H. H. Holmes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
H.H. Holmes

H.H. Holmes
Information
Nom de naissance Herman Webster Mudgett
Surnom H.H. Holmes, Docteur Henry Howard Holmes
Naissance 16 mai 1860
Gilmanton, New Hampshire, (États-Unis)
Décès 7 mai 1896 (à 35 ans)
Prison de Moyamensing, Philadelphie, Pennsylvanie, (États-Unis)
Cause du décès Pendaison
Sentence Peine capitale
Meurtres
Nombre de victimes Entre 27 et 100 (probablement 200)
Période 1888 - 1894
Pays États-Unis, Canada
États Chicago, Illinois, Irvington, Indiana, Philadelphie, Pennsylvanie et Toronto, Ontario
Arrestation 17 novembre 1894

Herman Webster Mudgett ou H. H. Holmes (16 mai 1860 - 7 mai 1896[1]), plus connu sous le pseudonyme de Docteur Henry Howard Holmes, est un tueur en série américain. Holmes tua probablement deux cents clients dans son hôtel de Chicago, qu'il avait ouvert à l'occasion de l'Exposition universelle de 1893. Il avoua 27 meurtres et bien que seuls neuf ont été confirmés, on pense qu'il en aurait en réalité commis deux cents. Holmes est souvent considéré comme le premier tueur en série américain.

L'affaire fut célèbre en son temps, et reçut beaucoup de publicité grâce à une série d'articles du journal de William Randolph Hearst. L'intérêt pour les crimes de Holmes fut ravivé en 2003 par le best-seller The Devil in the White City (sorti en France en 2011 sous le titre Le Diable dans la ville blanche aux éditions du Cherche Midi), qui juxtapose les évènements de l'Exposition universelle de 1893 avec l'histoire de Holmes. En 2004, le cinéaste John Borowski réalisa le premier film documentaire centré sur la vie entière du Docteur torture, intitulé H. H. Holmes: America's first serial killer et un livre intitulé The strange case of Dr H.H. Holmes, qui contient Holmes' Own Story (« la propre histoire de Holmes ») et The Holmes-Pitezel Case (« l'affaire Holmes-Pitezel »), ainsi que d'autres histoires vraies contemporaines de l'affaire. En plus, l'histoire de Mudgett a été racontée dans une biographie de Harold Schechter intitulée Pervers : L'histoire vraie définitive de H.H. Holmes, dont les crimes grotesques ont bouleversé le tournant du siècle de Chicago.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et vie privée[modifier | modifier le code]

Mudgett est né à Gilmanton dans l’état du New Hampshire[2]. Ses parents, Levi Horton Mudgett et Theodate Page Price, étaient tout deux descendants des premiers pionniers de cette région. D’après le profil "Most Evil" de Holmes de 2007, son père était un alcoolique violent et sa mère une fervente méthodiste qui lisait la bible à Herman. Il prétend que, pendant son enfance, des camarades de classe l’ont forcé à voir et toucher un squelette humain après avoir appris sa peur du docteur local. Les enfants l’amenèrent là initialement pour lui faire peur, mais Mudgett fut plutôt fasciné, et devint rapidement obsédé par la mort[3].

Mudgett obtint un diplôme d'assistant pharmacien et fabriqua par la suite un faux diplôme du département de médecine de l’Université du Michigan, en 1884, pour pouvoir exercer en tant que médecin[4]. Alors qu’il y étudiait, Mudgett volait des corps du laboratoire et les défigurait, pour ensuite prétendre que les gens avaient été tués accidentellement, ceci dans le but d’obtenir de l’argent des assurances sur des polices qu’il avait souscrites sur chacune des personnes décédées. Après son diplôme, il déménagea à Chicago afin de poursuivre une carrière en pharmaceutique. Dès sa jeunesse, il prit le nom de H. H. Holmes. C’est d’ailleurs sous ce nom qu’il étudia et s’engagea également dans plusieurs compagnies nébuleuses, dans l’immobilier et des affaires promotionnelles[5].

