Sodoku (maladie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sodoku.
Sodoku
Classification et ressources externes
CIM-10 A25.0
CIM-9 026.0
DiseasesDB 32803
MedlinePlus 001348
MeSH D011906
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

Le sodoku est une maladie infectieuse, pouvant être transmise par la morsure des rats sauvages ou domestiques. Exceptionnelle en France, cette affection se rencontre surtout au Japon (so = rat ; doku = poison).

C'est une des deux variantes de la fièvre par morsure de rat.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

La bactérie responsable est Spirillum morsus muris (ou S. minus) dont le rat est le principal réservoir, mais d'autres espèces de rongeurs sont également concernées. La maladie est le plus souvent inapparente chez le rat qui peut être porteur sain du germe au niveau de la cavité buccale et le transmettre dans la salive par pénétration transcutanée, à l'occasion d'une morsure, le plus souvent à des prédateurs tels que chiens, chats, belettes ou autres, mais également à l'homme.

Signes cliniques[modifier | modifier le code]

Après une période d'incubation de deux semaines, une tuméfaction indurée apparaît sur la cicatrice de morsure puis un ganglion satellite est généralement atteint (en général, il s'agit d'un ganglion inguinal pour une plaie du membre inférieur). La lésion locale ne suppure pas, elle peut guérir spontanément ou s'ulcérer. L'évolution est émaillée de plusieurs épisodes fébriles successifs associés à un érythème papuleux des membres, du tronc et de la face[1],[2]. Sans traitement la maladie peut se prolonger plusieurs années avec des douleurs musculaires et une asthénie mais elle évolue en principe favorablement.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Le diagnostic bactériologique est couramment effectué à partir d'un prélèvement sur la lésion cutanée ou par ponction du ganglion satellite. La bactérie peut être identifiée à l'examen direct ou par inoculation intrapéritonéale à l'animal. Il existe également un test sérologique.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le germe responsable est sensible aux antibiotiques du groupe des pénicillines et aux tétracyclines.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Khatchadourian K, Ovetchkine P, Minodier P, Lamarre V, Lebel MH, Tapiéro B, « The rise of the rats: A growing paediatric issue », Paediatr Child Health, vol. 15, no 3,‎ 2010, p. 131-4. (liens PubMed? et PubMed Central?) modifier
  2. (en) McKee G, Pewarchuk J, « Rat-bite fever », CMAJ, vol. 185, no 15,‎ 2013, p. 1346. (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?) modifier

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]