Sidi Bou Saïd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne la commune tunisienne de Sidi Bou Saïd. Pour la commune algérienne, voir Sidi Boussaid.
Sidi Bou Saïd
Marches du Café des nattes
Marches du Café des nattes
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Tunis
Délégation(s) Carthage
Maire Raouf Dakhlaoui[1]
Code postal 2026
Démographie
Population 4 793 hab. (2004[2])
Géographie
Coordonnées 36° 52′ 16″ N 10° 20′ 59″ E / 36.8712441, 10.349721936° 52′ 16″ Nord 10° 20′ 59″ Est / 36.8712441, 10.3497219  
Altitude 98[3] m
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (administrative)

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Sidi Bou Saïd

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (relief)

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Sidi Bou Saïd
Liens
Site web www.commune-sidibousaid.gov.tn/

Sidi Bou Saïd (سيدي بو سعيد) est un village de Tunisie situé à une vingtaine de kilomètres au nord-est de Tunis. Il compte 4 793 habitants selon le recensement de 2004[2].

Perché sur une falaise dominant Carthage et le golfe de Tunis, il porte le nom d'un saint : Sidi Bou Saïd.

Il est desservi par la ligne ferroviaire du TGM qui le relie à La Marsa et Tunis.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Carthaginois puis les Romains auraient utilisé les hauteurs de l'actuel Sidi Bou Saïd pour y établir une tour à feu. Une mosaïque de six mètres sur cinq prouve d'ailleurs l'existence ancienne d'une villa romaine.

Au XIe siècle, les hauteurs du village sont choisies par les Almoravides pour la défense des côtes nord-est de la Tunisie. Des tours de guets et des tours à feu y sont construites. Elles donnent d'ailleurs l'appellation de la colline : Djebel Menara (« montagne du phare »).

Abou Saïd Khalaf Ibn Yahya el-Tamimi el-Béji, alias Sidi Bou Saïd, enseigne dans la rue qu'il habite à Tunis et qui a depuis conservé son nom. Vers la fin de sa vie, il se retire sur le Djebel Menara, dans le ribat construit sur la colline dominant le cap Carthage, pour monter la garde et y enseigner le soufisme. Il est alors surnommé « maître des mers » à cause de la protection que les marins naviguant à proximité du site pensent recevoir. Il meurt en 1231 et est enterré sur la colline. Sa zaouïa constitue sans doute le premier élément du village qui prendra son nom. Des traces archéologiques repérées sur le versant nord laissent penser qu'un mur d'enceinte contourne alors le site.

Dès le XVIIe siècle, le charme de ce village séduit la bourgeoisie tunisoise et la famille beylicale husseinite qui y fait construire des demeures luxueuses de style arabo-musulman telles que Dar Dellagi, Dar Mohsen, Dar Thameur, Dar Arif, Dar Lasram, Dar Debbagh, Dar Chérif, Dar Bahri, le palais de Naceur Bey, etc[4]. Il reçoit le nom de Sidi Bou Saïd lorsqu'il devient le siège d'une municipalité en 1893[5]. Le 28 août 1915, un décret est pris pour assurer la protection du village, imposant le bleu et le blanc si chers au baron d'Erlanger et interdisant toute construction anarchique sur le promontoire[6], faisant de Sidi Bou Saïd le premier site classé au monde.

Sidi Bou Saïd est rattaché au site de Carthage, classé patrimoine mondial par l'Unesco en 1979. Toutefois, les consignes de l'Unesco cèdent devant l'urbanisation qui se développe depuis Sidi Bou Saïd jusqu'à La Malga et Salammbô ; les connexions électriques et téléphoniques aériennes dénaturent par ailleurs le paysage. De plus, la municipalité ne parvient pas à maîtriser le développement du souk du village.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

À partir du XIXe siècle, Sidi Bou Saïd attire nombre d'artistes, musiciens et écrivains, dont Chateaubriand, Gustave Flaubert, Alphonse de Lamartine, André Gide, Colette et Simone de Beauvoir. Michel Foucault y rédige L'Archéologie du savoir.

Le 12 janvier 2013, le mausolée de Sidi Bou Saïd est complètement incendié ; il avait subi des menaces de la part de salafistes[7]. Des travaux de restauration et d'aménagement sont entrepris par la suite[8].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les maisons de Sidi Bou Saïd qui combinent l'architecture arabe et andalouse et qui sont d'une blancheur éclatante et aux portes bleues, sont dispersées au hasard de ruelles tortueuses. Haut-lieu touristique aux couleurs de la mer Méditerranée, classé depuis 1915, le site est surnommé le « petit paradis blanc et bleu ».

Vue du Centre des musiques arabes et méditerranéennes

Dar El Annabi, demeure du mufti El Annabi construite au XVIIIe siècle, est formée d'une cinquantaine de chambres et surnommée le « palais des milles et nuits ». Elle est transformée en musée qui présente des objets de style arabo-musulman dont une robe de mariée qui pèse 22 kilos.

Patrie de la musique, le village accueille également le Centre des musiques arabes et méditerranéennes dans le palais de Rodolphe d'Erlanger. Baron franco-britannique à l'origine de la protection de la ville, il contribue grandement à la notoriété du site en revalorisant l'architecture tunisienne traditionnelle. Bénéficiant d'une décoration intérieure raffinée et d'un jardin luxuriant, le palais d'Erlanger est ouvert au public.

D'autres vastes demeures bourgeoises estivales de style arabo-musulman sont édifiées au XIXe siècle et deviennent progressivement au XXe siècle des résidences principales : Dar Dellagi, Dar Mohsen, Dar Toumi, Dar Sfar, Dar Senoussi, Dar Chérif, Dar Bahri, Dar Lasram, Dar Khalsi et Dar Arif[9].

Sidi Bou Saïd est également réputé pour ses cafés dont les terrasses sont des lieux de détente très prisés des Tunisois :

  • le Café Halia (ou Café des nattes) qui abritait les soirées de malouf organisées par les mélomanes du village ;
  • le Café de Sidi Chaabane (ou Café des Délices), voyant le jour vers la fin des années 1960, qui offre une vue unique sur le golfe de Tunis ;
  • le Café de la place du village qui était le domaine réservé des anciens de Sidi Bou Saïd.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées au village[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Les scènes du marché aux esclaves dans le film Indomptable Angélique sont tournées à Sidi Bou Saïd.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Tunisie. Une affaire de gros sous paralyse la municipalité de Sidi Bou Saïd », Kapitalis, 21 février 2012
  2. a et b (fr) Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)
  3. (en) Coordonnées géographiques de Sidi Bou Saïd (Dateandtime.info)
  4. Jacques Revault, Palais et résidences d'été de la région de Tunis (XVIe au XIXe siècle), éd. Centre national de la recherche scientifique, Paris, 1974, p. 442
  5. (fr) Histoire de la ville de Sidi Bou Saïd (Municipalité de Sidi Bou Saïd)
  6. (fr) Paul Sebag, Tunis. Histoire d'une ville, éd. L'Harmattan, Paris, 1998, p. 454
  7. (fr) « Le mausolée de Sidi Bousaid totalement incendié », Tuniscope, 12 janvier 2013
  8. (fr) « Le mausolée de Sidi Bou Said sera ré-ouvert lundi à l’occasion du nouvel an de l’hégire », Kapitalis, 2 novembre 2013
  9. Jacques Revault, op. cit., p. 195

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Slimane Mostafa Zbiss, Sidi Bou-Saïd : promontoire du soleil éternel, éd. Société tunisienne de diffusion, Tunis, 1971

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :