Typhus murin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le typhus murin est une zoonose rickettsienne des rats, due à Rickettsia typhi (appelée aussi Rickettsia mosseri), transmise de rat à rat, et souvent du rat à l'homme, par la puce du rat, Xenopsylla cheopis, hôte intermédiaire et vecteur.

Répartition géographique et importance[modifier | modifier le code]

Mondiale, comme le rat, c'est surtout une maladie des villes et des ports.

Son importance est variable : souvent bénigne, elle est parfois très sévère comme c'est le cas en Afrique noire, lorsqu'elle suit les feux de brousse.

Clinique[modifier | modifier le code]

Le tableau clinique, en moins sévère, est proche de celui du typhus exanthématique. Il s'en différencie par :

  • une incubation plus courte, de 12 jours ;
  • une invasion souvent progressive ;
  • une fièvre moins élevée, à 38 - 40 °C, avec cassure au 7e jour ;
  • un exanthème exceptionnellement pétéchial, généralisé même à la face, à la paume des mains et à la plante des pieds ; il est de faible durée (4 à 10 jours) ;
  • enfin, l'absence de tuphos.

L'évolution classique en 2 semaines, avec défervescence en lysis et convalescence courte, est actuellement remplacée, grâce aux traitements antibiotiques, par une chute de la fièvre dès le deuxième jour et, après disparition de l'exanthème, par une guérison très rapide.

Diagnostic[modifier | modifier le code]

Radiographie pulmonaire d'un homme de 40 ans présentant un syndrome de détresse respiratoire aiguë comme complication du typhus murin

Le diagnostic positif se fait sur les signes cliniques, le seul diagnostic différentiel se posant en pratique avec le typhus exanthématique provoqué par Rickettsia prowazekii, dans lequel l'exanthème, pétéchial et durable, respecte la face, la paume des mains et la plante des pieds.
L'existence d'une immunité croisée entre ces deux typhus, positivant le Weil-Féfix dans les deux cas, ne permet pas de trancher grâce au laboratoire.

Traitement[modifier | modifier le code]

Les tétracyclines sont le traitement de référence : doxycycline en une prise unique. Le traitement est prolongé sur 7 jours dans les formes graves. Les alternatives à la doxycycline sont les fluoroquinolones, la josamycine, la clarithromycine, les inhibiteurs de l'ADN gyrase, la rifampicine. Le chloramphénicol peut également être utilisé mais les effets secondaires peuvent être graves.

Liens externes[modifier | modifier le code]