Le 4 juillet 1878, Holmes épousa Clara Lovering à Alton dans le New Hampshire ; leur fils, Robert Lovering Mudgett, vit le jour le 3 février 1880 à Loudon dans le New Hampshire. À l'âge adulte, Robert devint expert-comptable et fut le gérant municipal d'Orlando en Floride.

Le 28 janvier 1887, alors qu'il était encore marié à Clara, Holmes épousa Myrta Belknap à Minneapolis au Minnesota ; ils eurent une fille, Lucy Theodate Holmes, qui vit le jour le 4 juillet 1889 à Englewood dans l’Illinois[6]. Elle devint par la suite enseignante.

Holmes vivait avec Myrta et Lucy à Wilmette dans l’Illinois, et passait la majorité de son temps à Chicago pour son travail. Il fit la demande pour obtenir le divorce de Clara après s’être marié avec Myrta mais le divorce ne fut finalisé qu’en 1891[5], soit plus de quatre ans après son deuxième mariage. Le 9 janvier 1894, il épousa Georgiana Yoke à Denver au Colorado alors qu’il était encore marié à Myrta. Il entretint également une relation avec Julia Smythe, la femme d’un de ses anciens employés ; Julia devint plus tard une des victimes de Holmes[5]. Polygame et continuant ses escroqueries à l'assurance, il a jusqu'à sept identités différentes[4].

Chicago et le « Château des meurtres »[modifier | modifier le code]

Alors qu’il était à Chicago lors de l’été 1886, Holmes passa devant la pharmacie de Dr. E.S. Holton, au coin des rues S. Wallace et W. 63rd, dans le voisinage de Englewood[7]. Holton étant atteint d'un cancer, c’est sa femme qui s’occupait du commerce[7].

De plus en plus occupée, la femme du Dr. Holton engage Holmes comme assistant. Après quelques mois à peine, Holmes apparaît comme le parfait assistant et plaît énormément à Mme Holton, dont le commerce ne cesse de s’élargir et qui en fait son gérant. En 1887, après la mort de son mari, Mme Holton vend le commerce à Holmes. Lorsque Mme Holton engage un avocat pour poursuivre Holmes qui ne paye pas ses traites, elle disparaît mystérieusement[4]. Alors que les gens s'interrogent sur le retour éventuel de l’ancienne propriétaire, Holmes ne fait que mentionner que cette dernière est partie en Californie et qu’elle n’a laissé aucune adresse ou numéro de téléphone[8].

Par la suite, Holmes acheta un terrain en face de la pharmacie, où il construisit un édifice de trois étages que les gens du voisinage qualifieront de « château ». Cet édifice ouvrit comme hôtel pour l’exposition universelle de 1893, avec une partie de la structure utilisée à des fins commerciales. Le rez-de-chaussée du Château comprenait la pharmacie relocalisée de Holmes et une variété de magasins, alors que les deux étages du dessus comprenaient le bureau de Holmes ainsi que plus de cent chambres sans fenêtres avec des portes s’ouvrant sur des murs de briques, des couloirs avec des angles étranges, des escaliers ne menant nulle part, des trappes, des portes s’ouvrant seulement de l’extérieur, des tuyaux d'arrivée de gaz ainsi qu’une foule de constructions étranges et labyrinthiques[4]. Holmes changea de constructeur à plusieurs reprises afin d'être le seul à comprendre pleinement la disposition de la maison, et ainsi amenuiser les chances d’être signalé à la police[9].

Après la fin de la construction de l’hôtel, Holmes choisit ses victimes, principalement des femmes, parmi ses employés. Plusieurs d’entre eux avaient d’ailleurs été obligés de sortir leurs polices d’assurance-vie pour lesquels Holmes allait payer la prime et ainsi devenir le bénéficiaire. Ses victimes incluaient aussi des amies de cœur ainsi que des touristes qui venaient trouver refuge dans l’hôtel. Il les torturait, puis les tuait[7]. Certaines des victimes étaient enfermées dans des chambres insonorisées munies de lignes de gaz qui lui permettait de les asphyxier à n’importe quel moment. D’autres victimes étaient enfermées dans un énorme coffre-fort insonorisé près de son bureau où elles étaient laissées à suffoquer[3].

