange dans l'appartement de Dahmer, mais n'avoir pas été plus loin dans l'affaire. Cette odeur était celle du cadavre de Tony Hughes, la dernière victime assassinée par Dahmer, en décomposition dans la chambre à coucher. Les policiers n'ont pas pris la peine de vérifier l'âge et l'identité de Sinthasomphone[29]. Plus tard durant cette même nuit, Dahmer tue et démembre Sinthasomphone, et garde son squelette comme souvenir.

Durant l'été 1991, Dahmer sillonne les boîtes de nuit gays de Milwaukee et Chicago, à la recherche de ses victimes qu'il invite ensuite chez lui. Il assassine approximativement un individu chaque semaine. Il tue Matt Turner le 30 juin, Jeremiah Weinberger le 5 juillet, Oliver Lacy le 12 juillet pour finir avec Joseph Brandehoft le 19 juillet qu'il invite chez lui en lui proposant de l'argent. Après avoir tué Brandehoft, il lui coupe la tête et la met dans son réfrigérateur. Dahmer pensait qu'il pouvait transformer ses victimes en « zombies » — de jeunes partenaires sexuels complètement soumis – en leur perçant le crâne à l'aide d'une perceuse électrique, et en leur injectant de l'acide chlorhydrique ou en faisant bouillir de l'eau dans la partie frontale du lobe de leur cerveau alors que ses victimes étaient encore en vie[30]. Les voisins sentaient d'étranges odeurs émanant de l'appartement 213[31]. Contrairement à la plupart des tueurs en série, Dahmer ne sélectionnait pas ses victimes selon leurs origines ethniques.

Arrestation, prison et décès[modifier | modifier le code]

Le 22 juillet 1991, il attire dans son appartement Tracy Edwards, lui met des menottes, lui passe son film favori L’Exorciste et lui offre une boisson avec des somnifères mais ce dernier parvient à l'amadouer, s'enfuir et arrêter une voiture de police qui patrouillait. Les policiers venus en renfort vont alors de découverte en découverte, toutes plus macabres les unes que les autres[32].Parmi les découvertes faites chez lui on a trouvé des têtes et des morceaux humains dans son réfrigérateur, un cœur dans son congélateur, des squelettes dans son placard ainsi que 3 torses masculins dans un tonneau rongés par d'acide chlorhydrique et des cranes dans ses tiroirs de cuisines.

En 1992, Dahmer est condamné à 957 ans de prison (correspondant à 17 fois la peine de perpétuité) pour ses 17 meurtres[33].Contrairement à d'autres tueurs en série cannibale comme Albert Fish ou Andrei Chikatilo, Jeffrey Dahmer a éprouvé des remords et de la tristesse sincère pour les meurtres qu'il a commis.

Dahmer a passé la plupart de son temps a la Columbia Correctional Institution à Portage (Wisconsin)[34].

Dahmer est attaqué deux fois en prison, la première en juillet 1994. Un prisonnier tente d'égorger Dahmer à coup de lame de rasoir tandis que ce dernier retournait dans sa cellule. Dahmer réussit à s'échapper avec de légères blessures[35]. Tandis qu'il faisait son service de nettoyage au gymnase de la prison, Dahmer et un autre prisonnier, Jesse Anderson, sont passés à tabac par un autre prisonnier, Christopher Scarver (un schizophrène persuadé d'etre le fils de Dieu) avec une barre centrale d'haltères le 28 novembre 1994[36]. Dahmer décède succombant à un profond traumatisme alors qu'il était sur la route de l'hôpital en ambulance. Anderson, lui, succombe deux jours après suite à ses blessures[37].

Postérité[modifier | modifier le code]

  • Le vœu de Jeffrey Dahmer étant d'être incinéré, ses parents se sont partagés les cendres mais se sont disputés la possession de son cerveau, sa mère voulant qu'il soit analysé par la médecine légale pour vérifier si des anomalies pouvaient expliquer son comportement criminel[38].
  • Le groupe de metal brésilien Soulfly a écrit une chanson sur Dahmer[39]et a également composé un titre sur un de leurs album omen s'intitulant Jeffrey Dahmer.
  • Des pasteurs évangélistes sont venus exorciser son appartement avant que son immeuble ne soit détruit pour éviter qu'un culte n'y soit rendu, de même que le nom de sa rue a été changé[40].
  • Le groupe métal Macabre de Chicago a composé un album complet sur Jeffrey Dahmer, intitulé Dahmer sorti en 2000.
  • Peter Saul, peintre américain du Pop Art, a réalisé un portrait en 1992 de Dahmer en train de déguster une vessie et un sexe d'homme sur une chaise électrique.
  • La chanson 213 du groupe de Thrash Metal Slayer sur l'album Divine Intervention (1994) évoque les meurtres de Dahmer.
  • Dahmer a inspiré l'histoire de Jeff the killer

