Bacillus cereus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bacillus cereus est une bactérie appartenant au genre Bacillus.

Biologie[modifier | modifier le code]

La morphologie du germe correspond à un grand bacille en forme de bâtonnet de 1 μm de large pour 3 à 4 μm de long, sporulé, mobile grâce à une ciliature péritriche, d'une longueur supérieure à 3 µm et d'un diamètre moyen de 1,4 µm et de type respiratoire aéro-anaérobie[1], présentant une positivité à la coloration de Gram, et synthétisant deux types de toxines : une toxine thermostable et une toxine thermolabile.

Santé[modifier | modifier le code]

Le germe Bacillus cereus, retrouvé de manière ubiquitaire dans le sol, est fréquemment responsable d'intoxications alimentaires opportunistes, et ce dans le monde entier mais plus particulièrement en Europe. Il s'agit très souvent de l'ingestion d'aliments non réfrigérés après cuisson et après une première consommation (riz cuit par exemple). Le nombre de germes suffisant pour entraîner une intoxication est de un million.

L'intoxication alimentaire à Bacillus cereus revêt deux formes :

  • La forme émétique, accompagnée de nausées et de vomissements (durée d'incubation : 1 à 5 heures).
  • La forme diarrhéique, accompagnée de douleurs abdominales et d'une diarrhée (durée d'incubation : 6 à 24 heures).

Dans les deux cas, il s'agit d'une infection opportuniste bénigne à résolution spontanée, le plus souvent dans les 24 heures. Cependant, si l'intoxication survient chez un sujet immunodéprimé, il peut y avoir dissémination bactérienne avec un tableau de méningite, endocardite

Biominéralisation[modifier | modifier le code]

Parmi les « bactéries cimentières » Bacillus cereus synthétise de la calcite, un ciment qui peut colmater certains substrats naturels dont en eau douce[2], mais qui a aussi joué un rôle protecteur minéral de certaines surface ornées dans les grottes préhistoriques ornées par exemple, phénomène étudié par le Laboratoire de recherche des monuments historiques[3][réf. à confirmer],[4],[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.bacterio.cict.fr/bacdico/bb/cereus.html
  2. El Kahoui, R. (1999). Relations entre macromolécules organiques bactériennes et dépôts carbonates d'eau douce (Doctoral dissertation) ; (résumé Inist-CNRS).
  3. http://www.lrmh.fr/lrmh/w_publications/microbio/biomt.htm | Site Laboratoire de recherche des monuments historiques
  4. Bâtir en terre de Laetitia Fontaine et Romain Anger , p198, ISBN 978-2-7011-5204-2, 2009
  5. http://www.amonit.fr/images/documents/fiche_produit_patine_par_biomineralisation.pdf | Patine par Biominéralisation pdf

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]