Rodrigo de Bastidas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bastidas.
Bastidas.JPG

Rodrigo de Bastidas ou Rodrigo Galván de las Bastidas (né en 1445, mort en 1527) est un conquistador espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Noble espagnol par le mariage de sa fille à Rodrigo Diaz de Vivar (le Cid Campeador), originaire du quartier de Triana à Séville où il exerce comme notaire, il participe en 1493, au deuxième voyage de Christophe Colomb.

Il obtient ensuite la direction d'une nouvelle expédition, financée sur ses propres fonds et part de Cadix en octobre 1499 avec deux navires, le San Anton et le Santa Maria de Gracia avec deux autres conquistadors : Juan de la Cosa et Vasco Núñez de Balboa. Arrivé dans le Nouveau Monde, il découvre le golfe d'Uraba, explore la région septentrionale de l'Amérique du Sud correspondant au Panama et à la Colombie actuelles, avant la venue de Colomb lors de son quatrième voyage en 1503.

Après avoir découvert l'Isthme de Panamá, il doit se rendre à Hispaniola pour faire réparer ses navires en mauvais état, mangés par les tarets.

Après avoir été accusé en 1502 par Francisco de Bobadilla (qui a aussi accusé Colomb) de trafic d'or avec les Amérindiens, il est renvoyé en Espagne puis acquité. Les Rois Catholiques lui octroient une rente annuelle sur la production de la province d'Urabá.

En 1525, de retour dans le Nouveau Monde, il fonde la ville de Santa Marta en Colombie. Il y obtient le surnom de « plus noble des Conquistadors » par sa diplomatie et son sens des relations.

Lors d'une expédition dans la région des actuelles Bonda et Bondigua, il découvre un important stock d'or et refuse de le partager. Il est alors victime d'une conspiration et est gravement blessé. Tentant de rejoindre Saint-Domingue, le 28 juillet 1527, après avoir jeté l'ancre dans le port de Santiago de Cuba, il meurt.

Son corps fut ramené à Hispaniola. Ce n'est qu'au XXe siècle, que sa dépouille fut déplacée à Santa Marta à la suite d'une demande de l'administration locale. Il repose dorénavant dans la Cathédrale de la ville.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Angelier, Dictionnaire des Voyageurs et Explorateurs occidentaux, Pygmalion, 2011, p.97

Liens externes[modifier | modifier le code]