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « JEFFREY DAHMER », sur Beacon Journal,‎ 29 novembre 1994 (consulté le 25 mai 2010)
  2. (Dahmer 1994, p. 61)
  3. (Dahmer 1994)
  4. (Dahmer 1994, p. 80)
  5. (en) Brian Masters, The Shrine of Jeffrey Dahmer, Hodder & Stoughton,‎ 1993, p. 43
  6. (Dahmer 1994, p. 82)
  7. (Dahmer 1994, p. 90)
  8. (Dahmer 1994)
  9. (Dahmer 1994, p. 107)
  10. a et b (en) « Did Dahmer Have One More Victim? », The Milwaukee Channel,‎ 1er février 2007 (consulté le 5 février 2007)
  11. (Dahmer 1994, p. 114)
  12. (Dahmer 1994, p. 115)
  13. (Dahmer 1994, p. 117)
  14. (Dahmer 1994)
  15. (Dahmer 1994)
  16. (Dahmer 1994)
  17. (Dahmer 1994, p. 131)
  18. a et b (en) Bardsley, Marilyn, « Jeffrey Dahmer — Serial Killer and Cannibal — Lust, Booze & Murder », sur TruTV.com (consulté le 31 octobre 2012)
  19. (Dahmer 1994, p. 132)
  20. (Dahmer 1994)
  21. (Dahmer 1994)
  22. (en) Purcell, Catherine E., A. Arrigo, Bruce, The Psychology of Lust Murder: Paraphilia, Sexual Killing, and Serial Homicide, Academic Press,‎ 2006 (ISBN 0-12-370510-X, lire en ligne), « 5 », p. 77
  23. Faut-il y croire ? - Zombies et morts-vivants : révélations sur une légende.
  24. (en) Roy, Jody M. Love to Hate NY: Columbia Univ. Press, 2002; p. 102 et seq.
  25. (en) Roy, Jody M. Love to Hate NY: Columbia Univ. Press, 2002; p. 103 et seq.
  26. (en) Bardsley, Marilyn, « Jeffrey Dahmer — Serial Killer and Cannibal — More Murders, More Arrests », sur TruTV.com (consulté le 28 juillet 2010)
  27. (en) Bardsley, Marilyn, « Jeffrey Dahmer — Serial Killer and Cannibal — The Killing Binge », sur TruTV.com (consulté le 28 juillet 2010)
  28. (Davis 1991, p. 7)
  29. (en) Bardsley, Marilyn, « Jeffrey Dahmer — Serial Killer and Cannibal — The Body in the Bedroom », sur TruTV.com (consulté le 26 juillet 2010)
  30. (Dahmer 1994, p. 211)
  31. (en) Follow TIME Facebook Twitter Google + Tumblr, « The Little Flat of Horrors », TIME Magazine,‎ 5 août 1991 (consulté le 31 octobre 2012)
  32. (en) Nick Vandome, Crimes and criminals, Chambers,‎ 1992, p. 74
  33. Michel Barroco, Les tueurs en série, Le Cavalier Bleu,‎ 2006, p. 70
  34. (en) Bardsley, Marilyn, « Jeffrey Dahmer — Serial Killer and Cannibal — Did Dahmer Find God? », sur TruTV.com (consulté le 26 juillet 2010)
  35. Wisconsin Inmate help in Slaying of Dahmer." Deseret News. 29 novembre 1994.
  36. (en) "Jeffrey Dahmer, Multiple Killer, Is Bludgeoned to Death in Prison." The New York Times. Novembre.
  37. (en) "Dahmer Killer Charged", TIME Magazine, 15 décembre 1994
  38. (en) Gregory K. Moffatt, A Violent Heart. Understanding Aggressive Individuals, Greenwood Publishing Group,‎ 2002, p. 116
  39. Soulfly - Jeffrey Dahmer Lyrics
  40. (en) Richard Tithecott, Of Men and Monsters : Jeffrey Dahmer and the Construction of the Serial Killer, Univ of Wisconsin Press,‎ 1997, p. 20

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lionel Dahmer, A Father's Story, William Morrow and Co,‎ 1994 (ISBN 978-0-688-12156-3, lire en ligne)
  • (en) Donald Davis, The Jeffrey Dahmer Story: An American Nightmare (previously published as: The Milwaukee Murders, Nightmare in Apartment 213: The True Story), Macmillan,‎ 1991 (ISBN 978-0-312-92840-7, lire en ligne)
  • Ed Baumann, Step into my parlor : the chilling story of serial killer Jeffrey Dahmer, 1991
  • Richard W. Jaeger et M. William Balousek, Massacre in Milwaukee: The Macabre Case of Jeffrey Dahmer, Waubesa Press, 1991
  • Stéphane Bourgoin, Le Livre Noir des Serial Killer, Éditions Grasset et Fasquelle, 2004, republié par les éditions Points
  • Derk Backderf (en), Mon ami Dahmer, Ed. ça et là, 2013

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • A&E Biography - Jeffrey Dahmer, A&E Home Video
  • Esprits criminel, Saison 2 - épisode 16
  • Dexter, Saison 1 - épisode 1 - il y est cité par le protagoniste principal, Dexter Morgan, incarné par Michael C.Hall.
  • Castle, Saison 2 - épisode 14 - il est cité par le sergent Esposito
  • South Park, Saison 10 - épisode 11 - mis en scène comme collaborateur de Satan

Annexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]