Le Kram

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Kram
Avenue Habib-Bourguiba en 1964
Avenue Habib-Bourguiba en 1964
Administration
Pays Tunisie Tunisie
Gouvernorat Tunis
Délégation(s) Le Kram
Maire Alya May[1]
Code postal 2015
Démographie
Population 58 152 hab. (2004[2])
Géographie
Coordonnées 36° 49′ 50″ N 10° 18′ 58″ E / 36.830464, 10.316226 ()36° 49′ 50″ Nord 10° 18′ 58″ Est / 36.830464, 10.316226 ()  
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (administrative)

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Le Kram

Géolocalisation sur la carte : Tunisie (relief)

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Le Kram
Liens
Site web www.commune-kram.gov.tn

Le Kram (الكرم) est une ville du nord de la Tunisie. Située entre La Goulette, le port de Tunis, et Carthage, elle s'ouvre sur le golfe de Tunis à l'est et le lac de Tunis à l'ouest.

Rattachée au gouvernorat de Tunis, elle constitue une municipalité de 58 152 habitants en 2004[2]. Avant 2001, Le Kram est une circonscription municipale relevant de la municipalité limitrophe de La Goulette.

Vue de la plage vers 1905

Kram El Agâ est le nom d'origine de la ville qui est francisé en « Le Kram ». Le professeur Mohamed El Aziz Ben Achour parle ainsi du fondateur de la cité :

« Mustapha Agha [...] vivant paisiblement en son palais de la région de Carthage, au milieu d'un vaste verger dont les figuiers sont à l'origine du nom du village qui s'est créé plus tard à cet endroit[3]... »

Ces jardins seraient à l'origine du nom de la ville car kram désigne en arabe un figuier ou un arbre fruitier en général. C'est Ahmed Ier Bey qui avait attribué ce domaine à son ministre de la Guerre Agha.

Le Kram a été la résidence de nombreux Européens sous le protectorat français. Ils y édifiaient alors des maisons le long de la plage. Des villas modestes ou somptueuses s'y succèdent aujourd'hui en formant les centres résidentiels du Kram et de Salammbô. On peut encore admirer des jardins entourant certaines des maisons, les plus anciennes construites dans un sytle islamique pour la grande bourgeoisie tunisoise ou dans un style purement italien comme en témoigne encore La Carmencita, petite villa située rue Sakiet Sidi Youssef (anciennement rue Jules-Ferry). Cette localité s'est surtout développée à la suite de l'ouverture du TGM rejoignant Khereddine et La Goulette au sud, Salammbô et Carthage au nord.

Le centre de Salammbô abrite, entre autres curiosités, les vestiges des ports de la Carthage punique, du tophet (ou aire sacrée) des anciens Carthaginois ainsi que les bâtiments de l'Institut et du musée océanographique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 31 janvier 2013 modifiant le décret du 8 avril 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire de la République tunisienne, Journal officiel de la République tunisienne, n°15, 19 février 2013, p. 717
  2. a et b (fr) Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)
  3. Mohamed El Aziz Ben Achour, Catégories de la société tunisoise dans la deuxième moitié du XIXe siècle, éd. Institut national d'archéologie et d'art, Tunis, 1989

Lien externe[modifier | modifier le code]