Les corps des victimes étaient jetés par une chute secrète vers le sous-sol[9] où certains étaient méticuleusement disséqués, écorchés, puis transformés en modèles de squelettes pour ensuite être vendus à des écoles de médecine. Holmes pratiquait aussi la crémation de certains corps, ou les plaçait à des endroits servant à produire le cuir pour destruction. Holmes avait également deux fournaises géantes ainsi que des bacs remplis d’acide, des bouteilles de différents poisons, et même un appareil de torture servant à étirer le corps humain[8]. Via les connexions qu’il s’était faites durant ses études en médecine, il vendait les squelettes et organes sans difficulté.

Capture et arrestation[modifier | modifier le code]

En juillet 1894 Holmes est arrêté à Chicago après avoir été traqué depuis Philadelphie par la Pinkerton National Detective Agency. Il est détenu à ce moment-là sur mandat pour vol de chevaux, sous le nom d'Howard. Libéré, il est dénoncé par Marion Hedgepeth, un compagnon de cellule qui n'a pas touché sa part dans une escroquerie, et révèle à la police son vrai nom[4]. Il est arrêté le 17 novembre 1894 à Boston.

Par la suite, le gardien du « château » informe la police qu'il n'a jamais été autorisé à nettoyer les étages supérieurs. Les enquêteurs commencent à mener des investigations pour finalement découvrir les méthodes d'exécution de Holmes et sa façon de faire disparaître les corps.

Le 19 août 1895, un incendie d'origine inconnue ravage le bâtiment. Actuellement, le site est occupé par l'United States Post Office.

Le nombre des victimes de Holmes a été estimé entre vingt et cent, avec une possibilité de deux cents[9]. Sur la base des rapports de l'époque sur les personnes disparues, les témoins interrogés, qui étaient les voisins de Holmes, ont déclaré avoir vu Holmes plusieurs fois accompagné de jeunes femmes, sans jamais voir ces dernières ressortir de chez lui.

L'écart entre les chiffres concernant les victimes est attribué à L'Exposition universelle de 1893 à laquelle un grand nombre de personnes sont venues assister mais qui, pour certaines, ne sont jamais reparties. Selon la police, le nombre exact est de 27 victimes[10], bien que les corps retrouvés fussent dans un tel état de démembrement et de décomposition qu'il est difficile de dire combien de victimes il y a eu exactement. Parmi les victimes, il y a en majorité des femmes blondes, mais aussi des hommes et des enfants.

Procès et exécution[modifier | modifier le code]

Holmes a avoué après sa condamnation 27 meurtres à Chicago, Indianapolis et Toronto, ainsi que six tentatives de meurtre. Holmes a été payé 7 500 dollars de l'époque (environ 200 000 dollars d'aujourd'hui) par Les Journaux de Hearst en échange de sa confession. Holmes donna divers récits contradictoires sur sa vie, affirmant d'abord être innocent, puis qu'il était possédé par Satan. La facilité avec laquelle Holmes mentait mettait en difficulté les chercheurs pour savoir la vérité sur ses déclarations.

Le 7 mai 1896 Holmes est pendu à la Prison de Moyamensing, également connue comme étant la Prison du Comté de Philadelphie[11]. Au moment d'être pendu, Holmes ne montre aucun signe de peur, d'anxiété ou de dépression[12]. Lors de la pendaison, le cou de Holmes ne cassa pas. Il mit plus de quinze minutes à mourir, et fut déclaré mort vingt minutes après avoir été pendu[11],[13].

