Fasciite nécrosante

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fasciite nécrosante
Classification et ressources externes
Necrotizing fasciitis left leg.JPEG
Patient avec une fasciite nécrosante. La jambe gauche présente une rougeur et une nécrose extensives.
CIM-10 M72.6
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

La fasciite nécrosante (ou fasciitis necroticans) est une infection rare de la peau et des tissus sous-cutanés profonds, se propageant le long des fascia et du tissu adipeux, surtout causée par le streptocoque du groupe A (Streptococcus pyogenes[1]) mais également par d'autres bactéries telles que Vibrio vulnificus, Clostridium perfringens ou Bacteroides fragilis (en).

Ces bactéries sont également appelées « bactéries mangeuses de chair », mais cette appellation est fausse. En réalité, ces bactéries ne se nourrissent pas de la chair, mais libèrent des toxines, mortelles pour les cellules vivantes, ou, qui par leurs effets sur le système immunitaire, conduisent à la production de radicaux libres[2].

La fasciite nécrosante est une urgence médicale dont l'évolution rapide est parfois fatale.

Symptômes[modifier | modifier le code]

Une porte d'entrée à l'infection est retrouvée dans les trois quarts des cas[3].

L’infection débute localement, sur une zone sujette à un traumatisme, qui peut être sévère (comme le résultat d’une chirurgie), ou mineur, voire non-apparent[2].

Au début, les douleurs locales sont disproportionnées par rapport à l'atteinte visible de la peau. Pendant l’évolution de la maladie, les tissus enflent, souvent en l’espace de quelques heures. Les signes d’inflammation peuvent apparaitre rapidement, tels la rougeur, le gonflement et la chaleur de la peau. Les lésions de la peau forment des plaques rouges disparates progressant vers le rouge-foncé, le violet et finalement noir. Des cloques peuvent apparaître, suivies d’une nécrose des tissus sous-cutanés.

La fasciite peut mener à l'état de choc.

Examens complémentaires[modifier | modifier le code]

Il existe un syndrome inflammatoire avec élévation de la CRP et leucocytose. Une biopsie du tissu atteint et des hémocultures peuvent être effectués pour identifier le germe responsable. La présence d'une hyponatrémie (baisse de la concentration sanguine en sodium) pourrait être évocateur[3].

L'échographie peut contribuer au diagnostic[4]. Le scanner de la zone suspecte a une très bonne sensibilité (asymétrie des densités par rapport au côté sain, présence d'air, d'une collection liquidienne, nécrose musculaire)[5]. L'IRM peut également aider au diagnostic[6].

L'exploration chirurgicale permet le diagnostic et constitue le traitement si les autres examens n'ont pas permis d'éliminer une fasciite nécrosante.

Traitement[modifier | modifier le code]

Le traitement, urgent, est toujours mixte, médical et chirurgical[2]. L'antibiothérapie est nécessaire et doit être adaptée aux germes suspectés. Le traitement chirurgical immédiat est un débridement des zones nécrotiques.

Épidémiologie[modifier | modifier le code]

On estime entre 90 et 200 nouveaux cas au Canada chaque année, dont 20 à 30 sont mortels. En Grande-Bretagne, environ 500 nouveaux cas sont décrits chaque année[7].

L'atteinte est favorisée par un diabète, une hépatite chronique, un cancer, une toxicomanie intra-veineuse[3].

Pronostic[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une affection grave, avec une mortalité atteignant 30 %[1]. Le pronostic est amélioré en cas de prise en charge rapide, avec un traitement médico-chirurgical adapté [8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b McHenry CR, Piotrowski JJ, Petrinic D, Malangoni MA, Determinants of mortality for necrotizing soft-tissue infections, Ann Surg, 1995;221:558-63
  2. a, b et c Bourgault Villada I, Chosidow O., « Fasciite nécrosante », Maladies, sur www.therapeutique-dermatologique.org,‎ juillet 2005 (consulté le 28 juillet 2012)
  3. a, b et c (en) Sultan HY, Boyle AA, Sheppard N., « Necrotising fasciitis », BMJ, no 345,‎ 2012, e4274 (lire en ligne)
  4. (en) Yen Z-S, Wang H-P, Ma H-M, Chen S-C, Chen W-J., « Ultrasonographic screening of clinically-suspected necrotizing fasciitis », Acad Emerg Med., no 9,‎ 2002, p. 1448-51. (résumé)
  5. (en) Zacharias N, Velmahos GC, Salama A, Alam HB, de Mova M, King DR. et al., « Diagnosis of necrotizing soft tissue infections by computed tomography », Arch Surgery, no 145,‎ 2010, p. 452-5. (lire en ligne)
  6. Schmid MR, Kossmann T, Duewell S, Differentiation of necrotizing fasciitis and cellulitis using MR imaging, Am J Roentgenol. 1998;170:615-20
  7. (en) Hasham S, Matteucci P, Stanley P, Hart N., « Necrotising fasciitis », BMJ, no 330,‎ 2005, p. 830-3. (lire en ligne)
  8. Bilton BD, Zibari GB, McMillan RW, Aggressive surgical management of necrotizing fasciitis serves to decrease mortality: a retrospective study, Am Surg, 1998;64:397-400