La dernière volonté de Holmes fut que son corps soit coulé dans le béton pour que personne ne puisse venir le mutiler comme il l'avait fait avec ses victimes. La demande a été accordée[11].

En 2011, Jeff Mudgett, l'arrière petit-fils d'Holmes écrit le livre Bloodstains se disant inspiré de journaux intimes transmis de génération en génération dans la famille. Dans cet ouvrage, il affabule, prétendant qu'H.H. Holmes serait également Jack l'Éventreur[4].

Les références à H.H. Holmes dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Films et documentaires[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) D. Franke : The Torture Doctor, 1975 (Avon)
  • (en) Harold Schechter : Depraved, 1994 (Pocket Books)
  • (en) & (fr) Allan W. Eckert : The Scarlet Mansion, 1985 (Little, Brown & Co.)
  • (en) Cecil Adams : The Straight Dope
  • (en) Erik Larson : The Devil in the White City, 2004 (Random House)

Notes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philadelphia (Pennsylvania). Board of Health. "Death registers, 1860–1903". Salt Lake City: Filmed by the Genealogical Society of Utah, 1962.
  2. New Hampshire Registrar of Vital Statistics. "Index to births, early to 1900", Registrar of Vital Statistics, Concord, New Hampshire. FHL Microfilms: film number 1001018
  3. a et b (en) Eric Larson, The Devil in the White City, Alexandrie (homonymie), Crown,‎ 2003, 1e éd., relié (ISBN 978-0-609-60844-9, LCCN 2002154046)
  4. a, b, c, d, e et f Stéphane Bourgoin, « L'affaire H.H.Holmes », émission L'Heure du crime sur RTL, 2 mars 2012
  5. a, b et c http://www.buzzle.com/articles/the-weird-world-of-hhholmes-part1.html
  6. Lucy Theodate Holmes, passport application, U.S. Passport Applications, 1795-1925 [database on-line]. Provo, UT, USA: The Generations Network, Inc., 2007. Original data: Passport Applications, January 2, 1906-March 31, 1925; (National Archives Microfilm Publication M1490, 2740 rolls); General Records of the Department of State, Record Group 59; National Archives, Washington, D.C.
  7. a, b et c (en) « The Strange Life of H.H. Holmes », by Debra Pawlak, The Mediadrome,‎ 2002 (consulté le 3 janvier 2011)
  8. a et b http://www.prairieghosts.com/holmes.html
  9. a, b et c Did Dr. Henry Holmes kill 200 people at a bizarre "castle" in 1890s Chicago? from The Straight Dope
  10. This number reached by Holmes' confession, for which the Philadelphia Enquirer paid him. Some of the names on the list turned out to be those of people still alive.
  11. a, b et c (en) Katherine Ramsland, « H. H. Holmes: Master of Illusion », sur Crime Library (consulté en 2 janv. 2009) « On May 7, 1896, H. H. Holmes went to the hangman's noose. His last meal was boiled eggs, dry toast, and coffee. Even at the noose, he changed his story. He claimed to have killed only two people and tried to say more but at 10:13 the trapdoor opened and he was hanged. Blundell says that it took him 15 minutes to strangle to death on the gallows ».
  12. (en) D. Franke, The Torture Doctor, New York, Avon,‎ 1975 (ISBN 978-0-8015-7832-8, LCCN 75002561)
  13. (en) « Holmes Cool to the End. », New York Times,‎ 1896-05-08 (lire en ligne) :

    « Under the Noose He Says He Only Killed Two Women. He denies the Murder of Pitezel. Slept Soundly Through His Last Night on Earth and Was Calm on the Scaffold. Priests with him on the Gallows. Prayed with Him Before the Trap Was Sprung. Dead in Fifteen Minutes, but Neck Was Not Broken. Murderer Herman Mudgett, alias H.H. Holmes, was hanged this morning in the County Prison for the killing of Pitezel. The drop fell at 10:12 o'clock, and twenty minutes later he was pronounced dead. »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]